Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rome par le christianisme, Londres par le communisme… et par quoi va être condamné la mondialisation américaine ?

Selon Branko Milanovic, la force qui viendra terrasser l'hégémon américain devra être au moins aussi fort et puissant spirituellement et intellectuellement que l'étaient le christianisme ou le communisme.

Peril sur l'empire

Publié le - Mis à jour le 20 Août 2018
Rome par le christianisme, Londres par le communisme… et par quoi va être condamné la mondialisation américaine ?

 Crédit Thomas Cole - New York Historical Society

Atlantico : En 1999, Branko Milanovic décrivait ce qu'il considère comme les trois grandes mondialisations de notre histoire : la mondialisation romaine, la mondialisation britannico-européenne et la mondialisation américaine que nous connaissons aujourd'hui. Selon lui, la disparition de l'hegemon romain s'explique par l'apparition du christianisme et celle de l'hegemon britannique par l'avènement du communisme. Son analyse décrit ainsi l'appartition de nouvelles idéologies concurrentes au sein même des idéologies dominantes qui ont soutenu les deux précédentes mondialisations.

Il s'interroge enfin sur le phénomène qui pourrait mettre fin à la domination mondiale américaine. Après le christianisme et le communisme, quel pourrait être selon vous le grand mouvement qui viendrait mettre fin à la mondialisation dominée par les Etats-Unis ?

Philippe Fabry : La comparaison de Milanovic entre les différentes « mondialisation » est pertinente, et il est vrai qu’elles ont toutes impliqué l’émergence d’une puissance globale capable d’assurer la paix mondiale et la sécurité des voies de communications, spécifiquement les voies maritimes, les plus essentielles au grand commerce en raison de l’ordre de grandeur très différent de la capacité de transport : une nef romaine charriait dans ses flancs autant de marchandises que sept cents chars à boeufs, et aujourd’hui un porte-conteneurs transporte autant que quatre à cinq mille poids lourds.

En revanche, il est bien difficile de le suivre lorsqu’il voit dans le christianisme la cause de la fin de la domination romaine, et du communisme celle de la fin de l’hégémonie britannique, donc chercher leur équivalent actuel pour trouver ce qui pourrait abattre l’hégémonie américaine semble un exercice assez vain.

En effet, ce n’est pas le christianisme qui a provoqué la chute de Rome, mais sa mutation de plus en plus étatiste, dirigiste et planificatrice économiquement, l’alourdissement continuel de sa fiscalité, l’abandon des libertés traditionnelles et la transformation de l’Empire en un régime policier, et très brutalement répressif. De sorte que, au Ve siècle, il semblait souvent préférable aux autochtones de s’entendre avec des bandes de barbares plutôt que de rester soumis à la puissance romaine. Ce qui a provoqué la fin de la « mondialisation » romaine, c’est la construction progressive d’un Etat à l’échelle du monde antique, qu’était l’Empire romain, et la faillite de cet Etat à la gestion économique inepte - une sorte de Venezuela à l’échelle méditerranéenne.

Ce n’est pas pour la même raison que la « première mondialisation » moderne a pris fin. D’abord, il faut souligner qu’à aucun moment le Royaume-Uni n’a cherché à construire un Etat mondial : la stratégie britannique a toujours été pensée selon le paradigme européen de l’équilibre des nations et la recherche, dans les colonies, d’une profondeur stratégique permettant de s’imposer comme arbitre dans ce jeu, mais pas plus que le premier d’entre les pairs. L’Empire britannique n’a jamais été un hégémon comme l’avait été Rome, puisqu’il n’était pas capable de s’imposer seul aux autres nations. Ce qui a provoqué la fin de cette mondialisation britannique, c’est l’éclatement de la Grande guerre, qui a brisé l’équilibre global en Europe que l’Angleterre avait réussi à maintenir depuis 1815. L’Angleterre ne pouvait pas, comme en 1870, rester neutre dans une guerre entre France et Allemagne, parce qu’entretemps cette dernière était devenue une puissance coloniale et donc une rivale pour l’Empire britannique. On peut donc dire que si la première mondialisation de l’époque moderne s’est terminée, c’est parce que l’Empire britannique, précisément, a échoué à devenir un hégémon.

Je pense qu’on ne peut pas dire la même chose des Etats-Unis, dont la stratégie mondiale correspond à celle d’un véritable hégémon : les Etats-Unis, depuis 1918 et plus encore depuis 1945, tentent de mettre sur pied un Etat mondial, notamment avec la création du parlement mondial qu’est l’Assemblée générale de l’ONU, laquelle siège précisément à New York, la capitale culturelle et financière du pays.

Cependant les Etats-Unis ont encore des adversaires que l’on peut qualifier de rivaux : la Russie, et surtout la Chine.

A partir de là il y a deux possibilités : soit la mondialisation américaine prendra fin en raison d’une confrontation avec ces dernières, qui l’empêcheraient, comme l’Empire britannique et contrairement à Rome, de devenir un véritable hégémon, soit les Etats-Unis poursuivent leur ascension en ce sens, réduisant au passage les rivaux chinois et russe, et c’est, à plus long terme, leur mise en place d’un gouvernement mondial et son inefficacité économique qui produiront, à terme, l’effondrement de leur hégémonie.

Branko Milanovic explique l'avènement du communisme par la concurrence entre un pouvoir hégémonique, l'Angleterre, et une puissance montante l'Allemagne. Une situation comparable est-elle envisageable entre l'hégémon actuel, les Etats-Unis, et la puissance montante, la Chine ?

Milanovic fait de l’émergence du christianisme et du communisme la conséquence inéluctable des inégalités de fortune et des tensions sociales provoquées par les mondialisation romaine puis britannique. Je ne crois guère à cette explication, notamment parce que le communisme n’est pas le produit d’inégalités économiques : si vous regardez le pays qui a connu la grande révolution communiste, la Russie, c’était un pays dont la classe ouvrière était de dimension très réduite en 1917. La révolution communiste a été faite par une poignée d’idéologues comme Lénine et Trotski, qui ont réussi à s’imposer au milieu d’une révolution nationale classique, guère différente de celle qui se tenait en même temps en Allemagne - et que l’on oublie trop souvent. Mais ce n’est pas plus le communisme qui a mis fin à la mondialisation sous égide britannique que le christianisme n’avait mis fin à la mondialisation sous égide romaine.

En revanche, j’ai expliqué plus haut que c’est effectivement la rivalité pour la place d’arbitre mondial, sinon d’hégémon, qui a conduit à la Grande guerre et donc la fin de la mondialisation britannique. Et une telle situation est effectivement tout à fait possible : la Chine se prépare activement à contester explicitement, dans la décennie qui vient, la domination mondiale américaine, et l’Amérique de Donald Trump, qui a compris ce danger, se lance dans une guerre commerciale en espérant que cela coupera l’élan chinois avant d’en arriver au point où c’est une vraie guerre qui serait nécessaire pour empêcher la Chine de revendiquer le titre de prince des nations.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 19/08/2018 - 11:11 - Signaler un abus Provocation... à la lecture ! (pas à la débauche !)

    Ouf ! J'ai eu peur ! Mais, en fait, ce n'était que la ''routine Atlantico'' : un titre provocateur qui, pour attirer le lecteur, dit exactement le contraire du contenu de l'article. Je ne m'attarderai pas trop sur les causes des chutes des empires romains et britanniques. Je constate surtout que l'auteur n'envisage pas un instant que l'Europe puisse jouer, actuellement, ou dans un avenir proche, un rôle important dans l'équilibre du monde : ce sera à nous d'essayer de lui donner tort, et je pense que nous en aurons la possibilité très concrète lors des prochaines élections européennes dans dix mois.

  • Par Ganesha - 19/08/2018 - 11:16 - Signaler un abus A côté de la plaque !

    En effet, je pense que cet article est ''complètement à côté de la plaque'' lorsqu'il imagine que la ''Mondialisation Libérale'', telle que nous l'avons vécue durant ces dernières décennies, va se perpétuer à l'avenir. En fait, elle a pris fin avec de Donald Trump. Nous sommes entrés dans une période où le maître mot est Souverainisme ! Ce qui est stupéfiant, c'est de constater les remarquables progrès de la situation économique aux USA, sur une période aussi courte ! Non, contrairement à ce que dit l'auteur, il n'y aura pas de guerre ''militaire'' entre la Chine et les USA ! Et même pas de ''guerre commerciale'' : simplement l'établissement d'une relation saine et équilibrée, mettant fin aux dérapages absurdes et intolérables de la situation actuelle. Reste à espérer que les peuples européens aient suffisamment de lucidité pour faire le ''bon choix'' en Mai 2019 !

  • Par ajm - 19/08/2018 - 11:35 - Signaler un abus Etat prédateur et empire.

    Les Etats Unis de Trump redemarrent ( comme Reagan en son temps) leur dynamisme par une grande réforme fiscale éminemment liberale et à l'opposé du fiscalisme prédateur de nos gouvernements.Si la fin de l"empire romain a été, en grande partie, provoquée par un étatisme tyrannique et confiscateur , les USA justement prennent actuellement le chemin inverse, en se recentrant sur leurs intérêts vitaux, quitte à laisser tomber certains alliés qui se complaisent dans l'assistanat militaire et stratégique .

  • Par Anouman - 19/08/2018 - 12:25 - Signaler un abus Chute de Rome

    "sa mutation de plus en plus étatiste, dirigiste et planificatrice économiquement, l’alourdissement continuel de sa fiscalité, l’abandon des libertés traditionnelles" Ca ne vous rappelle pas un pays qui n'est pas un empire?

  • Par vangog - 19/08/2018 - 18:22 - Signaler un abus Oui, les USA dominent leurs concurrents!...

    Mais il est faux d'évoquer une « hégémonie », tant les USA laissent aux peuples la liberté de copier les premiers de la classe, et, eventuellement, les dépasser . Mais aucun des concurrents des USA n’a su choisir cette liberté...l’UE s’est appliquée à réaliser exactement l’inverse, avec les résultats minables que l’on sait...quant à la France gauchiste, elle abandonne, de plus en plus, la liberté, régressant, fatalement, toujours plus dans la compétition mondiale... Seul le système américain, libéral intelligent, permet un équilibre spatio-temporel des idéaux , plaçant les USA en tête de la compétition mondiale. Ce que les jaloux compulsifs prennent pour de l’hégémonie...

  • Par Zèbre Zélé - 19/08/2018 - 21:51 - Signaler un abus Hégémon

    Le mot hégémon ne possède pas le sens que lui attribue M. Fabry. Il veut parler d'hégémonie. Diafoirius n'est pas mort !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Fabry

Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique pour notre temps (2014), Histoire du Siècle à Venir (2015), Atlas des guerres à venir (2017). Son nouveau livre, La Structure de l'Histoirevient de paraître.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€