Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 31 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les robots, c’est maintenant : petit guide de tous ceux que vous utilisez au quotidien sans vous en douter

Des stores automatisés à l'iPhone, nous vivons entourés de robots, sans nécessairement nous en rendre compte. Pourtant, le mot robot reste associé à la figure de l'humanoïde de fer, de mécanique et d'acier créé par l'Homme et qui l'anéantira.

Ils sont partout

Publié le
Les robots, c’est maintenant : petit guide de tous ceux que vous utilisez au quotidien sans vous en douter

Atlantico : Le robot est perçu dans l'imaginaire collectif comme un humain de mécanique et d'acier. Pourtant, nous vivons aujourd'hui dans un monde relativement robotisé. D'où vient cette perception que nous pouvons en avoir ? Finalement qu'est-ce qu'un robot ?

Ronan MacDubhghail : La définition d’un robot c’est une machine capable de faire des opérations (plus ou moins) complexes, contrôlé  par un ordinateur ou non. Du coup, on voit toute de suite que oui, bien sur, notre monde est relativement robotisé. Et de plus en plus.

C’est drôle de penser qu’un distributeur d’argent peut être défini comme un robot. Il y a des applications plus classique, comme dans les usines, ou bien des jouets, ou des robots sont de plus en plus populaire - rappelez vous  Furby ou les nouveaux jouets de Lego. Il y a des autres robots qui peuvent faire le ménage, et au Japon ils viennent de produire un costume ‘robotisé’ pour aider aux personnes âgées à se déplacer. Juste quelques exemples.

Portant, c’est vrai que la figure du robot a souvent un visage plus ou moins humain. Je pense aux sagas Terminator, la trilogie Matrix, ou bien I-Robot. Pour moi, cette image est liée intimement avec notre culture judéo-chrétienne, où nous sommes nous mêmes des créations d’un autre ‘être’, l’être suprême, dieu. Il me semblait que le golem de Prague est un récit assez archétypal.

Pourtant, en dépit du fait que nous les côtoyons quotidiennement, les robots restent dans la plupart des cas une représentation dangereuse. La science-fiction en fait régulièrement l'ennemi mortel qui éliminera la race humaine. Ce problème ne vient-il pas du fait que le mot robot est mal employé ? Si nous parvenions à nous défaire du sens attaché à ce mot, ne parviendrions-nous pas à avancer dans la recherche ?

Je ne pense pas que c’est une question de mots, mais plutôt une question de l’imaginaire, comme je viens d’aborder. Dans la série Battlestar Galactica (la nouvelle série...) cette même question est abordée. Le problème est plutôt pour nous, que le vrai danger (perçu ou représente, au moins) est une que l’on refait l’espèce humaine grandeur nature. De Frankenstein au Terminator, cela finissait rarement bien, et souvent très mal. Finalement, l’essence du robot est celle qu’on lui donne, comme dieu à donné à Adam - et c’est là la vrai menace.

L'internet des objets est en pleine expansion, et donne toujours un peu plus d'autonomie aux machines auprès desquelles nous vivons tous les jours. Ne s'agit-il pas d'une avancée vers le robot tel qu'il est décrit par Asimov ? Qu'est-ce que cela représenterait réellement pour notre société ?

Les lois des robots comme décrit par Asimov concernent des robots capables d’actions et de décisions autonomes, presque conscients. Heureusement ou malheureusement, on n’en est pas encore là avec notre univers robotique. Pour nos sociétés, les robots restent plutôt des objets utiles et technologiques que des êtres conscients. Il s’agit plutôt donc d’un mode d’utilisation plus capable de profiter des possibilités dans chaque domaine, une éthique technologique. Avant d’être concerné par la possibilité de créer des autres formes de conscience, il faudrait qu’on comprenne le nôtre…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par yavekapa - 30/03/2014 - 09:27 - Signaler un abus l'ère du robot

    à force de charger la mule sur le dos du travailleur, l'état a fait de celui-ci un travailleur hors de prix, peu flexible, souvent absent, sensible aux nuisances, etc... maintenant le robot est directement en concurrence avec le travailleur, et avec les progrès technologiques rapides, le robot devient de plus en plus compétitif, flexible, fiable, sans délégués, ... et les robots français, doit pas y en avoir bezef. tremblez pour vos enfants.

  • Par Vinas Veritas - 30/03/2014 - 11:21 - Signaler un abus Robots pour lobotomisés

    Depuis combien d'années existent des robots ? les boites à musiques offertes à Louis sont des robots jouant une mélodie seuls. nos machines à café en sont, et cet électroménager dont se parent les logements. la robotisation nous encercle insidieusement depuis avec l'accroissement de l'énergie électrique. Le robot reste conçu pour la ou l'ensemble de taches à accomplir, la forme donnée dépend surtout de l'esthétique ajoutée aux nécessités de fonction. La suppression totale des robots nous ennuierait beaucoup.

  • Par ignace - 30/03/2014 - 12:36 - Signaler un abus yavekapa, j'epére que vous etes a la retraite !!!!

    Sous-traitant d'Apple, Foxconn remplace ses ouvriers par des robots Pour éviter une hausse des coûts salariaux, le groupe taïwanais envisage de licencier 500.000 employés du groupe pour les remplacer par des robots d'ici trois ans.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ronan MacDubhghaill

Rónán MacDubhghaill est en thèse en sociologie au CEAQ Sorbonne, Université Paris V, en co-tutelle avec l’Université de Londres. Ses recherches portent sur la mémoire collective, les nouvelles technologies et les réseaux sociaux, et la violence. Il est publié dans Le Monde Diplomatique, Les Cahiers Européens de l’imaginaire, Excursions, et Cacao, une revue bilingue qu’il dirige

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€