Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 28 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Du risque inouï que prennent les dirigeants européens à ne pas vouloir voir les (gros) bourgeons de la prochaine crise mondiale

Comme en écho aux propos de Mario Draghi, la Fed a fait part mercredi 27 janvier de ses inquiétudes concernant les troubles financiers actuels et le ralentissement de la croissance mondiale. Focalisés sur les problèmes sécuritaires et migratoires, les dirigeants de l'Europe pourraient être en train de passer à côté des signes annonciateurs d'un danger imminent.

Risque de turbulences

Publié le
Du risque inouï que prennent les dirigeants européens à ne pas vouloir voir les (gros) bourgeons de la prochaine crise mondiale

Atlantico : La Fed a fait part mercredi 27 janvier de ses inquiétudes concernant les troubles financiers actuels et le ralentissement de la croissance mondiale. De son côté, Mario Draghi (Président de la BCE) s’est également dit prêt à réagir à cette situation. Ces inquiétudes sont-elles fondées ? Sur quoi reposent-elles ?

Philippe Waechter :  La réponse est évidemment oui. Qui, aujourd'hui, ne s'inquiète pas de la croissance lente de l'économie globale, de l'absence de locomotive de croissance et d'une dynamique de l'emploi insuffisante ?

L'inflation est trop faible et les tensions inexistantes. Les pays émergents, soutien de la croissance depuis 10 ans, sont en grandes difficultés notamment pour certains par la baisse du prix des matières premières.

 

Qui peut se satisfaire d'une situation de ce type ? Personne et surtout pas les banquiers centraux. Ils ont mis en place des stratégies très accommodantes faites de taux d'intérêt très bas dans la durée et d'apports massifs de liquidité. Pourtant l'effet sur l'expansion reste limité. L'inquiétude des banquiers centraux est que les marges supplémentaires sont très réduites. Est-il possible d'imaginer aller encore beaucoup plus loin en zone Euro ? La BCE a promis de revoir sa stratégie lors de sa réunion de mars mais que peut-elle faire en plus? Les achats de dettes publiques en 2016 dans le cadre du programme de quantitative easing seront plus importants en taille que les émissions des Etats. Faut-il acheter 80 milliards par mois et quels actifs choisir en plus?

La limite de la politique monétaire n'est pas très éloignée. Mario Draghi indique, d'ailleurs, qu'il faudrait, à côté de son action, une politique budgétaire plus active et plus volontariste car il n'y arrivera pas tout seul. Si les autorités gouvernementales en Europe ne prennent pas le relais alors la croissance sera durablement faible et la politique monétaire ne sera plus l'instrument efficace qu'elle était.

Aux USA, Janet Yellen est inquiète du désordre global. Elle avait commencé, en décembre, à remonter son taux de référence. L'environnement international chahuté pourrait la contraindre à ne pas aller plus loin au risque de fragiliser sa crédibilité.

En outre, les banquiers centraux comme les économistes s'interrogent sur la capacité de l'économie mondiale à retrouver une allure robuste. Le clan des optimistes, ceux qui soutiennent la nécessité d'une série de remontées des taux américains, considèrent que l'économie a les capacités de retrouver une situation de croissance et d'inflation comme par le passé. On le souhaite tous mais le risque de prolonger l'état actuel est loin d'être nul et cela inquiète nécessairement les banquiers centraux. Remonter les taux d'intérêt serait alors stupide car le risque est asymétrique. Il est préférable d'agir un peu trop tard pour corriger des excès que d'intervenir trop tôt car alors c'est la croissance et l'emploi qui plongent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 29/01/2016 - 10:33 - Signaler un abus C'est in réquisitoire pour sauver l'UE

    mais pas réellement pour sauver l'économie ni lutter le mieux contre le terrorisme. Pour cela chaque pays doit pouvoir s'adapter à sa situation propre sans être bloqué par un carcan communautaire inadapté et pour un certain nombre par une monnaie inadaptée. Il faut aussi adapter la justice. Peine capitale pour les terroristes par exemple et lois d'exception pour répondre à l'urgence autres que notre ridicule état d'urgence actuel qui passe à côté des cibles

  • Par Texas - 29/01/2016 - 20:30 - Signaler un abus Mr Waechter...

    De mon point de vue , concernant la crise migratoire , je crains que le Futur Européen dont vous parlez , n' appartienne déjà à son Passé . L' attitude des dirigeants sera révélatrice devant ce qui est attendu au Printemps . Concernant la relance par l' investissement Public , je m' étonne toujours de voir cette thèse , resservie . Pour conclure ces deux points , je dirai : " A Dollar , little late " .

  • Par zouk - 30/01/2016 - 11:33 - Signaler un abus Ph. Waechter

    Quelle accumulation d'inconnues! Et combien les égoïsmes nationaux ont compromis/refusé la construction véritable de l'Europe! Même si l'on semble en prendre conscience sans quelques pays du Continent, les ambitions du Royaume Uni sont très menaçantes. Pour gerint: peine capitale pour les terroristes, mais c'est la gloire qu'ils recherchent! Ce serait leur victoire, que de déclencher la guerre civile qui ne manquerait pas de s'en suivre

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Waechter

Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.

Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de capitaux.

Il est l'auteur de "Subprime, la faillite mondiale ? Cette crise financière qui va changer votre vie(Editions Alphée, 2008).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€