Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Risque de décrochage de l'économie française : l'étude que tous les candidats devraient lire

L'OFCE, un laboratoire classé à gauche, pointe la menace de décrochage de l'appareil productif français et le risque imminent de déclin.

Atlantico Business

Publié le
Risque de décrochage de l'économie française : l'étude que tous les candidats devraient lire

L'OFCE signale que tous les voyants de la compétitivité sont au rouge. L'industrie française qui a eu un rôle central dans le processus de croissance est reléguée au second rang. Crédit Pixabay

L'OFCE, l'observatoire français des conjonctures économiques, qui est considéré comme un lieu de réflexion de la pensée keynésienne et par conséquent plutôt classé à gauche, vient de publier une étude sur l'état du tissu productif français et ça n'est pas brillant.

Le constat est accablant, parce qu'il confirme très sérieusement le déclin et la menace d'un décrochage par rapport à l'économie mondiale. Au passage, cette étude reconnait que la politique économique du gouvernement a été un échec, puisque le pays n'a pas réussi à revenir dans la course internationale. 

C'est intéressant parce que l'OFCE et son fondateur, Jean Paul Fitoussi ont toujours eu une immense influence dans les milieux de gauche.

Ils ont toujours prôné une politique de relance par la demande en exonérant l'Etat de respecter les grands équilibres fixés par Bruxelles, et en accompagnant la politique de compétitivité. 

L'OFCE a toujours critiqué les milieux libéraux et patronaux, ne croyant pas en l'efficacité d'une politique de l'offre. 

Dans cette étude, l'OFCE signale que tous les voyants de la compétitivité sont au rouge. L'industrie française qui a eu un rôle central dans le processus de croissance est reléguée au second rang, avec dans son sillage, le risque d'embarquer une partie de la population dans le déclassement. 

Les salariés de l'industrie perdent leur job et mettent leur équilibre personnel et familial en danger. La maison est hypothéquée, les enfants n'ont pas les moyens d'aller à l'école, la voiture achetée à crédit a vieilli et, du coup, l'avenir se bouche. Un avenir encore assombri par les vagues d'immigrations. 

On a là tous les facteurs qui alimentent le vote populiste et contestataire qui a permis à Donald Trump d'accéder au pouvoir en Amérique. 

En Europe, l'Allemagne et ses voisins du nord ont retrouvé leur potentiel de production industrielle. La France et les pays du sud sont toujours affaiblis, peut être sans le savoir puisque les amortisseurs sociaux ont allégé la douleur et exonéré les populations de consentir un effort de redressement. 

Le problème aujourd'hui est que la France est prise en tenaille entre le dynamisme des pays de l'Europe du sud et ceux du nord. Les pays sudistes se redressent avec une compétitive coût très forte. Les salaires étant faibles, les produits et les services se vendent mieux que les nôtres. 

Quant aux pays du nord, ils ont certes des coûts salariaux aussi élevés sinon plus que les nôtres, mais ils ont des avantages hors coût très spectaculaires. Le monde entier achète des voitures allemandes non pas parce qu'elles sont moins chères mais parce qu'elles ont la réputation d'être de très bonne qualité. Même phénomène pour la plupart des produits manufacturés.

L'Europe du sud restaure son appareil de production en pratiquant des coûts très bas. L'Europe du nord a restauré son industrie en montant en gamme. Ce qui nécessite souvent beaucoup d'investissements. Ce que n'a pas fait la France faute de marge et de financement, puisque le financement est capté par l'Etat qui en a besoin pour combler ses bénéfices.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fran6 - 15/11/2016 - 07:42 - Signaler un abus ok

    donc et je suis d'accord, le cout du travail est trop élevé, donc, je vais devoir viré mes employés et prendre des détachés ensuite, par le choix car en France, même si vous faite de la qualité, c'est le chiffre en bas de la feuille qui compte

  • Par Carl Van Eduine - 15/11/2016 - 09:33 - Signaler un abus Réduire les coûts présents et investir le futur : si compliqué ?

    Toujours le même constat : la machine d'Etat est improductive et plombe les résultats du pays France de même qu'un siège social privé pléthorique et inefficient plombe ceux d'une entreprise. Donc, content pas content, la seule solution est d'envoyer au chomage les inutiles de l'Etat pour les renvoyer sur le marché du travail où les avantages sociaux acquis ne le seront plus.A bon droit puisque ces avantages tuent le pays. Mais il faudra quand même aider tous ces gens à se reconvertir, à se requalifier, pour que la France disposant de main d'oeuvre de qualité puisse se redresser. Autrement dit, on ne s'en sortira pas sans amère potion libérale, mais celle-ci est inaudible à ce jour pour deux raisons : elle ne parle jamais de l'inefficience de l'appareil d'Etat qui pourrait être réduite, même à effectif constant [accroissement de productivité via accroissement de production] ; elle ne parle jamais de effort de formation nécessaire [accroissement de productivité par accroissement de qualification] On en reste dans les approches comptables à somme nulle, comme le fait cet article qui enferme dans des paradoxes figés dans le temps. Même si toute constipation c'est vrai doit être purgée.

  • Par vangog - 15/11/2016 - 09:38 - Signaler un abus Mais si! La France a les moyens d'investir

    pour une montée en gamme de son tissu industriel, mais en abandonnant les délires idéologiques archaïques de la gauche. Depuis que les contraintes budgétaires ont été instaurées par l'UE, aucun gouvernement UMPSECOLOCOCO ne les a respectées, pleurnichant que "c'est vraiment trop dur, la crise, les collectivités locales pressurées etc..." Fitoussi n'a pas encore mis son logiciel à jour en souhaitant que la France ne respecte pas l'équilibre budgétaire. Ce gauchiste, qui a participé à la grande famille des 40 économistes qui ont réalisé la politique gauchiste de Flamby se trumpe, encore une fois. Car il faut réformer tout le système que lui et les républicains ont mis en place, cesser d'enrichir les banquiers et les travers avec la manne des QE, diriger ces QE vers l'investissement essentiellement productif, et non vers le copinage gauchiste avec les capitalistes de connivence...cesser les plans d'aide à la Grèce, afin de l'obliger à se prendre en charge et à retrouver la croissance touristique avec une drachme dévaluée, abroger les directives travailleurs détachés, Schengen etc...en bref, faire le programme du FN que les gauchistes ne savent pas, ne veulent pas faire...

  • Par lasenorita - 15/11/2016 - 15:27 - Signaler un abus Hollande n'aimait pas les riches et la finance..

    La BNI,(Banque publique d'investissement, créée par Hollande fin 2012)née de la fusion du Fonds stratégique d'investissement (FSI),d'Oséo et d'une filiale de la Caisse des dépôts et consignations(CDC)vient d'être signalée par la Cour des Comptes pour son mauvais fonctionnement...ce que les magistrats ont découvert est édifiant: pour la seule année 2015 le coût des véhicules a été chiffré à 6,6 millions d'euros (604 salariés en bénéficient sur un total de plus de 2.000),la décision d'attribuer ou non une voiture relève du seul supérieur hiérarchique, etc...etc...Hollande devait ''faire la guerre à la finance''...encore une promesse faite aux sans-dents qu'il n'a pas tenue!

  • Par Jardinier - 15/11/2016 - 20:38 - Signaler un abus Retrouver une barriere à travers une monnaie nationale.

    Sinon on va se faire laminer par le haut et par le bas.

  • Par lepaysan - 15/11/2016 - 20:42 - Signaler un abus La majorité des produits industriels sont chers et souvent de...

    Excellent, c'est mon constat après 30 ans de commerce international.

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 16/11/2016 - 02:59 - Signaler un abus on est dans le mur

    mur des lamentations ,des C... , des murs de la France du haut ,du bas ,du milieu , d'à coté ,.. de wall street .....des mûrs en politique etc... Et quand on est mur on s'écrase comme une m... Nous les champions du monde avant match ,les délocalisants ,les mondialisants les décentralisants Imaginons ce que nous aurions fait si Rolex avait été français : sûrement une sous-marque de montres et de lave vaisselle produits en asie ! Alors svp le luxe : il sera suisse ( dans pas longtemps :comme le ciment!)

  • Par Vm - 16/11/2016 - 06:43 - Signaler un abus Tres simple pourtant

    Remettez tout le monde à 40 heures, payées par exemple 37,5. Supprimer la majoration pour heure supplémentaire. Et très facile supprimer 9jours fériés sur 13. Et hop 10% de productivité en plus.

  • Par edac44 - 16/11/2016 - 10:44 - Signaler un abus Encore plus simple pour relancer l'économie française

    IL FAUT ET IL SUFFIT : 1) supprimer toutes les charges des entreprises pour les rendre enfin compétitives mais ce n'est pas encore certain qu'on y arrive quand même !... 2) Rabaisser le salaire minimum à 400 euros comme en Allemagne; 3) Supprimer le Sénat qui ne sert à rien et coûte, comme l'Assemblée Nationale (dont il faudrait diviser les effectifs par dix), plus d'un milliard d'euros par an au contribuable. 4) Supprimer les régimes spéciaux de retraite car financés par le privé. 5) Supprimer la Sécu, les allocations familiales et les caisses de retraites par répartition et passer à l'assurance privée obligatoire ou pas. 7) Limiter l'immigration qu'aux seuls besoins du pays. 8) Imposer au moins au même taux (35%) que les petites entreprises françaises les multi nationales qui font du business en France sans payer d'impôt. 9) Sanctionner de manière dissuasive l'évasion fiscale. 10) Réduire le nombre de fonctionnaires et les rémunérer à leur performance individuelle et collective !... Avec tout ça, cela devrait redonner de l'oxygène au pays mais il est certain qu'il y aura aussi de nombreux dégâts latéraux

  • Par zouk - 16/11/2016 - 10:50 - Signaler un abus OFCE keynésienne?

    Ses brillants penseurs n'ont sans doute pas dépassé la page 30 de la Théorie Générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie. Oui, il est vrai que notre industrie décroche, il est évident que les inspirations "keynésiennes" mal comprises de nos "élites de gauche" y ont largement contribué. Peu avant sa mort, J.M. Keynes se déclarait un économiste non keynésien.

  • Par jurgio - 16/11/2016 - 14:31 - Signaler un abus « Combler ses bénéfices »

    ou "combler ses déficits" ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€