Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Rise and Kill First" : le livre qui révèle les secrets de la stratégie israélienne d’élimination ciblée des ennemis de l’Etat hébreu

Dans un livre intitulé "Rise and Kill First", le journaliste Ronen Bergman évoque les milliers d’assassinats ciblés ordonnées par Israël, depuis la création de l'Etat hébreu.

Dentifrices empoisonnés et téléphones qui explosent

Publié le
"Rise and Kill First" : le livre qui révèle les secrets de la stratégie israélienne d’élimination ciblée des ennemis de l’Etat hébreu

Atlantico : Le livre du journaliste Ronen Bergman parle de 2700 assassinats ciblés orchestrés par Israël. Est-ce que ce chiffre vous paraît crédible et comment l'expliquer ?

Eric Denécé : Malheureusement oui.

D'abord il faut rappeler que  cette tradition des éliminations ciblées a commencé dans les années 30 avant la création d'Israël et sous la direction d’Orde Wingate, officier britannique qui deviendra un général célèbre de la Seconde Guerre mondiale.

Il avait créé dans les années 30 les Special Night Squads qui étaient composées de combattants juifs qui menaient des raids contre les villages arabes et procédaient à des éliminations.

A la création de l'Etat d'Israël cette tradition ne s'est pas totalement perdue. Initialement, les Israéliens pratiquaient plutôt des enlèvements (c'est ce qu'ils ont fait avec des anciens nazis). C’est à la suite des événements de Munich, en 1972, qu’ils ont décidé d'appliquer la loi du Talion. Le titre du livre "Rise and kill first" s'inspire d'un texte du Talmud qui dit "Si tu sais que ton ennemi veut te tuer, lève-toi d'abord et tue le en premier".

Evidemment 2 700 assassinats ciblés c'est énorme. Sur 70 ans cela fait près de 40 opérations par an. Mais Israël n'est pas le seul pays à avoir eu recours à ces pratiques. La France en a fait usage pendant la guerre d'Algérie et François Hollande a même admis que l'on y avait encore recours dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Mais ce sont surtout les Américains qui y recourent massivement, avec les frappes de drones de la CIA et les opérations spéciales du Pentagone.

Bien sûr, le cas d’Israël est particulier, car c'est un pays qui est en état de guerre permanente depuis 1948. Dans le conflit israélo-palestinien, les négociations n’ont jamais permis d’arrêter les affrontements. Face aux attentats, les Israéliens ripostent et essayent d'éliminer tous les leaders terroristes. Si l’'essentiel des cibles sont des Palestiniens, le Mossad cible également d’autres ennemis de l’Etat hébreu : des scientifiques iraniens travaillant sur le programme nucléaire de Téhéran, des étrangers fournissant d'armes à ses ennemis d'Israël (notamment à l’Irak de Saddam Hussein) et des dirigeants adverses (assassinat de généraux syriens). Et depuis une dizaine d’années, la cible privilégiée de ces opérations est le Hezbollah libanais.

Chaque fois, le but est décapiter les structures adverses et de les empêcher d’agir en éliminant leurs cadres les plus importants : leaders, stratèges, artificiers, responsables de l’approvisionnement en armes… Mais cela ne réduit pas la menace : ces actions parviennent seulement à la repousser.

Ces assassinats ont peu à peu évolués sur le plan technique. Les premiers étaient essentiellement des éliminations directes ; puis les attaques à l’aide d’explosifs se sont multipliées. Enfin sont entrés en jeu les drones armés, voire les avions de combat, capables de frappes chirurgicales grâce à la qualité des informations des services de renseignement ou à l’installation de balises.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 07/02/2018 - 09:54 - Signaler un abus Pas assez visiblement,

    avec la bande de primitifs dont Israël est entouré..

  • Par Marie-E - 07/02/2018 - 10:32 - Signaler un abus toujours passionnant

    un article sur Bergman, le spécialiste du nucléaire iranien commenté par Dénécé. Evidemment depuis même avant 1948, compte tenu de l'environnement, c'est la sécurité des citoyens israéliens et des touristes qui prévaut et ce quelque soit la tendance politique du gouvernement. Il est bien de rappeler le principe talmudique qui est la seule dérogation admise au commandement "Tu ne tuera point" . Merci à Eric Dénécé de l'avoir rappelé : "Si tu sais que ton ennemi veut te tuer, lève-toi d'abord et tue le en premier". La survie du peuple juif passe par là pour le moment et sans doute pour longtemps. L'exil de 2000 ans et les pérégrinations de ce peuple qui n'oublie jamais font qu'Israël sait qu'il ne peut compter que sur lui même. Toutes ses actions que ce soit sur l'eau, la santé,.... ne représentent rien pour le monde : a t on entendu parler en France de la campagne en Israël sur l'aide aux Syriens qui a super bien marché ? Rien ,nada, kloum .... ce qui passionne les média c'est de parler de colonie en Cisjordanie occupée au lieu implantation en Judée Samarie libérée de l'occupation jordanienne.

  • Par Citoyen-libre - 07/02/2018 - 11:09 - Signaler un abus Excellent article

    Le dessous des cartes est toujours plus significatif que l'écume "permanente" des vagues. Je crois que cette pratique de l'élimination dépasse largement le cadre d'Israël, même s'ils en sont à l'origine. Et il ne faut pas être hypocrite, chaque état ou groupuscule comme les Corses, ont leurs arguments pour justifier des assassinats. Ca peut se comprendre venant d'un état, surtout qu'en il se dit en guerre, certainement pas avec des groupuscules, notamment politiques. En tout cas, nous voyons bien que le réalisme s'impose à tous, qu'il est souvent inéluctable, alors que nous subissons dans notre pays, ces fameux "droits de l'homme", qui le plus souvent ne servent qu'à paralyser le pays, qu'il y a toujours quelques bonnes consciences pour justifier l'immobilisme et l'inaction. La réalité nous rappelle cruellement que tout est rapport de force. A chaque reculade, il y des perdants, et par certains aspects sociétales de notre pays, nous devenons des perdants.

  • Par Beredan - 07/02/2018 - 11:12 - Signaler un abus Mr Dénécé ,

    Dans l’éventail des mesures préventives dont il peut faire usage , un État responsable peut-il se permettre de s’interdire tout recours aux kamikazes par voie de sous-traitance ?

  • Par Anouman - 07/02/2018 - 20:15 - Signaler un abus Rise and Kill first

    La question ne se poserait même pas si les états étaient moins faux-cul. L'assassinat d'un terroriste devrait être légal: wanted, dead or not alive. Mais on ne peut pas, c'est pas bien et on aime tellement faire des procès inutiles...

  • Par ajm - 07/02/2018 - 23:59 - Signaler un abus Le critère moral.

    L'élimination de combattants volontaires clandestins ennemis qui.ne respectent aucune règles ou lois de la guerre en visant systematiquement le meurtre de civils , ce qui les caractérise comme "terroristes ", est plus morale que de tuer, dans le cadre d'une guerre classique, de jeunes conscrits qui n'ont rien demandé et dont l'action militaire se situe, elle, dans le cadre normal d'une guerre classique.

  • Par Outre-Vosges - 08/02/2018 - 19:13 - Signaler un abus L'exemple de Skorzeny

    Vous pourrez lire un article passionnant à ce sujet : http://www.tribunejuive.info/histoire/otto-skorzeny-le-nazi-qui-devint-un-tueur-du-mossad

  • Par Stargate53 - 09/02/2018 - 09:56 - Signaler un abus C'est de la légitime défense !

    Un état qui connaît des individus dangereux pour son avenir avec des risques avérés pour sa population et qui n'agit pas fait défaut à son devoir de protection ! Vivre en paix et sécurité est la règle impérative de tout gouvernement ! De toute façon, il ne faut pas être naïf, tous les états pratiquent des éliminations, avec plus ou moins d'efficacité ! Et dans ce monde tourmenté par des fanatiques et intolérants, religieux ou pas, restez inactif serait criminel ! Alors, que les belles âmes hypocrites s'en indignent, bien au chaud, de leurs pays civilisés, et coupé de la cruelle réalité mortifère, c'est un des travers de lé démocratie douillette. Mais, pourtant c'est simple : une mauvaise herbe arrachée ne repousse plus !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Denécé

Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€