Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un revers pour Alain Juppé ? Les Républicains commenceront dès la fin mars à préparer les investitures pour les législatives 2017

Alain Juppé a-t-il perdu son combat ? Il souhaitait, comme le PS l'a fait en 2012, que les candidats aux législatives ne soient pas investis avant l'issue des primaires. Mais Nicolas Sarkozy veut aller plus vite. Il devrait annoncer la création d'un groupe de travail mardi prochain en Bureau Politique.

Coup d’accélérateur

Publié le
Un revers pour Alain Juppé ? Les Républicains commenceront dès la fin mars à préparer les investitures pour les législatives 2017

Il aurait aimé éviter d'avoir ses frondeurs à lui. Pouvoir désigner les candidats qui défendront les couleurs de la droite et du centre en juin 2017 et dessiner ainsi les contours de la majorité qui serait la sienne en cas de victoire. Comme le résume un député LR, "pour gagner, on est prêt à prendre des risques que l'on paiera durant tout le quinquennat mais quand on peut les éviter c'est mieux".  Bref Alain Juppé préfèrerait attendre l'issue des primaires pour aborder la question des investitures aux législatives.

Nicolas Sarkozy en a pourtant décidé autrement et n'entend pas lâcher prise.

Lui aussi maintient sa position exprimée lors du Conseil national: "Il faut déconnecter les investitures aux législatives de la primaire. Il ne faut pas mettre les parlementaires et les candidats otages de la primaire. Il faut donc donner les investitures au printemps pour débarrasser la primaire de la logique des clans, des équipes, où on choisira un candidat non pas parce qu’il est le meilleur pour gagner mais parce qu’il est le plus copain" avec le vainqueur de la primaire. "Est-ce qu’on pourra trouver un accord là-dessus ? En tout cas je me battrai pour qu’on trouve un accord". Mardi dernier, il a donc annoncé la création d'un groupe de travail sur le sujet avant de faire marche arrière. "Ca n'est pas aussi formel qu'il a bien voulu le laisser entendre, explique l'un de ses proches, pour l'instant rien ne bouge. On va prendre encore un peu de temps". Mardi prochain, lors du bureau politique qui se tiendra rue de Vaugirard le président des LR pourrait cependant faire un pas de plus en annonçant la mise en place de ce fameux groupe de réflexion. Il pourrait être composé des membres du comité d'organisation de la primaire. "C'est une instance paritaire au sein de laquelle tous les candidats sont représentés", explique l'un des défenseurs de l'idée. "Ça me parait un peu baroque car ils ont déjà fort à faire", répond-on chez Juppé.

Les discussions avancent pourtant de façon officieuse. Les deux candidats sont au moins d'accord sur un principe, celui de constituer trois groupes de circonscriptions. Le premier sera composé des circonscriptions dans lesquelles le sortant veut se représenter. Ce groupe compterait 200 circonscriptions. Un deuxième groupe serait constitué des circonscriptions dans lesquelles les sortants ne souhaitent pas se représenter ou de celles où les LR n'ont pas d'élu mais dont le nom du futur candidat fait consensus. Enfin un troisième groupe sera composé des circonscriptions polémiques. Toute la difficulté va être d'arbitrer entre les groupes 2 et 3. De plus, Nicolas Sarkozy voudrait investir les candidats des deux premiers groupes alors qu'Alain Juppé souhaiterait s'en tenir au premier. "On est d'accord pour reconduire les sortants qui le souhaitent et uniquement ceux qui le souhaitent or ils sont nombreux à ne pas vouloir choisir, à vouloir attendre après la primaire. Ces circonscriptions-là, on veut les geler", affirme l'un de ses proches.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 17/03/2016 - 09:08 - Signaler un abus Juppé

    On se demande pourquoi il ne veut que des investitures après que lui soit désigné ! Il se croit chef des LR , se croit déjà désigné . Mauvais signes précurseurs ! J'espère qu'il ne sera pas choisi ! et s'il l'est qu'il ne soit pas élu à la présidence française ! Il est imposé par les médias exactement comme le fut Hollande si sûr de lui en 2012 !

  • Par Jean-Benoist - 17/03/2016 - 11:07 - Signaler un abus Le candidat des medias

    veut imposer ses régles alors qu'il na pas brigué la présidence du parti..Sarko a mouillé le maillot pour la présidence il est légitime pour définir les règles et les choix Juppé trop mou et consensuel pour gérer et sauver un pays à la dérive..

  • Par Deudeuche - 17/03/2016 - 14:38 - Signaler un abus C'est quoi la différence

    la calvitie? les talonnettes?

  • Par raslacoiffe - 17/03/2016 - 17:01 - Signaler un abus Juppé prendrait-il Sarko pour un C...

    Monsieur n'a pas voulu mouiller sa chemise mais voudrait récupérer tout le gâteau. Qu'il crée son parti avec son ami Judas Bayrou!!! et nous verrons le résultat de "droit dans ses bottes"

  • Par clint - 17/03/2016 - 21:29 - Signaler un abus J'espère ne pas être obligé de voter pour Juppé président !

    Quitte à avoir une vieille droite centriste qui a un relent de Chirac, Bayrou, et autres je préfèrerais encore voter pour NKM ! Au moins c'est une vraie bobo !

  • Par Le gorille - 18/03/2016 - 01:08 - Signaler un abus De la cuisine !

    Où est la France là-dedans ?

  • Par ISABLEUE - 18/03/2016 - 09:37 - Signaler un abus moi je ne voterai pas Juppé..

    Plutôt aller à la pêche

  • Par Orchidee31 - 18/03/2016 - 09:52 - Signaler un abus D'accord avec

    Cloette, Jean-Benoist - clint, moi je voterai blanc plutôt que Juppe - Juppe jamais, comme Isableue - Bonne journée à tous -

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, elle suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien "France-Soir" puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, "Chronique d'une revanche annoncée" raconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€