Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les réussites de Donald Trump existent aussi. Curieusement personne ne s’y intéresse

Au cours des trois premiers trimestres de 2017 la croissance américaine s’est inscrite à un rythme annuel supérieur à 3%. Rythme jamais atteint par Barack Obama en huit ans de présidence.

Silence...

Publié le
Les réussites de Donald Trump existent aussi. Curieusement personne ne s’y intéresse

Il est des silences qui en disent long. Celui des médias américains sur le bilan de la première année de mandat de Donald Trump est éloquent! Rien. Pas un mot. Juste le tumulte des affaires inconséquentes – russiagate, tweets et vieilles accusations de harcèlement sexuel - qui alimentent les « Unes » depuis douze mois.  Avec l’unanimité d’une caste parfaitement solidaire, les grands médias américains ont choisi de faire l’impasse sur les sujets  pouvant susciter un commentaire favorable à l’égard de la Maison Blanche.

Le silence, plutôt que de devoir admettre que tout ne va pas si mal aux Etats-Unis, depuis un an. 

Car il y aurait de quoi écrire: sur l’économie, en plein boom, sur la bourse, au plus haut, sur le chômage, au plus bas, sur l’immigration clandestine, en recul, et sur les impôts, en baisse, sur l’exploration et l’exploitation énergétique, en renouveau, y compris pour les énergies fossiles, etc … Nous allons donc aborder ces sujets pour eux ;  faire ce bilan, à leur place, car ainsi qu’aurait pu le dire Trump, lui-même, la première année de sa présidence fut  « Enorme! ». 

Le bilan le plus positif est celui dont on parle le moins, l’économie. Au cours des trois premiers trimestres de 2017 la croissance américaine s’est inscrite à un rythme annuel supérieur à 3%. Rythme jamais atteint par Barack Obama en huit ans de présidence. 1,7 millions de nouveaux emplois ont  été créés depuis janvier. Le chômage, au plan national,  est tombé à 4,1%, son plus bas niveau depuis l’an 2000. L’indice de confiance des consommateurs est quant à lui à son plus haut niveau depuis cette même date. 

La bourse américaine a inévitablement salué ces succès. Et  peut-être même anticipé sur ceux à venir. Le Dow Jones, l’indice phare du New York Stock Exchange a bondi de cinq mille points depuis l’élection de Donald Trump, pour s’établir à près de 24 750 points. Soit un gain exceptionnel de 25% en quinze mois. Au cours de l’année 2017 cet indice a clôturé plus de soixante-dix fois à un nouveau record. Certes ce qui monte peut descendre, et une bourse qui s’emballe peut-être le signe d’une « exubérance irrationnelle », mais l’enthousiasme des marchés illustre surtout la confiance retrouvée des opérateurs. Une confiance qui rappelle celle des années 1980 et 1990. Les chefs d’entreprises, créateurs de richesse et investisseurs savent qu’ils ont un allié à la Maison Blanche. Ce  n’était pas le cas avec Obama.

Cette  progression des marchés est d’importance considérable. Tous les ménages américains, ou presque, ont un portefeuille boursier. C’est le véhicule principal de l’épargne retraite. Un  marché haussier (« Bull Market ») a un impact direct sur les revenus des ménages, réels et perçus, ainsi que sur leur moral.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par karbo - 29/12/2017 - 12:04 - Signaler un abus fausses nouvelles!!

    Pure propagande de la presse facho!!!

  • Par ajm - 29/12/2017 - 13:37 - Signaler un abus Le facisme ou la non gauche.

    La presse de droite pour certains c'est du facisme. Dans cet esprit, évidemment Trump , comme Reagan autrefois, est faciste , de même la moitié de l'electorat américain. Ne sont non facistes finalement que les personnes de gauche ou à la rigueur les idiots utiles de droite qui font une politique de gauche et encore à condition qu 'ils n'empêchent pas durablement la gauche de prendre et de profiter généreusement des avantages du pouvoir.. Il est vrai qu'à une certaine époque pour être catalogué comme faciste il suffisait d'être anti-communiste. Finalement, on peut dire que les conditions maintenant sont moins strictes.l

  • Par vangog - 29/12/2017 - 13:56 - Signaler un abus Donald est très, très différent de Macron...

    D’un côté, les promesses comblées, des réformes courageuses assumées, et,en à peine un an, des succès, des succès...qui réveillent l’agressivité des petits fascistes de gauche (voir ci-dessus). De l’autre, une propagande digne des fascismes d’avant-mur de là hontes socialiste, un enfumage grossier pour bobos-gogos un peu arriérés, et des échecs , des échecs...qui nous rappellent ceux des bonnes vieilles dictatures gauchistes...Le jour et la nuit!

  • Par kelenborn - 29/12/2017 - 14:08 - Signaler un abus ah bien

    Bacharan va en faire une syncope!!! Pas le cas de Vangode qui perd la main!!! Avant, on avait gauchiste à toutes les lignes , maintenant on a gauchiste une seule fois et fasciste deux fois: ce doit être pour tromper l'ennemi...pas parce qu'il a pété un cable parce que ça....on le savait déjà !

  • Par vangog - 29/12/2017 - 16:05 - Signaler un abus Regardez, écoutez Fox-news!

    seul média à peu près indépendant de la pensée unique du NOM (le néo-KKK-Clan: Kouchner, Klarsfeld, K...) , nouvelle dictature mondialiste...car les autres médias américains sont identiques aux médias français dans leur grande servitude par rapport au pouvoir NOMiste qui pervertit tout, et abrutit les petits Français malléables...

  • Par Liberte5 - 29/12/2017 - 17:08 - Signaler un abus Gérald Olivier fait le bilan de la 1ère année de D. Trump.

    Cela nous change de la désinformation socialo gaucho que nous connaissons dans les médias Français qui mentent à chaque ligne et à chaque parole. Ce bilan extraordinaire en à peine un an doit énerver au plus haut point toute la gauche France , et tout le politiquement correct. Quant à l'extrême gauche (Mélenchon, écolos,et tous les autres) ils doivent baver de rage. Voilà la politique qu'il faudrait mener en France sous peine de finir comme une république socialiste et islamique.

  • Par Beredan - 29/12/2017 - 18:29 - Signaler un abus Ridiculisés , les prophètes de malheur et enfumeurs médiatiques

    Les bacharan , Anne sinclair , sniegarofff et autres « spécialistes «  ..... sous ses foucades calculées et ses tweets croustillants , le Donald a abattu plus de boulot en une année que le fumiste Obama en deux mandats , le tout en dépit d’une presse haineuse et des trahisons de la clique au héros en carton-pâte McCain ...

  • Par Cervières - 29/12/2017 - 22:07 - Signaler un abus Comme quoi,

    Le Donald est toujours vivant et ce n'est pas le moindre exploit.

  • Par zen-gzr-28 - 30/12/2017 - 10:56 - Signaler un abus quelqu'un bien de chez nous

    ferait bien d'en prendre de la graine ! Les actes sont plus efficaces que les annonces et discours. Merci Gérard Olivier de remettre les pendules à l'heure.

  • Par Solaros - 31/12/2017 - 08:33 - Signaler un abus Des réussites?

    A la lecture de cet article, on reste perplexe devant tant de cynisme. Deux exemples : Sortir des accords de Paris sur le climat a permis de supprimer des règles et de reprendre les prospections pétrolières dans des zones protégées! Très belle réussite vraiment, les générations futures l'en remercient. Ou encore : on réduit l'impôt sur les entreprises à hauteur d'1.5 trillions de dollars, dans un des pays les plus endettés du monde. Du coup, c'est vrai, la bourse fait un bond. Là encore, les magnats du CAC 40 l'en remercient.

  • Par A M A - 31/12/2017 - 13:52 - Signaler un abus De caractère viril, Il ne

    De caractère viril, Il ne ferait peut-être pas un bon Président français, mais il semble être un bon Président américain.

  • Par JonSnow - 31/12/2017 - 19:08 - Signaler un abus Merci pour cet article qui

    Merci pour cet article qui nous fait sortir du conformisme anti-trump primaire

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€