Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réunion de la Fed : pourquoi la hausse des taux pourrait finalement se produire dès décembre 2015 (entraînant la baisse de l’euro)

La Fed a tranché : les taux d'intérêt resteront inchangés pour le moment avant une éventuelle ré-évaluation en décembre. Une décision qui a quelque peu surpris les marchés, mais qui ne traduit pas encore un réel durcissement de la politique monétaire américaine, qui reste "douce" pour le moment.

Durcissement

Publié le
Réunion de la Fed : pourquoi la hausse des taux pourrait finalement se produire dès décembre 2015 (entraînant la baisse de l’euro)

La Fed a annoncé qu'elle laisserait inchangé ses taux d'intérêts. Crédit Reuters

Atlantico : La Fed a annoncé qu'elle laisserait inchangé ses taux d'intérêts mais qu'elle pourrait procéder à l'amorce d'un resserrement en décembre. Ce qui a, en partie, pu surprendre les marchés financiers. Cette décision peut-elle est interprétée comme un durcissement de la politique monétaire américaine ?

Philippe Waechter : Lors de la conférence de presse de septembre, la Fed était sortie du jeu alimentant l'idée que toute hausse des taux était potentiellement exclue pour 2015.

En supprimant la référence aux évolutions externes (volatilité des marchés et croissance globale) et en ajoutant une référence à ce qui pourrait être fait lors du prochain meeting, la Fed est revenue dans le jeu. Il n'était pas attendu de changement de politique monétaire lors de cette réunion, il n'y en a pas eu mais la Fed s'est malgré tout arrangée pour reprendre toute la place qui est la sienne dans la détermination de la politique monétaire.

Ce changement de perception s'est déjà traduit par une hausse de l'ensemble de la structure des taux d'intérêt. Cela s'est vu très nettement après la publication du communiqué notamment sur le taux à 2 ans. La hausse du dollar par rapport à l'euro a aussi été significative. L'annonce est en elle-même un premier élément de durcissement de la politique monétaire. Est-ce qu'elle sera suivie d'effet lors de la réunion des 15 et 16 décembre, c'est une autre histoire. Il y aura une étape intermédiaire qui sera la double intervention de Janet Yellen au Congrès les 2 et 3 décembre prochains. 

En quoi cette décision peut également, et plus positivement, être interprétée comme significative de "bonne santé" de l'économie américaine ?

L'économie américaine ne va pas mal, on l'a encore vu avec le chiffre de croissance publié pour le troisième trimestre. La demande interne progresse rapidement. Sa contribution à la croissance des 3 mois de l'été a été de 3% en rythme annualisé. C'est nettement supérieur à la moyenne constatée durant toute la phase postérieure à la sortie de la récession (le départ de la reprise se situe après le point bas du 2ème trimestre 2009). L'économie va moins vite que dans les cycles précédents mais elle ne va pas mal.

Néanmoins, il commence à y avoir des interrogations sur la solidité de cette économie. Plusieurs indicateurs (ISM, ventes de détail, commandes de biens d'équipement) ont montré en aout et en septembre que sa dynamique était peut être un peu moins vive. Ce qui est troublant néanmoins sur l'économie américaine est l'absence de tensions que ce soit sur les salaires et sur les prix. 

La question posée est toujours la même: dans une économie qui va plutôt bien, vaut-il mieux durcir le ton de façon préventive ou faut-il attendre que des tensions se manifestent ? Mon sentiment est que l'on ne peut pas avoir de vision déterministe des prochains mois. Dès lors imaginer que des tensions vont apparaitre est excessif. Ceux qui ont eu cette vision déterministe se sont trompés depuis 2008 et la mise en place des politiques non conventionnelles. Je pense qu'il vaut mieux attendre d'avoir l'expression de tensions avant de durcir le ton.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Waechter

Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.

Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de capitaux.

Il est l'auteur de "Subprime, la faillite mondiale ? Cette crise financière qui va changer votre vie(Editions Alphée, 2008).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€