Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 02 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le refus d’Obama de bombarder la Syrie quand Bachar a franchi la "ligne rouge" (en utilisant des armes chimiques contre son peuple en 2013) a-t-il été un signal favorable pour la Russie dans son projet d’annexion de la Crimée et de guerre en Ukraine ?

La non-intervention des Etats-Unis en Syrie, alors que la "ligne rouge" décrétée par Obama avait été franchie s'inscrit dans la logique attentiste et non-interventionniste du président américain depuis son accession au pouvoir. Une politique qui aurait favorisé, selon certains, l'intervention russe en Ukraine, et qui interroge, notamment sur son impact quant au nombre de morts dans les différents conflits meurtriers de ces dernières années.

Cause à effet

Publié le
Le refus d’Obama de bombarder la Syrie quand Bachar a franchi la "ligne rouge" (en utilisant des armes chimiques contre son peuple en 2013) a-t-il été un signal favorable pour la Russie dans son projet d’annexion de la Crimée et de guerre en Ukraine ?

Atlantico : Dans une récente interview, le président Barack Obama se déclarait "fier" de ne pas être intervenu en Syrie malgré la fameuse "ligne rouge" franchie par Bachar el-Assad (en utilisant des armes chimiques contre sa population). Six mois après cette décision, la Russie intervenait militairement en Ukraine. Certains journalistes américains y voient un lien direct. Peut-on vraiment dire que la non-intervention de Barack Obama en Syrie a incité Poutine à annexer la Crimée ? 

Michael LambertLa manque de réaction de la part des Etats-Unis incite certains pays à ne plus hésiter à se lancer dans des actions normalement réprimées par l’armée américaine, à l’image de l’annexion de la Crimée par la Russie, des essais nucléaires en Corée du Nord, ou encore de l’utilisation d’armes chimiques par Bachar el-Assad.

Si la Maison Blanche avait mis en avant l’utilisation d’armes chimiques comme “ligne rouge”, c’était avant tout pour éviter d’avoir à intervenir en Syrie, dans un contexte où l’armée américaine se désengage du Moyen-Orient et du continent européen afin de se focaliser sur la Chine. Qui plus est, l’armée américaine modernise ses équipements et les coûts sont conséquents : en atteste le 400 milliards pour la création du F-35, la modernisation de la flotte de bombardiers B-22, ou encore le projet Aurora, dont on sait peu de choses à l’heure actuelle. Barack Obama avait probablement mentionné les armes chimiques en pensant que leur utilisation resterait hypothétique, ce qui n’a pas été le cas ; une manœuvre diplomatique pour gagner du temps et ne pas avoir à envisager une implication plus importante en Syrie.

Pour ce qui concerne le calendrier du Kremlin, celui-ci respecte sans doute une stratégie autrement plus sophistiquée et ne s’aligne pas sur celui des Etats-Unis, de l’Union européenne ou même de l’OTAN.

La Russie dispose actuellement de mécanismes d’influence plus contemporains que ceux de l’Alliance Atlantique, à l’image de l’instrumentalisation des réfugiés, de la mise en place du processus de "guerre hybride", ou encore de l’Union eurasiatique pour accroitre son “smart power”. Si la Russie est intervenue en Crimée en 2014, elle entretient également les nombreux conflits gelés de Transnistrie, Abkhazie, Ossétie du Sud, et plus récemment de Novorossya pour préserver son influence dans l’espace post-soviétique. La guerre en Géorgie en 2008 incite à penser que le président russe dispose de son propre agenda, ce dernier ne prenant pas en considération celui des Etats-Unis.

Quelle perception ont eue les Russes de cette décision prise par Barack Obama à l'égard du régime syrien, pourtant accusé d'avoir eu recours à des armes chimiques sur sa population ? Cela-a-t-il modifié la nature des relations entre ces deux puissances ? 

Les Russes vivent dans un monde dont les valeurs s’opposent à celles de la communauté euro-Atlantique, et les médias sont sous l’influence quasi-directe du Kremlin. Dans le cas de la relation Russie - Syrie, Bachar el-Assad est présenté comme étant le seul dirigeant pouvant permettre d’endiguer la progression de l’Etat islamique au Moyen-Orient.

La population russe n’a donc pas vraiment pu avoir accès à l’information sur les armes chimiques et la considère comme de la propagande occidentale. Même du coté euro-Atlantique, on ignore les conditions exactes d’utilisation de ces dernières. Ce qui est certain, c’est que les Etats-Unis n’ont plus la bonne image qu’ils avaient auprès des Russes dans les années 1990-2000, notamment en raison de la propagande anti-américaine du Kremlin. La mutation de la relation Etats-Unis - Russie débute dès 2000 avec l’incident du sous-marin “Koursk” en mer Baltique. La Guerre en Irak en 2003-2004, la révolution Orange en Ukraine en 2004, la guerre de Géorgie en 2008, le lancement du Partenariat oriental en 2009, les évènements de la Place Maidan en Ukraine en 2014, sont autant d’éléments qui font que la confrontation entre monde occidental et eurasien n’a de cesse de se préciser depuis la fin de brève accalmie post-Guerre froide entre 1991 et 1994.

La Syrie n’est donc qu’un élément parmi tant d’autres dans la relation conflictuelle entre Etats-Unis - UE et Russie.  

Le fait que la Russie soit une puissance nucléaire n'a-t-il pas été une garantie pour Poutine de la non-intervention américaine en cas d'annexion de la Crimée ? Ne peut-on pas appliquer ce raisonnement également pour le cas de l'intervention russe en Géorgie en 2008 (à laquelle les Etats-Unis n'ont pas réagi non plus) ? D'une manière générale, ce raisonnement ne caractérise-t-il pas la relation entre ces deux puissances nucléaires depuis la Guerre froide ? 

La force de frappe nucléaire ou “préventive” comme on a pour habitude de la caractériser en France, joue un rôle essentiel car elle permet de s’assurer qu’un ennemi n’osera pas aller trop loin dans sa démarche coercitive. Elle ne protège nullement d’un conflit, sauf en Corée du Nord, mais elle permet cependant de se prémunir d’une défaite totale.

Dans le cas de la Crimée, les Etats-Unis n’étaient pas en mesure d’intervenir car l’armée russe était présente à quelques centaines de kilomètres à l’Est, mais aussi à l’Ouest de la région, avec la Transnistrie où sont stationnées les Forces de maintien de la Paix (troupes de l’ancienne 14ème armée russe).

Les Etats-Unis n’ont ni les moyens logistiques ou financiers pour occuper la Crimée, d’autant plus que 60% de la population vivant sur place est pro-Russe, et qu’une base militaire y est implantée depuis 1991. Certains territoires sont donc, de facto, sous influence Russe et ce sans que les Etats-Unis ou les Européens ne puissent envisager d’intervenir : c’est le cas de Novorossya, de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud. La Géorgie a fait l’erreur en 2008 de penser que le support des Etats-Unis serait un argument suffisant pour endiguer une attaque de la Russie, mais la proximité géographique joue toujours un rôle non-négligeable pour une intervention militaire, et ce même au XXIème siècle. 

Il reste à noter que la doctrine nucléaire américaine ne s’apparente pas à celle de la Russie, et les Etats-Unis n’ont aucune ambition qui vise à user de la force de frappe nucléaire. Par contraste avec les bombardements russes en Syrie, effectués depuis la mer Caspienne, qui sont un test en condition réelle des missiles pouvant transporter une charge nucléaire.

De manière plus inquiétante, la Russie a récemment violé l’espace aérien de l’Union européenne entre la France et la Grande Bretagne avec des bombardiers soviétiques pouvant transporter l’arme nucléaire. Une possible utilisation sur des sites militaires est donc à envisager, bien qu’elle reste peu probable, la Russie devant encore moderniser son arsenal jusqu’en 2019-2021. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Eolian - 21/03/2016 - 11:19 - Signaler un abus Oui, c'est sûr....

    la presse russe est sous la domination du Kremlin. Vous devriez vous renseigner car une très grande majorité de la presse américaine, i.e. New York Times, Washington Post.... sont devenus aussi le porte-voix de Washington. Il fut un temps - lointain, 50 ans - où ce n'était pas le cas. Quant au gazage de la Syrie par l'"affreux" Bachar al-Assad, cela n'a jamais été prouvé, en fait ce qui a été prouvé c'est que cela ne pouvait pas venir de l'armée de Bachar, mais BIEN de nombreux opposants - les rebelles modérés -comme on dit si bien à Paris, ou Al-Nusra qui faisait du si bon boulot d'après un ancien ministre des AE devenu président du CC. Il faut à un moment donné arrêter la propagande et désinformation.

  • Par Borgowrio - 21/03/2016 - 13:56 - Signaler un abus Gazer son peuple : Formule magique d'une presse limace

    Je ne comprends pas qu'on puisse dire que B.El Assad a gazé "Son peuple " ... Il faudrait être fou pour gazer son peuple .. Il a gazé ( ou pas ) les ennemis de son peuple , fussent ils Syrien , des islamistes égorgeurs, qui pillent , détruisent , violent tout ce qui n'est pas Islam . Cette façon bien de gauche de vouloir salir quelqu'un qui n'est pas adoubé socialiste et par contre minimiser les atrocités commises par les rebelles

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michael Lambert

Michael E. Lambert est doctorant en Relations internationales à Sorbonne Université (France) et à l'Université de Tampere (Finlande). Ses recherches portent sur le soft power de l'Union européenne, les Etats de facto dans la zone d'influence de Moscou et la mise en place du processus de Guerre hybride dans l'espace post-soviétique. Il est actuellement directeur du projet "Caucasus Initiative" qui analyse les mutations géopolitiques, juridiques et migratoires dans le Sud Caucase. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€