Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 18 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme du marché du travail : les bons points de Raymond Soubie (et ses grosses inquiétudes)

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a répondu à une de ses rares interviews.

Atlantico Business

Publié le
Réforme du marché du travail : les bons points de Raymond Soubie (et ses grosses inquiétudes)

Raymond Soubie s’exprime rarement publiquement. Il connaît trop la fragilité des relations sociales pour savoir que les mots peuvent être pernicieux. Il sait aussi que ce qui est nouveau suscite en général la méfiance et souvent le rejet.

C’est ce que vient de rappeler l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy en répondant a une question de Xavier Fontanet, l’ancien président de Essilor. Il faut dire que Raymond Soubie était en confiance, n ‘a-t-il pas commencé sa carrière au cabinet du père de Xavier, Joseph Fontanet alors ministre du Général de Gaulle.

Depuis cette époque, Raymond Soubie a déroulé une carrière de celui qui raconte et explique les rapports sociaux dans la société moderne à ceux qui demandent et l’écoutent. Les chefs d’Etat successifs, les chefs syndicaux et les grands patrons. Depuis son départ de l’Elysée où il travaillait aux cotés de Nicolas Sarkozy, Raymond Soubie n’a pas arrêté d’observer et d’analyser la société française.

D’Emmanuel Macron,  Raymond Soubie salue le diagnostic et les premières réformes, mais avoue s’inquiéter des effets pervers de la méthode choisie. En cause notamment les ruptures conventionnelles, devenues maintenant collectives.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/qu-est-ce-que-les-chefs-d-entreprise-attendent-en-matiere-de-transformation-sociale-1201-1022939.html

Apparue dans les ordonnances réformant le Code du travail, la rupture collective conventionnelle a été initiée pour flexibiliser l’emploi. Les conditions sont plus souples que pour un plan de départs, la justification économique n’étant pas de rigueur à sa mise en place. Seuls le volontariat du salarié, le vote à la majorité des syndicats et un agrément d’un organisme lié au ministère du travail sont nécessaires. Les salariés volontaires sont incités au départ par des packages financiers et quelques mesures d’accompagnement, beaucoup moins suivies que dans le cas de PSE, plan de sauvegarde de l’entreprise. C’est d’ailleurs ce que déplore Laurent Berger, les jugeant moins favorables à l’emploi. Le numéro un de la CFDT regrette l’absence de mesures de reclassement interne, de contrat de sécurisation professionnelle ou de priorité à l’embauche.

Le gouvernement met en avant que l’on retient le principe du départ n’est pas contraint, et que contrairement au PSE, il n’y a pas de licenciement économique et est donc moins  traumatique pour l’employé. Une question de forme pour le salarié et pour l’entreprise, qui voit elle la rupture conventionnelle se mettre en place plus rapidement à contraintes moindres.

En vigueur depuis le 1er janvier, les ruptures conventionnelles collectives font leur entrée sur le devant de la scène grâce à plusieurs entreprises ayant annoncé leur volonté d’utiliser ce procédé.

1er essai la semaine dernière, chez Pimkie, pour la suppression de 208 postes sur le territoire français.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 16/01/2018 - 10:16 - Signaler un abus C'est donc ça?

    la Grande Réforme du Code du Travail? Il me semble qu'il y a une très grande distorsion entre les promesses alambiquées du candidat et la mise en oeuvre du président. Beaucoup de vent pour pas grand chose. On comprend mieux pourquoi les syndicats ne sont pas descendus dans la rue. Pipeau.

  • Par vangog - 16/01/2018 - 13:40 - Signaler un abus Après cinq années de Hollandouille...

    on a vu le résultat de ses « chocs » de compétitivité...après cinq années de son clone promu par les médias consanguins, on verra les mêmes résultats pour la France gauchiste. Et les Français pleurnichards se diront, encore « ah, si j’avais su!...mais n’est-il pas trop tard?.... ». Nous, les Français résistants, continueront à résister, inlassablement...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€