Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme de l’apprentissage : un petit pas dans le bon sens sur la longue route de sa simplification

Muriel Pénicaud vient de proposer une réforme de l’apprentissage qui, sans être la révolution qu’on attendait (fusionnant l’apprentissage et la professionnalisation, par exemple), apporte des avancées importantes dans le sens d’une « politique de l’offre ». Ces avancées méritent donc d’être soulignées (et décryptées) dans un pays où l’apprentissage est, depuis le passage de la gauche au pouvoir, une zone sinistrée

Bon point

Publié le
Réforme de l’apprentissage : un petit pas dans le bon sens sur la longue route de sa simplification

La France de 2018 compte à peine plus de 400.000 apprentis, soit moins qu’en 2008. Ce chiffre en dit long sur la régression que le quinquennat Hollande a produit sur cette filière qui contribue efficacement à la lutte contre le chômage. En Allemagne, les apprentis sont près de quatre fois plus nombreux qu’en France. On mesure bien ici la différence dans les modèles d’éducation de chaque pays.

Encore un naufrage de la décentralisation

Il faudra un jour prendre le temps d’analyser les différentes raisons pour lesquelles l’apprentissage est devenu, en France, un tel désastre. En particulier, il faudrait documenter la corrélation entre l’offre d’enseignants et la décision d’ouvrir des centres d’apprentissage (prise par les régions). 

Tout laisse à penser aujourd’hui que la régionalisation de l’alternance a conduit à organiser les filières non d’après les besoins de l’économie ou d’après le marché de l’emploi, mais d’après le stock d’enseignants disponibles.

C’est d’ailleurs pour cette raison que la ministre Pénicaud supprime le monopole d’ouverture des centres d’apprentissage, et autorise les branches à ouvrir les leurs de façon libre. 

Une fois de plus, les méfaits de la décentralisation, peu visibles ou peu mis en avant, ont des impacts profonds sur le marché de l’emploi en France. 

La fin des réglementations tâtillonnes

Comble du paradoxe, selon un tropisme typiquement français, une réglementation « protectrice » a singulièrement compliqué le développement de l’apprentissage. Le ministère du Travail et le législateur ont largement répandu le mythe selon lequel il fallait protéger les apprentis contre les employeurs qui les formaient. D’où une multitude de règles idiotes interdisant aux apprentis d’assurer les mêmes postes de travail que leurs maîtres d’apprentissage (limites au temps de travail, aux postes de travail, etc.)

Muriel Pénicaud consent à revenir sur ces absurdités, dont l’une empêchait notamment l’employeur de rompre le contrat d’un apprenti. Désormais, le droit applicable aux apprentis se rapprochera de celui applicable aux salariés. Cette évolution paraît de bon sens.

En particulier, le recours aux prudhommes ne sera plus nécessaire pour rompre le contrat d’un apprenti après la fin de la période d’essai.

Un premier doigt dans la question du financement

Pour le grand public, ces questions sont mystérieuses. Mais on retiendra que, sans régler les questions de l’opacité liées au financement de l’apprentissage, les propositions de Muriel Pénicaud apportent un peu d’ordre dans le dispositif. 

En particulier, le projet Pénicaud permettrait de transformer l’incompréhensible taxe d’apprentissage en contribution alternance équivalant à 0,85% de la masse salariale. Cette contribution reviendrait intégralement aux centres de formations alors que l’actuelle taxe perd au moins la moitié de son produit dans des chemins buissonniers.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 10/02/2018 - 14:59 - Signaler un abus Un peu de réalité

    Si naguère, quelques énarques, avant d'être promus fonctionnaires à vie, faisaient quelques stages dans les TPE et PME de ce pays, peut-être, qu'en fonction, ils sauraient de quoi ils parlent, et prendraient des lois en rapport avec la réalité. Qui se préoccupent de ces entreprises,seules susceptibles de prendre des apprentis. On veut transposer le modèle allemand au modèle français. En allemagne, les TPE font partie de l'industrie allemande. C'est une mentalité. Les grosses forment et soutiennent les petites. En France, les TPE, à qui on oppose de manière bestiale, RSI, Urssaff, fisc, avec véhémence et harcèlement, prennent les apprentis pour en faire des manoeuvres, histoire d'économiser quelques charges. Comment voulez vous qu'un chef d'entreprise de 35 ans, qui n'a aucune visibilité de CA, s'occupe, en bon père de famille, d'un apprenti ? Qui se préoccupe dans ce pays de la TPE-PME ? Le MEDEF !!!!!. Les politiques !!!!! les énarques !!!! L'apprentissage ne marche pas parce qu'on veut mettre la charrue avant les boeufs. Il faut repenser la TPE et la PME, en France. Et pour ça, il faut des cerveaux formés au réalisme.

  • Par vangog - 10/02/2018 - 18:26 - Signaler un abus Les méfaits de la décentralisation...

    ce n'est pas le premier, ni le dernier!... Mais, si le problème de la régression socialiste était un manque de professeurs, je ne vois pas en quoi le fait de transférer aux branches le pouvoir de créer des centres d'apprentis, va améliorer le problème? Il faudrait aussi réformer les circuits de la formation des enseignants, complétement sabordés par les gauchistes...lourde tache de refaire ce qui a été défait par la gauche, car l'apprentissage fonctionnait bien, il y a trente ans!

  • Par l'enclume - 10/02/2018 - 18:35 - Signaler un abus Cherchez l'erreur !!!!

    Pourquoi les Allemands sont meilleurs que nous ??? Sur les 40 grandes entreprises allemandes, type Cac 40, 10 PDG sortent de la formation en entreprise, combien en France ?? = 0. D'autre part, en Allemagne le BTS se passe en 3 ans, avec formation en entreprise, en France 2 ans, sans formation en entreprise.

  • Par Kermorvant - 11/02/2018 - 00:16 - Signaler un abus Réglementation..

    Un apprenti couvreur n'a pas le droit de monter sur un toit, en conséquence, les couvreurs ne prennent pas d'apprenti, etc... Cherchez l'erreur.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€