Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Référendum sur l’avortement : pourquoi l’Irlande jouait beaucoup plus qu’une question de religion ou de société

En votant massivement pour l'abrogation de l'interdiction de l'avortement, les Irlandais ont coupé le cordon avec un catholicisme très présent dans leur identité.

Catholicisme

Publié le
Référendum sur l’avortement : pourquoi l’Irlande jouait beaucoup plus qu’une question de religion ou de société

 Crédit BARRY CRONIN / AFP

Atlantico : Les irlandais se sont exprimés sur la question qui leur était posé sur l'abrogation du 8e amendement qui interdisait de légiférer sur l'avortement. 68% se sont prononcé en faveur et 32% contre dans un pays où le catholicisme "traditionnel" est encore très ancré dans les mœurs. Est-ce là la manifestation que l'Église n'est plus l'autorité morale qu'elle représentait dans le pays auparavant ?

Alexandra Slaby : Il y a un rapport particulier des Irlandais au Vatican, pour des raisons qui remontent aux origines du nationalisme irlandais du début du 19e siècle. Les nationalistes ont essayé de détruire cette réunification et le gouvernement britannique a fait appel au Vatican pour être une force de pacification en Irlande.  Il y a eu vis-à-vis du Vatican une méfiance, une distance qui s'est instaurée. Pour preuve au début de l'indépendance en 1922, les nationalistes irlandais n'ont pas voulu de nonce apostolique.

Ils ne voulaient pas que Rome mette le nez dans les affaires des Irlandais. C'est donc une certaine tradition irlandaise d'avoir une pratique de la religion catholique "à la carte". Cette tendance latente pendant tout le 20esiècle a été amplifiée avec la série des rapports sur les abus dans les institutions religieuses en 2009 (jusqu'en 2014).

Cela a été le "coup de grâce" pour l'obéissance à l'institution et cela explique qu'il y a 78% de la population qui se définit comme catholique et 46 ou 48% qui sont pratiquants. Néanmoins, ils disent qu'ils peuvent être catholiques tout en prenant des distances vis-à-vis de l'institution. De son côté l'Église va condamner l'acte (en l'occurrence l'avortement) mais pas les personnes car la miséricorde s'applique.

Le résultat de ce scrutin est donc l'évolution logique de cette tradition et de cette histoire et juste avant ce référendum, on peut citer la campagne pour la légalisation du mariage homosexuel en 2015. A l'époque, elle avait essayé de faire valoir l'enseignement sur la famille et n'avait pas réussit à fournir un discours audible, attirant et positif. Depuis elle est restée silencieuse et a par exemple été absente de la campagne sur le référendum.

2/ Le résultat peut-il se résumer simplement à une question de religion n'est-ce pas là aussi une conséquence politique qui était prévisible avec le renouvèlement politique de ces dernières années ?

 Absolument, tout cela était en germe depuis plusieurs années maintenant. Les élections législatives de 2016 se sont terminées par une absence de majorité et la nécessité pour le Fine Gael de constituer un gouvernement de coalition avec des indépendants. Ces indépendants ont monnayé leur soutien par des exigences comme mettre sur la table des négociations l'abrogation du 8e amendement. C'était donc prévisible et ce projet était également porté par l'actuel Premier ministre Léo Varadkar qui a un profil nouveau dans la classe politique irlandaise (homosexuel, a un père indien…) et portait toutes les réformes "éthiques" que souhaitait la population. Sa présence a été un accélérateur de ces évolutions.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandra Slaby

Alexandra Slaby est Maître de Conférences en anglais à l’Université de Caen. Sa recherche est en études irlandaises et en histoire des idées culturelles. En 2010, elle a publié un ouvrage issu de sa thèse et qui est une mise à jour jusqu'en 2009 de la politique culturelle irlandaise: L'Etat et la culture en Irlande. Elle a récemment publié une Histoire de l'Irlande de 1912 à nos jours (Tallandier, 2016).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€