Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Référendum d’auto-détermination : mais au fait, à quoi nous sert la Nouvelle-Calédonie ?

A six mois du moment où la Nouvelle-Calédonie doit se décider à sortir ou non du giron français, il semble légitime de se poser la question des intérêts qu'a la France à conserver cette île située à l'autre bout du globe.

Petit cynisme entre amis

Publié le
Référendum d’auto-détermination : mais au fait, à quoi nous sert la Nouvelle-Calédonie ?

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Française depuis 1853 (avant Nice par exemple), la Nouvelle-Calédonie a connu une histoire mouvementée avec sa patrie d'adoption. L'île servit de bagne aux communards, puis de base aux armées, comme c'est encore le cas aujourd'hui. Dans les années 80, la communauté locale kanak, minoritaire mais indigène, commence à contester la présence française. Pendant toute cette décennie, les affrontements sont nombreux jusqu'en 1988 et l'épisode tragique de la grotte de Gossanah à Ouvéa. Provoquant la mort de nombreuses personnes, des forces de police comme des opposants, cette tragédie accélère l'ouverture à une voix pacifique de négociation dont le référendum de ce mois de mai est l'aboutissement.

Si la question de l'indépendance pose beaucoup de questions du côté de la Nouvelle-Calédonie, elle devrait aussi intéresser les Français, qui pourraient se voir déposséder d'une partie du territoire nationale qu'ils connaissent finalement assez peu et dont les intérêts sont aussi bien économiques que stratégiques. 

La « petite » île du Pacifique ne représente pas rien d’un point de vue territorial : deuxième territoire de la République, derrière la Polynésie mais devant la métropole, sa zone économique exclusive (ZEE) est 1,42 millions de km2, pour une superficie terrestre de 18500 km2. C’est donc un immense espace où s’applique la souveraineté française qui pourrait disparaitre avec une indépendance. 

Et ce n’est pas qu’une question symbolique, puisque les intérêts économiques de la France sont conséquents, notamment du fait de la présence sur l’île du troisième gisement mondial de nickel. Mais ce n’est pas tout, puisque la ZEE est aussi très riche en autres minerais (phosphates, cobalts etc.) qui affleurent sur les sols marins. Un potentiel qu’on pourrait exploiter dans quelques années. Stratégiquement, ces matières premières ont une importance certaine pour la France qui n’a pas d’autre gisement aussi conséquent sur son territoire.  

Mais l’aspect économique n’est pas le seul, puisque de part sa position entre l’Océanie et l’Asie, la Nouvelle-Calédonie a une place importante d’un point de vue géostratégique. Par exemple par le biais de la Communauté du Pacifique qui siège à Nouméa et qui permet d’orienter le développement de toute la région. La ville de Nouméa a un rôle essentiel dans les échanges avec deux acteurs importants de la région, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Placée entre les deux, la Nouvelle-Calédonie permet de faciliter les échanges diplomatiques avec ces deux pays. L’île est donc un relais diplomatique de premier ordre. 

Et enfin, il y a le rôle militaire et géopolitique déterminant de l’île comme base avancée de l’armée française, la plus grande de la région. Au sein de du QUAD, la France organise la défense de la région aux côtés des Etats-Unis, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par BADIN - 06/05/2018 - 15:44 - Signaler un abus Nouvelle Calédonie

    "Placée entre les deux, la Nouvelle-Calédonie permet de faciliter les échanges diplomatiques avec ces deux pays". Si d'aventure, le "Caillou" devenait indépendant de la France, il serait rapidement récupéré par les anglophones voisins qui n'attendent que cela. En effet, cette ile française dans un océan anglais est bien mal acceptée. Et si la Chine vient empiéter, sa taille et sa puissance inclinent au respect, (Rappelez-vous le mot d'Henri Verneuil (1964) : "Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent.") . Il est triste de voir qu'on a fait d'une ile pauvre et musulmane un département et qu'on veut à tous prix se séparer d'une ile riche et chrétienne! Le jour où notre pays aura une politique qui défendra ses intérêts n'est pas demain!

  • Par Deudeuche - 06/05/2018 - 20:09 - Signaler un abus @Badin

    Les politicards parisiens déchristianisés et spécialistes de la haine des seuls cathos ont un problème avec une île peuplée de protestants majoritairement évangéliques. Ça sort complètement de leurs habitudes. Effectivement comme dit le post au dessus pourquoi s’enmerde t’on avec la très islamiste Mayotte dans l’océan indien?

  • Par moneo - 07/05/2018 - 18:09 - Signaler un abus Hum..

    vision imperialiste d'avant 1914 vision dénuée de tout réalisme militaire vision iconoclaste sur la grande région économique puisque pour raisons écolo il ne faut pas polluer cette zone et que même en cas d'exception ça fait 60 ans que j'entends parler de cela et que si ça ne s'est pas fait c'est quelle n'est pas rentable ... vu le nombre de mots disponibles j' arrête...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico Rédaction

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€