Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Red Pill, le documentaire qui fait rager les féministes tout en mettant le doigt sur l’une des clés ignorée de l’évolution des électorats occidentaux

Red Pill a défrayé la chronique en décrivant le combat des groupes masculinistes, qui s'opposent frontalement aux discriminations contre les hommes dans la société contemporaine. Un féminisme inversé, en quelque sorte...

Masculinisme

Publié le - Mis à jour le 3 Février 2017
Red Pill, le documentaire qui fait rager les féministes tout en mettant le doigt sur l’une des clés ignorée de l’évolution des électorats occidentaux
 

Atlantico : Aux Etats-Unis, un reportage intitulé The Red Pill,  qui décrit la montée des courants masculinistes a provoqué un vif débat. Il s'agit de mouvements considérant que l'homme est attaqué par le modèle social dominant, en particulier par le féminisme. Qu'est-ce qui explique l'apparition de ce courant dans la vie politique contemporaine ?

Peggy Sastre : L'air du temps, comme dirait l'autre, et son goût pour les idéologies identitaires, elles-mêmes très friandes des «modèles sociaux dominants» qui, dès qu'on creuse un peu, se révèlent pas mal contradictoires les uns par rapport aux autres en particulier, et vis-à-vis de la logique en général. Lorsqu'on creuse davantage, on s'aperçoit que ces gros méchants soigneusement mal définis (si vous ne savez pas, dites «systémique») dont le centre est partout et la circonférence nulle part servent davantage à colmater et souder des communautés qu'à permettre un quelconque changement relativement conséquent et opérant (ce qui exige d'observer et de comprendre la réalité pour réussir à la modifier).

A ce titre, les masculinistes ne font que recycler les recettes qui marchent : se déterminer une identité, y accoler deux trois caractéristiques parlantes (au-delà, vous perdez votre auditoire) et distordre le réel en tous sens pour prouver qu'elles sont persécutées partout, tout le temps, toujours. On reste dans le narcissisme victimaire, soit le degré 3e sous-sol de la pensée.

Après, il faudrait aussi voir si les mouvements masculinistes gagnent réellement en force ou si c'est une illusion visuelle, un effet de contraste –comme ce qui peut se passer avec le fondamentalisme religieux, qui progresse bien moins vite que le sécularisme et l'athéisme. Mais ce documentaire (que je n'ai pas encore vu) m'interpelle beaucoup. C'est peut-être bidon, mais si le projet de la réalisatrice est tel qu'il est présenté –une confrontation entre idées reçues et réel–, il mérite déjà un bon paquet de louanges.

En quoi est-ce que ces revendications ou angoisses révélées par la montée de ces mouvements peut être une des explications du vote des "white trash" pour Trump ?

Pour le coup, il faut aussi faire attention aux généralisations et aux simplifications, car beaucoup de riches ont voté pour Trump, et aussi beaucoup de femmes –chez les blanches, il obtient 53% des suffrages. Le moteur féminin des conservatismes et des « réactionnarismes » est d'ailleurs lui aussi très mal analysé. Rien que sur l'avortement et les droits reproductifs, les femmes s'y opposent encore plus que les hommes, de la même manière que ce sont avant tout des femmes qui vont en conspuer d'autres pour leur « vie dissolue » etc. Dépeindre le conflit entre valeurs de gauche et valeurs de droite en guerre des sexes est extrêmement simplificateur, et même tout à fait fallacieux, tant les conflits intrasexuels y jouent des rôles conséquents. Plein de femmes ont été définitivement dégoûtées par les sorties de Trump sur « les chattes à attraper », mais il y en aussi plein d'autres qui ont trouvé cela super séduisant – enfin un mec, un « vrai », comme « on n'en fait plus ». Cela étant dit, une grosse composante de l'attrait que Trump (à l'instar d'autres illibéraux contemporains) relève d'une réaction assez basique, et pour le coup très facilement compréhensible, à la suffisance morale qu'expriment énormément de « progressistes » (je mets des guillemets, car sur pas mal de sujets, notamment relatifs aux sciences et aux technologies, ils ne le sont vraiment pas) et aux situations de terrorisme intellectuel qu'ils peuvent produire. Les extraits du documentaire où l'on voit la censure féministe en action sont à mon sens aussi parlants que terrifiants, surtout quand vous êtes un tantinet attaché à la liberté d'expression. Donc que le trumpisme révèle des angoisses –l'une des plus primordiales étant raciale et raciste– de gens déboussolés par la complexité du monde sur lesquels les promesses et les recettes miracle d'un charlatan marchent du feu de dieu, oui, bien sûr. Mais qu'on ne minimise pas l'esprit de contradiction électoral, cette espèce d'effet de soupape qui aura lui aussi contribué au phénomène, et qui révèle par la même occasion les errements de la « bien-pensance » et du « politiquement correct ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par horus35 - 31/01/2017 - 11:55 - Signaler un abus Adam et Ève !

    la femme est l'avenir de l'homme !Et son passé aussi ! Mais surtout elle a découvert qu'elle pouvait égaler l'homme !Voir le depasser et ne s'est pas privée de reproduire les mêmes erreurs,les mêmes comportements machistes ! Et oui,elles en ont nos femmes maintenant, et certaines ne se privent pas,sans peur du ridicule de nous le faire savoir ! Que des hommes se rebellent contre ce machisme inversé n'est que pure logique et nous promet des lendemains qui déchantent ! La femme sera elle la fin de l'homme ?

  • Par ikaris - 31/01/2017 - 13:12 - Signaler un abus Drôle d'interviewée

    on prend pour accroche un documentaire qu'elle n'a pas vu (c'est bien de l'avouer), elle alterne un vocabulaire très (trop) familier avec des tournures de phrase à rallonge digne du politiquement correct le plus pur. Beaucoup de spéculations livrées comme des vérités révélées et des interprétations très très personnelles : la fameuse affaire de l'attrape minou de Trump est une déconnade lourdingue entre mecs telles qu'elle se pratique souvent qui a été volée et exposée sur la place publique par ses adversaires politiques : c'est du sens commun d'éviter de juger Trump là dessus. A lire l'interviewé les masculinistes ont tout inventé ... ce qui est écrit dans la loi pourtant n'est pas complètement du vent.

  • Par Ganesha - 31/01/2017 - 17:44 - Signaler un abus Torture pour les hommes

    J'ai travaillé plusieurs années au Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Bahreïn, Yémen), en contact direct avec la population (surtout des femmes) et l'opinion que j'en ai retirée, c'est que dans ces sociétés ''méditerranéennes'' (au sens large), le véritable ''chef de famille'', c'est la femme mariée, la mère de famille, la ''Mama'' ! Les hommes jouent les ''machos'', se donnent des airs importants, ils défendent les grands principes, mais les vraies décisions pratiques, ce sont les femmes qui les prennent. Les hommes ne sont jamais que le résultat de l'éducation qu'ils ont reçue de leur mère ! Mais ce message, à chaque fois que je le publie, reste totalement incompris ! Un exemple pratique : il faut que vous réalisiez que derrière son voile intégral (niqab ou burka) la femme dispose d'un ''poste d'observation'' idéal, qui lui permet de ''mater'' tranquillement tous les mâles qui passent ! Contrairement à ce que l'on raconte, le voile, c'est une torture pour les hommes, qui sont dévorés par la curiosité !

  • Par kelenborn - 31/01/2017 - 22:31 - Signaler un abus ah ouais

    Il est toujours original Ganesha! Ca doit être un mutant

  • Par Semper Fi - 01/02/2017 - 00:38 - Signaler un abus Ouffff.... Ganesha is back !!!!

    J'ai eu un moment peur qu'il se soit retrouvé bloqué dans un aéroport à cause du décret sur l'immigration de D. Trump !!!! Dieu merci ce n'est pas le cas. D'accord, ces commentaires sont pour le moins très souvent iconoclastes, sauf que... là il n'a pas tout à fait tort. J'émets toutefois des réserves quand je repense à Kaboul et aux femmes afghanes, toutes de burqa bleue vêtues, que les hommes (maris ? parents ?) faisaient monter dans le coffre de leur bagnole... un peu comme le faisait, dans la Sologne de mon enfance, mon chasseur de voisin avec son épagneul !

  • Par kelenborn - 01/02/2017 - 08:19 - Signaler un abus Semper F

    Oui mais ça, Caroline My Ass doit trouver ça excusable! Pas d'autres moyens pour émigrer!

  • Par Ganesha - 01/02/2017 - 09:30 - Signaler un abus Mon souvenir le plus marquant

    Mon souvenir le plus marquant de l'Arabie Saoudite : un médecin bangladais qui vient de faire sa prière publiquement, interrompant son service, en plein milieu du hall d’accueil des urgences à l’hôpital. Il se relève, et il me dit : ''Cher ami, vous serez certainement d'accord avec moi : les égyptiennes ont de plus gros seins que saoudiennes !''

  • Par Deneziere - 01/02/2017 - 10:17 - Signaler un abus Trop de commentaires pathétiquement hors sujets

    La justice aux affaires familiales de pays comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, mais aussi largement la France, sont aux mains de personnes qui considèrent que tout être masculin doit être puni ès qualité, et ce, depuis des décennies. Et pendant ce temps là, les commentateurs d'Atlantico nous bassinent avec des expériences touristiques arabes. Quand le sage montre la lune, un imbécile normal regarde le doigt. Certains ici se regardent le derrière.

  • Par Anouman - 01/02/2017 - 12:18 - Signaler un abus Masculinistes

    Pourquoi pas. Mais la phrase intéressante est à la fin " Les univers militants, en général, sont des lieux où l'on n'appréhende le monde que par les micro-perspectives de ses micro-intérêts et où l'on finit, assez inévitablement, à prendre ses biais pour la réalité et à (surtout) vouloir l'imposer à un maximum de monde". Si on supprime le "en général", c'est tout à fait ça.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Peggy Sastre

Peggy Sastre est écrivaine et traductrice. Elle est l'auteure de "Ex Utero : pour en finir avec le féminisme" et de "La domination masculine n'existe pas".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€