Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Reconnaissance de la Chine : Edgar Faure, l'émissaire du général de Gaulle

"Tu es décidément un bien curieux enfant. C'est rare, en tous cas, qu'un enfant de ton âge aime les souvenirs de guerre !" Edgar Faure, l'homme qui avait côtoyé les plus grands de ce monde, l'homme qui treize fois avait été ministre, deux fois président du conseil, député, sénateur et académicien, considérait avec affection son petit-fils. Et ce petit-fils, Rodolphe Oppenheimer, dresse dans "Edgar Faure - Secrets d'Etat, Secrets de Famille" un portrait surprenant de ce grand homme politique. (1/2)

Bonnes feuilles

Publié le

De Gaulle m’invita pour me dire, de façon brutale, à brûle-pourpoint :

- Quand je vous ai consulté il y a quelque temps sur le problème de la reconnaissance de la Chine, vous m'aviez dit qu’il n'y avait rien à faire immédiatement !

Passablement énervé, il s’était repris.

- Etes-vous toujours de cet avis ? 

- Puisque vous m'en reparlez, c'est que vous avez vous-même étudié cette situation. Je pensais que la donne avait changé compte tenu de l’avancée du dossier algérien et qu’il n’y avait plus à redouter de déconvenue à une ouverture diplomatique avec Pékin. A présent, les Chinois sont dans une situation délicate à cause de leurs frictions avec les Soviétiques. Général, vous avez donné tellement de signes d'indépendance vis-à-vis des Américains que vous n’êtes plus à un près. On ne peut pas scotomiser un peuple de six cents millions d'habitants. 

- Tiens, quel est ce mot, « scotomiser », que je ne connais pas ? 

- Eh bien, général, « scotomiser » vient de « scotome », altération de la vision.

Il me dévisage curieusement ; amusé, il détaille mes grosses lunettes à monture de bois et sait pertinemment que je fume souvent ces pipes en bois de Saint Claude. Il savait très bien que l’on disait de moi dans les hémicycles : « Faure est bien une tête de bois nom d’une pipe ! » 

Il me parut naturel d’expliquer au Général que, fortuitement, j’avais fait dire aux Chinois qu’il réfléchissait à beaucoup d’hypothèses et à l’idée même que je puisse revenir sur place comme son porte-parole ; conjointement les Chinois venaient de me convier à ce déplacement. Je pensais en effet qu'il serait intéressant que je retourne sur place mais également en Union Soviétique, pour étudier de façon encore plus générale le fond du conflit sino-soviétique. 

Le général de Gaulle me dit alors : 

- Oui, vous irez en Chine, mais vous irez comme mon représentant et je ne vous conseille pas de faire les deux voyages Chine et Russie, conjointement, dans le même temps, dans le même esprit !

Nous avons donc imaginé ensemble un projet extrêmement précis, prévoyant que je me rende d'abord au Cambodge pour rencontrer au nom du général de Gaulle le Prince Sihanouk, mais également pour tisser un rideau de fumée, pour créer un leurre politique, au sujet des vraies raisons de mon voyage. Notre plan prévoit que, sur la route du retour, je m’arrête en Inde pour y rencontrer le président Nehru, qui m’avait lui aussi invité ; que de sollicitations !  

Le Général rédigea alors une lettre m’accréditant auprès du président chinois. Cela me permettait en toute transparence d'écrire au gouvernement chinois que le général ne connaissait ni ne reconnaissait, il me faisait cet ordre de mission également pour me donner un mandat officiel, un blanc-seing, afin que je pusse me charger d’autres problèmes annexes et connexes. Je comprenais au son de cet échange de visions politiques que le Général était soucieux et envieux au plus haut point de parvenir à une résolution complète du problème qui aboutirait à la reprise des relations internationales. De Gaulle m’en avait déjà parlé mais chaque fois en catimini, entre deux portes, se rétractant, puis avançant à tâtons, et reculant également.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rodolphe Oppenheimer-Faure

Rodolphe Oppenheimer-Faure est Président-fondateur de l'Association Edgar Faure

 

Voir la bio en entier

Luc Corlouër

Auteur et conférencier Luc Corlouër est romancier et essayiste. Il a publié cinq ouvrages entre 2007 et 2014. Passionné par le personnage d’Edgar Faure, il a beaucoup travaillé ces dernières années sur la face méconnue de l’homme de Béziers.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€