Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réchauffement climatique : le point sur ce qui est établi et ce qui ne l'est pas

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a estimé vendredi, dans un rapport adopté à Stockholm, que la situation climatique s'aggravait sur Terre. La température du globe devrait augmenter entre 0,3 et 4,8 degrés d'ici 2100, selon leur scenario le plus optimiste.

Matière à discussion

Publié le - Mis à jour le 30 Septembre 2013
Réchauffement climatique : le point sur ce qui est établi et ce qui ne l'est pas

Le Giec présente ce vendredi de nouvelles preuves de l'ampleur du réchauffement climatique. Crédit Reuters

Atlantico : Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat remet son rapport sur le réchauffement climatique vendredi 27 septembre après quatre jours de débats. Ce rapport, dont certaines parties ont fuité, suscite depuis plusieurs mois de nombreuses polémiques. D'aucuns n'hésitent pas à affirmer que la responsabilité humaine dans le réchauffement serait remise en cause par les conclusions de ce rapport. Comment expliquer de telles interprétations ?

Christian Gollier : Même s’il fut mis en évidence par Arrhenius à la fin du 19e siècle, la science n’est absolument pas capable à ce jour de prédire avec suffisamment de fiabilité l’intensité du phénomène de réchauffement.

La complexité du problème est telle qu’aucun scientifique sérieux ne se permettrait aujourd’hui de faire des prévisions sans reconnaître les limites de son modèle. Ainsi, personne ne peut dire aujourd’hui si les dommages climatiques seront de 1% ou de 50% du PIB mondial dans deux siècles. L’honnêteté intellectuelle des co-auteurs du rapport du GIEC oblige à reconnaître ces incertitudes. Rappelons aussi que ce rapport est écrit par plusieurs centaines de scientifiques, de toute qualité, de toute sensibilité et de toute origine. Mais il ne faudrait pas que les désaccords explicités dans le rapport laissent planer le moindre doute sur une réalité incontestable : une large majorité des experts s’accordent pour reconnaître que "la maison brûle" !


François Gervais : La température globale de la Planète n'a pas augmenté depuis 17 ans alors que durant cette période les activités humaines ont envoyé dans l'atmosphère 1/3 de tout le CO2 émis depuis le début de l'ère industrielle au XIXème siècle, questionnant sévèrement la supposée relation de cause à effet entre CO2 et température. L'incertitude des projections du GIEC est considérable puisqu'elle s'échelonne entre 0,2°C pour la valeur basse de la projection la moins pessimiste, à 4,8°C pour la valeur haute de la projection la plus pessimiste. La valeur haute est incompatible avec un effet de serre du CO2 bien réel, mais proche de la saturation. En revanche la valeur basse est compatible avec ce phénomène de saturation.  

Certains nient l'existence même du réchauffement. Quelles sont aujourd'hui les grandes polémiques autour du changement climatique ?

Christian Gollier : Il y a encore énormément d’incertitudes sur des éléments déterminants du risque climatique. On ne comprend aujourd’hui qu’imparfaitement les interactions entre les océans et l’atmosphère, pourtant cruciales. Par ailleurs, des scientifiques tout-à-fait respectables pointent du doigt la possibilité de rétroactions auto-correctrices, comme l’augmentation de la masse nuageuse ou l’accroissement de la photosynthèse que l’effet de serre pourrait générer. D’autres pensent qu’il serait peu coûteux pour les générations futures de contrer le changement climatique par des techniques de géoingénerie, comme la vaporisation dans la haute atmosphère d’aérosols sulfureux. Dans l’autre sens, on s’inquiète beaucoup de cercles vicieux que l’augmentation de CO2 pourrait déclencher, comme le relâchement massif de gaz carbonique contenu dans le permafrost. La réalité, c’est que les résultats des modèles les plus performants sont très sensibles à de nombreux paramètres sur lesquels planent beaucoup d’incertitudes.

François Gervais : Le réchauffement est une réalité mais il est la conjonction de plusieurs facteurs naturels qui expliquent très bien le plateau observé depuis 17 ans, alors que les modèles du GIEC les plus pessimistes s'avèrent incapables de l'expliquer. La polémique, en revanche, a toujours existé. Le site Popular Technology recense plus de mille publications scientifiques, certaines datant de plus de 20 ans, récusant tout alarmisme et insistant sur des facteurs naturels de l'évolution du climat.

Bastien Alex : Le réchauffement climatique est globalement admis. Les réserves concernent davantage son origine anthropique. Certains courants avancent la thèse de son origine naturelle à travers l’alternance des périodes de réchauffement/refroidissement qui jalonnent l’histoire de la Terre, et en déduisent que l’homme n’en est aucunement responsable. Beaucoup de scientifiques, comme Claude Allègre en France, dénoncent la rigueur et le sérieux des travaux du GIEC dont la qualité n’est appréciable que si l’on maîtrise des disciplines telles la climatologie ou la glaciologie. De même, la question de la comptabilisation des émissions fait débat. Pour l’heure, les Etats sont chargés de fournir les chiffres de leurs émissions, ce qui n’est pas satisfaisant. Dernier élément et pas des moindres, le traitement de l’incertitude par le GIEC qui a nourri les discours climato-sceptiques en se montrant parfois mal à l’aise vis-à-vis des limites actuelles de la modélisation et de la prospective climatique aux horizons mentionnés dans les rapports.

Qui sont ceux à l'origine de ces polémiques ? Quel est leur profil ?

Christian Gollier : Il est impossible de dresser le portrait-robot du scientifique climato-sceptique pour représenter une population en réalité si hétérogène. Une minorité est probablement financièrement soutenue par des acteurs qui ont intérêt à ce que rien ne bouge. Mais l’argument du financement va dans les deux sens, car des moyens énormes de financement ont été offerts aux scientifiques du climat par les Etats et certaines entreprises. Et l’existence de forts lobbies écologistes rend difficile la survie de scientifiques capables de remettre en cause un air du temps climato-catastrophiste parfois bien excessif. Dans cette histoire, on n’est pas parvenu à éviter le manichéisme.

François Gervais : Ce sont d’éminents scientifiques, des sommités spécialistes de ces questions, directeurs de grands programmes, responsables de laboratoires de recherche ou d’équipes prestigieuses. Mentionnons par exemple trois Prix Nobel, le Président de la Fédération mondiale des scientifiques, le Président de la Commission de Climatologie de l’Association Météorologique Mondiale, le Directeur de la recherche spatiale de l’Académie des sciences russe, le Président du Conseil Scientifique de l’Université de Princeton, le Président de l’Institut d’études spatiales, le Directeur-fondateur de l’International Arctic Research Center, le Président du Comité de météorologie tropicale de la Société météorologique américaine, le Directeur de l’Institut Max Planck de recherche sur le système solaire, le Président de l’Association américaine des climatologues, le Directeur fondateur du Service des satellites US, et un millier d'autres pour s'en tenir à leurs propres déclarations. Certains ont même été experts du GIEC (voir liste en annexe du livre l'Innocence du carbone).

Bastien Alex : Je crois qu’il faut davantage employer le terme "débat" qui évite la stigmatisation et la diabolisation, qui provoquent souvent des effets contraires à ceux recherchés. En effet, il faut bien prendre en considération la thèse très répandue dans les pays émergents et les pays en développement qui soutient que le changement climatique est une invention de l’Occident destiné à nuire à leur croissance économique qui commence à chahuter la domination que le monde développé a exercé pendant des siècles.

Le climato-scepticisme n’est toutefois pas l’apanage des seuls pays en développement. Les plus fervents opposants à la thèse du réchauffement climatique et à toute imposition de disposition contraignante limitant les émissions de gaz à effet de serre sont souvent liés aux lobbies des industries polluantes (pétrochimie, hydrocarbures), ce qui était par exemple le cas de nombre d’élus américains venus assister à la conférence de Copenhague et représentants les Etats de la Rust Belt, ensemble d’Etats dont l’économie – et donc l’électorat – est essentiellement tournée vers ce type d’activités. Ce sont des réflexes reposant sur des réalités qu’il faut prendre en compte lorsque l’on construit un argumentaire et une stratégie de négociations.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par drdd - 27/09/2013 - 07:30 - Signaler un abus QUE TOUS LES CLIMATOSEPTIQUES

    LEVENT LA MAIN... j'en suis un

  • Par drdd - 27/09/2013 - 07:30 - Signaler un abus QUE TOUS LES CLIMATOSEPTIQUES

    LEVENT LA MAIN... j'en suis un

  • Par Ravidelacreche - 27/09/2013 - 09:55 - Signaler un abus @drdd

    Vu la répétition vous avez oublié de lever la main :o))

  • Par amike - 27/09/2013 - 10:41 - Signaler un abus Le rapport de GIEC est une énorme mascarade !

    Entendu à la radio : "la responsabilité de l'Homme est engagé" : Normal ( production de carbone, etc.) mais pour quelles conséquences ? "une augmentation des températures de 0.2° à 6°" "une augmentation du niveau de la mer de 20 à 90cms" Autant dire qu'avec ce degré d'incertitude (on va quasiment dans un rapport 0 à 20), à moins d'une "augmentation négative" des températures, le GIEC aura toujours raison, ou donc, ceux qui le critiquent toujours tord

  • Par lsga - 27/09/2013 - 11:36 - Signaler un abus Les réacs préfèrent s'intéresser aux arabes

    Au prochain de repas de familles, regardez bien les gosses jouer. Eux, contrairement à vous, seront encore en vie 2080. Quand leurs petits enfants leur demanderont :   "dis moi mami, pourquoi les gens n'ont rien fait pour le climat à l'époque ?"   ils pourront répondre :   "tu sais, à l'époque, mon papou et ma mamou préféraient se préoccuper des roms et des arabes "   Les réactionnaires sont des imbéciles qui détournent la droite des questions fondamentales, voilà un fait établi.

  • Par perryll john - 27/09/2013 - 12:04 - Signaler un abus escrocs

    ça existe encore le giec ? ces gens-là n'ont aucun honneur ; quelles stats bidonnées vont ils produire cette fois?

  • Par AlainCo - 27/09/2013 - 12:47 - Signaler un abus 1 histoire exemplaire contre la science administrée&consensuelle

    Ce qui se passe est rassurant et exemplaire, même si insuffisant. Le modèles du GIEC ne marchent pas, donc leur théorie retourne a garage... leurs récentes excuses sont pitoyables. pour des explications allez voir sur l'ex scientifique du GIEC "Judith Curry" qui dice ce que Gervais dis depuis longtemps... après avoir reconnu lors du climategate qu'elle s'était assise sur son éthique. En tant que veilleur sur lenr-forum.com, une autre mascarade consensuelle je sais combien c'est dur de convaincre les gens qui se croient rationnels et scientifiques,mais vivent dans l'illusion. Roland Benabou a un papier "Groupthink: collective delusion in organizations and markets" qui explique ce délire collectif. si le RCA était lié au CO2, on n'aurait pas presque le même réchauffement de 1900à1950 et de 1950 à maintenant... quand au lobbies je rigole, il y a plus d'argent dans les éoliennes que le charbon... d'ou la facture qui monte. Faites travailler un thésard sur la critique du RCA et sa carrière est ruinée... il y a lobby, mais inverse de l'apparence. De toute façon avec les LENR et Defkalion, le problème est résolu, s'il existe. passons à autre chose!

  • Par AlainCo - 27/09/2013 - 12:59 - Signaler un abus La science et le consensus, sont incompatibles

    Je vous invite à lire le cours de Michael Crichton "aliens cause global warming" à harvard (googlez le) il parle, outre des arnaques (comme l'hivers nucléaire, ou la stérilité de hiroshima), du temps qu'il a fallu pour que des fait scientifiques évident (les germes des fièvres puerpérales, la tectonique). sur lenr-forum j'ai trouvé d'autre cas plus ou moins rapide, hors LENR (ca devrait faire 25-30 ans pour les LENR, et être découvert vai le wall-street journal, comme les avions des frères Wright). outre "semmelweis" et précécesseurs, Il y a les quasi-cristaux de shechtmann, les frères wrights (que Sciam a reconnus comme réel 5 ans après les première démos). la science administrée ne marche pas. Nassim Nicolas taleb est très claire et confirme norbert Alter et diverse thèses sur l'innovation. les découvertes scientifiques sont le fait de praticiens, pas d'académiques... Le RCA est une méthode d'obtention de budget et de construction de prix Nobel... pas une science. Lisez taleb, lisez Norbert Alter, lisez l’histoire, lisez Thomas Kuhn... Ne vous intéressez plus au RCA, ce sera enterré par une la fin d'une autre tragédie scientifique... par le marché libre!

  • Par yt75 - 27/09/2013 - 13:02 - Signaler un abus Hydrocarbures, crise actuelle

    Ne pas oublier que de manière duale ou "en parallèle" des aspects CO2 et climatique, il y a aussi les aspects "contraintes d'accès aux ressources", dont on parle moins, mais dont l'impact est sans doute encore plus direct en termes "bassement économiques" aujourd'hui : http://blogs.mediapart.fr/blog/yt75/030713/transition-energetique Ou autrement dit la crise actuelle n'est pas "financière", c'est aussi et surtout un monstrueux choc pétrolier qui ne fait hélas(ou pas) que commencer. Il faut aussi savoir que les US ont passé leur pic de production en DIX NEUF CENT SOIXANTE DIX (premier producteur mondial et de loin à l'époque), et ceci est aussi la raison fondamentale du premier choc pétrolier, beaucoup plus que la légende "embargo Arabe", ressassée à n'en plus finir, (avec le rééquilibrage majors/pays producteurs sur les revenus des barils), résumé en fin de post : http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/ Voir en particulier les interviews d'Akins (ambassadeur US en Arabie Saoudite à l'époque) dans «la face cachée du pétrole» partie 2 à partir de 18:00 pour le premier choc.

  • Par yt75 - 27/09/2013 - 13:03 - Signaler un abus Hydrocarbures, crise actuelle, suite

    Et les États-Unis sont toujours aujourd'hui le premier importateur mondial (8,4 millions barils jour, Chine autour de 5, 4), enfin l'Europe à peu près pareil que les US. États-Unis : http://mazamascience.com/OilExport/output_fr/Exports_BP_2013_oil_bbl_US_MZM_NONE_auto_M.png Chine : http://mazamascience.com/OilExport/output_fr/Exports_BP_2013_oil_bbl_CN_MZM_NONE_auto_M.png mer du Nord : http://mazamascience.com/OilExport/output_fr/Exports_BP_2013_oil_bbl_MZM_NSE_MZM_NONE_auto_M.png

  • Par lsga - 27/09/2013 - 13:07 - Signaler un abus Il est très rare que la communauté scientifique s'accorde

    à plus de 95%.   C'est une preuve incontestable qu'il n'y a plus aucun doute sur le sujet.   Sujet d'ailleurs qui est bien plus grave pour la France que celui de l'immigration.

  • Par drdd - 27/09/2013 - 13:28 - Signaler un abus Ravidelacreche

    Vous avez raison:-) Vous avez raison:-) c'est le réchauffement. encore une preuve de la nocivité de l'activité humaine et de l'influence néfaste du pet de vache. UNE seul conclusion : on va tous mouriiiiir on va tous mouriiiiir

  • Par Mouv - 27/09/2013 - 13:36 - Signaler un abus Ou est la limite ?

    la population mondiale: 1850 était de 1.4 Md 1950 2.5 Md 2012 7.0 Md Entre temps 1850 à 2012 la consommation en énergie des pays occidentaux à été multipliée par un facteur entre 1000 et 2000. Qui peut croire que cette explosion soit sans conséquence ?

  • Par lsga - 27/09/2013 - 13:49 - Signaler un abus BXM : la limite

    doit être autour de un quintillion   http://fr.wikipedia.org/wiki/Sph%C3%A8re_de_Dyson   Nous avons besoin d'une gestion rationnelle et pratique du climat, et donc d'une organisation politique au niveau mondial.   Ce n'est pas pour autant qu'il faut raconter n'importe quoi.

  • Par AlainCo - 27/09/2013 - 14:17 - Signaler un abus pic du silex... pas manque de silex

    @yt75 le pic pétrolier va arriver car on aura plus besoin de pétrole... pic dans 5-10 ans apparemment... c'est la leçon de l'histoire au malthusiens. ils ont toujours tord. l'éolien n'est pas la solution, car on manquera de terrer rares avant... par contre on manquera pas de nickel et d'hydrogène. le CO2 va décroitre dans 20 ans, le pétrole restera dans les puits, les centrales nucléaires seront démontées car trop chères... on on aura notre centrale dans la cave... C'est un cygne noir caché en pleine vue... arrêtons de nous faire peur. avec ces idées...non-intelligente... on se refuse a faire de la recherche sur tout les sujets qui pourraient nous faire sortir de la crise. c'est pas une crise environnementale, mais une crise de dépression. vivement la prochaine fenêtre de Maslow comme le propose 21stcenturywave, et oublions les vendeurs de peurs et les prêcheurs de l'apocalypse qui n'en veulent qu'a votre carnet de chèque.

  • Par AlainCo - 27/09/2013 - 14:25 - Signaler un abus Malthusiens toujours a coté de la plaque

    arrêtez avec le mythe de la croissance exponentielle de la population. ca fait 30 ans qu'on sait qu'on atteindra pas les 9 milliards a cause de la transition démographique. autant d’illettrisme ne me surprend pas, je retrouve çà dans tout les consensus de peur actuellement... Le malthusianisme est une passade habituelle des garnds bourgeois qui s'effrayent de l'arrivées de nouvelles classes moyennes dans leur jardin... tout les 60 ans ils nous réinventent une fin du monde... qui se révèle fausse parce que le progrès créatif est plus exponentielle que toute leurs peurs. on a de quoi nourrir la planète au niveau européen, rien qu'en donnant des technologies agricoles aux gens qui ont faim... Il faudra juste régler les guerres civiles et la corruption qui ont plus d'importance que la technologie ou l’environnement. la leçon de la controverse climatique est que l’enrichissement donne moyen de résoudre les problèmes climatiques, pas le rationnement.

  • Par lsga - 27/09/2013 - 14:26 - Signaler un abus @AlainCo : merci

    ça fait du bien d'entendre des propos censés de temps en temps.   Le 1/4 de la production électrique d'un EPR pour le centième du prix de construction et d'entretient, financé par Google : http://en.wikipedia.org/wiki/Ivanpah_Solar_Power_Facility

  • Par ZOEDUBATO - 27/09/2013 - 15:20 - Signaler un abus Toutes les prévisions du GIEC sont faites pardes Marabout et

    des voyantes cartomanciennes En effet le GIEC est composé essentiellement de docteur en Gestion Administrative et sans scientifiques reconnus au niveau international dans son Comité Directeur Le Giec est est incapable de recalculer le climat d'une période passée même très récente (par exemple 1980-1990) en faisant tourner ses ordinateurs et il veut faire des prévisions à long terme !!!!!!!! : Le modèle du IEC est faux au niveau du paramétrage , des pondérations et des algorithmes Alors arrêtons la désinformation et la propagande et mettons en examen cette d'une bande mafieuse d'escrocs en bande organisée Dans leur coclusion on croirait entendre ZERO nous dire que les augmentations d'impôts ont servi à des priorités nationale d'intérêt général et d'avenir alors qu'elles ont été utilisée aux dépenses courantes de la bande de prédateurs des élus carriéristes, syndicalistes voyous, fonctionnaires et agents public inutiles, en surnombre, occupant des postes de complaisance, associations subventionnés, ... qui en final s'enrichissent en dormant pendant que les classes moyennes et pauvres n'arrivent plus à joindre les 2 bouts sous le joug des pervers exploiteurs de gauche

  • Par lsga - 27/09/2013 - 15:25 - Signaler un abus zoedubato veut pouvoir polluer tranquillement

    ses enfants se souviendront d'elle.

  • Par Equilibre - 27/09/2013 - 15:47 - Signaler un abus Et si on parlait du refroidissement climatique plutôt?

    http://www.contrepoints.org/2013/09/11/138634-puis-vint-refroidissement-climatique . Je ne sais pas s'il y a réchauffement climatique ou non, je ne sais pas si l'homme y contribue beaucoup, mais au vu de ce que je viens de lire, eux n'ont pas l'air d'en savoir beaucoup plus que moi. C'est plus cela qui est inquiétant. . Ce qui, bien sûr, ne dédouane pas de faire n'importe quoi...

  • Par lsga - 27/09/2013 - 16:19 - Signaler un abus pour Yzorkas : 95% des climatologues sont de gauche.

     

  • Par carioca - 27/09/2013 - 16:46 - Signaler un abus @isga

    d'où tirez vous ce nombre d'un quintillion? au taux de croissance actuelle, il faudrait plus de 400 quadrilliards d'années pour atteindre ce chiffre, ce qui est problématique, car au mieux la terre est encore habitable pour 1 milliard d'années et sera vraisemblablement détruite dans 5 milliards!!!

  • Par lsga - 27/09/2013 - 17:01 - Signaler un abus @carioca : c une référence à Fondation

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_de_Fondation#Pr.C3.A9sentation

  • Par lsga - 27/09/2013 - 17:04 - Signaler un abus Pour rappel

    en France, les changements climatiques font des morts : http://fr.wikipedia.org/wiki/Temp%C3%AAte_Xynthia

  • Par HerveLE - 27/09/2013 - 17:21 - Signaler un abus ce qiu est certain

    c'est la responsabilité anthropique de l'augmentation du CO2 jusqu'au seuil actuel... Après le lien CO2 - réchauffement, s'il est théoriquement indiscutable, dans le système Terre peut très bien etre atténué par tout un tas de phénomenes naturels.

  • Par anticip - 27/09/2013 - 18:45 - Signaler un abus si vous voulez

    un expert sérieux ,écoutez ,lisez claude allègre ,son livre sur "l'imposture climatique " ou la fausse écologie. ce livre raconte dans les détails comment une véritable conspiration mélangeant science et politique a pu imposer le mythe du réchauffement climatique. il raconte par le menu comment les ambitions scientifiques et politiques de quelques-uns ont pu s'appuyer sur un affairisme tres actif. ce livre-choc documenté ,précis et implacable donne sans langue de bois ,les clés de ce qui apparaitra comme le 1er scandale planétaire. je précise que claude allègre est un ancien ministre socialiste et scientifique reconnu

  • Par lsga - 27/09/2013 - 19:29 - Signaler un abus @anticip : claude allègre n'est pas climatologue

    et les climatologues sont d'accord pour dire que ceux qui ont tué les habitants de la Tranche Sur Mer sont les gros 4x4 parisiens.   http://www.rue89.com/2010/02/28/la-tempete-xynthia-fait-au-moins-14-morts-en-france-140816

  • Par drdd - 27/09/2013 - 19:45 - Signaler un abus le réchauffement climatique

    est réel et lié à l'activité humaine. la réduction des décès par accidents de la circulation est due à la limitation de vitesse uniquement (oublions airbags et autres éléments de sécurité passive) l'immigration est une chance pour la France, sans effet pervers aucun le socialisme est la voie de la morale le sexe n'est pas déterminé à la naissance mais fruit d'un choix et d'une histoire ma grand mère a du poil au cul si les cons volaient , il ferait nuit UNE DES REPONSES EST FAUSSE : 1 MILLION A QUI TROUVE

  • Par walküre - 27/09/2013 - 20:12 - Signaler un abus Il faut lire les rapports du GIEC

    Edifiant quant à la compétence de l'officine et... comique quant aux explications.

  • Par Le gorille - 27/09/2013 - 20:23 - Signaler un abus Climat, question fondamentale ?

    Dur de lire cela ! D'autant que finalement, on ne sait rien, et partant, on ne sait que faire ! Oublions un peu le climat ! Les mesures régulières que l'on fait aujourd'hui : elles seules donnent des éléments de décision... Mais à l'échelle locale. Après au niveau mondial, faut pas rêver !

  • Par Le gorille - 27/09/2013 - 20:38 - Signaler un abus Immigation

    L'immigration reste un problème fondamental, car immédiat et il concerne la civilisation de l'homme et de ses relations ... humaines. Le reste n'est que littérature. Et le climat ? Ce n'est qu'une diversion : il a fait chaud et il a fait froid dans le passé... sans le pétrole, et avec 130 m environ d'amplitude dans le niveau des océans, pour l'histoire géologique récente. Oublions aussi qu'en Europe le climat fut un jour tropical !!! Quant à prévoir sur des décennies futures ... n'y pensons même pas ! C'est hors de portée des connaissances actuelles, et on ne peut guère tirer des conclusions prévisionnelles à partir des observations passées.

  • Par prochain - 27/09/2013 - 21:28 - Signaler un abus Ils n'ont pas vu venir la pause actuelle du réchauffement mais..

    "Ils" savent ce qui va/peut arriver en 1 siècle bizarre... Et si c'était le Soleil ou les paramètres de l'orbite terrestre (cycles Milankovitch), la thermodynamique bien plus que l'influence de l'homme (encore lui) sur le cycle du carbone? Le climat change sans arrêt depuis qu'il existe sans demander le "diagnostique" du Giec...

  • Par Anemone - 27/09/2013 - 22:05 - Signaler un abus Je vous conseille

    ...La lecture d'un site très bien documenté : http://www.pensee-unique.fr/ . Oh désolée pour certains : c'est un site climatosceptique

  • Par Adi Perdu - 27/09/2013 - 22:13 - Signaler un abus Et le réchauffement climatique... en 980 ?

    Quand Eric le rouge découvrit le Groenland (groen = vert + land = pays) il l'appela "terre verte", donc le climat était trés doux ! Puis le climat devint rude, puis doux, puis rude, puis doux etc etc etc Au XVII / XVIIIe siècle, la Seine était gelée tous les hivers à Paris. Depuis toujours, il y a eu des modifications du climat !

  • Par Ilmryn - 28/09/2013 - 02:07 - Signaler un abus Les 73 modèles climatiques élaborés se sont planté

    En science ça veut dire qu'on jette la théorie (en l'occurrence le méchant Co2) et qu'on recommence. . Toutes les courbes prédictives et la réalité mesurée en une image: (lol quoi) . http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

  • Par Ilmryn - 28/09/2013 - 02:13 - Signaler un abus @AlainCo - Le malthusianisme

    AlainCo - "Le malthusianisme [...] tout les 60 ans ils nous réinventent une fin du monde" . Correction: tous les dix ans en moyenne et ça date même d'avant l'ère industrielle. Une que j'aime bien entre autre: . « la température se vicie rapidement; les excès climatériques deviennent habituels, les saisons s’inversent; l’hiver surgit au printemps, le printemps arrive en hiver; la disparition des saisons intermédiaires; la fin des forets; le tarissement des sources; le déclenchement de ouragans ». . Fourier dans Le Nouveau Monde industriel - 1830 . LOL quoi !

  • Par Le gorille - 28/09/2013 - 04:36 - Signaler un abus Le climat et les morts

    Franchement Isga, je suis surpris par votre découverte : le climat fait des morts ! A fortiori des changements aussi ! Quant à dire que Xynthia est une conséquence du changement climatique... faut pas pousser, ou alors le moindre petit bobo climatique est lui dû au changement. Tous comptes faits, le climat est une machine dont personne n'a percé tous les secrets, du moins pour le détail de d'une mini tempête à un endroit donné. pourquoi a-t-elle lieu là et pas 10 km plus bas ? Déjà que les bulletins météo ne sont bons qu'une fois passé l'orage !

  • Par Le gorille - 28/09/2013 - 04:47 - Signaler un abus Ah ! le Bulletin MTO !

    Isga : à tout hasard, il m'a fallu apprendre un peu de météo, fut un temps bien lointain... la situation n'a guère changé vue du quidam moyen : les bulletins, malgré les satellites, sont toujours aussi peu prédictifs. Pour les usagers professionnels, non, il y a eu de sérieux progrès. Ceci dit, j'ai connu une présentatrice à la TV, une ingénieure MTO prévisionniste, décédée aujourd'hui, qui nous faisait des bulletins aux petits oignons, un vrai régal, avec des noms de nuages et de lieux qui chantaient littéralement ! Et, qui plus est, justes autant qu'il est possible de l'être dans une science aussi aléatoire !

  • Par Le gorille - 28/09/2013 - 04:54 - Signaler un abus La spécialité : il n'y a que cela de vrai !

    Toujours pour Isga : cette ingénieure MTO était bien supérieure, en technique bien sûr, mais aussi et surtout en présentation, aux monstres nationaux qui se sont succédés au petit écran TF1 ou A2 : d'excellents journalistes, au métier assuré, remarquables présentateurs, agréables à suivre, mais Météo, copie à revoir !

  • Par issartier - 28/09/2013 - 09:18 - Signaler un abus Pauvre type !

    Le Giec est sûr à 95% que le climat va se réchauffer de 0,3° ou bien de 4,8° d’ici un siècle. Expliquez-moi comment on peut être à 95% sûr d’une chose et à 95% aussi sûr de 16 fois son contraire ? Si vous ne le savez pas, vous ne serez jamais énarque et encore moins prix Nobel et poursuivrez dans l’inculture tout le reste de vos jours. Pauvre type !

  • Par Robertlemontagnard - 30/09/2013 - 14:06 - Signaler un abus Références ?

    François Gervais, n'est ce pas ce scientifique qui va chercher ses infos sur le site Penséeunique, tenu par Jacques Duran un spécialise de la granulométrie (quel rapport avec la climatologie ?) et qui pose question au sujet de son objectivité. J'aimerais que monsieur Gervais nous explique en quoi le plateau des températures remet en question la tendance à long terme du réchauffement dont l'origine anthropique ne fait plus doute.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christian Gollier - François Gervais - Bastien Alex

Christian Gollier est économiste. Il est directeur de la Fondation Jean-Jacques Laffont - Toulouse Sciences Economiques, membre du Laboratoire d'Économie des Ressources Naturelles (LERNA).

François Gervais est physicien, spécialiste de thermodynamique et professeur émérite à l'Université François-Rablais de Tours. Il est l'auteur de L'innocence du carbone aux éditions Albin Michel (2013). 

Bastien Alex est politologue et géopolitologue spécialiste de l'Union européenne et des questions énergétiques européennes à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€