Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 21 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les radars ne sont-ils que des "pompes à fric" ?

Prévenir les accidents, baisser le taux de mortalité sur les routes, tels sont les arguments avancés par les pouvoirs publics pour multiplier les radars sur la route. Denis Boulard décrypte ce que cette lutte pour la sécurité routière rapporte réellement à l’Etat. Extraits de « Radar Business, à qui profitent les radars » (1/2).

Plein les fouilles

Publié le - Mis à jour le 11 Juillet 2012

Pour le commun des mortels, les radars ne sont là que pour remplir les caisses. La preuve ? Ils ne sont pas placés dans les zones accidentogènes. Ce qui n’est pas faux. Pas plus, d’ailleurs, qu’ils ne sauvent réellement de vies, comme le prouvent les statistiques de la mortalité routière. Ce qui n’est pas faux non plus. Face à ces attaques, l’État martèle ses messages depuis le lancement du « Projet 1 000 radars ». Premier d’entre eux ? La mortalité routière baisse grâce aux radars et à la peur du gendarme. Deuxième message ? L’insécurité routière coûte cher – plus de 23 milliards d’euros par an 29 – et il faut que cela cesse. Enfin, troisième et dernier message de cette com’ bien rodée, comme le disait mieux que d’autres Cécile Petit, alors déléguée à la sécurité routière : « D’après les études que j’ai, quelles que soient les erreurs commises [par les radars], elles ne sont jamais supérieures à la marge d’erreur prévue.

Il y a plutôt des possibilités d’erreurs en faveur des automobilistes et le système est fiable 30. » Qu’en est-il d’un point de vue strictement économique ? Qu’est-ce que le CSA* rapporte au budget de l’État ?

Premier constat et premier regret : il n’existe pas de document officiel permettant de savoir ce que pèse le contrôle sanction automatisé dans les comptes de l’État. De même que le ministère de l’Intérieur refuse aimablement mais avec constance – tout entretien sur les questions économiques et préfère renvoyer vers la DSCR (délégation à la sécurité et à la circulation routières). Pour approcher cette vérité, il faut se référer aux travaux du député UMP Hervé Mariton, qui a publié deux rapports sur la question. Le premier en mai 2009 et le second en novembre 2010. Pour approcher cette vérité, on peut aussi se pencher sur les chiffres avancés le 5 janvier 2012 par le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, lors d’une conférence de presse.

Une manne de plus de 600 millions d’euros

Si les rapports Mariton ne donnent pas les derniers chiffres – et pour cause, ils datent de trois et deux ans –, ils avancent des ratios qui retiennent l’attention. Consciencieux et précis, le député distingue trois catégories d’amendes (plus connues sous leur appellation de PV) : les amendes forfaitaires de première classe pour contravention aux règles de stationnement ou de circulation (510 millions d’euros en 2010) ; les amendes forfaitaires établies par le CSA (522 millions d’euros en 2010) et les amendes forfaitaires majorées, c’est-à-dire celles qui n’ont pas été payées dans les délais réglementaires, tant pour les PV de première classe que pour ceux dressés par le CSA : 452 millions d’euros « évalués » par le gouvernement en 2010. En résumé ? Les PV tous confondus rapportent approximativement 1 500 millions d’euros chaque année, dont 500 millions issus de chaque « catégorie » : les PV de stationnement, les PV établis par les radars et les PV majorés. Mais il y a des zones d’ombre. Par exemple, quelle est la proportion des PV établis par le CSA et majorés ? Claude Guéant, en janvier dernier, évoque un 100 millions d’euros sur cette ligne budgétaire. Ce qui revient à dire que le CSA a rapporté – c’est tout du moins ce que dit le ministre ce jour-là – 530 millions d’euros de PV « forfaitaires » auxquels il faut ajouter 100 millions de PV « majorés ». C’est-à-dire, soyons précis, 630 millions d’euros. Ce chiffre est celui officiellement avancé. Et revendiqué par l’État.

Mais ce montant est faux ! En effet, il ne prend pas en considération les « amendes pécuniaires redevables » prononcées par les tribunaux. Ces amendes que paient effectivement les titulaires de carte grise verbalisés, mais qui n’étaient pas au volant au moment de l’infraction. Ils ont le droit – contrairement à ce que l’on voudrait trop souvent nous faire croire – de ne pas « désigner » qui était au volant de leur voiture au moment des faits. Mais doivent néanmoins s’acquitter de l’amende, même s’ils ne perdent pas de points quand ils n’apportent pas la preuve de leur innocence. Le montant de ces amendes relevait, jusqu’à présent, de la seule appréciation des juridictions de proximité.

*Contrôle sanction automatisé

_______________________________________

Extrait de "Radar Business, à qui profitent les radars" First Editions (7 juin 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ARES - 07/07/2012 - 11:45 - Signaler un abus La logique bien française ...

    Denis Boulard en partcipé il y a peu de temps a l'emission "C dans l'air" avec titre "Des radars impitoyables" que tout le monde peut aller voir. En effet il a exposé des arguments clairs et précis et je recommande vivement cette emission qui démontre bien que un radar coute 70 000 euros sur autoroute il a dit qu il y avait eu 20 morts ... Et qu en France on a 630 millions de radars ... aussi au prix que coute un radar de plus s il est mal placé c'est déjà une perte d'argent ... Un radar combien ralentissent a sa hauteur et accelere ensuite ?? Une machine ne remplacera jamais l HOMME ... Pompe a fric ou pas j aimerai bien connaitre combien cela rapporte par rapport a ce que cela coute que de les installer ??? Saviez vous que l'ethyloteste que l on oblige a avoir dans la voiture peut ne pas s averer fiable du fait de la temperature ambiante de l habitacle? Encore une faille dans la logique française et donc dans le systeme juridique ...

  • Par PMP132 - 07/07/2012 - 12:58 - Signaler un abus EGALITE POUR TOUS!!!!

    Je viens de recevoir un avis de contravention pour avoir été contrôlé à 141 km/h à la place de 133 km/h la vitesse retenue 45€ si je paie de suite et en plus moins 1 point c'est scandaleux Je ne peut être plus nuisible à 141 qu'à 133 km/h Je precise que j'ai 63 ans et je suis loin d'être un fou du volant Je me demande si je ne pourrai pas attaquer le chef de l'état qui lui roule à plus de 160 km/h pour inégalité devant la loi Celle-ci devant être la m^me pour tous D'autant que ce n'est lui qui conduisait mais son chauffeur qui lui n'est pas le président de la république que je sache Et je ne parle pas des autres voitures du cortége!!!!

  • Par Le Cors@ire - 07/07/2012 - 13:25 - Signaler un abus Raisonnement par l'absurde

    Si les radars n'étaient pas que des pompes à fric pourquoi leur développement serait-il le seul à ne jamais être remis en cause ?... A la base il y a un investissement avec une juteuse rentabilité qui ne se calcule pas en années mais en mois ! Un exemple simple, très simple, trop simple mais tellement révélateur : Une ligne de bus ou de métro est surchargée et mériterait un "doublage" -> Pendant des années des commissions se réunissent avant d'envisager de penser à un éventuel doublage et étudier les financements. Un vendredi soir un radar automatique a été vandalisé : Le lundi suivant, à 7h00, il est remis en état de marche intégral !!! Alors où sont les priorités financières ?

  • Par anticip - 08/07/2012 - 09:04 - Signaler un abus une seule reponse

    adherez en masse a la ligue de defense des conducteurs(gratuit) et signer les petitions. vous serez informé sur les radars troncons ,3 pour le moment en france et encore plus vicieux , les radars embarqués totalement invisibles et pouvant prendre 9 automobilies a la minute . c'est plus facile de s'en prendre au honnete gens qui paie que de s'attaquer aux vrai delinquants

  • Par Ravidelacreche - 08/07/2012 - 10:20 - Signaler un abus Prévenir les accidents

    Il ne faut pas avoir peur des chevaux sous le capot mais de l'âne derrière le volant. Pierre DAC

  • Par François 38 - 09/07/2012 - 15:14 - Signaler un abus l'utilité du radar par les chiffres!

    En 1972: 12millions de véhicules en France et 16 000 morts sur les routes .En 2007 :36 millions de voitures et 4000 morts.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Boulard

Denis Boulard est journaliste et auteur. Il a publié l'enquête intitulée Radar Business aux Editions First.

Il a travaillé dans les rédactions du Journal du Dimanche, du Nouvel Observateur et du Parisien entre autres. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Prière de Pardonner et Opération Elysée (en collaboration avec Hélène Fontanaud).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€