Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 03 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Racisme anti-blanc : la question se pose-t-elle ailleurs en Europe (et comment) ?

En dénonçant l'existence d'un "racisme anti-blanc" dans certains quartiers difficiles Jean-François Copé a créé la polémique. Ce débat est-il propre à la France ou existe-t-il aussi chez nos voisins européens ?

Black, blanc, beur

Publié le
Racisme anti-blanc : la question se pose-t-elle ailleurs en Europe (et comment) ?

La question du racisme anti-blanc est soulevée dans d'autres pays européens, mais se pose parfois dans d'autres termes.  Crédit Reuters

Atlantico : Dans un livre publié le 28 septembre, "Manifeste pour une droite décomplexée", Jean- François Copé souhaite "briser un tabou" en dénonçant l'existence d'un "racisme anti-blanc" dans certains quartiers difficiles. Ce débat est-il une spécificité française ou existe-t-il des débats du même type dans d'autres pays européens ?

Stéphane François : Il y a des discussions de ce type dans d’autres pays, qui sont liées aux débats sur la substitution ethnique (le "grand remplacement" cher à Renaud Camus ou Jean Raspail). On trouve généralement ces débats dans les pays à forte immigration arabo-musulmane, comme la Belgique ou les Pays-Bas.

On trouve aussi des débats de ce type en Grande-Bretagne depuis les années 1970. Voire même dans la Russie post-soviétique : il s’agit pour ce pays d’un débat mis en avant par l’extrême droite russe pour condamner les migrations de populations caucasiennes et justifier les ratonnades anti-caucasiennes. Le thème du "racisme anti-blanc" est en fait un thème porteur pour les différentes formations identitaires européennes, certains agissant par la violence, tandis que d’autres, refusant les violences physiques, développent un discours agressif.

Michel Wieviorka : L'idée qu'une minorité puisse être raciste par rapport aux blancs est une idée qui circule aux Etats-Unis et en Europe, mais le débat français est particulier. C'est un thème d'extrême droite repris à l'occasion d'une opposition politique entre les deux candidats à la présidence de l'UMP. 

Hugh Schofield : On assiste à ce genre de débats en Angleterre mais avec beaucoup de timidité car il s’agit d’une question très sensible. On l’aborde avec beaucoup de précautions pour ne pas heurter certaines sensibilités. Certains politiciens ont évoqué cette question et ce ne sont pas forcément des politiciens de droite. La personne qui a le plus évoqué cette question est en fait un député du parti travailliste (ndlr : gauche), Phil Woolas. Sa circonscription connaît une forte immigration pakistanaise. Ce député parle franchement d’un racisme anti-blanc même s’il est de gauche.

Il y a des politiciens et des intellectuels qui disent qu’il existe des racismes de toute sorte et qu’il ne faut pas s’en cacher. En Angleterre il est même plus facile d’évoquer cette question lorsque l’on se situe à gauche de l’échiquier politique. A droite, on craint d’être accusé de proximité avec l’extrême droite. A gauche, seules quelques voix s’élèvent. Comme en France, cette question est liée à l’extrême droite.  

Le débat se porte aussi sur la discrimination contre les blancs en ce qui concerne la distribution des allocations sociales. Le parti travailliste craint que la classe ouvrière blanche bascule à l’extrême droite si on ne parle pas de ces questions. 

Quels sont les pays qui ont soulevé cette question ? Le débat a-t-il été posé dans les mêmes termes ?

Stéphane François : Le débat se pose parfois dans les mêmes termes, en particulier là où il y a une mouvance identitaire structurée et dynamique (Belgique, Pays-Bas, Italie notamment). Il est d’ailleurs symptomatique de voir que ces différents mouvements tentent régulièrement de se fédérer sur le thème commun de la défense de la "race blanche". Ainsi, depuis 2005, différents groupuscules identitaires se rencontrent : en Espagne en novembre 2005, en juin 2006 en Russie, et en Belgique la même année. A chaque fois, il s’agit de défendre la "race blanche" contre l’islamisation et la mondialisation. Et surtout de défendre les "blancs" contre les "autres", vus comme des hordes d’envahisseurs racistes, avides des systèmes sociaux des pays européens…

Michel Wieviorka : Le fait d'accuser des gens qui ne seraient pas blancs d'être des racistes anti-blanc et d’en faire un argument politique me semble très français.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 01/10/2012 - 07:33 - Signaler un abus Le racisme anti-blanc et le sociologue ( de gauche ? )

    Michel Wieviorka a déclaré 2009, lors d'une interview au journal Libération au sujet de l'identité nationale « l’existence d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale est une catastrophe intellectuelle et politique pour l’image générale de la France. » Cela permet de situer la personne qui par ailleurs est membre d'un comité scientifique du CRAN Quand il écrit aujourd'hui " Avec le terme "anti-blanc", on est dans la pure racialisation. Copé aurait pu parler de racisme anti-Français, mais il a employé le terme "anti-blanc". Je trouverais les critiques qui disent qu'il y a du racisme anti-Français plus virulentes et plus efficaces " il veut absolument prouver que parler de racisme anti-blanc est une racialisation délibérée à but politique et non une réalité... Il existe donc un racisme anti-noir mais selon ce monsieur, le racisme anti-blanc serait en fait un racisme anti-français... Il conclut en disant : "il y a dans ce pays des dominants et des dominés, et qu'avant de parler du racisme exercé par les dominés, il faut quand même parler du racisme par les dominants." Donc en France les dominants sont blancs et racistes... merci M. Wieviorka !

  • Par Kulashaker - 01/10/2012 - 08:12 - Signaler un abus M.Wieviorka voyons...

    Les Français, soit disant dominant dans leur pays, ne sont plus racistes depuis longtemps. Selon moi, la seconde Guerre Mondiale nous a vacciné contre le racisme et c'est une infamie de prétendre que les "dominants" (donc les blancs) sont racistes. Au contraire, je pense que le Français est tolérant (et bien trop tolérant d'ailleurs). Les minorités ont tous simplement inventé le soit disant racisme des Blancs car en effectivité, il n'existe pas... Et ne venez pas me parler des pseudo-discriminations à l'embauche qui sont la plupart du temps très justifiés...

  • Par sandhom - 01/10/2012 - 08:42 - Signaler un abus Et donc

    Indre et Loire : Un môme attend son bus vendredi dernier, se fait agresser par une bande au prétexte qu'il avait un sale regard, et se fait traiter de "sale petit cul de blanc". Il y a qlq temps, dans la rue, un autre môme se fait bousculer et traiter de "sale face de craie de français". Et dans le bus "sale pute de blanche" à une jeune fille. Sur quel planète vit Michel Wieviorka ou dans quel quartier ?

  • Par Equilibre - 01/10/2012 - 08:59 - Signaler un abus Quand 3 machins vivant dans des BO quartiers dissertent

    cela donne un article négationniste de la réalité. Qu'ils arrêtent de parloter et qu'ils envoient leurs enfants où les blancs sont minoritaires, voire très minoritaires. Ce n'est pas dur de les trouver, il suffit de suivre les faits-divers et la carte des territoires perdus de la république. Ils pourront juger sur pièce du "grand remplacement", du "racisme anti-blanc" et du "bonheur multiculturaliste" à hautes doses. Sûr, il faudra vivre cette expérience jusqu'au bout et envoyer vos enfants (ou petits enfants) dans les même classes que nos pépites. La vrai décadence des pays européens, c'est l'aveuglement de nos prétendues zélites à ne voir que ce qu'ils ne veulent voir en n'étant que des conseilleurs et non des payeurs de leurs délires...

  • Par laurentso - 01/10/2012 - 09:16 - Signaler un abus Et encore un article pour attiser la haine raciale

    de la racaille frontiste. Tout cela pour disserter sur un phénomène sans doute réel, mais ultra-minoritaire, de l'aveu même de ceux qui l'ont étudié. Mais pendant ce temps là, on ne parle pas des véritables problèmes de la France. C'est étudié pour.

  • Par Mani - 01/10/2012 - 09:28 - Signaler un abus C'est fou cette manière de

    C'est fou cette manière de discréditer totalement une question légitime en la reliant systématiquement à l'extrême-droite. En gros, un blanc qui se fait agresser et subit des insultes anti-blanc, c'est un mythomane d'extrême-droite ? Ou alors c'est une exception qui confirme la règle, quand bien même ces "exceptions" se comptent par dizaines de milliers ? On continue de nous prendre pour des crétins...

  • Par Mani - 01/10/2012 - 09:32 - Signaler un abus @laurentso

    "Mais pendant ce temps là, on ne parle pas des véritables problèmes de la France. C'est étudié pour." ... et c'est qui au juste, "on" ? Qui est supposé nous parler des "vrais problèmes de la France" (pas encore identifiés, apparemment) et préfère nous parler de faux problèmes ? Qui a ce pouvoir (et cette volonté) d'occulter la Vérité ? Ce "on", c'est le pouvoir, non ?

  • Par sandhom - 01/10/2012 - 09:40 - Signaler un abus @laurentso

    C'est une réalité, pas un phantasme ou un phénomène "ultra-minoritaire, que dans les "quartiers sensibles" et on ne pourrait pas en parler ? Juste disserter et étudier entre "bonnes gens" lors de diners festifs. Vous ne savez pas évoquer plusieurs problèmes en même temps ?

  • Par Lepongiste - 01/10/2012 - 09:43 - Signaler un abus Michel Wieviorka un spécialiste de l'extrême droite

    marqué à gauche gauche !!! Une sorte de cloone d'Edwy Plenel sans cheveux .....

  • Par cappucino - 01/10/2012 - 10:11 - Signaler un abus pour eux le CRAN n'existe pas ni les indigènes de la république

    La racialisation, à défaut de racisme, a depuis longtemps été le cheval de bataille du multiculturalisme. Le CRAN l'organe des noirs, les indigènes de la république ne prônent-t-ils pas l'éducation des blancs les sou(s)chiens. Quand au racisme, celui-ci est largement entretenu de manière tactique par les minorités, dès qu'elles se voient opposer un refus, sur un sujet sortant de la culture dominante du pays. Il est normal que ce sujet soit traité un jour ou un autre. Il faut arrêter l'immigration, cela limitera le problème du racisme anti-français. C'est déjà ça de gagné. Quand à Rebsamen le socialiste (cumulard) avec une morale à géométrie variable est bien le premier à gauche à donner une hiérarchie dans le racisme avec ses propos "le racisme anti-blanc n'est pas ma préoccupation première"

  • Par Ravidelacreche - 01/10/2012 - 10:28 - Signaler un abus racisme anti-Français

    Depuis quand le "Français" est il une race ?

  • Par NRV95 - 01/10/2012 - 10:29 - Signaler un abus je ne sais pas si c'est du racisme anti blanc

    mais c'a en a tout l'air....voir: http://www.gamaniak.com/video-3642-agression-par-racailles-bus-a-paris.html et ce n'est pas minoritaire comme le disent les aveugles ... de type laurentso

  • Par sandhom - 01/10/2012 - 10:53 - Signaler un abus @NRV95

    lien censuré : http://www.youtube.com/watch?v=hf5Kv7eCkts

  • Par Ex abrupto - 01/10/2012 - 11:18 - Signaler un abus Mr Wieviorka récite son

    Mr Wieviorka récite son catéchisme habituel de culpabilisation ; Néanmoins je suis tout à fait convaincu qu'il existe dans certaines zones en voie de communautarisation un racisme (ou plutôt une exécration) anti français. Est Français dans ce cas tout ce qui se comporte selon notre mode de vie habituel et qui est en particulier une émanation supposée ou reelle de notre état ( postiers, policiers, médecins, pompiers) ou intégrés (je pense aux parents des deux jeunes lynchés récemment à Eschirolles). C'est un rejet de notre civilisation.

  • Par Ex abrupto - 01/10/2012 - 11:22 - Signaler un abus Mr Wieviorka récite son

    Mr Wieviorka récite son catéchisme habituel de culpabilisation ; Néanmoins je suis tout à fait convaincu qu'il existe dans certaines zones en voie de communautarisation un racisme (ou plutôt une exécration) anti français. Est Français dans ce cas tout ce qui se comporte selon notre mode de vie habituel et qui est en particulier une émanation supposée ou reelle de notre état ( postiers, policiers, médecins, pompiers) ou intégrés (je pense aux parents des deux jeunes lynchés récemment à Eschirolles). C'est un rejet de notre civilisation.

  • Par GilesB - 01/10/2012 - 11:30 - Signaler un abus Déni de réalité

    Comme beaucoup d'intellectuels (je vomis ce mot), Michel Wieviorka et Stéphane François semblent déconnectés de la réalité et cherchent dans des phénomènes, non pas minoritaires mais simplement banalisés, le fruit d'une conspiration politique... les masses étant manipulées par l'extrème droite... Ainsi, je cite Michel Wieviorka "les dominants sont blancs, mais ils ne sont pas désignés comme blancs. Ils sont désignés comme bourgeois, comme riches, comme français." Quand dans le RER, on me traitait il y a 10 ans de leucoderme ou aujourd'hui de face de craie... n'y a-t-il pas pas une identification par rapport à ma couleur de peau ? Le phénomène n'est pas récent et la crise évoquée n'induit pas une augmentation de la polémique mais plus simplement une augmentation des actes racistes. Durant plusieurs décennies, les "blancs" se sont tus car toute la génération Mai 68 formatée par une idéologie anti colonialiste qui abonde dans les médias et les sphères dites intellectuelles balayait du revers de la main tout propos tendant à démontrer l'existence de tels actes. Une nouvelle fois, les "intellectuels" cherchent à intellectualiser des actes bassement primaires...

  • Par vinz26 - 01/10/2012 - 11:36 - Signaler un abus Précision

    "Cette thématique oublie qu'il y a dans ce pays des dominants et des dominés, et qu'avant de parler du racisme exercé par les dominés, il faut quand même parler du racisme par les dominants." Tout à fait, cependant un amalgame est fait blanc=riche=dominant. Hors, là où cela est faux c'est qu'un nombre important de blanc ne sont pas riche et son eux aussi dominé. Cette discrimination est donc doublement mal vécu et le FN ramasse les électeurs pauvres et du bas de la classe moyenne à la pelle grâce à cette amalgame pour l'occasion effectivement raciste. On pourrait parler du rôle joué par la gauche et les élites qui a maintenu et qui maintient encore dans cet article cet amalgame.

  • Par plplalbe - 01/10/2012 - 11:45 - Signaler un abus Ces deux gugusses

    Ces deux gugusses sont tellement en dehors de la réalité qu'ils ne se sont pas aperçu que l’extrême droite ne faisait plus peur

  • Par Hicos - 01/10/2012 - 12:51 - Signaler un abus Dormez braves gens

    Dormez braves gens. Le réveil n'est pas encore pour tout de suite.

  • Par freddy - 01/10/2012 - 12:59 - Signaler un abus Les 2 premiers gauchistes qui s'évertuent

    à nier les réalités seront fort dépourvus lorsque la brise sera venue....avec leur bonnes faces de craie.

  • Par GilesB - 01/10/2012 - 13:29 - Signaler un abus @ freddy

    Mon pauvre Freddy, toi et moi sommes manipulés... seuls ces intellectuels savent ce qui se passe pour nous pauvres idiots !

  • Par la licorne - 01/10/2012 - 14:06 - Signaler un abus Pluôt, petits Blancs donnés en pâture par les "grands Blancs".

    Les dominants sont effectivement blancs, mais tous les Blancs ne sont pas dominants... On ne peut parler de racisme envers les Blancs de la part des autres communautés dans la mesure où il est rare de trouver des Blancs qui voudraient renoncer à leur blancheur alors que dans le cas inverse..... Néanmoins beaucoup de Blancs se font aggresser et pas que verbalement, et passent après les autres communautés pour les logements sociaux. S'il en est ainsi c'est que les dominants achètent la paix sociale à ce prix, comme naguère les rois Africains vendaient leurs frères comme esclave à des Blancs moyennant avantages...

  • Par Titan75 - 01/10/2012 - 14:49 - Signaler un abus Pourquoi nier que les

    Musulmans en France et ailleurs sont habités par un énorme ressentiment anti-blanc et anti-occident car ils ne supportent pas leurs échecs dont ils sont les seuls responsables ?

  • Par josephyne1 - 01/10/2012 - 15:10 - Signaler un abus Avec tous ces commentaires......

    Voilà une belle volée de bois vert pour ce Monsieur Wieviorka avec qui je ne prendrais même pas la peine d'argumenter tant il est dans sa bulle .

  • Par flogo - 01/10/2012 - 17:03 - Signaler un abus POUVONS-NOUS REVENIR AUX BASES ?

    Le racisme anti-blanc ne serait-il pas une importation des immigrés des pays Africains du nord, du centre du sud. Les blancs n'y étaient qu'une petite minorité... ***** Là-bas, pour y avoir vécu suffisamment longtemps, il existait un racisme anti-blanc, il existe toujours...et il vient dans les valises des immigrés de ces pays. Le nier est nier l'évidence ! ***** Ce racisme est venu depuis que se déplacer d'un continent à l'autre est devenu facile, peu couteux et rapide. Existait-il un quelconque racisme anti-machin ou anti-truc dans les années 50 ?

  • Par carredas - 01/10/2012 - 17:35 - Signaler un abus @flogo

    " Existait-il un quelconque racisme anti-machin ou anti-truc dans les années 50 ?" Un des problèmes vient de l'utilisation abusive du mot racisme alors qu'il n'existe qu'une race humaine. Si on élimine le mot racisme, oui, il y avait dans les années 50 et avant, une forme de condescendance bienveillante ou malveillante des habitants des pays colonisateurs envers les habitants des pays colonisés, il suffit de voir certains films pour s'en rendre compte. Depuis une vingtaine d'années on constate une propension à la repentance, à l'auto-flagellation, à la culpabilisation de l'occidental colonisateur et esclavagiste face à la victimisation des colonisés entamée par la gauche et reprise par la droite sous J.Chirac. La repentance et la culpabilisation sont absurdes car elles interviennent quand les conditions et les populations ne sont plus les mêmes; il est important de reconnaître les faits mais il est urgent pour les anciennes colonies de laisser le passé derrière et d'agir pour leur avenir. La victimisation est un piège aussi bien pour les personnes que pour les pays, y renoncer permet d'avancer et de ne plus perdre d'énergie dans l'amertume ou la haine stérile.

  • Par flogo - 01/10/2012 - 18:14 - Signaler un abus @carredas

    C'est bien joli tout ça... Mais quand je vous parle de racisme c'est que ce mot existait dans la bouche des africains. Pour eux un blanc était et est encore plus aujourd'hui d'une RACE différente. Et comme en plus il est plus riche, plus "développé", etc ...Il est devenu l'objet de la jalousie, l'envie, puis l'aversion car dominant. Le mot colonisation a souvent été utilisé par erreur, il aurait fallu dire developpeur, enrichisseur, civilisateur... Seul ceux qui ont vécu là-bas peuvent savoir car cela n'a rien à voir avec des vues de l'esprit de bisounours de salons! ***** Au fait, n'oubliez pas de demander à ceux qui tiennent les clefs du temple des droits de l'homme de modifier le texte de la déclaration : Article 2 Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de RACE, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

  • Par flogo - 01/10/2012 - 18:17 - Signaler un abus @carredas

    J'ai oublié ... Vous devriez d'abord adresser ce discours à tous les immigrés en France. Ce sont eux qui ont besoin d'évoluer et de comprendre enfin que leur racisme est absurde et néfaste pour leur avenir.

  • Par Anthonaille - 01/10/2012 - 18:34 - Signaler un abus à gerber...

    ......comme d'habitude avec les sociologues 10 blancs qui tabassent un noir je n'ai jamais vu, 10 noirs qui tabassent un blanc je l'ai vu plusieurs fois à quelques mètres.... Un tag "Nique l'Afrique" je n'ai jamais vu, des tag "Nique la France j'en ai vu des centaines.... "Sale Arabe" je n'ai jamais entendu, "Sale Français" je l'ai entendu de nombreuse fois ... Bienvenu dans les HLM du 94 ...

  • Par Gégé Foufou - 01/10/2012 - 18:39 - Signaler un abus histoire drole

    Un noir se promène dans le désert et rencontre une vieille femme chargée d'un fagot de bois, il lui propose de l'aider à porter cette charge. D'un coup cette vieille dame se transforme en une magnifique fée et lui dit: "tu asété très bon, je vais te récompenser en exauçant 3 voeux"Le petit noir dit: "J'en ai assez d'être noir je voudrais être blanc, dans le désert j'ai très soif je souhaiterais beaucoup d'eau et enfin je désirerais voir plein de belles fesses de femmes" La fée lui donne un coup de baguette magique et le transforme en ..... bidet dans un hôtel de passes

  • Par General3Gaulle - 02/10/2012 - 12:24 - Signaler un abus Les sociol

    En France nos sociologue sont ultra politisé et marque tres à gauche. Faut il rappeler que mai 68 est parti de la fac de Nanterre des amphis de socio. Rassurez vous les sociologues français ne valent rien sur le marché du travail au niveau internationnal. A par pour travailler dans une officine d'extreme gauche ou un think thank socialo personnne n'en veut. Moi j'habite dans une cite du 19em ard je vois des populations d'origine magrebine et africaine qui n'adhérent pas a notre culture, nos valeurs, notre histoire (roman national qui va de pair avec la fierté d'un peuple), nos codes de socialisation. A l'heure du multiculturalisme ils sont confortes a exacerbes leurs difference rendant le "vivre ensemble" comme un suplice. Ce qui explique le depart des européens des souches vers les zones peri urbaines. Moi j'en ai pas pas les moyens financiers je subit cette crise de civilisation car c'est bien de cela qui s'agit. Aujourd'hui oui je subit le racisme anti blanc et vu la crise j'ai peur pour ma vie a vivre dans ce quartier. Car nous sommes minoritaires ils sont devenu majoritaires et on est des proies faciles. Et les politiques nous ont abandonner.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane François,Michel Wieviorka et Hugh Schofield

Stéphane François est politologue et historien des idées. Spécialiste de l'extrême droite, il est aussi chercheur au sein de l'IDPSP de Rennes et du laboratoire "Culture et société en Europe" à l'université de Strasbourg.

Michel Wieviorka est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale (EHESS). Il a notamment publié Pour la prochaine gauche aux Editions Robert Laffont et Evil chez Polity.

Hugh Schofield est correspondant en France pour la BBC.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€