Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 14 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces questions que le parcours de l'auteur de l'attentat des Champs-Elysées devrait nous faire nous poser sur la prison en France

Pour la sécurité des Français, la priorité réside aujourd'hui dans une réflexion sur le rôle de la prison et dans une redéfinition des moyens réels en personnel de réinsertion.

Tribune

Publié le
Ces questions que le parcours de l'auteur de l'attentat des Champs-Elysées devrait nous faire nous poser sur la prison en France

Le 20 avril au soir, un Gardien de la Paix a été sauvagement assassiné sur l’avenue des Champs- Elysées à Paris. Aussitôt dans ces temps troublés, on a conclu à un attentat islamiste.

Loin de moi l’idée de me substituer aux enquêteurs pour savoir qui il était et ce qu’il pensait, je souhaiterais faire réfléchir au fait que l’auteur de ce crime ait passé 14 ans en prison et qu’il avait 39 ans !

Qu'est-ce qui a donc été fait avec cet individu pendant toutes ces années de condamnations diverses et de présence dans les geôles de la République ? Car que disent les politiques et les médias à la population ? On va trouver les criminels, on va les punir, les mettre en prison et vous pouvez donc dormir tranquilles. Ensuite, lorsqu’il y a récidive, que le délinquant devient même un criminel, les mêmes nous expliquent qu’il nous faut construire de nouvelles prisons car ainsi, tous ceux qui doivent y aller auront de la place et on ne sera pas obligés de les en sortir prématurément.

A l’occasion on assure au peuple que la politique pénale sera intransigeante et que les peines seront sévères. Force restera à la loi !

Postures hiératiques, discours musclés, mesures draconiennes annoncées, tout est fait pour rassurer la population. Il est impératif de dire enfin aux Français que, loin de les protéger, les pratiques actuelles fragilisent la sécurité des personnes. La vérité, elle est facile à comprendre, ceux que l’on envoie en prison en ressortent, tous, un jour ou l’autre. La prison ne protège donc la population que si l’on peut s’assurer que du travail positif a été réalisé en prison pour préparer leur réinsertion dans la société. Or depuis des années, et, en ce qui me concerne, depuis vingt ans, je ne cesse de dire que c’est l’inverse qui se passe, à savoir que la plupart du temps, puisque rien n’a été fait en prison pour réparer, réformer, la majorité des détenus sort dans un plus mauvais état que lors de leur entrée. Le problème n’est donc pas de multiplier les peines de prison et les places dans les centres de détention, mais de mettre l’accent sur la réinsertion, c’est-à-dire la préparation de la sortie, puisque, je ne répéterai jamais assez, tout le monde sort un jour de prison ! Les hommes d’entreprise, qui ont connu la prison, regroupés hier dans le groupe Mialet, travaillant aujourd’hui avec Pierre Botton dans "Ensemble contre la récidive", ont tous dit la même chose, ils ont connu l’incarcération et ont vu ce qui s’y passait mais on ne veut pas les entendre. Il est de bon ton de parler des conditions physiques de la détention, des rats comme des barbelés, de la nourriture comme de la télévision considérée par les commentateurs comme un luxe merveilleux, mais tout cela est d’importance négligeable, ce n’est pas l’essentiel, même si cette précarité odieuse a des influences psychologiques notables. Non, il faut absolument se pencher en priorité sur le programme de travail du détenu pour préparer sa réinsertion dans la société et donc repérer les cas qui relèvent d’un traitement psychiatrique lourd des autres.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Loïk Le Floch-Prigent

Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.

Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981-1982), il devient successivement PDG de Rhône-Poulenc (1982-1986), de Elf Aquitaine (1989-1993), de Gaz de France (1993-1996), puis de la SNCF avant de se reconvertir en consultant international spécialisé dans les questions d'énergie (1997-2003).

Dernière publication : Il ne faut pas se tromper, aux Editions Elytel.

Son nom est apparu dans l'affaire Elf en 2003. Il est l'auteur de La bataille de l'industrie aux éditions Jacques-Marie Laffont.

En 2017, il a publié Carnets de route d'un africain.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€