Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que révèle vraiment la hausse de 54% des tirs de la Police à l’arme automatique en France depuis 2016

Selon le récent rapport de l'IGPN, l’utilisation de l'arme automatique par la police a connu une hausse de 54% (394 cas) depuis un an. Comment expliquer un tel chiffre ?

"L'Arme fatale"

Publié le
Ce que révèle vraiment la hausse de 54% des tirs de la Police à l’arme automatique en France depuis 2016

 Crédit NICOLAS TUCAT / AFP

Atlantico : Selon le dernier rapport de l'IGPN publié en juin dernier, l’utilisation de l'arme automatique par la police a connu une hausse de 54% (394 occurrences) depuis le mois de juillet 2017. Comment expliquer un tel chiffre que Marie-France Monéger-Guyomarc'h, Directeur de l'IGPN justifiait notamment par la progression préoccupante des refus de contrôle des conducteurs ? 

Gérald Pandelon : Malgré tout le respect que je peux éprouver envers la directrice actuelle de l'IGPN, cette dernière verse encore, une fois n'est pas coutume, dans une sorte de politiquement correct qui malheureusement ne convainc pus qui que ce soit. Car, en réalité, la hausse de l'usage de l'arme automatique n'est pas essentiellement lié au refus préoccupant des contrôles routiers, ce qui est toutefois un fait non négligeable, mais tout simplement à la hausse d'une délinquance de plus en plus violente, laquelle n'est limitée dans son action et sa virulence par aucune forme d'autorité, qu'elle soit d'origine familiale et / ou policière.  Mais pourquoi refuse-t-on à ce point de regarder la réalité en face dans notre beau pays ?
Ce refus est tellement grand et puissant qu'il en viendrait même à frôler la maladie mentale si l'on admet que les psychoses fassent aux réalités relèvent également de pathologies. Quelle est pourtant la réalité, à laquelle semblent vouloir systématiquement se dérober les journalistes, les politiques, les sociologues, les criminologues, les penseurs "hors sols" de tous poils, autrement dit les donneurs de leçons en chefs, toujours invités sur les plateaux télé alors que ceux qui savent tout de la question en sont systématiquement évincés, ces purs théoriciens dont les seules qualités semblent être de savoir avec brio toujours opposer une théorie, la leur, fasse à ce qui leur apparaît comme étant une insupportable réalité puisqu'elle contrarie toutes leurs prévisions ?  La réalité à l'état brut, dans son insupportable cruauté c'est que les  violences sont en hausse en France, malgré les efforts des forces de l’ordre pour enrayer leur progression. Des policiers et gendarmes, chargés d’assurer notre sécurité, sont de plus en plus confrontés à la dégradation de leurs conditions de travail mais aussi de vie. À telle enseigne que l'augmentation des violences dans les grandes villes françaises est aujourd'hui reléguée au rang de fatalité, une fatalité qui, comme toutes les fatalités, sont définitives. Alors que le Premier ministre Edouard Philippe était en visite le 13 juillet 2018 dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret pour présenter un nouveau plan d'action contre le terrorisme, à la veille d'un week-end du 14 juillet marqué par une menace terroriste qui mobilisera 110.000 policiers et gendarmes,  les données du ministère de l'Intérieur faisaient état d'un double phénomène, celui, d'abord, d'une augmentation des crimes et délits enregistrés dans l'Hexagone entre 2012 et 2017, ainsi qu'une baisse de l'efficacité des forces de l'ordre (nombre de mises en cause pour 100 infractions constatées), principalement dans les villes. Des mauvais résultats qui contrastent avec ceux, plutôt inattendus, des Bouches-du-Rhône (Marseille) où les violences auraient chuté de 10,8% et du département de Seine-Saint-Denis où leur augmentation serait contenue (3,1%), s'accompagnant toutefois d'une légère hausse (0,9%) des mises en causes. Des départements, plus ruraux, ne sont pas davantage épargnés par cette progression des crimes et délits : plus 60% dans la Creuse, près de 30% d'augmentation dans le Cantal ou encore 21,4% dans le Puy de Dôme. Une hausse des violences que constate sur le terrain Frédéric Le Louette, président de l'association professionnelle nationale militaire Gend XXI, et dont les gendarmes et policiers sont également et de plus en plus les cibles. C'est uniquement ces motifs qui expliquent que pour se défendre et protéger également leurs propres vies, les forces de l'ordre aient davantage recours à leurs armes. 
 

Dans quelle mesure ce chiffre peut-il découler de l'évolution de la législation concernant la "légitime défense" ? Comment est perçue cette évolution dans le milieu policier ? 

Rappelons d'abord quelques fondamentaux concernant la légitime défense. Sur ce point, la législation applicable à l'usage des armes à feu par les forces de l'ordre a été modifiée par la loi du 28 février 2017 relative à la sécurité publique. Voici les cas dans lesquels les policiers peuvent faire usage de leur arme dans le cadre de la légitime défense. L'article L. 435-1 du Code de la sécurité intérieure dresse la liste des cas dans lesquels les forces de l'ordre peuvent faire usage de leur arme. Ces règles s'appliquent aux agents de la police nationale ainsi qu'aux militaires de la gendarmerie nationale, la loi ayant pour effet d'aligner le régime applicable aux policiers sur celui des gendarmes. Dans tous les cas, la légitime défense des forces de l'ordre est régie par les principes d'absolue nécessité et de stricte proportionnalité. D'une part, en cas de vie ou d'intégrité physique menacées ; en l'espèce, les forces de l'ordre peuvent faire usage de leur arme lorsque leur vie et leur intégrité physique ainsi que celles d'autrui sont menacées.  Mais également dans l'hypothèse de défense des lieux et des personnes. Il en est de même lorsque les forces de l'ordre ne peuvent défendre autrement les lieux qu'ils occupent ou les personnes qui leur sont confiées. L'usage de l'arme doit être précédée de deux sommations faites à haute voix. Dans l'hypothèse, par ailleurs, d'une fuite. L'usage d'une arme est également autorisée lorsqu'une personne sous leur garde parvient à s'échapper et qu'elle est susceptible de commettre des atteinte à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d'autrui. Elle doit être précédée toutefois de deux sommations. Mais l'utilisation de l'arme est permise si elle vise à stopper des véhicules, embarcations ou autres moyens de transport, dont les conducteurs n'obtempèrent pas à l'ordre d'arrêt dès lors que le conducteur ou les passagers sont susceptibles de perpétrer des atteintes à la vie ou à l'intégrité physique des forces de l'ordre ou à celles d'autrui. Enfin, l'usage d'une arme est possible lorsqu'il vise à empêcher la réitération, dans un temps rapproché, d'un ou de plusieurs meurtres ou tentatives de meurtre venant d'être commis, c'est dire dans des hypothèses de flagrance.  Mais c'est surtout vers une présomption de légitime défense qui est attendue par une majorité des membres des forces de l'ordre confrontée à la dure réalité, celle du terrain, au quotidien.  En effet, comme tous les citoyens (ni plus ni moins), les policiers peuvent invoquer la légitime défense quand ils sont accusés de violences. "Il n'est pas normal que nous soyons soumis à la même règle qu'un simple citoyen alors que nous sommes formés à l'usage de notre arme et qu'on est confronté tous les jours à la violence de rue", déplore le syndicat Alliance. "Il y a un ensauvagement de la société, la violence va crescendo contre les policiers. Face à ça, ces derniers se sentent impuissants, insécurisés dans leur mission régalienne. C'est préjudiciable au policier ou au tiers qu'il protège", abonde Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie-Officiers
 
Une loi votée en juin dernier pour faire face aux risques terroristes a déjà un peu assoupli la règle d'usage des armes puisque les policiers peuvent désormais "l'utiliser pour éviter la réitération d'un meurtre ou d'une tentative de meurtre". Seulement les syndicats dénoncent toujours une différence avec les possibilités offertes aux gendarmes d'utiliser leur arme à feu dans des circonstances où leur vie n'est pas directement menacée. 
 
Selon des sources de la place Beauvau, le nouveau projet de loi va aligner les régimes de sorte que tous les dépositaires de la force publique pourront tirer "après sommations" pour arrêter une personne récalcitrante dont ils ont la garde ou un chauffard fonçant sur eux. Le projet envisage néanmoins un arsenal de "mesures de proportionnalité" comme garde-fous, ajoute-t-on dans l'entourage du nouveau ministre.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 17/08/2018 - 09:21 - Signaler un abus Une solution sans que la hiérarchie policière ni trouve à redire

    & surtout la justice,les politiques, les Sociologues si facilement accusateurs contre les interventions de la police. Refuser de sortir son arme,( avec un bandeau en ceinture le disant avec l'accord des syndicats qui acceptent cette forme de manifestation) même un taser électrique & donc ne pas intervenir dans les situations ou les armes seraient nécessaires tout cela pour éviter d'être de suite des accusés par les meutes de Journalistes & de délinquants & de leurs familles, de tous les mots de la terre.

  • Par Anouman - 17/08/2018 - 11:38 - Signaler un abus Curieux

    Les policiers pourront tirer sur une voiture fonçant sur eux "après sommation". Ceux qui ont écrit ce texte ont-ils conscience qu'après sommation ils ne seront sans doute plus en mesure de tirer? La légitime défense n'existe pas en France et encore moins pour le simple citoyen qui doit se laisser massacrer et ensuite appeler la police.

  • Par Poussard Gérard - 17/08/2018 - 13:42 - Signaler un abus Expliquer la hausse des tirs?

    A cause d'une augmentation exponentielle de racaille..petit rappel, les policiers sont la pour nous protéger et se protéger contre voyous et terroristes. . Mais les islamo gauchistes préfèrent sans doute un colonel Beltrame égorgé à un voyou en fuite abattu

  • Par Alua - 17/08/2018 - 13:50 - Signaler un abus Et l'othographe, b.....!

    Je suis consterné d'avoir à lire à haute voix pour comprendre ce qui est écrit. Mais oui, il faut autoriser la légitime défense, y compris pour les citoyens agressés.

  • Par Gustave - 17/08/2018 - 15:47 - Signaler un abus Très mauvaise connaissance des armes de l'auteur

    Les seules armes automatiques à disposition des policiers de terrain, style BAC, sont les Heckler et Koch, ils sont enfermés dans des valises solidaires des véhicules, et n'ont jamais été cités lors des utilisations d'armes par des policiers. Cordialement

  • Par TADD - 17/08/2018 - 15:51 - Signaler un abus Au nom des droits de l'homme , le voyou devient roi

    et le policier un assassin qu'il faut punir ( je pense au policier qui a abattu un voyou dans le 9° et qui risque 5 ans de prison ) . La violence est devenue telle dans les banlieues , que le policier quand il s'y rend est transi de peur . Menacé, insulté , ses réactions deviennent imprévisibles et il tire . Ce que je peux concevoir absolument . Les droits de l'homme , les bonnes consciences , le politiquement correct , l'antiracisme ...etc... sont devenus de véritables dogmes . Ils ont fini par transformer notre démocratie en un système mou et laxiste et au nom de l'égalité ( mot sublimé par les socialistes ) le bandit doit être traité avec doigté et délicatesse . Dés qu'ils interviendront ( les policiers ) , je leur conseille de se munir de gants blancs , d'un bouquet de fleurs et de leur dire ( aux voyous ) avec beaucoup de tendresse et de délicatesse de ne plus être un voyou . Sinon ils peuvent s'attendre au pire ( jusqu'à 5 ans de prison )

  • Par vangog - 17/08/2018 - 16:02 - Signaler un abus la politique de l'autruche!

    ah ben c'est sûr! la tête dans le sable mouvant du politiquement correct, il devient difficile de dégainer...

  • Par Liberte5 - 17/08/2018 - 16:53 - Signaler un abus La police désarmée face à une criminalité et une délinquance

    en forte recrudescence. Des populations à qui l'ont permet tout et à qui l'on excuse tout, ne se gênent plus pour agresser citoyens et policiers. Avec l'accord tacite des pouvoirs publics, des médias et de la classe politique.La peur a changé de camp dans les années 70 et aujourd'hui la chose est bien installée. Les hommes politiques , Macron en tête sont hyper protégés. Giscard qui a quitté le pouvoir depuis 1981 continue à avoir un garde. Ils se protègent mais laisse le peuple se faire agresser et assassiner. La hiérarchie et les syndicats de policiers ne sont pas assez combattifs pour faire changer les règles.

  • Par assougoudrel - 17/08/2018 - 17:55 - Signaler un abus Dans ce cas, pourquoi

    s'engager dans la police? Quand il n'y aura plus de "relève" que feront nos fumiers de gouvernants?. De même que la relève des "vieux" médecins ne se font plus dans les campagnes, les jeunes devraient refuser de s'engager dans la Police, laissant les élus et les juges faire le boulot.

  • Par brennec - 17/08/2018 - 20:10 - Signaler un abus Deux?

    Deux sommations contre un chauffard qui fonce sur vous? Mieux vaut prendre la poudre d'escampette!

  • Par Jean Dutrueil - 17/08/2018 - 20:46 - Signaler un abus bon article

    très bon article courageux, merci

  • Par JG - 18/08/2018 - 08:44 - Signaler un abus Envoyer l'armée dans les banlieues

    Et ne pas avoir peur des morts éventuels...mais pour cela, il faut avoir des "cojones" et il y a très longtemps que nos hommes politiques n'en n'ont plus....et se couchent devant la moindre prostestation sur un réseau social ou venant d'un journaleux gauchiste... Il va falloir un jour ou l'autre laisser policier et gendarmes faire respecter la loi , quelles qu'en soient les conséquences. Quand les milices d'autodéfense apparaîtront, il sera trop tard et nous basculerons dans la guerre civile.

  • Par vangog - 18/08/2018 - 09:45 - Signaler un abus L’homme à abattre :Ruquier-le-roquet!

    cette mer...e ambulante veut abattre le dernier homme libre du PAF , J.P. Pernod...résistance!

  • Par gerint - 19/08/2018 - 10:14 - Signaler un abus Si la délinquance croît

    Il faut agir en amont et il y a du boulot (chômage, éducation, contrôle de l’émigration, des réseaux divers dont la drogue, organisation sociale...) mais en attendant les résultats il faut agir en aval et favoriser la répression au péril de la vie du délinquant avant celle du policier ou du militaire) et rendre la délinquance aussi dissuasive que possible. On manque sans doute de places de prison et de programmes de ré-éducation adaptés au moins pour les délinquants encore récupérables. En tant que contribuable je veux bien payer des impôts pour cela si on est capable de me présenter des résultats tangibles. Pas besoin de pourrir la vie de tous les Français car même si c’est difficile à admettre il y a vis-à-vis de chaque classe de méfait une population à cibler, pas toujours celle de la rue (il faut chercher ceux qui tiennent les manettes parfois en haut lieu)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Pandelon

Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière pénale ; publié aux éditions Valensin, ainsi que de La face cachée  de la justice (Editions Valensin, 2016). David Reinharc.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€