Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Que penser du lien établi par Michael Douglas entre sexe oral et cancer de la gorge : l’avis du spécialiste français du papillomavirus

L'acteur Michael Douglas a déclaré dans une interview au quotidien britannique The Guardian que son cancer de la gorge aurait été causé par le papillomavirus, "qui vient du cunnilingus".

Coupe-gorge

Publié le - Mis à jour le 6 Juin 2013
Que penser du lien établi par Michael Douglas entre sexe oral et cancer de la gorge : l’avis du spécialiste français du papillomavirus

Michael Douglas affirme que c'est le papillomavirus qui est à l'origine de son cancer de la gorge. Crédit Reuters

Atlantico : Michael Douglas affirme que c'est le papillomavirus qui est à l'origine de son cancer de la gorge (via une pratique du cunnilingus). Que faut-il penser de cette déclaration ? Oublie-t-il de prendre en compte d’autres facteurs ?

Joseph Monsonego : Les cancers de la cavité buccale, d’une manière générale, sont essentiellement issus de deux facteurs de risque : le tabac et l’alcool. C’est un cancer qui touche majoritairement les hommes (deux tiers des cas).

Depuis quelques années émerge une nouvelle entité de cancers de la cavité buccale, et notamment un type de cancer : celui de l’oropharynx, de la région amygdalienne. Ces cancers de l’oropharynx sont liés au papillomavirus (HPV).

C’est-à-dire que c’est une nouvelle entité de cancer oropharyngé dans laquelle on retrouve le papillomavirus présent. Il s’agit essentiellement du papillomavirus de type 16, car pour tous les cancers oropharyngés HPV positifs, nous avons 90% d’HPV16. La fréquence de l’HPV dans le total des cancers de l’oropharynx varie selon les continents et les études. On a en moyenne une variation qui va de 30 à 60% de présence d’HPV dans les cancers oropharyngés.

Il y a donc un lien qui est en train d’être établi –à la fois sur le plan de l’épidémiologie, sur le plan de la carcinogénèse- entre cancer du larynx et HPV, et notamment l’HPV 16. Attention cependant, ce ne sont pas tous les cancers de l’oropharynx, mais seulement une partie d’entre elles, avec une particularité de meilleur pronostic de ses tumeurs.

Par ailleurs, lorsque l’on parle de cunnilingus responsable du cancer, on parle nécessairement de la notion de transmission du papillomavirus. Pour parler de transmission du papillomavirus, il faut évidemment rapporter sur ce que nous savons déjà pour le col de l’utérus où les papillomavirus sont responsables de 100% des cancers, ce qui n’est pas le cas pour l’oropharynx comme nous venons de le voir. De plus, sur le col de l’utérus, si le papillomavirus de type 16 est dominant, mais il n’est pas de 90%, mais est de 60% : d’autres types de virus qui sont également dans la carcinogénèse s’y trouvent.

Il y a sur le col de l’utérus une réceptivité, une sensibilité particulière. C’est une muqueuse soumise aux microtraumatismes où les virus pénètrent plus facilement. L’immunité locale est moins importante que pour la bouche qui est beaucoup moins soumise aux micro-traumatismes et mieux immunisée qu’au niveau génital.

Lorsque l’on a des rapports buccaux-génitaux on est donc exposé majoritairement à d’autres types de virus que le 16, ce qui veut dire que le cunnilingus dans les conditions traditionnelles n’expose pas toujours au risque majeur qui est celui lié au 16.

Pour résumer : oui l’exposition au HPV 16 est un facteur de risque, mais le cunnilingus n’est pas toujours responsable d’un facteur de risque de cancer de l’oropharynx car nous n’avons pas toutes les conditions réunies pour que ce cancer puisse se développer.

Il faut également savoir que toute exposition au type 16 n’engendre pas forcément un risque : on a encore la possibilité d’éliminer naturellement son virus.

 

Michael Douglas a raison de dire que le cunnilingus a un lien, probablement pour différentes raisons associées à l’exposition au 16 : une immunité locale défaillante ou un contexte qui lui est propre peuvent faire ensuite que cette tumeur est apparue. Mais il ne faut pas penser que tous les cunnilingus génèrent un risque.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par camsd - 04/06/2013 - 14:23 - Signaler un abus Il faut arrêter avec la vaccination

    Avoir le choix entre la peste (les adjuvants des vaccins : mercure, aluminium sont les + connus) et le choléra (la maladie en elle-même), vaut mieux utiliser un préservatif !!

  • Par Salvatore Migondis - 04/06/2013 - 15:32 - Signaler un abus ...

    Donc on a remplacé le cancer du fumeur par le cancer du suceur..?

  • Par Mani - 04/06/2013 - 17:27 - Signaler un abus En gros, il accuse sa femme

    En gros, il accuse sa femme de lui avoir filé le cancer... c'est vache, quand même !

  • Par Peter6809 - 04/06/2013 - 21:10 - Signaler un abus @ camsd

    Euh...pas commode pour le cunnilingus le préservatif!

  • Par captroy - 05/06/2013 - 11:53 - Signaler un abus captroy

    Et si on demandait son avis a un spécialiste:

  • Par Sandeman - 06/06/2013 - 16:19 - Signaler un abus Il a le cancer de la gorge

    Il a le cancer de la gorge parce qu'il bouffe ses crottes de nez.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Joseph Monsonégo

Joseph Monsonégo est gynécologue et chef du département de cyto-colposcopie de l’institut Alfred Fournier. Il est également spécialiste du papillomavirus.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€