Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Que faut-il faire pour inverser le ralentissement que connaît la France ?

La France connaît un ralentissement et ne continue pas sur sa forte reprise observée au début de la fin de l'année 2017. Mais quelques raisons d'espérer existent.

Déclic

Publié le
Que faut-il faire pour inverser le ralentissement que connaît la France ?

 Crédit BERTRAND GUAY / AFP

Evidemment, il n’y a pas de potion magique. La France va moins vite, un peu parce que le monde va moins vite, secoué par la remontée du prix du pétrole et les foucades de Donald Trump. Inutile d’attendre que l’un baisse et que l’autre se calme ! Regardons autour de nous, où la zone euro ralentit et surtout chez nous, où la productivité du travail ralentit. Car c’est la source majeure de notre problème : la croissance, c’est la hausse de la productivité plus de la population active. Donc, pour aller plus vite, il faut surtout soutenir la productivité, même si c’est moins fun, l’emploi suivra.  

D’abord un fait : cette économie française qui va moins vite était (malheureusement) prévisible !

Plus exactement, elle ne continue pas sur sa forte reprise de fin 2017. Après les enquêtes privées d’opinion sur les ménages et les entrepreneurs qui avaient averti de l’inflexion, l’Insee et la Banque de France viennent de la confirmer. « Le climat des affaires en France est ainsi passé de 112 en décembre 2017 à 106 en mai 2018, en baissant de façon continue… La production manufacturière, particulièrement allante en fin d’année 2017, s’est contractée au premier trimestre (–1,0 % après +1,3 %). Elle progresserait moins rapidement qu’en 2017 au cours des trois trimestres suivants. » Bref, après ce +0,2% du PIB au premier trimestre 2018 qui avait signalé la rupture (en partie par la hausse de la CSG qui a fait baisser le revenu et par la baisse des exports), ce seraient 0,3 % au deuxième, puis +0,4 % aux troisième et quatrième trimestres. Au total, la croissance de l’économie française serait de +1,7 % en 2018 après +2,3 % en 2017 (qui était le record sur dix ans).

Ensuite un bémol : moins vite était prévisible, mais c’est quand même plus vite (heureusement) que la croissance potentielle française, recalculée à 1,25% par la Banque de France ! Mais quand même : à 1,25 %, la France va plus lentement que l’Allemagne à 1,9 %, qui n’a pas la même démographie ! Le problème est donc la productivité. Il pèse depuis des années en France et va continuer. Depuis la crise de 2008 en effet, la France n’a pas recouvré sa pente de productivité de long terme : +1,3% l’an par tête. Pire, elle ne s’est pas inscrite depuis sur un niveau certes inférieur mais parallèle, ce qui ferait penser (seulement) à une encoche : sa pente a l’air plus faible. Comme si l’encoche augmentait ! 

Ajoutons un bon point : certes la France mène enfin des réformes, lentes et compliquées, avec notamment plus de liberté et de souplesse aux entreprises petites et moyennes. Elle ouvre plus d’espace à la négociation dans l’entreprise, et à l’intéressement. En même temps, elle renforce la formation et l’apprentissage. Mais il faut du temps pour que les réformes se manifestent.  « L'expérience de nos voisins montre qu'elles prennent deux à trois ans pour produire leurs effets » dit le Gouverneur de la Banque de France. Disons trois ans, au moins ! 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 25/06/2018 - 10:01 - Signaler un abus Ah merde! Et tous ces chocs de croissance, de compétitivité

    de pacte, d’immigration sauvage etc...qui n’auront servi à rien! ....les USA augmentent leur croissance à 3,4% alors que la France gauchiste atteindra, peut-être, 0,1% de croissance, mais , pour tous ces économistes de la grande famille de menteurs , cette décroissance est due aux « foucades de Trump »???...Decidemment, la France n’est pas sortie de l’auberge socialiste...

  • Par guy bernard - 25/06/2018 - 10:24 - Signaler un abus rattraper l'indu et mgt de la performance de l'etat.

    La stratégie de la France est la stratégie de l'Etat Français à son profit et elle était de créer des engagements irréversibles qui menait la France à une crise systémique et aux eurobonds depuis la mise en place de l'euro qui libérait de la défense de la monnaie (balance des paiements). on crée une bulle (engagements de l'etat) et on prive l’économie de compétences et de financements) ; pire encore, on sanctuarise les dépenses croissantes de l'etat et on répercute ses déficits sur une économie affaiblie par l'environnement. on soigne ça d'abord en rattrapant l'indu et par un mgt de la performance et on en reparle.

  • Par zelectron - 25/06/2018 - 10:34 - Signaler un abus la recette douloureuse

    se séparer avec regrets d'un million au minimum minimorum de fonctionnaires non régaliens de terrain et collatéraux sur les dix années qui viennent

  • Par J'accuse - 25/06/2018 - 11:30 - Signaler un abus Le mal français

    La France est handicapée par l'importance de sa dépense publique, et les réformettes macroniennes ne s'attaquant pas à ce fléau, elles seront sans effet, même dans quelques années. Tant que notre État obèse et nos collectivités locales voraces continueront à bouffer la plus grande partie des richesses produites par le pays, nous aurons un chômage massif et des dettes abyssales. Avec ces boulets, comment voulez-vous avancer ?

  • Par Pharamond - 25/06/2018 - 13:44 - Signaler un abus Cohérence

    "Que faut-il faire?".Commencer par être cohérents: "ménages et administrations responsables du déficit commercial",(ente- autres),nous apprend Les Echos: 25/06) "En clair,quand l'Etat,une administration ou une collectivité locale achète pour 100 euros de biens,58 euros sont des importations". Faudra-t-il revenir au temps des licences d'importations?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€