Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que l’économie française aurait à gagner à se concentrer sur son commerce extérieur

La France ne cesse de se donner des objectifs et de se fixer des plans à la suite de la publication de rapports. Réduire le déficit extérieur français est pourtant l’objectif qui pourrait permettre de résoudre bien des problèmes.

Positionnement stratégique

Publié le
Ce que l’économie française aurait à gagner à se concentrer sur son commerce extérieur

 Crédit IAN LANGSDON / POOL / POOL / AFP

La France veut plus de croissance, moins de chômeurs, jeunes et aussi séniors, sans oublier ceux de longue durée. La France veut aussi réduire son déficit budgétaire, diminuer les inégalités, calmer la hausse de ses prix, faire naître un réseau de métropoles et renforcer ses pôles de compétitivité, augmenter les salaires, soutenir ses PME, aider les territoires en difficulté, nouer plus de liens avec l’Afrique, l’Allemagne, l’Espagne, innover et breveter davantage, avoir plus d’ingénieurs, de germanistes, de TPE, d’apprentis, d’utilisateurs d’Internet, d’entreprises « branchées » avec leurs sites… etc. 

La France ne cesse de se donner des objectifs, des plans (banlieues, réseaux de soins, économies d’énergie et autres méthanisations…).
Chaque fois, elle attend un « rapport ». Pour l’Intelligence artificielle elle vante, puis range, le rapport Villani. Pour la SNCF, elle apprécie ses audaces, ce qui lui permet de le mettre en œuvre seulement en partie, après avoir envoyé les signaux de sa détermination. Elle peut aussi les enterrer : Plan Borloo des Banlieues – jugé trop cher et étatique, ou Rapport Cette sur le SMIC qui proposait de ne plus l’indexer aux prix – jugé trop explosif.
 
La France a la manie des objectifs (et des rapports), pour préparer les esprits, lancer des chiffres, ou bien montrer que le pays sait où il va. Mais cette multiplication d’objectifs, si elle provoque des réactions politico-syndicales et emplit les gazettes a un grave défaut : plus la France se dote d’objectifs, plus il apparaît qu’ils sont contradictoires. Augmenter les salaires soutient la demande mais pèse sur les profits, tout en creusant le déficit extérieur. Soutenir les autoentrepreneurs en augmentant le plafond de leurs revenus n’aide pas les TPE, les artisans et les commerçants - qui vont se plaindre. Augmenter le SMIC n’aide pas les TPE, mais plutôt les « Smicards », mais qui peuvent alors le rester à vie. Hausser le taux du Livret A soutient l’épargne, au détriment de la consommation (on n’en parle jamais), et renchérit le coût de financement du logement social (on en parle un peu), sans jamais se demander si ce ne sont pas les cadres qui bénéficient en fait de l’avantage fiscal du célèbre Livret. Baisser les taux d’intérêt pour le logement et/ou les subventionner fait augmenter le prix du mètre carré en solvabilisant les acquéreurs… Et ainsi de suite : tout objectif s’accompagne d’effets pervers et de moyens financiers, coûts dont il s’agira de démontrer qu’ils s’amortissent avec le temps (bien sûr) – avec leurs effets pervers (bien sûr). Au fond, toutes les politiques publiques sont favorables à la majorité des habitants et rentables à terme, économiquement et socialement !
 
Le hic est que l’augmentation du déficit budgétaire montre que les effets contradictoires, annoncés pour le court terme, de ces politiques ne se compensent pas à long terme, au contraire. C’est le contraire qui joue : plus d’objectifs (louables, bien sûr) et plus de politiques (autofinancées à long terme, bien sûr) donnent plus de déficit et de dette publique (depuis quarante ans) !
 
Donc, il ne faut pas multiplier les objectifs et les politiques qui les escortent. Pas 100, 10 alors ? 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 15/08/2018 - 10:40 - Signaler un abus Oui c'est gentil....

    Outre que les moyens proposés pour réduire le déficit font rigoler et rappellent un peu la solution qui consisterait à dire à un mec qui a une jambe de bois: maintenant cours!!! il faut quand même rappeler que si certains ont des excédents il faut que les autres aient des déficits!!!Alors, ben oui pour qu'il y ait 100 d'excédents il faut 100 de déficits ailleurs cad trouver des cons...car le seul mérite des propos de Betbeze est de rappler que sans son excédent réalisé grace à son Lebensraum j'insiste la dessus car les coûts salariaux sont les même en D et en F, lAllemagne aurait 3 millions de chômeurs de plus!!!Hein dommage pour les copains de Fillon ! n'est ce pas AJM ?

  • Par Yves3531 - 15/08/2018 - 14:30 - Signaler un abus Et oui, il faut se battre pour vivre,moneyer sa force de travail

    ses aptitudes, son intelligence, contre une rémunération, un bénéfice, un chiffre d‘affaire, une réussite, une réalisation, .... toutes notions élémentaires remisées dans les vitrines du musée France par plus de 40 ans de socialisme décadent et une ENArchie parasite aux manettes qui n‘a géré que les intérêts de sa caste aux dépends de l’interet général qu‘elle était censée défendre ... ils sont tellement à l‘ouest dans leur monde, pour leur monde, qu‘ils appellent cela trouver des cons ...

  • Par kelenborn - 15/08/2018 - 19:28 - Signaler un abus YVES 3531

    Ce genre de commentaire doit être l 8792 eme depuis la naissance d'Atlantico: au moyen âge on accusait les juifs de la peste noire, la propagande stalinienne accusait la CIA du mildiou des patates, ben tiens il suffisait d'y penser: si on est dans la merde c'est l'ENA!!! Il a fait l'ENA Sarkozy ?, Vals non plus et Bayrou non plus et..Ruquier non plus....Ribery peut être!!!

  • Par Ulysse85 - 15/08/2018 - 19:44 - Signaler un abus Vérité hélas dure à admettre

    On peut voir de certains commentaires comment des français peuvent avoir du mal à admettre que les clients étrangers des entreprises françaises n'ont pas à payer au travers des salaires français et donc du prix de vente de nos biens et services les charges sociales les plus élevées de la planète dont eux ne profitent pas. La CSG n'y a rien changé. Sauf quelques exceptions les consommateurs étrangers continueront toujours plus à se détourner du made in France. N'en déplaise à certains, vive la TVA sociale dont sont exonérées les exportations ! C'est la seule mesure équitable vis-à-vis des consommateurs étrangers qui auraient pourtant bien envie de consommer français mais qui ne peuvent plus se le permettre.

  • Par Yves3531 - 15/08/2018 - 20:12 - Signaler un abus @Ulysse85....

    100% d‘accord. Je défend depuis longtemps au moins 2 mesures à effets rapides sur la santé de notre économie, sur le chômage et nos finances: la TVA sociales qui effectivement fait payer notre protection sociale aux seuls francais, y compris sur les produits importés, et le doublement des seuils sociaux (combien de PME n’embauchent pas et restent bloquées à 9, 49, ... salariés ?); mais bon cela passe au dessus de la tête de nos énarques qui quand ils sont parachutés hors zone de compétence dans des grandes entreprises à des niveaux bien au dessus de leur niveau d‘incompetence génèrent le plus souvent une gigantesque berezina. On a tous en tête des exemples de ces brillantes „réussites“...

  • Par ajm - 15/08/2018 - 23:52 - Signaler un abus Industrie et lebensraum.

    Le lebensraum il existe aussi pour la France ( PSA en Slovaquie, Renault en Roumanie avec tous les sous-traitants ) à une petite échelle. La part de fabrication purement Allemande reste considérable (plus de 20% du PIB dans l'industrie en Allemagne, deux fois plus qu'en France, près de trois fois plus d'employés dans l'industrie manufacturière que chez nous ). La Bavière et le Bad-Wurtemberg sont couverts d'usines. Idem pour la Suisse voisine et l'Autriche dans une certaine mesuren Quand on traverse en voiture ces régions, le contraste avec la France est accablant, malgré des îlots en Alsace, la region Parisienne et trois quatre metropoles de province.

  • Par gilbert perrin - 16/08/2018 - 09:24 - Signaler un abus La Palice en aurait dit autant ???

    Il faut baisser les charges publiques ???? la FRANCE exportera alors à l'intérieur de l'EUROPE, c'est SIMPLE à FAIRE, il manque le VOULOIR - il faut controler l'état à la fois dans ses dépenses et dans la qualité de son TRAVAIL ??? …..TRAVAIL EGAL, SALAIRE EGAL ? pourquoi sommes nous si minables dans l'entretien de nos routes et infrastructures ? Certains vous disent les concessions au privé, ? tu parles moi je dis les ENVELOPPES… et le NON CONTROLE de l'état… gilbert perrin

  • Par Benvoyons - 16/08/2018 - 09:41 - Signaler un abus Le problème de la France n'est pas l'ENA mais que la

    constitution autorise à des Fonctionnaires d'être des élus. Ce qui est interdit dans les constitutions Allemande, Autriche, Pologne malgré son passage dans le Socialisme "Humaniste Inhumain" l'UK, etc.. Il n'y a que la France pour autoriser les Hauts Fonctionnaires qui gèrent, organisent, contrôlent (cour des Comptes) l’État de pouvoir être des Élus Député,Sénateur,Région,Département, Grandes Villes. En fait la main mise de 2000 familles de Cul & Chemise sur la France.

  • Par Benvoyons - 16/08/2018 - 10:13 - Signaler un abus Une société Allemande que se crée pour produire

    commence de suite à trouver des distributeurs dans les pays qui ont la langue Germanique ou qui l'utilise facilement. Ainsi de suite distributeurs en Autriche, Pays Bas,Suisse,etc.. avec aucune charge de traduction du catalogue. Ils utilisent aussi les rapports des Étudiants des Universités Allemandes qui vont en stages à l'étranger(même avant de partir les étudiants consultent les désirs des entreprises). Cela depuis 1958 :)::) En France nos élites de l'EN, du CNRS, etc..... l'interdisaient & même encore ils gueulent contre cette possibilité. Alors qu'en Allemagne il est normal que ceux qui payent l'impôt & qui financent aussi directement des Universités touchent en retour les infos que les étudiants collectent. L’éducation Nationale Française, les Universités Françaises ne vivent que par l'Impôt des Français dont les Impôts des Entreprises. Mais l'on ne peut rien contre cette idéologie Socialiste vivant depuis 1946 au crochet des Contribuables mais qui se sont octroyés le Droit d'être des élus dans toutes les instances & ainsi détruire, freiner, la France avec leur Putain de Socialisme de Merde ( l'Humanisme Inhumain).

  • Par Benvoyons - 16/08/2018 - 10:52 - Signaler un abus Ne pas prendre le chiffre de 2000 à la lettre:):)

    En effet qu'ils soient 1500 ou 3682 cela ne change en rien le fait Cul & Chemise.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€