Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Vladimir Poutine n'hésite pas à réécrire l’histoire russe comme aux plus grandes heures de la propagande soviétique

L'Histoire peut s'avérer être une arme puissante pour tout dirigeant souhaitant renforcer et pérenniser son pouvoir. C'est ce qu'a très bien compris Vladimir Poutine qui a développé ces dernières années des outils juridiques lui permettant de contrôler l'histoire russe, et tout particulièrement les événements survenus au cours de la période soviétique.

Orwell

Publié le - Mis à jour le 21 Octobre 2016
Quand Vladimir Poutine n'hésite pas à réécrire l’histoire russe comme aux plus grandes heures de la propagande soviétique

Atlantico : Dans son livre 1984, George Orwell a écrit : "Qui contrôle le passé contrôle le futur ; qui contrôle le présent contrôle le passé". Dans quelle mesure cette citation s'applique-t-elle à la relation qu'entretient Poutine avec l'histoire russe ? 

Jean-Sylvestre Mongrenier : Si 1984 de George Orwell est considéré comme une dystopie, c’est-à-dire une contre-utopie, il a pour arrière-plan historique le phénomène totalitaire, bien plus concret qu’une anticipation de l’avenir. Lorsque l’ouvrage paraît, en 1949, le totalitarisme brun a été vaincu, mais le totalitarisme rouge recouvre la moitié de l’Europe et menace l’Occident. Depuis l’arrivée au pouvoir des Bolcheviks et la victoire de Staline sur Trotsky, l’histoire est remaniée en fonction de l’idéologie marxiste-léniniste et des luttes politiques dans la direction du Parti.

Le pouvoir soviétique et ses incarnations successives s’emploient à réécrire le passé et à falsifier l’Histoire afin de contrôler le présent et déterminer le futur. Sous Mikhaïl Gorbatchev, la désorganisation du pouvoir et l’implosion idéologique ont permis une approche plus objective de l’Histoire. La dynamique libérale à l’époque de Boris Eltsine a entraîné la reconnaissance des crimes du communisme, bien au-delà du "rapport Khrouchtchev" (février 1956), centré sur les purges internes au Parti. L’association "Mémorial" d’Andreï Sakharov a pu conduire un travail de mémoire sur le Goulag. La vérité historique semblait alors triompher de l’idéologie et du mensonge (l’association "Mémorial" est désormais considérée comme "agent de l’étranger").

Indubitablement, l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine a inversé le cours des choses. Rapidement, l’histoire immédiate est manipulée afin de bâtir la légitimité du nouveau président. Il importe ici de rappeler les circonstances de son ascension politique, jusqu’au Kremlin. Intégré à l’administration présidentielle, Poutine a été promu à la tête du FSB (les services secrets), puis du gouvernement russe, afin de protéger les intérêts politiques et matériels de la "famille Eltsine" et des oligarques qui entouraient le président russe. Il est ensuite mis sur orbite et propulsé à la tête du pays, au début de l’année 2000, afin de couvrir les arrières de Boris Eltsine et de lui assurer que ni ses proches, ni lui, ne seront poursuivis pour corruption. Sitôt élu, en mars 2000, Poutine s’exécute et amnistie son "parrain" et prédécesseur. Envers et contre les faits, la propagande du régime pose Boris Eltsine comme un repoussoir, destiné à valoriser la figure de Poutine, présenté comme l’ennemi des "oligarques", des puissances d’argent et du crime organisé. Simultanément, les années 1990, période au cours de laquelle Poutine était chargé des affaires économiques à la mairie de Saint-Pétersbourg, avec ses compromissions et ses zones d’ombre, ne peuvent plus être traitées en toute objectivité. Historiens, journalistes et biographes sont dissuadés. Cela n’aura été qu’un début. 

Récemment, un blogueur russe a été accusé d'avoir nié des faits historiques établis par le tribunal de Nuremberg en affirmant que "les communistes et l'Allemagne ont envahi conjointement la Pologne, événement déclencheur de la Deuxième Guerre mondiale." L'article 354.1 du Code criminel russe de mai 2014 a permis sa mise en accusation. Quels sont les outils juridiques et législatifs dont dispose Vladimir Poutine pour exercer un contrôle sur l'histoire russe à son profit ? Que retire-t-il personnellement de ce contrôle ? 

L’article du Code criminel dont il est ici question interdit de remettre en cause la vision néo-soviétique de la "Grande Guerre patriotique" (1941-1945). Il doit être replacé dans un contexte politico-institutionnel élargi. L’entreprise de manipulation historique évoquée plus haut ne se limite pas à l’histoire immédiate et à la falsification de la biographie politique de Poutine. La machine de propagande du Kremlin attache une grande importance à ce que Vladimir Medinski, ministre de la Culture de Russie, qualifie de "mythologie historique". Selon ces idéologues et propagandistes du poutinisme, l’histoire de la Russie est le lieu et l’objet d’un complot de l’étranger qui viserait à culpabiliser et frapper d’impuissance la défunte superpuissance. Nonobstant Lénine, Trotsky, Staline et consorts, les crimes du communisme et les millions de victimes du Goulag, il faut la réécrire de manière positive. En juin 2007, Poutine convoque un groupe d’historiens au Kremlin et il leur communique des instructions sur la manière dont le passé russo-soviétique doit être présenté et enseigné aux jeunes générations. Il menace de censurer les éditions qui publieraient des manuels "non patriotiques". En mars 2013, il ordonne la rédaction d’un nouveau manuel historique écrit sous la direction de Vladimir Medinski, nommé plus haut : "Chaque page de notre passé doit être traitée avec respect". Parallèlement, deux organisations sont chargées de faire la police dans le monde des historiens : la Société d’Histoire russe, dirigée par Sergueï Narychkine, un guébiste, président de la Douma (2011-2016), nommé le 22 septembre dernier à la tête de l’espionnage russe (le SVR) ; la Société d’Histoire militaire présidée par Vladimir Medinski.

Ce système global de contrôle de l’Histoire ne sert pas les seuls intérêts politiques personnels de Poutine. A cet égard, on peut penser que l’une des erreurs commises par les Occidentaux, lors de la politique de "reset" pratiquée par l’Administration Obama, a été de voir en lui une sorte de chef mafieux, principalement motivé par le lucre et la recherche d’avantages matériels. Poutine est habité par un projet de puissance, porte une vision du monde, frustre mais robuste, et conduit une stratégie. Selon ce schéma, la "mythologie historique" a pour fonction de produire une forme d’unanimisme dans la population russe, de mobiliser les énergies et de servir le culte de la puissance, ce que les Russes nomment la "derjavnost". A l’évidence, cela n’a aucun rapport avec le souci de l’objectivité et de la vérité historique. Aussi le recours à l’Histoire est-il purement instrumental : les faits sont manipulés, sortis de leur contexte historique, recomposés selon l’effet recherché. Pour exemple, lorsque le Kremlin a rattaché manu militari la Crimée à la Russie, il n’a pas hésité à dresser un parallèle entre ce territoire, passé sous différentes souverainetés au fil des siècles et arraché à l’Ukraine, et la Jérusalem du peuple juif. Au total, Poutine fait un usage post-moderne de l’Histoire, considérée comme un simple récit, sans fondement scientifique et manipulable à volonté. Cynisme et relativisme débouchent sur le mensonge éhonté et le nihilisme. Les propagandistes du Kremlin expliquent ainsi que le Royaume-Uni serait le vrai responsable de la Deuxième Guerre mondiale.

>>>>> A lire aussi : L’URSS tient-elle sa vengeance posthume avec un Vladimir Poutine prêt à précipiter l’explosion de l’Union européenne ? 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 19/10/2016 - 09:26 - Signaler un abus On a le Poutine qu'on peut

    Chez nous, c'est Najat et les pédagos qui manipulent l'histoire pour soutenir un projet politique. Du coup je me sens assez solidaire du peuple Russe. Nos élites sont écœurantes.

  • Par Eolian - 19/10/2016 - 11:57 - Signaler un abus @Deneziere

    +1000!

  • Par MIMINE 95 - 19/10/2016 - 12:41 - Signaler un abus MAIS QUE BIEN SÛR...............

    C'est qu'il a pris des cours en France Vladimir.

  • Par CAPUCINE61 - 19/10/2016 - 12:49 - Signaler un abus Eh oui

    Il y a de quoi être plus fier d'être russe que français quand on voit les branquignols qui nous gouvernent depuis quelques années ! Et puis, comment croire aux délires d'un Orwell complètement décérébré, portant aux nues les USA alors qu'il n'y a pas plus pourri que ce pays qui ne cherche qu'à s'imposer partout (TAFTA et cie, OTAN, etc) avec leur mentalité à deux balles qui pensent que tout s'achète ! Ah c'est sûr que le grand POUTINE face au minable OBAMA, il n'y a pas photo

  • Par pitron67 - 19/10/2016 - 14:12 - Signaler un abus bla bla bla

    j'ai éssayé de lire mais j'ai arrété rapidement ça puait trop la propagande

  • Par ikaris - 19/10/2016 - 18:02 - Signaler un abus 1984 en France

    Je trouve bien plus convainquant de faire des métaphores de 1984 avec la situation de notre cher pays. La réécriture du passé par les immigrationistes se fait tous les jours et il y a des procès (Zemmour, Boris Le Jay) pour des déclarations de plus en plus anodines avec prison et fortes amendes. Il est vrai que la police de la pensée est déléguée à des officines subventionnées (SOS Racisme, LDH LICRA).

  • Par raslacoiffe - 19/10/2016 - 18:22 - Signaler un abus Au jeu de l'Histoire revisitée qui est le plus fort ???

    L'auteur nous dit que Poutine a convoqué des historiens au Kremlin pour réécrire l'histoire à son avantage. Dans le même temps Hollande invite deux journalistes pour écrire son histoire mais à son désavantage. Cherchez l'erreur!!!

  • Par cloette - 19/10/2016 - 19:01 - Signaler un abus nous devrions raser les murs

    avec comme le dit ras la coiffe, la police de la pensée des officines.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€