Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand le terrorisme est là pour durer : la France face aux mêmes étapes psychologiques qu’un patient qui apprend qu’il souffre d’une grave maladie

La société française prend peu à peu conscience qu'elle devra vivre avec la menace durable des attentats terroristes. Une situation qui trouve des similitudes avec ce qu'un patient peut ressentir lorsqu'il apprend qu'un syndrome peut à tout moment dégrader sa vie.

Sentiments d’injustice

Publié le - Mis à jour le 17 Août 2016
Quand le terrorisme est là pour durer : la France face aux mêmes étapes psychologiques qu’un patient qui apprend qu’il souffre d’une grave maladie

Lorsqu'un individu doit affronter un grave handicap ou maladie, il fait face à des pertes graves liées à sa façon de vivre, de se mouvoir, ou de penser. Ceci a des conséquences sur le mode de vie de l'individu, sa vie professionnelle, familiale, sociale. Crédit Reuters

Atlantico : Le mois de juillet 2016 restera comme le mois où la société française a été contrainte d'ouvrir les yeux sur le fait qu'elle allait longtemps devoir vivre avec la menace terroriste. Par quelles phases un individu doit-il passer lorsqu'il apprend qu'il devra vivre avec une grave maladie chronique, qui aura des conséquences profondes sur sa vie ? Comment se fait le deuil de sa vie d'avant, normale ?

Jean-Roger Dintrans : Lorsqu'un individu doit affronter un grave handicap ou une grave maladie, il fait face à des pertes graves liées à sa façon de vivre, de se mouvoir, parfois de penser lorsqu'il s'agit de maladies affectant l'intellect.

Tout ceci a bien entendu des conséquences sur le mode de vie de l'individu, sa vie professionnelle, familiale, sociale, etc.

A ces pertes s'ajoutent l'angoisse, la tristesse et le deuil qui leur sont associés. L'annonce constitue donc un tsunami psychologique face auquel l'individu va mettre en place des processus de défense psychologique. D'autant plus qu'il faut du temps à l'individu pour comprendre véritablement ce qui lui est arrivé, pour l'accepter.

Mais dans un premier temps, l'individu est davantage dans une phase d'évitement caractérisée par le fait qu'il ne pose pas de questions au médecin – ou pas les bonnes – qu'il évite l'annonce des conséquences du diagnostic ou de chercher à comprendre dans le cas où on lui fait cette annonce ; il pourra aussi vouloir constituer un cas particulier qui ne rentrera pas dans la situation générale de ce qui lui est annoncé. Cet évitement sert à lutter contre l'angoisse.

Une fois la conscience et la compréhension intellectuelles acquises, l'angoisse prend corps et peut même s'amplifier si elle était déjà là. C'est à ce moment-là que se mettent en place des mécanismes de solution, des schémas de pensée afin de faire face à cette angoisse et au deuil de la vie d'avant.

En son for intérieur, et souvent, le patient refuse d'accepter la totalité de l'évènement. Ces solutions doivent lui éviter de prendre en pleine face la totalité des conséquences de l'évènement dans un laps de temps réduit. L'individu met alors en place un clivage : il accepte de comprendre intellectuellement la situation, mais que de manière partielle. Il peut alors mettre en doute le diagnostic médical, repensant aux fameux "cas particuliers" liés à sa maladie par exemple. Parallèlement à ce mécanisme de désaveu, il va essayer de ne pas trop rapidement prendre en compte les conséquences, notamment en ce qui concerne le cours de sa vie.

Ce type d'annonce, outre l'intégrité physique, impacte également la perception de soi, sans oublier la relation avec l'entourage, bien que celui-ci se montre aimant et aidant à la suite de ce type d'annonce.

Une fois ces étapes passées, comment réussit-on à vivre avec la menace représentée par une dégradation physique, mais aussi la perspective de nouveaux attentats par exemple ?

Jean-Roger Dintrans : Le travail de deuil est la dernière étape et se fait en plusieurs temps. Tout d'abord, il se fait psychiquement, une fois que l'individu a commencé à comprendre sur le plan intellectuel ce qui lui est arrivé. Puis, ce travail de deuil se poursuit, sur un temps beaucoup plus long, qui peut prendre des années. Car on peut assister à une phase durant laquelle l'individu refuse la situation, y compris sur le plan intellectuel. Dans ce long processus, le déni survient en fait plus tard qu'on ne le pense : il intervient une fois la prise de conscience intellectuelle effective, mais il s'agit souvent d'une prise de conscience partielle. La prise de conscience ne peut survenir qu'à partir du moment où l'individu commence à expérimenter, à vivre au quotidien, les symptômes de la grave maladie qu'on lui a diagnostiquée. Il peut néanmoins avoir connaissance de ce qui risque de lui arriver et par conséquent opérer un déni.

Après le deuil survient le moment de la reconstruction : reconstruction de l'image de soi ou de la nouvelle identité d'un pays, la recherche de nouvelles satisfactions dans son rapport au monde pour une personne, bien que certaines pourront, peut-être, être conservées. Ainsi, par exemple, une personne faisant anciennement de la boxe mais ne pouvant plus pratiquer ce sport suite à un accident ou une maladie grave, pourrait se mettre à la lecture ou aux échecs.

Il convient aussi de prendre en compte la structure psychologique au préalable de l'individu à qui une telle annonce est faite, du niveau de ses relations avec son entourage, etc. En tenant compte de ces facteurs, les réactions peuvent donc différer d'un individu à l'autre.

Pour aider au mieux la personne face à une telle épreuve, son entourage doit respecter le temps d'adaptation de la personne. La compréhension aimante, intuitive, constitue le meilleur soutien. Pour ceux qui entourent, il convient de ne pas s'oublier soi-même pour rester dans le soutien car il ne faut pas oublier qu'eux-mêmes sont altérés par la menace.

On peut remarquer parfois de la culpabilité de la part du patient, qui se sent donc coupable de l'état dans lequel il est, mais également de la part de l'entourage qui peut penser qu'il n'en fait pas assez, etc.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lafayette 68 - 03/08/2016 - 09:07 - Signaler un abus Fort interessant

    A lire et relire en ces temps troublés. Remarquable.

  • Par vangog - 03/08/2016 - 13:06 - Signaler un abus La maladie du communautarisme est soignable!!!!!!!

    mais il faudrait prendre le taureau par les cornes et aller voir un médecin plus radical que les charlatans qui nous gouvernent (le Front National?). Les médecines douces ne font rien contre la lèpre communautariste, à l'origine directe du terrorisme. Il existe une autre attitude que la soumission, et cela se nomme "la lutte", inconnue aux lâches...

  • Par Anguerrand - 03/08/2016 - 14:53 - Signaler un abus Il y a des solutions pas si compliquees

    Meme s'il faut modifier la constitution et certaines lois, contre l'islam, il faut tout d'abord que la peur change de camps. Un policier attaqué par un objet létal, peu répliquer à balle réelle au lieu de reculer, interdire les tenues islamiques, pour femmes et pour homme, déporter à Cayenne tout les islamistes et ceux qui ont combattus avec Daech, ( ils se retrouvent en liberté en France actuellement) enfermés à vie à peu de frais comme certains shérifs aux USA. A savoir un uniforme caractéristique par ex rose, des tentes comme abris, lits de camps, et qq gardiens, les côtes etant infestées de requins. Les droits de l'homme nous condamneraient, on s'en fou, nous sommes en guerre oui ou non ? Beaucoup de musulmans qui redoutent la force se calmeraient dans nos banlieues entre autres. Les prisons de leurs pays d'origine ne valent pas mieux quand ils ne " disparaissent" tout simplement, et le probleme est définitivement réglé pour l'état.

  • Par vangog - 03/08/2016 - 16:20 - Signaler un abus @Anguerrand les "droits de l'homme"...

    ne sont pas les "droits de se laisser mourir sans combattre"...Les "droits de l'homme" sont aussi les droits de combattre pour sa survie! Les gauchistes europeistes se sont appropriés cette notion universelle, l'ont dévoyée à des fins immigrationnistes et mondialistes, et l'ont imposée à l'Europe toute entière, pour son malheur et sa dilution dans le mondialisme Bilderberg. Il n'est pas interdit de s'opposer aux les lois gauchistes, lorsqu'elles menacent la civilisation occidentale...

  • Par D'AMATO - 03/08/2016 - 22:50 - Signaler un abus Depuis une centaine d'années, partout où le socialisme

    a sévi, ils ont mis les nations et les peuples à feu et à sang...partout ! La raison en est le fait qu'ils raisonnent de travers et ne voient pas la réalité des choses et des faits,tels qu'ils sont... De plus ce sont des tricheurs et des clientélistes grâce à l'argent qu'ils prennent aux autres ceux qui bossent pour le donner aux fainéants. Leur esprit est tellement tordu qu'ils font tout pour que la réalité se plie à leur façon de voir. Dernière lubie.... Réaliser un islam de France pour qu'il puisse s'aligner sur les autres religions et à la LAICITE (qui serait la solution ).....mais en cela aussi ils se trompent pour la raison simple que les musulmans sont des vrais croyants, ils ont la foi au point de se faire exploser, alors que nous ne sommes pas des vrais croyants (sauf exceptions) Nous sommes d'ores et déjà battus en attendant d'être abattus....essayez de faire comprendre ça à tous ces crétins capitaux...Nous allons encore en faire les frais avec ces socialistes de pacotille qui ne donnent pas un centime pour les autres, mais passent leurs temps à gaspiller le résultat de nos sacrifices en coiffures, manucures, maîtresses, qu'on répudie etc...etc.....

  • Par D'AMATO - 03/08/2016 - 22:53 - Signaler un abus Depuis une centaine d'années, partout où le socialisme

    a sévi, ils ont mis les nations et les peuples à feu et à sang...partout ! La raison en est le fait qu'ils raisonnent de travers et ne voient pas la réalité des choses et des faits,tels qu'ils sont... De plus ce sont des tricheurs et des clientélistes grâce à l'argent qu'ils prennent aux autres ceux qui bossent pour le donner aux fainéants. Leur esprit est tellement tordu qu'ils font tout pour que la réalité se plie à leur façon de voir. Dernière lubie.... Réaliser un islam de France pour qu'il puisse s'aligner sur les autres religions et à la LAICITE (qui serait la solution ).....mais en cela aussi ils se trompent pour la raison simple que les musulmans sont des vrais croyants, ils ont la foi au point de se faire exploser, alors que nous ne sommes pas des vrais croyants (sauf exceptions) Nous sommes d'ores et déjà battus en attendant d'être abattus....essayez de faire comprendre ça à tous ces crétins capitaux...Nous allons encore en faire les frais avec ces socialistes de pacotille qui ne donnent pas un centime pour les autres, mais passent leurs temps à gaspiller le résultat de nos sacrifices en coiffures, manucures, maîtresses, qu'on répudie etc...etc.....

  • Par essentimo - 04/08/2016 - 07:34 - Signaler un abus Pourquoi ne pas faire la grève du paiement

    des impôts ?

  • Par lafronde - 04/08/2016 - 20:30 - Signaler un abus Un terreau français propice au terrorisme.

    @D'AMATO Vous avez raison le péché originel est le socialisme, qui a muté en social-démocratie redistributive. Celle-ci commandée (mal) par des politiciens professionnels, est (leurs carrières obligent) forcément clientéliste et déficitaire. Nous payons là le prix d'une délégation excessive à l'Etat, et une insuffisance de concurrence par subsidiarité des collectivités publiques. (ex leur tutelle étatique via la loi SRU ! ) En quête d'électorat, nos politiciens ont désormais une clientèle mieux disposée à voter pour eux, en échange de politiques clientélistes adaptées : + d'assistanat, + de discrimination positive, + de laxisme migratoire et judiciaire, + de victimisation (voir sur la réinfosphère (Riposte Laïque ou Polémia) le projet de loi mémorielle et liberticide du Préfet Clavreul). Cette Dilcra-cra! ne justifie-t-elle pas ainsi le ressentiment anti-français ? Notons qu'exclus de la représentation nationale, les natifs qui votent Le Pen, se voient culpabilisés (définition expansive du racisme) et taxés à la source, vrai pillage pour financer l'assistanat exogène. Sans opposition pugnace à la Chambre est-ce une trahison socialiste ou celle de tout le Front républicain ?

  • Par lafronde - 04/08/2016 - 20:52 - Signaler un abus Grève du paiement de l'impôt !

    @essntimo Vous avez raison, refuser de payer l'impôt, qui désormais sert davantage au clientélisme politique qu'aux fonctionnement de l'Etat régalien serait un mode d'action pertinent. C'est pour cela que le gouvernement met en place le paiement à la source. Heureuse Suisse, heureux Etats-unis qui ont su conserver ses libertés locales ! Les nôtres ont disparu lors de la Révolution (automne 1789) Dès lors comment organiser la Résistance ? Les gouvernement sociaux-démocrates d'Europe de l'Ouest sont devenus anti-nationaux. Ils organisent la préférence étrangère extra-européenne, matérialisée par un favoritisme social (assistanat), contractuel (égalisation ethniques des chances nonobstant les compétences), fiscal (travail au noir), sécuritaire (territoires perdus de la République) et judiciaire (laxisme). Bref nombres de banlieues organisées en milieu hostile à l'ordre public républicain voient leurs activistes exemptés de leur obligations tout en bénéficiant de transferts sociaux. Un ordre public extra-territorial, n'est pas un principe colonial ? Qui permet cela ? Le Parlement et son Front républicain. C'est lui le traître à la Patrie, l'ennemi à défaire dans votre ville en 2017

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Roger Dintrans

Jean-Roger Dintrans est psychiatre, chargé de cours à Paris V et à Paris VII.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€