Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 28 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand la France dégringole dans le classement des partenaires commerciaux de l’Allemagne au profit des Etats Unis : Berlin a-t-elle encore besoin de l’Europe ?

Au cours de l'année 2015, l'Allemagne a vu sa balance commerciale progresser de plus de 30 milliards d'euros pour atteindre un record absolu de 247 milliards. Mais derrière cette forte hausse se cache une forte disparité concernant les partenaires économiques du pays, dont la dépendance à l'égard de la zone euro est de moins en moins prononcée.

Fin d'une époque ?

Publié le
Quand la France dégringole dans le classement des partenaires commerciaux de l’Allemagne au profit des Etats Unis : Berlin a-t-elle encore besoin de l’Europe ?

Atlantico : Selon l'office national de statistiques Destatis, la France a perdu sa place de premier partenaire commercial de l'Allemagne, et ce, au profit des Etats Unis. L'économie allemande est-elle en voie de pouvoir s'affranchir de l'économie européenne ?

Nicolas Goetzmann : Les échanges commerciaux entre l'Allemagne et la France sont restés stables au cours de cette dernière année, soit une progression de 0.4% pour atteindre 170 milliards d'euros. La France n'est donc pas reléguée au deuxième rang des partenaires commerciaux de l'Allemagne en raison d'un décrochage, mais en raison de la spectaculaire hausse du commerce entre l'Allemagne et Etats Unis. Entre 2014 et 2015, les échanges entre les deux pays ont progressé de 20%.

Les exportations vers les Etats Unis se sont accrues de 18 milliards d'euros, alors que les importations vers l'Allemagne ont progressé de 11 milliards, pour en arriver à une balance commerciale favorable à l'Allemagne de 54 milliards d'euros. Il est également à noter que les relations commerciales entre Allemagne et Royaume Uni se sont révélées favorables à Berlin, avec une balance excédentaire qui s'affiche à 51 milliards d'euros pour cette année 2015, soit 10 milliards de plus qu'en 2014.

Concernant l'affranchissement européen de l'Allemagne, la problématique est double. D'un point de vue "stock", la balance commerciale allemande reste très largement excédentaire vis-à-vis de la zone euro ; les échanges avec la France, l'Italie, l'Espagne, l'Autriche, le Luxembourg, le Portugal, et la Grèce permettent en effet à Berlin d'engranger 90 milliards d'excédents. Au sein de la zone euro, seuls les Pays bas, l'Irlande et la Slovaquie sont capables de présenter un bilan favorable vis-à-vis de l'Allemagne, mais pour un montant total de 15 milliards d'euros. La balance commerciale allemande reste donc très largement dépendante de la zone euro. Mais c'est là où le second point intervient, car c'est la croissance des échanges commerciaux entre Allemagne et zone euro qui est décevante. La forte progression de l'excédent allemand au cours de ces dernières années doit tout à ses relations extra zone-euro. Si l'Allemagne ne compte plus sur ses voisins pour la croissance de ses exportations, elle va tout de même chercher à conserver son avantage européen.  

Comment expliquer la croissance du commerce américano-allemand et germano-britannique au cours de ces dernières années ? Comment l'Allemagne parvient-elle à de tels résultats ?

Deux facteurs permettent d'expliquer ce phénomène. En premier lieu, au cours des deux dernières années, l'euro a chuté de 20% par rapport au dollar, ce qui a entraîné une plus grande attractivité des produits européens pour les Etats Unis. Puis, en second lieu, les Etats Unis et le Royaume Uni ont tous deux mis en place des politiques de soutien de leurs économies, ce qui a permis de voir leurs croissances respectives atteindre des niveaux très satisfaisants ; ils ont ainsi accru leurs dépenses en biens européens. Inversement, les Européens ont été plus que timides en termes de relance, ce qui a provoqué une plus faible progression des importations en provenance des Etats Unis, tout comme du Royaume Uni. La situation avec Londres est édifiante à ce titre. Entre 2012 et 2015, les importations en provenance du Royaume Uni et à destination de l'Allemagne ont baissé de 12%. A l'inverse, les exportations ont suivi une hausse de 23%. L'Allemagne continue d'appliquer son modèle habituel, qui repose sur une faible consommation et une large production, ce qui conduit le pays à exporter ce qu'il ne peut absorber seul. Si certains y voient un exemple, il est plus logique d'y voir un pays en état de sous consommation. Avec un tel modèle, il ne faut pas trop s'étonner de voir la croissance de la zone euro stagner depuis 2008.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par de20 - 03/03/2016 - 07:47 - Signaler un abus Berlin n a plus besoin que

    Berlin n a plus besoin que de canons, si oncle Sam lui rend les clé du secteur ...

  • Par clint - 03/03/2016 - 15:14 - Signaler un abus Quelle bonne nouvelle : enfin la fin de l' Europe !

    Plus d'€, vite, vite le franc ! au moins ça sera moins cher pour les pays du sud de la Méditerranée de venir en vacances en France pour remplacer les touristes qui commencent déjà à bouder Paris ! Un peuple n'a que les gouvernants qu'il mérite. En 36 les français étaient joyeux, en 39/40 le retour de la réalité fut dur !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€