Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais quand l'Eurogroupe
se décidera-t-il à mettre en œuvre
les mesures adoptées lors du dernier sommet européen ?

Les ministres des Finances des États membres étaient réunis lundi pour mettre en œuvre les mesures adoptées lors du dernier sommet européen. Après plus de 9h de réunion, ils se sont mis d'accord dans la nuit sur les modalités de leur aide à l'Espagne, avec un premier versement de 30 milliards d'euros à la fin du mois.

De sommets en sommets...

Publié le

Mise à jour 10/07/2012 : L'Eurogroupe s'est accordé sur le versement d'une première tranche de 30 milliards d'euros à l'Espagne afin de venir en aide à ses banques

Mise à jour 10/07/2012 : Jean-Claude Juncker est confirmé pour un nouveau mandat. Il s'agit donc de son troisième mandat pour une durée de deux ans et demi.

Les promesses faites à l’Italie et l’Espagne portent sur l’utilisation, en leur faveur, des moyens disponibles au sein du FESF (Fonds européen de stabilité financière) et du MES. Pour l’Espagne il s’agissait de permettre au MES de recapitaliser les banques sans passer par une intermédiation de l’État espagnol ; pour l’Italie, d’autoriser, en cas de demande, le MES d’acheter des titres de sa dette.

A première vue, il semble peu vraisemblable que la réunion de l’Eurogroupe à Bruxelles puisse s’accorder sur l’ensemble des aspects techniques très complexes nécessaires à la mise en œuvre de ces engagements.

En effet, l’objectif de mettre fin, à terme, à la relation incestueuse entre un secteur bancaire national et l’émetteur de sa dette souveraine doit être applaudi. Il justifie la désintermédiation de l’État espagnol dans la recapitalisation de ses banques. Il requiert, par contre, pour être crédible, le transfert préalable du pouvoir de régulation/supervision du secteur bancaire à la BCE au sein de  l’UEM. Ceci prendra du temps et pose des questions épineuses :

En particulier, cette évolution, acceptée dans son principe par le récent Conseil Européen, doit clarifier les rôles respectifs de la BCE et de l’Autorité Bancaire Européenne, basée à Londres et chargée de « coordonner » le travail des 27 autorités de supervision nationales. Il faudra en particulier régler la question de la compatibilité future de la réglementation/supervision au sein de l’UEM avec le maintien de l’indépendance, dans ces domaines, des autorités anglaises, alors que Londres demeure un centre financier clef d’exécution des transactions libellées en Euros.

Un deuxième facteur, susceptible de retarder la mise en œuvre du programme de recapitalisation, est la mise en place d’abord des compétences indispensables et ensuite du cadre des  interventions. Le MES devra assumer la négociation de la « conditionnalité » à laquelle les banques bénéficiaires seront soumises.  Il est loin d’être clair comment réconcilier l’intérêt du contribuable de la zone euro, garant ultime des financements du MES, et l’obtention d’assurances suffisantes de la part de bénéficiaires (sans intervention gouvernementale), dont la fragilité est la cause même de leurs besoins.

De plus le caractère très « politique » de ces recapitalisations va poser la question de l’extension du programme aux banques d’autres pays et notamment, dans l’immédiat, à l’Irlande. Va alors être scrutée, la « capacité » du MES à remplir son mandat primaire de « mécanisme d’intervention de crise ». Toute allocation de fonds à l’objectif de recapitalisation viendra réduire sa force de frappe et amoindrira rapidement sa crédibilité, déjà fortement controversée, à cause de l’insuffisance des moyens à sa disposition.

Cette même question de moyens disponibles sera aussi centrale à la mise en œuvre du programme d’achats de titres de dette souveraine demandée par l’Italie. Ici encore, il faudra s’accorder sur la nature et le montant des risques à assumer par l’organisme d’intervention : en effet, même si la conditionnalité « passive » du respect des « engagements européens » est respectée par l’Etat demandeur, elle paraît insuffisante pour justifier la « mutualisation » du risque assumé, sans un accord complémentaire sur les transferts de souveraineté indispensables à une autorité ayant la capacité d’intervenir en matière budgétaire et d’endettement des pays membres de l’UEM.

En conclusion, quelque soit la rhétorique « constructive » qui sortira de la réunion de l’Eurogroupe à Bruxelles, il semble très prématuré d’en attendre des décisions qui apporteront les réponses claires que le marché attend avec impatience.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 10/07/2012 - 11:04 - Signaler un abus En exagérant vraiment beaucoup,

    si j'achète ma brosse à dent à crédit, celui-ci pourra-t-il servir de garanties à la BCE ou au MES ou à n'importe quel organisme censé nous sauver? Non, je dis çà, au niveau où on en est... Pour le reste, encore des transferts de souveraineté "indispensables"... bla bla Plus ils sont indispensables, plus on transfert, plus on coule. D'accord, je simplifie, mais, le raisonnement est valable sur le long terme. Le machin économique, politique qui n'aurait JAMAIS dû être avec son allié le neuro, arme de destruction massive d'économies, nous fait son chant du cygne. Il va être temps de payer 30 années d'erreurs amplifié par dix ans d'erreur et de monnaie, commune. Aie bobo d'avance.

  • Par vangog - 10/07/2012 - 22:53 - Signaler un abus Réparer les erreurs de tapazero coûtera plus

    De 30 milliards d'euros! Mais combien? Il faudrait poser la question à ses amis socialistes français, s'ils n'avaient perdu la page d'agenda portant son nom! Inutile de poser la question à la presse française, de plus en plus autiste de ce côté la...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Goldschmidt

Paul Goldschmit est membre de l'Advisory Board de l'Institut Thomas More,

Il a également été directeur du service "Opérations Financières" au sein de la Direction Générale "Affaires Économiques et Financières" de la Commission Européenne.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€