Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand l'Egypte transfère deux îles à l'Arabie saoudite, et montre ainsi le renforcement des liens entre le royaume wahhabite et… Israel

L'accord d'Israël était nécessaire pour ce transfert. Un accord qui lève un bout de voile sur les relations de plus en plus fortes entre Jérusalem et Riyad.

L'ennemi de mon ennemi...

Publié le
Quand l'Egypte transfère deux îles à l'Arabie saoudite, et montre ainsi le renforcement des liens entre le royaume wahhabite et… Israel

Tout tourne autour de lui... Hassan Rohani. Crédit Reuters

L'Egypte vient de transférer à l'Arabie saoudite la souveraineté de deux îles inhabitées de la Mer rouge, Tiran et Sanafir, qui se trouvent au sud de Suez et entre les deux pays. Cet acte est une contrepartie de l'aide financière de l'Arabie saoudite pour l'Egypte, et a provoqué des manifestations en Egypte.

Mais cet acte montre aussi les liens de plus en plus forts qui unissent l'Arabie saoudite et…Israël, comme le signale le Washington Post. En théorie, tout oppose la monarchie wahhabite, dévouée à une des interprétations les plus fondamentalistes de l'Islam, et l'Etat juif démocratique. Et d'ailleurs les deux pays n'ont toujours pas de liens formels, et l'Arabie saoudite ne reconnaît pas l'existence d'Israël. Mais c'est oublier la tendance la plus forte du Moyen-Orient ces dix dernières années : la montée de l'Iran chiite, ennemi juré d'Israël qui terrifie les monarchies du Golfe sunnites. Au Moyen-Orient, l'ennemi de mon ennemi est parfois mon ami, et on n'en est pas à la première alliance entre ennemis jurés.

Les îles sont situées à l'entrée du Gofle d'Aqaba, un chemin maritime important pour Israël et les jordaniens, et le transfert nécessitait l'accord d'Israël (et des Etats-Unis, en tant que garant de l'accord de paix entre Israël et l'Egypte).

Interrogé par la presse israélienne, le ministre de la Défense Moshe Yaalon a déclaré qu'Israël avait reçu des assurances officielles du régime wahhabite que le pays garantirait le passage des navires israéliens dans la zone. Il a ajouté qu'Israël a donné son accord au transfert à la condition que les saoudiens reprennent les engagements militaires de l'Egypte concernant les îles. Quant à lui, le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, a réitéré que son pays n'a pas de relations directes avec Israël, mais que son pays s'engageait à reprendre les engagements de l'Egypte.

Israël a de bonnes relations avec l'Egypte depuis les accords de Camp David qui ont fait la paix entre les pays, et très bonnes avec le nouveau président Abdel Fatah al-Sissi ; les deux pays collaborent notamment pour combattre l'Etat islamique, qui a une présence dans la péninsule du Sinaï.

Quant au dialogue israélio-saoudien, c'est depuis quelques années un secret de polichinelle dans le monde géopolitique. "L'accord d'Israël […] est juste la partie émergée de l'iceberg de discussions secrètes fascinantes qui ont eu lieu en sous-main", a écrit le journaliste Yossi Melman. "Il est clair que l'Arabie saoudite a beaucoup d'intérêts qui sont liés aux intérêts israéliens. […] Je pense qu'il y a de grands intérêts communs ici, qui sont une bonne base pour diverses relations", a commenté de manière circonspecte Yaakov Amidror, ancien directeur du Conseil de la sécurité nationale israélien.

A l'époque où une frappe israélienne contre le programme nucléaire iranien était à son niveau de probabilité le plus haut, une question clé était l'éventuel survol du territoire saoudien par les avions israéliens, nécessaire pour des raisons de carburant. Rien de concret n'a filtré, mais la plupart des observateurs pensaient que Riyad avait donné un accord au moins tacite à un tel survol.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€