Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les dépenses publiques en viennent à être vues comme seul ciment des territoires : les racines d’un mal français

Dans une interview donnée le 19 novembre au Figaro, François Baroin, président de l'Association des Maires de France déclare : "La dépense publique des collectivités locales est utile parce qu'elle tient les territoires, assure de la commande publique, crée de l'emploi et investit. Cela tire tout le monde vers le haut." Ce dernier doit rencontrer Emmanuel Macron mercredi . 22 novembre.

Pompier pyromane

Publié le
Quand les dépenses publiques en viennent à être vues comme seul ciment des territoires : les racines d’un mal français

Atlantico : Ne peut-on pas voir ici un symptôme d'un mal français, indiquant que la grande majorité de ses responsables politiques jugent "utiles" leurs dépenses publiques, notamment au sein des collectivités locales ? 

Jacques Bichot : Le propos de François Baroin est en partie une vérité de La Palice : si les dépenses engagées par les collectivités locales étaient en totalité inutiles, cela voudrait dire que nous vivrions aussi bien avec des rues remplies d’immondices (pas de service de collecte des ordures), défoncées (pas de travaux de voirie), où les eaux usées déborderaient (pas d’entretien des réseaux d’évacuation des eaux usées), etc. La question est de savoir si les services utiles sont de bonne qualité et sont rendus à des prix convenables, et si, depuis les municipalités jusqu’aux régions, il n’existe pas trop de dépenses nocives, inutiles, ou dont l’utilité est faible par rapport à la dépense engagée.

Elle est aussi de savoir si tous les services dont sont chargées les collectivités locales sont vraiment de leur ressort.

Pour les services typiquement administratifs, il se pose un problème de productivité. L’absentéisme est souvent exagéré, et l’ardeur au travail n’est pas toujours au rendez-vous. Le livre de Zoé Shepard, Absolument dé-bor-dée (Albin Michel, 2010), a mis très utilement les pieds dans le plat : il existe des services où travailler normalement est mal vu, ou « glander » est la norme, et où ceux qui s’en écartent se font taper sur les doigts – surtout s’ils ont le mauvais goût de  dévoiler le pot aux roses. Faut-il vraiment 1,9 millions d’agents dans la fonction publique territoriale, sans compter les emplois aidés ?

Il existe aussi des postes destinés à rémunérer des personnes qui travaillent en fait pour une bonne part au service d’associations que les élus veulent favoriser. Les mêmes associations bénéficient souvent de subventions discutables, pour des raisons d’affinités idéologiques, par clientélisme, ou par simple laxisme.

Et puis les collectivités – particulièrement les départements, avec le RSA – sont en charge de prestations qui ne correspondent pas vraiment à leur rôle, et dont la gestion partagée entre les collectivités et la sécurité sociale engendre des doublons – donc du gaspillage.

Un dernier exemple, car il faudrait plus d’un livre pour tout citer, est la mauvaise gestion financière. La façon dont bon nombre de collectivités d’assez grande taille se sont laissées « refiler » des emprunts toxiques par des banquiers soit malhonnêtes, soit incompétents, est le signe d’un grave manque de compétence.

Il est rare qu’un responsable territorial, élu ou fonctionnaire, reconnaisse qu’il a contribué à dépenser trop, à mauvais escient ou de façon inefficace. François Baroin, vu sa position, ne peut guère dire qu’on pourrait faire plus et mieux avec moins de personnel et moins d’argent ; il lui faut défendre « ses troupes » et dire en substance « touche pas à nos dépenses ». Mais il est probable que, dans son for intérieur, il sait parfaitement qu’il existe hélas des exemples de gabegie, et d’autres beaucoup plus nombreux de gestion nettement améliorable.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zen-gzr-28 - 22/11/2017 - 09:28 - Signaler un abus Cet article est très clair

    Beaucoup de maires devraient s'en inspirer ! Halte aux gaspillages, aux copinages, aux abus. Au fait, l'agglomération des communes...a permis de faire des économies ?

  • Par vangog - 22/11/2017 - 11:13 - Signaler un abus Les socialauds ont fait passer le nombre de fonctionnaires

    territoriaux, de 900000 à 1 900 000...après la loi notre qui leur a garanti un statut indéboulonnable, c’est mort!

  • Par kelenborn - 22/11/2017 - 16:10 - Signaler un abus Pauvre imbécile de Vangode!

    Si tel était le cas, seules les villes gérées par la gauche aurait un personnel pléthorique!!! J'habite une commune de 2500 habitants à peine qui s'est faite épingler par la chambre régionale des comptes. Le maire n'est pas plus socialo que la peau de mes c....... J'ai fait une analyse financière: ce sont les dépenses de fonctionnement qui ont dérapé! Résultat: plus de capacité d'autofinancement! Quand la municipalité a commencé à comprendre qu'il fallait mettre la pédale douce en matière de recrutement, elle a externalisé les dépenses puisque comme disait Pictafesse, un euro utile est un euro dépensé!Dès lors, toutes les mesures proposées par Bichot sont du pipo. Sans vouloir procéder au vote de budget par les citoyens qui serait finalement peu efficace , un truc simple devrait avoir son efficacité: la plupart des communes se sont dotées d'un panneau lumineux annonçant le bal des pompiers ou le prochain vide-grenier! Il faudrait les contraindre à afficher des indicateurs simples qui défileraient : combien d'impôts par habitant , de dette...par rapport à la moyenne...Cela calmerait les petits potentats locaux !

  • Par vangog - 22/11/2017 - 19:09 - Signaler un abus @kelenborn pourriez-vous cesser d’injurier tous ceux qui ne

    sont pas d’accord avec vous? C’est alors que je lirai vos posts avec intérêt..pour l’instant vous êtes dans la même catégorie que Ganesha qui a un problème non résolu avec les vieux...je zappe!

  • Par Claude D - 22/11/2017 - 19:41 - Signaler un abus oui mais!

    Il n'y a pas une commune ou une intercommunalité qui vote un budget en déficit. Bien sûr, nous pouvons critiquer tel ou tel poste de dépense et j'avoue être de ceux qui critiquent. Donc, les très hauts fonctionnaires de l'Etat seraient bien inspirés de se taire et de penser qu'à cause d'eux, depuis 40 ans, le budget de la France est voté en déficit.

  • Par Anouman - 22/11/2017 - 20:24 - Signaler un abus Impôts locaux

    Pour sensibiliser les maires aux dépenses utiles la solution c'est de ne laisser voter que ceux qui payent des impôts locaux et de pondérer les droits de vote par le montant payé.

  • Par kelenborn - 22/11/2017 - 22:45 - Signaler un abus Vangode

    Je cesserai de vous insulter quand vous cesserez de faire le canard sans tête( et encore un canard sans tête , on ne l'entend pas) Si vous n'avez pas compris que vos fatigants kyrie sont contre-productifs, libre à vous . Vous vous réclamez du Front National, il n'y a aucune honte mais, je vous prie de me croire: vos élucubrations et vos sornettes (une incapacité frisant la psychose à écrire plus de trois mots sans qu'apparaisse gauchiste, trotskiste ou socialauds ne peuvent que donner une image déplorable de ce parti .Protégez moi de mes amis!!! c'est ce que vous devriez entendre dans vos cauchemars

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Bichot

Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.

Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le dictionnaire de la réforme. L’Harmattan, 2010, Les enjeux 2012 de A à Z. L’Harmattan, 2012, et La retraite en liberté, au Cherche-midi, en janvier 2017.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€