Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Dany Laferrière joue l'irrévérence: plaisir partagé

Atlanti-Culture

Publié le
Quand Dany Laferrière joue l'irrévérence: plaisir partagé

LIVRE

« Autoportrait de Paris avec chat »

de Dany Laferrière

Ed. Grasset

320 pages

23 €.

RECOMMANDATION

           EXCELLENT

>THEME

              Ecrivain tout-terrain qui passe, toujours avec élégance, de « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer » à « Journal d’un écrivain en pyjama » en passant par « Je suis un écrivain japonais » ou encore « L’Enigme du retour », Dany Laferrière a fait un livre « à la main ». Il l'a écrit, ça n’a rien d’étonnant, mais il a aussi dessiné. Il explique, lui qui vit l’essentiel de l’année à Paris, dans un studio du 10ème arrondissement près de la gare de l’Est : « J’écrivais sur un autre livre.

J’avais l’impression de tourner en rond. Je piétinais. Pourtant le livre était bien avancé, mais ce n’était pas celui-là que j’avais envie d’écrire. Il me fallait quelque chose de totalement neuf, quelque chose que je n’avais jamais écrit, ni lu». Et aussi l’envie de tenter un exercice pour lequel il n’avait aucune prédisposition. Par exemple, le dessin !

 

         Avec l’ami Dany, dans cet « Autoportrait de Paris avec chat », on déambule dans la capitale. On découvre son studio près de la gare de l’Est, là où règne une « infernale agitation, souterraine ». Les cafés, les rues… Surgissent alors des figures du Paris littéraires- François Villon, Albert Camus, Boris Vian, Ernest Hemingway ou encore l’ami Alain Mabanckou… et puis aussi Coco Chanel, le peintre trop tôt disparu Jean-Michel Basquiat. En dessins et accompagné par un chat qui parle « une demi-douzaine de langues dont le swahili », qui s’assoit devant un litre de rouge, qui balade ses trois paires de moustache, ses maigres pattes et son nœud papillon, Dany Laferrière joue l’irrévérence.

>POINTS FORTS

-Grand format avec un chat qui parle et les grands noms de la capitale française version littéraire, « Autoportrait de Paris avec chat » est le livre d’un écrivain qui se dit « fatigué ».

-Très vite, on passe sur le dessin approximatif, quasi naïf, ce qui n’est pas sans charme. Et on scrute les mots de Dany Laferrière. Là, même dans les ratures, on sent un écrivain, un homme qui, plus que jamais, s’ouvre.

-Malin, Laferrière se sert du dessin au crayon noir et feutres de couleur comme d’un masque. Ça lui permet de dire et d’écrire des mots, des sentiments qu’il a au plus profond de lui même si le narrateur (en fait, lui l’Académicien français) apparait avec des cheveux blonds…

-Une érudition qui mène inévitablement et à la réflexion et à l’amusement.

>POINTS FAIBLES

Il en est qui reprocheront à l’Académicien français d’avoir écrit et dessiné un livre fourre-tout, aux allures de bric-à-brac, un livre pour « faire son intéressant »…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Bressan pour Culture-Tops

Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€