Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Bruno Le Roux s'acharne contre les entreprises françaises

La loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d'ordre, présentée par Bruno Le Roux, ne sera pas sans conséquences néfastes pour les grosses entreprises, mais également les autres.

Toujours plus de normes

Publié le
Quand Bruno Le Roux s'acharne contre les entreprises françaises

On connaissait Bruno Le Roux très occupé à récupérer les attentats de Bruxelles au profit d'une polémique politicienne. Mais on devrait surtout s'intéresser à Bruno Le Roux en pleine acharnement contre les entreprises françaises qui exportent. La loi qu'il a concoctée sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre devrait être prochainement adoptée par l'Assemblée nationale. Elle compliquera encore un peu plus la tâche des exportateurs.

Bruno Le Roux, le conseilleur qui n'est pas payeur

Le texte en discussion en seconde lecture à l'Assemblée Nationale est une proposition de loi portée en 2015 par Bruno Le Roux, président du groupe socialiste.

On s'en gausse forcément, puisque Bruno Le Roux fut à une époque vice-président de la MNEF, entreprise de l'économie sociale et solidaire bien connue pour ses malversations et sa conception très approximative de sa responsabilité sociale. En particulier, tout le monde sait que la MNEF a régulièrement financé des emplois fictifs au bénéfice du Parti socialiste. Bruno Le Roux est donc bien placé pour donner des leçons sur la responsabilité sociale des entreprises. C'est un sujet qu'il a touché au coeur et qu'il maîtrise parfaitement.

Bruno Le Roux et le triomphe de la bien-pensance

Fort de son expérience réussie dans une entreprise "morale", Bruno Le Roux a décidé de généraliser les grands principes qu'il a bien connus dans sa jeunesse. Sa proposition de loi propose donc que les grandes entreprises mettent en place un plan de vigilance comportant "les mesures de vigilance raisonnable propres à identifier et à prévenir la réalisation de risques d’atteintes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, de dommages corporels ou environnementaux graves ou de risques sanitaires résultant de ses activités et de celles des sociétés qu’elle contrôle directement ou indirectement, ainsi que les activités de leurs sous-traitants ou fournisseurs sur lesquels elle exerce une influence déterminante. Les mesures du plan visent également à prévenir les comportements de corruption active ou passive au sein de la société et des sociétés qu’elle contrôle".

On notera que les grandes entreprises doivent soumettre leurs sous-traitants à une vérification permettant d'établir que leur organisation est conforme à cette vigilance raisonnable.

Au passage, un amendement en seconde lecture a étendu ce contrôle à tous les sous-traitants...

Bruno Le Roux justifie ces mesures délirantes au nom d'arguments péremptoires tout à fait impressionnants.

Loin d’être un frein économique, cette proposition de loi aura donc comme effet de valoriser les bonnes pratiques mises en œuvre par de nombreuses entreprises, d’améliorer la prise en compte du risque dans notre économie, et de contribuer à la compétitivité hors-coût de notre pays. (...) De par leur vitalité économique et leurs investissements, les entreprises françaises jouent un rôle-clé pour accompagner le développement des pays où elles exercent certaines de leurs activités. À ce titre, leurs efforts en matière sociale et environnementale peuvent grandement contribuer à la lutte contre la pauvreté et améliorer les conditions de travail et de vie de millions de personnes.

Evidemment, si ces mesures font partie de nos bonnes oeuvres ! Pourquoi se restreindre ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par attila - 23/03/2016 - 08:01 - Signaler un abus le roux ???

    une métastase du cancer qui ronge le France !!!

  • Par vangog - 23/03/2016 - 22:18 - Signaler un abus Le Roux est le digne héritier des dictatures socialistes

    d'avant-mur, qu'elles soient national-socialiste ou socialo-communiste! Un Obersturmfuhrer aboyant contre tout ce qui fait la valeur d'un pays, ses hommes, ses entreprises, sa créativité...

  • Par Liberdom - 23/03/2016 - 23:53 - Signaler un abus A Sèvres le roux !

    Au pavillon des poids et mesures à Sèvres il manque le con étalon, il ne sera pas en platine iridié mais en mauvaise graisse d'un mec qui n'a jamais travaillé de sa vie de politicard parasite. N'ayant jamais fichu une rame le triste sire est devenu expert pour empêcher les autres de travailler à coup de règlements abscons. C'est quand la fête de la nullité ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€