Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Ce qu’est l’homme" : on peut faire un très bon roman avec des "vies pas belles"

Si vous voulez avoir une bonne image de vous, lisez le roman de David Szalay, car le monde qu'il décrit admirablement, ce n'est vraiment pas la crème...

Atlanti-culture

Publié le
"Ce qu’est l’homme" : on peut faire un très bon roman avec des "vies pas belles"

LIVRE

Ce qu’est l’homme

de David Szalay              

Ed. Albin Michel              

547pages

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THEME 

Le livre nous fait parcourir l’Europe, de nos jours, à travers neuf récits palpitants, chacun décrivant une tranche de vie d’un homme, adolescent ou vieux, pauvre ou riche, confronté à l’ennui ou à l’obligation de vivre, avec la difficulté supplémentaire de devoir établir ou supporter un contact avec d’autres hommes ou femmes, le plus éprouvant étant avec soi-même !

Le jeune étudiant traîne les pieds avec un ami, à découvrir la saleté et la vulgarité des quartiers pauvres des capitales européennes. Le vieillard anglais s’ennuie à attendre la mort dans sa résidence secondaire en Toscane. Le Lillois, jeune bon à rien, s’alcoolise dans un club vacances moche à Malte. Le jeune journaliste ambitieux n’hésite pas à piétiner l’amitié d’un homme politique pour obtenir son scoop nauséabond. Le Hongrois n’a aucun état d’âme à prostituer sa femme à Londres où les filles de l’est sont appréciées.

A bord de son super yacht le milliardaire russe ruiné, s’interroge sur l’intérêt de poursuivre sa vie. Le raté écossais tente de s’incruster en Croatie où la vie y est plus accessible que chez lui mais pas l’amitié. L’agent immobilier Londonien s’épuise à devoir commercialiser des chalets laids, construits par un paysan savoyard, enrichi par la vente de terrains familiaux. Le chercheur en littérature comparée ne comprend pas que sa fiancée puisse l’aimer et désirer garder l’enfant qu’elle attend de lui alors que cette naissance peut perturber son confort de vie. 

POINTS FORTS

Le roman est constitué de neufs nouvelles qui peuvent se lire indépendamment les unes des autres mais qui constituent un tout. Cela crée un rythme rapide dans la lecture, accentué par la technique qui consiste à suggérer la fin de chaque histoire qui, on l’imagine, ne se termine pas bien, donc inutile d’y passer du temps.

Les descriptions des scènes de la vie courantes et des comportements humains sont remarquables de précision, acides, cyniques et tellement réalistes...

POINTS FAIBLES

Je n'en vois pas. Attention, simplement: si vous déprimez déjà, ce livre ne vous aidera pas à vous en sortir...

EN DEUX MOTS

Les misanthropes seront confortés dans leur aversion pour le genre humain tel que décrit par David Szalay : des hommes que rien n’intéresse, narcissiques, veules, moralement laids, intellectuellement limités, sales, menteurs, avides, insensibles, indifférents aux autres, égoïstes, souvent ennuyants. 

A lire ce livre on est heureux d’être ce que nous sommes, car bien évidemment aucun des adjectifs précédents ne nous concerne ! Finalement ce livre décrivant la noirceur de « ce qu’est l’homme » m’a rendu heureux...    

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Didier Cossart pour Culture Tops

Didier Cossart est chroniqueur pour Culture Tops

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€