Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

PS et LR : ceux qui ont sombré, ceux qui s'en sont sortis et ce que ça nous apprend pour la suite

La recomposition va se faire dans les deux anciens pôles à partir de rescapés de tendance pas très homogènes. La grande difficulté pour eux sera de ne pas céder aux sirènes LREM face à l'adversité.

Tabula rasa

Publié le
PS et LR : ceux qui ont sombré, ceux qui s'en sont sortis et ce que ça nous apprend pour la suite

La droite et la gauche se trouvant divisée et dans le besoin de se reconstruire, ce scrutin peut être la bonne occasion de tirer des leçons afin de départager une bonne fois les attitudes adoptés au sein des partis. Quels leçons politiques la droite et la gauche peuvent-elles tirer de ce scrutin ?

Olivier Rouquan : La droite et la gauche de Gouvernement doivent repenser la structuration de leurs idéologies et de leurs organisations. Ainsi, il faut clarifier les lignes : la présidentielle a été un brouillon qui a laissé transparaître trop de clivages internes (par exemple, pour les socialistes, le revenu universel versus le RSA élargi/ pour la droite, l’Etat minimum versus l’Etat modernisé, ou encore la société ouverte contre la logique identitaire)... Ces différences sont devenues des divergences, entre autres, du fait des primaires qui poussent les leaders a accentuer les divisions, plutôt qu’à trouver des compromis ; les dissensions se déroulent devant les électeurs, ces derniers, ayant ensuite du mal à s’y retrouver.

Notons que les partis qui n’ont pas organisé de primaires ont performé au premier tour de la présidentielle : ils n’exposent pas à ce point leurs divergences internes.

Le fait que les leaders de droite et de gauche traditionnelles aient ainsi poussé à fond la logique du conflit interne indique aussi qu’ils ne se supportent plus les uns les autres ; pour LR, les déclarations hier de certains réélus ou élus appelant à « l’expulsion » de collègues, montre que cela n’est pas soldé. En fait, ces organisations n’ont pas su réinventer un modèle managérial leur permettant de réguler leurs tensions internes. Pour ce faire, il fallait profiter de l’après 2002, premier coup de semonce majeur, en refondant le militantisme. Penser que les primaires suscitant une adhésion instantanée et fugace suffirait, était une erreur. La logique du « surtout pas de vague » et du plus petit commun dénominateur a ses limites... En fait, la crise du PS et de LR est une crise de partis sans militants, aspirés par le haut, soit peur leurs dirigeants qui les entrainent dans  leurs sempiternelles querelles, dynamique dans la laquelle le jeu des égo compte pour beaucoup au détriment du travail constant de légitimation par les idées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-luc laffineur - 19/06/2017 - 20:04 - Signaler un abus Et les Fillonistes?

    Nous sommes un très grand nombre de fillonistes à nous être abstenus aux législatives. Dégoûtés par la trahison des élus de la droite molle prêts à toutes les compromissions. Les Fillonistes sont libéraux sur le plan économique; conservateurs sur le plan des valeurs et résolument européens. Pourquoi personne ne cite notre abstention dans les causes du mauvais resultat des LR aux legislatives? Pourquoi personne ne nous cite comme pôle possible de reconstruction de la Droite? Le futur de celle-ci ne se résume pas à un dialogue entre "sociaux-libéraux pro-Macron" vs. sécuritaires!! Le défi est de faire apparaître une personnalité à Droite qui reprendra les idées de Fillon. Car les idées de Fillon sont majoritaires au sein de l'électorat de Droite comme l'ont montré les primaires.

  • Par Patrick LOUVET - 19/06/2017 - 21:49 - Signaler un abus FILLON est foutu vive VAUQIEZ

    Vauqiez est le seul qui peut sauver la droite en lui permettant de s'affirmer dans ses valeurs et non pas pour un plat de "lentilles". Macronnien. La droite doit s'affirmer dans ses valeurs et ce n'est pas ce vieil hypocrite , comdamnée pour emploi fictif qui sauvera la droite puisque ces copains (PHILIPPE & C°) ont trahi sans vergogne. J'espére que lorsque le balancier reviendra dans l'autre sens nous condamnerons ces traites.

  • Par LICOT - 20/06/2017 - 00:19 - Signaler un abus à quoi bon !

    vouloir encore une fois parler de traîtres de vengeance!! ils sont partis ,bien!, et que tous les autres NKM,Solère ....et c L'udi s'en aillent! pendant des années ,la droite c'est écrasée,devant ces mercenaires de la politique,ce sont de telles personnes ,celles sans conviction ,qui ne se battent pas pour nous ,mais celles qui tapinent dans les couloirs ou les médias ! ceux là même qui par lâcheté ,vous ont dit que, c'est pour la France ! ,nous voilà avec une assemblée débutante ,et qui sera, certains y veillerons ,aux ordres ,c'est à croire que cela ressemblera,plus à une secte qu'une assemblée de députés qui nous veulent du bien! bien sûr ces jeunes sont pleins de courage,et je les saluent pour cela,mais les roublards ,ceux qui seront cachés derrière ces jeunes, eux maintiendront une discipline ! au nom de quoi cette fois? les dégagistes ,dégageront eux aussi !la droite doit devenir un bon parti ,mais la liberté d'expression ,d'idées ,doit exister !, laissons chaque député ,demander à ses électeurs ce qu'il doit faire avant de voter!et non pas suivre le parti. il faut quelle soit proche ,et montrer qu'elle travaille pour nous,nous voulons décider ! l'assemblée c' est nous

  • Par Michèle Plahiers - 20/06/2017 - 10:26 - Signaler un abus Ludgen en Belgique,...

    Effet Macron. Le CDH (Modem belge) se sépare du P.S. et se rapproche de DEFI (centre-droit libéral et francophone,...). Les lignes bougent...

  • Par l'enclume - 20/06/2017 - 18:00 - Signaler un abus Mort aux cons, vaste programme : Charles de Gaulle

    Patrick LOUVET - 19/06/2017 - 21:4 - Êtes vous ami avec les juges qui traitent l'affaire Fillon, pour annoncer sa condamnation pour emplois fictifs. Avec un tel raisonnement, vous n'avez rien à faire parmi les militants LR.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Rouquan

Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur,  Droit constitutionnel et gouvernances politiques, chez Gualino, septembre 2014, Développement durable des territoires, (Gualino) en 2016, Culture territoriale, (Gualino) 2016 et En finir avec le Président, (Editions François Bourin) en 2017.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€