Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Prison avec sursis : la lourde peine infligée à Claude Reichmann et aux libérés de la Sécu

Le tribunal correctionnel de Paris vient de rendre une décision lourde pour Claude Reichman et quelques autres militants de la lutte contre le monopole de la Sécurité Sociale. Des peines de prison avec sursis ont été prononcées. La décision met probablement fin à une épopée intéressante, mais menée dans un climat malsain de sectarisme et d’intolérance.

Prisonniers

Publié le
Prison avec sursis : la lourde peine infligée à Claude Reichmann et aux libérés de la Sécu

 Crédit PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le tribunal correctionnel a eu la main lourde. Pour avoir organisé un système d’incitation à la désaffiliation au RSI, Claude Reichman écope de 10 mois de prison avec sursis. Son association se voit infliger 60.000 euros d’amende, dont la moitié avec sursis. Les autres prévenus prennent également cher. Laurent C., en particulier, bien connu des « libérés », écope de 5 mois avec sursis. L’association Liberté sociale, dont les porte-parole ont souvent le verbe haut, est elle aussi soumise à l’amende.

Un combat mené dans une étrange cécité

Sur le fond, les sanctions tombent dans un étrange contexte de paranoïa. Depuis plusieurs années, Claude Reichman et ses acolytes mènent un combat dans un climat toxique proche de l’esprit sectaire. Alors que l’association des Libérés de la Sécu et ses multiples avatars enchaînent les défaites en justice sur le monopole de la sécurité sociale, ses adeptes crient régulièrement victoire et n’hésitent pas à imaginer des complots pour les faire taire.

Leur argument principal (selon lequel le monopole de la sécurité sociale serait contraire au droit communautaire) a beau être régulièrement infirmé, sous toutes ses formes, par la Cour de Justice de l’Union Européenne elle-même, rien n’y fait. Ceux qui ont subi une condamnation hier ont répété à de nombreuses reprises qu’ils avaient manifestement raison contre toutes les évidences. La justice n’a pu que tenir compte de cette mystérieuse obstination.

Les conflits d’intérêt à peine évoqués

Au demeurant, la justice ne s’est pas encore intéressée au fonctionnement financier des libérés. Selon nos sources, beaucoup d’adhérents ont été étonnés du faible service effectif rendu par Claude Reichman en contrepartie des cotisations versées.

La déception a été forte pour plus d’un cotisant qui s’était entendu certifier que ne plus payer ses cotisations de sécurité sociale était parfaitement légal. Les audiences devant les tribunaux de sécurité sociale qui s’ensuivaient étaient souvent sanglantes…

Certains se sont par ailleurs régulièrement étonné que, dans la foulée, Claude Reichman fasse la promotion d’un cabinet de courtage anglo-saxon, supposé offrir des garanties équivalentes à celles de la sécurité sociale. Le héros des libérés peut d’ailleurs se féliciter, à ce stade, que le régulateur n’ait pas approfondi cette étrange façon (et opaque!) de promouvoir des opérations d’assurance.

Le silence du régulateur a d’ailleurs fait des émules, puisqu’un avatar des libérés proposait récemment de mutualiser les coûts des procédures judiciaires entre adhérents.

Un gâchis pour les adversaires du monopole de la sécurité sociale

Les libéraux adversaires du monopole de la sécurité sociale regretteront le climat d’intolérance que Claude Reichman et ses affidés ont fait régner sur leur cause depuis plusieurs années. La condamnation pénale d’hier finit de discréditer un sujet majeur pour nos sociétés.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberdom - 24/02/2018 - 15:53 - Signaler un abus Signé furax ?

    Qui est le signataire de ce torchon anonyme? Certes Reichmann à peut-être tout faux mais se baser sur les jugements des tribunaux des affaires de sécurité sociale pour le prouver est un peu fort de café. Les TASS sont les tribunaux maison de la Sécu : les juges sont payés par le ministère des affaires sociales (dont dépend la Sécu) et les assesseurs directement rémunérés par la caisse. Heureusement devant la forte mobilisation des justiciables et les récusations en chaine, par une loi du 13 juillet 2016 les TASS ont été enfin supprimés. Malheureusement cette suppression ne prendra effet que début 2019 et en attendant de nombreux employeurs artisans et professions libérales vont encore être "jugés" pas ces tribunaux d'exception. Rappelons que les jugements des TASS ne sont PAS susceptibles d'appel lorsque le litige est inférieur à 4000 euros ce qui est le cas le plus fréquent. Totalitarisme quand tu nous tiens.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€