Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Président et les Barons : à quel jeu dangereux Juppé, Moudenc ou Estrosi jouent-ils avec l’Elysée ?

Emmanuel Macron, en soignant ses relations avec les maires des bastions urbains de droite avance-t-il vers une absorption progressive de ses satellites politiques de droite ?

Alliance ?

Publié le
Le Président et les Barons : à quel jeu dangereux Juppé, Moudenc ou Estrosi jouent-ils avec l’Elysée ?

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Atlantico: Le Canard enchaîné affirme que l'Elysée aurait organisé au début du mois d'août une réunion rassemblant Alain Juppé, Christian Estrosi et Jean-Luc Moudenc, maires respectivement de Bordeaux, Nice et Toulouse. Emmanuel Macron, en soignant ses relations avec les barons locaux des bastions urbains de la droite avance-t-il vers une absorption progressive de ses satellites politiques de droite ou faut-il au contraire s'attendre à ce qu'il prenne au piège ces grandes figures indépendantes une fois les élections venues ?

Maxime Tandonnet : D'abord, il est triste de voir qu'on en est à s'étonner d'une rencontre entre un président de la République et les maires de grandes villes. Rien n'est plus normal et républicain de la part d'un chef de l'Etat, que de recevoir à l'Elysée les maires des principales villes de France quelle que soit leur étiquette politique pour parler des problèmes de leur cité et de l'avenir. Si le soupçon est né de l'article du Canard Enchaîné, c'est en raison de la suspicion engendrée par cette rencontre vue comme relevant d'une opération politicienne en vue des élections européennes. C'est là que nous constatons tout le déclin de la vie politique française, quand les enjeux de politique politicienne autour de la réélection future, écrasent le fond des sujet. Le rôle d'un président de la République, au-dessus de la mêlée, est de donner un cap au pays, et pas de préparer le prochain scrutin national. Un ralliement en bonne et due forme de ces trois personnalités à la liste LREM aux Européennes me paraît assez peu probable. Si un ralliement avait dû se produire, il aurait eu lieu en juin 2017, et pas maintenant où l'Elysée accumule les difficultés et semble engagé sur une pente défavorable. Ces personnalités voudront garder leur indépendance. Il est difficile de croire à une absorption progressive dans ces conditions. On ne peut pas parler non plus de "piège": tout cela me semble assez calculé: les trois maires en question utilisent leur lien avec l'Elysée comme signe de leur liberté par rapport à l'appareil des Républicains, mais ils ne me paraissent pas dans une logique de soutien à la liste LREM qui reviendrait à s'engager dans une aventure aléatoire...    

Quel contrecoup pour le mouvement de Laurent Wauquiez ? S'il risque de perde d'importants points d'ancrage locaux et régionaux, un tel scénario ne viendrait-il pas à rebours confirmer sa critique d'une présidence aux services des villes au détriment des campagnes ?

Le contrecoup sera limité. Le mouvement de Laurent Wauquiez a d'ores et déjà enregistré les distances prises par ces personnalités, notamment M. Juppé et M. Estrosi. Ils ne sont pas les seuls, il y a aussi Mme Pécresse. Bien sûr que cela l'affaiblit car toute division est nuisible à la force d'un parti politique. Mais les contacts entre ces maires et l'Elysée n'apportent pas grand chose de nouveau. M. Wauquiez sait qu'il ne peut pas compter sur eux. A la limite, il serait presque préférable pour le mouvement LR que ces personnalités rallient purement et simplement LREM ce qui clarifierait la situation à droite. Mais tel n'est pas le cas. L'enjeu pour lui et son équipe est tout autre. Il est de gagner une crédibilité et d'apparaître comme une solution d'alternance possible auprès d'une majorité de Français, nonobstant les faits et gestes de quelques ténors comme M. Juppé et M. Estrosi. Pour l'instant, il n'y est pas encore parvenu. Les Français attendent une opposition rassembleuse sur les grands thèmes qui les préoccupent, chômage, dette publique, pouvoir d'achat, maîtrise de l'immigration, sécurité. Je ne suis pas certain qu'opposer ainsi la France des villes, supposée avoir la préférence de M. Macron, à celle des campagnes soit de nature à améliorer l'image de LR. Les Français attendent autre chose aujourd'hui de la politique que les polémiques, les petites phrases, les coups de communication, les manoeuvres électorales. Ils veulent être pris au sérieux et que la politique soit au service de l'intérêt général.

Le refus des conclusions du rapport Borloo sur la politique des villes françaises avait beaucoup déçu les différents élus laisse entendre qu'il n'y aura pas de grand plan national sur la politique de la ville. Faut-il au contraire s'attendre à une gestion plus au cas par cas ?

Oui mais on se souvient du contenu très discutable de ce rapport et son coût de plusieurs milliards. Il donnait là aussi une large part à la communication autour de l'idée invraisemblable de créer une "ENA pour les quartiers". Ce projet semblait incarner le "mal français": dépense publique supplémentaire, donc augmentation des impôts, culte de la bureaucratie, communautarisme. Je ne suis pas sûr que son abandon ait tant déçu les grands élus... La question des banlieue doit en effet cesser d'être traitée sous l'angle des coups de communication. Elle relève d'une action de terrain par ceux qui connaissent la réalité, sous tous les angles: urbanisme, emploi, sécurité, éducation. A certains endroit, la situation est réellement dramatique avec des taux de chômage de 20%, un niveau élevé d'échec scolaire et des problèmes de violence, y compris contre les forces de l'ordre. On a davantage besoin d'une volonté politique de tous les jours pour relever ces défis que d'un  "plan banlieue" supplémentaire, annoncé à grand renfort de communication.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 18/08/2018 - 10:54 - Signaler un abus Difficile à croire

    ce que dit ce monsieur. Encore de la com bien orientée, après avoir fait exposer le PS, il reste à Macron d'en faire autant avec la droite. Malgré les coups de boutoir des "barons" et de Bertrand et Pécresse, Wauquiez a l'air de vouloir se battre. Pour le FN; ou RN, Marine Le Pen y arrive toute seule, Macron n'a pas besoin de s'en occuper. Quant à Sarko, lui seul sait dans quelles eaux troubles il s'agite.

  • Par vangog - 18/08/2018 - 12:02 - Signaler un abus Pas de grand plan sur la politique de la ville???????

    il faut dire que, malgré qu'aucun statisticien ni analyste gauchiste n'en aient fait le bilan déplorable, la politique de la ville gauche et droite archaïque confondus, n'a été qu'une longue litanie d'échecs retentissants, d'abandon de territoires aux caïds et à la drogue, malgré les milliards dépensés, mais une formidable victoire du clientélisme et de la corruption pour les baronnies de l'ancien monde macroniste...Normal que les barons des grandes villes viennent quémander leur obole clientéliste au mafieux-en-chef, parce que, si ça s'arrête, ils ne seront pas réélus par les cités...Estrosi-les-vingt-mosquées, qui a déjà réussi à extirper deux milliards de Sarko-le-tricheur pour son tramway virtuellement gratuit pour les djeuns (aucun contrôle), a encore besoin de deux autres milliards pour être réélu par les gogos...Ne doutons pas qu'avec le soutien financier du parrain Macrouille, il n'y parvienne!

  • Par Anouman - 18/08/2018 - 13:13 - Signaler un abus LR

    Les Juppé, Pécresse, Estrosi c'est pareil que Macron. Mais ils préfèrent jouer de l'illusion qu'ils sont différents pour des raisons électorales car certains électeurs s'y laissent prendre. Et surtout ça leur permet d'emmerder Wauquiez.

  • Par cloette - 18/08/2018 - 14:12 - Signaler un abus Juppé, Estrosi, Pecresse

    C'est triste pour eux, mais ils sont aujourd'hui du passé, si cela n'avait pas été le cas, déjà Juppé aurait été élu aux primaires, c'était un avertissement, un complot ( de quelle origine? ) a éliminé Fillon pour mettre Macron .Quelles que soient les fautes de Fillon, ce furent des méthodes de voyou, il faut bien le dire, et c'est pourquoi Macron ne sera pas réélu, il laissera la place à Pierre Paul ou Jacques, mais pas à Juppé,ni Estrosi,( Pecresse ,semble plus maligne).....

  • Par Liberte5 - 18/08/2018 - 15:25 - Signaler un abus @Anouman:vous avez bien résumé la situation.

    Juppé, Estrosi, Bertrand, Pécresse, Raffarin, sont des boulets pour la droite.Car il n'ont jamais été de droite. C'est une escroquerie de dire cela. Qu'ils rejoignent Macron.Ils ont toute leur place avec E. Philippe, Darmanin. Lemaire. L. Wauquiez fera mieux sans eux.

  • Par gerard JOURDAIN - 18/08/2018 - 17:18 - Signaler un abus +1 @ Liberté5

    on peut rajouter nkm,sarko et sa diva bobo.... il a fait le plus dure Wauquier. éta

  • Par gerard JOURDAIN - 18/08/2018 - 17:18 - Signaler un abus +1 @ Liberté5

    on peut rajouter nkm,sarko et sa diva bobo.... il a fait le plus dure Wauquier. éta

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. Il commente l'actualité sur son blog personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€