Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourrait-il y avoir un rapprochement entre une partie du FN et la France insoumise ?

Le journaliste François Ruffin a remporté la 1re circonscription de la Somme en unissant la gauche et les écologistes et en pillant les voix du Front national.

Dérive des continents

Publié le
Pourrait-il y avoir un rapprochement entre une partie du FN et la France insoumise ?

Atlantico : Selon le Courrier Picard, François Ruffin a décroché son siège de député dans la Somme en bénéficiant d'un report de voix d'électeurs FN à hauteur de 63%. Dans quelle mesure les électeurs du Front national du "nord" sont ils proches des idées proposées par la France Insoumise ? Quel est le niveau de porosité de cet électorat et peut-il s'agir d'une tendance durable ? 

Jean-Philippe Moinet : Dans certaines terres, notamment celles qui ont été les plus touchées par la désindustralisation, par les crises économiques et sociales, on a vu depuis longtemps la porosité des électorats entre le mouvement d'extrême droite et les mouvements d'ultra-gauche. Dans la région Hauts-de-France, là où le PC était encore florissant dans les années 80 et où un PS traditionnel et populaire avait encore récemment ses plus solides bastions, on a vu des basculements s'opérer vers ce que le politologue Pascal Perrineau a appelé "le gaucho-lepénisme".

Dans cette région, aujourd'hui présidée par une figure du mouvement Les Républicains, Xavier Bertrand, on voit clairement s'opérer une concurrence des extrêmes, une bataille des protestataires radicaux, et une tentative de l'ultra-gauche mélenchoniste de reprendre la main sur un électorat qui était parti vers le parti lepéniste. FN - FI même combat, parfois fratricide ! Ici ou là, comme dans la circonscription de François Ruffin, FI arrive à siphonner les voix lepénistes.

Si cette porosité existe entre FN et FI, c'est bien qu'il y a des similitudes entre les deux mouvements. Similitude dans les postures, ultra-protestataires, qui exploitent toutes les crises, sociales en particulier, pour en faire un fonds de commerce qui fonctionne bien en période de difficultés et de doute de la France dans la mondialisation. Souvenons-nous qu'au 1er tour de l'élection présidentielle, l'addition des voix de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et de l'extrême gauche dépassait largement 40 % des suffrages. Notons que ces forces cherchent et chercheront à radicaliser le débat pour mettre en cause le pouvoir. Au soir du deuxième tour des législatives, il était révélateur de voir que, sous prétexte d'une très forte abstention, des dirigeants de ces deux mouvements se rejoignaient aussi pour mettre en cause "la légitimité" de la majorité LRM. Un discours dangereux, qui laisse entendre que les élections n'ont qu'une valeur relative, alors qu'elles sont le socle de la démocratie.

La similitude FI - FN se retrouve dans un nationalisme idéologique masqué par le "patriotisme", la posture anti-européenne, la virulence d'un discours anti-capitaliste et "alter-mondialiste" qui trouve un large écho, notamment dans les catégories populaires ou chez une partie des jeunes, qui sont sensibles aux logiques du "contre-modèle", aux attraits d'une "contre-culture". La similitude FI - FN fait écho à la fonction tribunicienne de l'antique PC, on se retrouve dans la force du tribun, des effets oratoires, des raccourcis péremptoires, et le culte du chef. Au FN et à FI, c'est le "leader charismatique" qui compte, l'idée d'alliance, de courants, d'ouverture à d'autres ne rentre pas dans le logiciel de ces mouvements. On l'a vu dans les difficultés de la relation de FI avec le PCF et de la relation du FN avec le micro-parti de Dupont-Aignan.

La porosité des deux électorats est bien sûr variable selon les zones électorales. Mais oui, ce sera une tendance durable dans les terres, comme dans le Nord  ou dans l'Est, qui ont connu les restructurations industrielles et des transformations rapides, parfois douloureusement vécues par les populations, qui voient "le monde d'avant" s'effondrer sans percevoir les atouts du monde qui vient.  

Alors que Florian Philippot a débuté sa carrière politique en tant que "chevènementiste" pour en arriver au Front national, en quoi la ligne Philippot s'oppose-t-elle réellement à celle défendue par la France Insoumise ? l'écart entre les deux lignes n'est elle pas plus réduite qu'il n'y paraît ? 

Le marqueur "social" de la ligne Philippot, mais aussi de Marine Le Pen elle-même dans le Pas-de-Calais, n'est bien sûr qu'un affichage, mais l'affichage marche, en terme de marketing politique, aux populations concernées. La concurrence avec le discours de la France Insoumise est certaine même si le FN ajoute systématiquement un autre thème et un clivage déterminant et plus marqué idéologiquement qu'à FI, clivage qui cherche à opposer en tous domaines Français et étrangers. La figure du "migrant" est à l'extrême droite historiquement et systématiquement présentée comme une "menace" pour les Français : le FN de Marine Le Pen a ainsi surfé sur les peurs, liées aux attentats terroristes, utilisant une série d'amalgames habituels entre migrants et musulmans, entre musulmans et intégristes, entre intégristes et terroristes... Jean-Luc Mélenchon et ses partisans n'ont pas versé dans cette logique, ils ont même été accusés de l'inverse, de flatter le communautarisme, de favoriser le différentialisme et le relativisme culturel. Même si JL Mélenchon, sur le sujet des travailleurs détachés européens, a parfois participé à la montée d'un discours anxiogène et xénophobe.

On imagine mal la France Insoumise accepter des cadres du Front national, ou ces mêmes cadres rejoindre la France Insoumise. Cependant, au delà des questions de personnes, la ligne Philippot n'est elle pas une ligne politique plus proche de la France Insoumise que de celle défendue par le Front national "canal historique" ?

La ligne Philippot est sans doute plus proche de la France Insoumise que la ligne "canal historique" de Jean-Marie Le Pen et de celle des dîts "identitaires", qui fondent leur démarche sur une lecture et un clivage racialiste (les origines des personnes) ou culturel (les religions). Mais la ligne de Marine Le Pen, dans le Nord Pas-de-Calais en particulier, est bien elle-même, sur des thèses qui voisinent, pour partie, avec celles de Jean-Luc Mélenchon, et vice versa. Leur souhait commun d'incarner une ligne social-protestataire radicale n'a pas fini d'être en concurrence frontale.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 24/06/2017 - 11:58 - Signaler un abus Embrassons-nous Folleville !

    Article stupide et hypocrite ! Électeur FN, au second tour des législatives, j'ai fait élire un député communiste qui était opposé à un ''marcheuse'' ! Mais pensez-vous vraiment que Marine et Mélenchon vont maintenant tomber dans les bras l'un de l'autre, en reprenant la phrase célèbre d'Eugène Labiche : ''Embrassons-nous Folleville'' !

  • Par vangog - 24/06/2017 - 13:15 - Signaler un abus "surfer sur les peurs, Marine Le Pen??????

    c'est surtout le collabo Macron qui a surfé sur la peur du Front National pour se faire élire par les peureux, M. Moinet! J'ai bien peur que tout le reste de votre analyse ne soit truffée de telles inexactitudes, amalgames, approximations, comme vous en avez, malheureusement, l'habitude...Demander à un gaucho-centriste d'analyser la stratégie du Front National et les réactions de ses électeurs, c'est un peu comme demander à un commentateur sportif de réagir à l'attribution du Goncourt...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 24/06/2017 - 13:31 - Signaler un abus Mais oui leur électorat est

    Mais oui leur électorat est le même ! Composé majoritairement de caractériels prêts à voter contre leur propre intérêt . Leur seule différence réside dans l'électorat musulman qui vote majoritairement pour un Mélanchouille dont ils se débarasseront plus facilement en 2027.............Philippot n'a pas donné assez de gages aux musulmans .

  • Par Pharamond - 24/06/2017 - 14:55 - Signaler un abus Incompatibilité

    Le FN est un parti considéré comme patriote, alors que "France insoumise",JL.Mélnchon en tête,est internationaliste; ses références sont étrangères,Trotsky,Chavez,Maduro,dont les actions bienveillantes envers "le peuple" sont bien connues et documentées. Il soutient même Danièle Obono franco-gabonaise,qui,elle crie "nique la France"! après en avoir avalé la substantifique moelle! Entre parenthèses,que dirait-on d'un souchien intéressé par l'Afrique en général et le Gabon en particulier qui terminerait son article déclinant les abus de pouvoir d'O.Bongo, le père, en écrivant:"Nique le Gabon"? Ceci est un exemple des limites de "l'intégration".

  • Par tananarive - 24/06/2017 - 15:25 - Signaler un abus Le Front National.

    Est devenu avec Phillipot, le Front National Socialiste, voila pourquoi Marion Maréchal Le Pen est partie et pourquoi Jean-Marie Le Pen pète les plombs. Il faut que les gens de droite qui sont au FN comprennent qu'ils se sont fait bernés.

  • Par J'accuse - 24/06/2017 - 16:47 - Signaler un abus Frères de moins en moins ennemis

    Les deux grandes différences entre la gauche nationale-socialiste (FN) et la gauche marxiste (FI) se réduisent: Mélenchon ne peut pas être aussi anti-capitaliste qu'il le voudrait, et son "patriotisme" rejoint le nationalisme du FN. Les politiciens feront toutes les contorsions possibles pour se faire élire; les électeurs peuvent passer de l'un à l'autre sans grandes difficultés.

  • Par MIMINE 95 - 24/06/2017 - 18:49 - Signaler un abus RUFFIN N' A PAS SIPHONNE LES VOIX LEPENISTE

    Avec pour second choix, un candidat LREM , mouvement honni par dessus tout , les électeurs FN ont agi pour éliminer "le pire". D'ailleurs des candidats FN dans le nord mais aussi dans la 16 ème circonscription de Paris ont appelé à voter pour les candidats France insoumise face au candidat Macron beurk beurk!!. L'électeur FN est souvent pragmatique, mais pas vraiment girouette. Une analyse bien longue et alambiquée pour ne pas dire tarabiscotée, sur un non sujet . En 2012 , le FN avait fait 9,72 % des voix dans la circonscription de Ruffin et 15,94 en 2017......Connaissant le bonhomme, pas sûr d'ailleurs que Ruffin se soumette aux désidératas de l'insoumis en chef de la France des soumis à un . Mais, leur petit nombre ne leur permettant que l'obstruction "indignative" systématique ......? A voir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Philippe Moinet

Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique et directeur éditorial de l'Hôtel de l'Industrie/Société d'Encouragement pour l'industrie nationale. Son compte Twitter : @JP_Moinet.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€