Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l'utilité sociale de la fonction publique n'est pas à la hauteur des milliards investis

Hier, trois syndicats de fonctionnaires (FSU, Solidaires et la CGT) ont appelé les 3,5 millions de fonctionnaires français à la grève. Une première depuis la prise de fonction de François Hollande. L'occasion de revenir sur la stratégie (ou la non-stratégie) de l'Etat employeur.

Productivité

Publié le - Mis à jour le 2 Février 2013

Il n’aura pas fallu neuf mois à François Hollande pour renouer, à son corps défendant, avec les traditions bien ancrées sous la droite. A l’approche des négociations salariales annuelles, les syndicats de fonctionnaires appellent à une grève habituelle, histoire de se compter avant les discussions, et de gonfler les muscles au cas où cette petite parade permettrait de glaner deux ou trois dixièmes d’augmentation.

Ces démonstrations de force (ou de faiblesse d’ailleurs) dans la rue sont généralement l’occasion de ressortir les marronniers du débat public.

D’un côté, on retrouve les grands défenseurs du service public, qui s’apitoient sur le sort de ces pauvres fonctionnaires frappés par de terribles diminutions d’effectifs!

En première ligne de ces plaintes, l’Education Nationale et l’Intérieur sont généralement les sujets les plus évoqués.

D’un autre côté, les grands ennemis de la dépense publique ne manquent pas une occasion de dénoncer les insupportables privilèges dont bénéficieraient les fonctionnaires. On connaît par coeur les récriminations contre le statut de la fonction publique, qui garantit l’emploi à vie à des gens qui ont une retraite trop élevée et une appétence pour le travail très limitée.

Ces débats sentent bon l’anachronisme et l’obsolescence, notamment parce qu’ils font l’impasse sur le noeud du débat : la stratégie de l’Etat comme employeur, et sa capacité à dégager des gains de productivité.

Certes, je connais le réflexe devenu maintenant une habitude dans l’analyse de la réalité : les problèmes de la France proviennent forcément des petites mains que nous employons. Ce discours est à l’oeuvre sur la désindustrialisation : si les usines ferment en France, la faute en revient aux salaires qui sont trop élevés et aux contrats de travail qui sont trop rigides. Ce discours purement idéologique, qui permet d’éviter aux décideurs de se remettre en cause, n’a que faire des quelques réalités tenaces qui le démentent. Rappelons ici que les pays d’Europe les plus frappés par le chômage sont aussi ceux où la main d’oeuvre est la moins chère (la Grèce, l’Espagne, le Portugal,...) et qu’un pays comme le Danemark a des salaires élevés et un chômage faible.

Dans le domaine du service public, les idéologues aiment tenir le même discours : les fonctionnaires sont trop payés et trop protégés, ce qui explique à la fois la dégradation des comptes publics et la faible croissance due à une pression fiscale excessive rendue indispensable par le traitement trop élevé dont bénéficient les fonctionnaires.

Les faiblesses constitutives de ce discours sont pourtant bien connues.

D’abord, il s’appuie sur des statistiques souvent très discutables. Surtout, il repose sur l’idée implicite que toute dépense publique est une charge improductive pour la collectivité. Or même l’OCDE ou la Banque Mondiale s’accordent pour soutenir le contraire. La dépense éducative, par exemple, est un investissement de croissance indispensable pour soutenir les fondamentaux d’un pays. La dépense de protection sociale, elle aussi, est un élément essentiel à la prospérité. L’idée que par principe la dépense publique est une charge pour la croissance n’a donc pas de sens.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Dr H. - 01/02/2013 - 10:07 - Signaler un abus Dépenses "publiques"

    Vous dites "La dépense éducative (...) est un investissement de croissance indispensable pour soutenir les fondamentaux d’un pays. La dépense de protection sociale, elle aussi, est un élément essentiel à la prospérité. L’idée que par principe la dépense publique est une charge pour la croissance n’a donc pas de sens." Ce qui n'a pas de sens, c'est de confier l'éducation et la santé à des monopoles ou des quasi monopoles qui, en bonnes administrations, en double structurellement le coût par rapport au privé ! La dépense publique est une charge, non parce qu'elle est dépense, mais parce qu'elle est publique...

  • Par l'enclume - 01/02/2013 - 10:26 - Signaler un abus Les syndicats

    Pourquoi les syndicats sont les meilleurs pour piquer du fric aux contribuables. http://www.ifrap.org/Livre-Syndicats-filous-salaries-floues-notre-critique,13068.html

  • Par jerem - 01/02/2013 - 11:02 - Signaler un abus eh ben ca avance dites donc !!!

    Sur atlantico , voila que l'on se met a penser que le management peut etre en cause ..... dites donc ca avance .... "Rappelons ici que les pays d’Europe les plus frappés par le chômage sont aussi ceux où la main d’oeuvre est la moins chère (la Grèce, l’Espagne, le Portugal,...) et qu’un pays comme le Danemark a des salaires élevés et un chômage faible." Et surtout ce sont les pays dans lesquels les jeunes sortent le plus tot de la scolarité que l'on observe le plus de chomage dans la tranche d'age ..... on rappelle que ce sont 9% et pas davantage des jeunes de 15 24 ans qui sont au chomage. le 24% c'est pourl es jeunes ACTIFS Et non les jeunes francais ne mettent pas 8 ans pour avoir un emploi stable . 3 ans apres leur sortie de scolarité (quel que soit le niveau et l'obtention ou non d'un diplome de sortie) 72% des jeunes , 3 ans apres cette sortie , sont en CDI. les autres sont soit en CDD, inactivite , au chomage ou on repris des etudes .. Rien a voir avec le piautage de Villepin qui racontait sa fable du 8 ans pour avoir un emploi stable

  • Par jerem - 01/02/2013 - 11:15 - Signaler un abus la dépense de santé ... en effet

    les etats unis AVant la loi OBAMA consacrent 17% de leur pib en dépenses de sante (privées et publiques) quand les francais et les allemands y mettent 12 et 11% ...... Les complementaires santé : allemagne les assurances privées c'est 26 milliards pour la santé Et ce sont 19% des allemands couverts par une assurance complémentaire. pour 29 milliards .. ce sont 93% des francais qui sont couverts ... (source : thomas more mars 2012 comparaison depenses publiques france allemagne) PArlez nous de la convergence ..... Au fait l'ined nous a sorti l'epserance de vie en bonne santé : france 62 ans allemagne 56 ans ..... Encore une reussite d'extase germanique

  • Par jerem - 01/02/2013 - 11:22 - Signaler un abus maladies contractées a l'hopital c'est tgomas more qui l'ecrit

    a l'heure ou l'on s'excite comme des puces pour 5 morts en 25 ans .... thomas more nous a donné le poucentage de patients ayant contractés une maladie a l'hopital ..... france 3% .. allemange , toujours plus fort l'effet allemand) : 5% soit 66% de plus . on attend encore tous les commentaires dans le style :"je ne sache pas que l'on soit moins bien soigné en france qu'en allemange". non en effet d'ailleurs la tres forte privatisation des hopitaux permet meme de voir avec quel brio les allemands sont donc soignés ....

  • Par jerem - 01/02/2013 - 11:28 - Signaler un abus la scoalrisation a deux ans ... le bon exemple

    tres belle illustration SAUF QUE : 1- il n'est pas question de rendre OBLIGATOIRE la soclarisation a l'age de deux ans , donc le calcul par 700.000 enfants n'a pas de sens .... (au passage, faudra donner ce chiffre a ces maires qui ne savent pas gerer le nombre de creches necessaires et entretiennent la penurie et l'inegalité d'acces aux tarifs municipaux) 2- on sait parfaitement a l'attention de quel public cette mesure est destinée. Les enfants dont les parents ont une autre langue que le francais afin qu'en arrivant en cour préparatoires, des pratiques précoces du francais permettent l'acquisition de l'ecriture et de la lecture au meme ryhtme que les eleves de parents fracophones qui parlent francais chez eux quand ils eduquent leurs enfants. TRES BON EXEMPLE EN EFFET ...

  • Par jerem - 01/02/2013 - 11:31 - Signaler un abus tant il est vrai que

    que les 150.000 jeunes qui sortent sans diplomes sont majoritairement des enfants issus des familles de 15e generations installées sur le sol francais .... Evidemment et que la gestion sociale d'une carence educative et d'absence de diplome n'a "aucun cout" pour la collectivité ...... (on evitera de faire la liste....)

  • Par Baster - 01/02/2013 - 11:57 - Signaler un abus Notre administration pourrie par la tête

    Non seulement notre administration n'est plus efficace mais elle n'inspire plus confiance. Combien de franc-maçons parmi les hauts fonctionnaires, juges et commissaires de police ? Les services publics régaliens dysfonctionnent c'est ça le plus grave selon moi.

  • Par jerem - 01/02/2013 - 12:01 - Signaler un abus youpla, rebis , ca se devergonde ....

    "Car la tentative de revue générale des politiques publiques, la RGPP, est un échec patent qui aura profité à quelques grands cabinets de conseil chargés d’accompagner les services dans des démarches parfois kafkaïennes, et n’aura débouché sur aucune avancée utile." ils vont s'etouffer les Daniel et autre verdier molinie qui parlent ocntinuellement de ces audits "externes" comme d'une reussite evidente d'efficcacité ...... il venait d'ou Woerth déjà dans son cursus professionnel ? ah oui d'un monde ou les incompatibilites sont des notions legales pour exercer des mandats de controles et de conseil ...... Evidemmentl 'ifrap ne parle jamais du cout horaire des etudes "externes" quand on a deja des cours des comptes nationales et regionales ...

  • Par jerem - 01/02/2013 - 12:08 - Signaler un abus oui faites nous l'etude des secteurs concernés

    "En augmentant les effectifs publics de 36% en 30 ans, la France a en effet fourni un effort important dont les citoyens devraient bénéficier. Or quel Français peut aujourd’hui se féliciter facilement de l’efficacité de son service public ?" il serait temps de nous dire combien d'effectifs de polices municipales ont été recrutées (il ya quelques années il etaient meme incapables de donner un chiffre national) et pour quel cout (on a pas encore cree la rubrique comptable specifique apparemment , pas un maire qui disent combien cela coute chaque année par agent). Evidemment ces polices municipales et leurs equipements a entretenir et renouveller, on attend les pourfendeurs de la depenses publiques nous faire l'analyse de la gestion efficace .... on parlera des prix de vente des radars automatiques et des bracelets electroniques pour prisonniers a mettrre hors de taule taudis. Evidemment on comptera le nombres d'accompagnant scolaires de toute nature (aides a la traversée des rues , accompagnateurs pour aller au stade , educateurs psortifs et culturels pour les activités périscolaires) .... on attend de voir ces deputes qui hurlent à la dépense mais signent comme maire les cheques

  • Par jerem - 01/02/2013 - 12:12 - Signaler un abus et on ne parle evidemment pas de la manne des subventions

    evidemment on evitera de parler des manne de subventions pours des associations en tout genre . jusqu'a des associations pour des conseils en gestion communale avec des villes chinoises ...... ca existe et c'est meme avec un peu de bol de le cadre de l'accord entre le PC chinois et l'ump en 2008 .... c'est dire le haut niveau .... Evidemment aucun lien avec le reflexe unanime de ces elus a ne pas vouloir justifier de leur frais ..... justifier et pas necessairement mettre en reseau sur internet comme dans les pays nordiques dont soudain il ne savent plus l'existence pour nous sortir une reforme efficace ......

  • Par vangog - 01/02/2013 - 12:16 - Signaler un abus Ils ont obtenu leurs 400 Euros, les profs!

    Donc ils ont eu raison de gonfler les muscles de leurs mafieux... La seule différence avec le privé, c'est que le privé n'a pas de syndicats de ce genre! A quand une vraie Égalité Piublic-privé , et non les privilèges aux minorités de pression et l’Égalitarisme nauséabond de la gauche archaïque?

  • Par jerem - 01/02/2013 - 12:18 - Signaler un abus efficacité copéenne ..... justification des frais

    on a parfaitement le souvenir que Copé , ministre du budget a eu cette action essentielle d'informatisation de la feuille d'impot sur le revenu MAIS SURTOUT cette reforme qui a consisté a ne plus envoyer systematiquement les justificatifs de informations portées sur une declaration de revenus ..... il faut juste les conserver en cas de controle ..... Un peu comme les note de frais des parlementaires ..un peu le meme esprit .... Evidemment aucune fraude par des déclarations eronnées dans les feuilles d'impots..... Autre Grosse réforme de copé , ministre du budget : la dematerialisation du bulletin de paie ..... Evidemment aucun lien derriere avec les fraudes aux prestations avec des bulletins de paie bidon par la grace d'un support strictement infirmatiques , sans papier a entete, sans tampon et sans signature manuscrite

  • Par jerem - 01/02/2013 - 12:24 - Signaler un abus les gains de productivité sans ideologie

    il est sur que ce ne sont pas les entreprises qui auraient cette idée sutpide de fusionner les fonctions de caisse et d'ordonnancement du bon a payer .... il faut etre un bon ideologue pour avoir fusionner les centre des impots (qui calculent) et les tresorerie (qui encaisse et parfois rembourse) ..... Ca aussi comme réforme de soi disant efficacité ..... c'est un peu comme cette farce de rapprochement anpe et assedic ..... comme si cela avait permis de rendre plus efficace les remises sur le marchés des demandeurs d'emploi .... on attend de voir deja le cout de cette reforme en cout d'immobilier . l'etat gestionnaire ideologue nous a montre cela avec brio avec l'imprimerie nationale ...... un veritable succes de realisation dep lus value immobiliere .....

  • Par Comenius - 01/02/2013 - 15:37 - Signaler un abus la scolarisation à 2 ans permet des économies

    En 2009 une place en établissement d'accueil du jeune enfant s'élevait à 12504 € contre 5525 € pour une place en maternelle. Certes il n'y a pas assez de places en crèche pour tous les enfants de 2 ans et les parents se tournent vers les assistantes maternelles qui ne coûtent rien à l'Etat. Sauf qu'il faut verser aux familles l'allocation parentale d'éducation et leur accorder des déductions fiscales pour emploi de salarié à domicile. La scolarisation à 2 ans ne représente donc absolument pas un coût prohibitif pour la collectivité.

  • Par zelectron - 01/02/2013 - 16:59 - Signaler un abus la duperie des syndicats va leur exploser au nez

    J’applaudis à ce texte et y ajoute: Mitterrand a commencé par un quasi doublement du nombre de fonctionnaires et, depuis, tous les gouvernements socialistes savent que le "bouclier humain" constitué par cette masse leur permet pratiquement tous les chantages sur les citoyens qui ne sont pas de leur bord. Entre les idiots utiles, les profiteurs du statut d'impunité que leur confère leur état, les déambulateurs de couloirs et autres invisibles chargés de missions fantômes ou rocambolesques, nous subissons ce saignement continu qui va .nous amener à la mort de notre nation.

  • Par ZOEDUBATO - 01/02/2013 - 18:03 - Signaler un abus Où est la légitimité citoyenne de l'intérêt général ?

    La classe politique a fusionnée avec la fonction publique et défend, aujourd’hui, non plus l’intérêt national mais la préservation de la bulle de la dépense publique qui finance ses traitements et ses pensions et ses "a-cotés juteux" La modernisation du pays et les réformes indispensables ont été évincées par la démagogie. Le mépris envers les citoyens a été érigé en tabous par le débat politique et par ceux qui s'auto-proclame représentant des citoyens, des travailleurs, des clients des Services Publics, etc... La fuite devant les vraies décisions et les responsabilités qui en découlent a conduit à renoncer tacitement à moderniser le pays et à préférer faire porte les responsabilités sur des boucs émissaires tel que : FMI , Europe, Allemagne, Patronat, Investisseurs, banquiers, Le Président SARKOZY et la droite ,etc. .. L'intérêt général a disparu devant la défense des privilèges et des acquis indus des corps d'Etat, des clans, des nantis à statuts (élus, syndicats, agents publics, ouvriers du livre, dockers, tenants de monopoles ou de "numérus clausus", et..)

  • Par Outre-Vosges - 02/02/2013 - 05:43 - Signaler un abus L'école de Jules Ferry coûtait moins cher et était meilleure

    Contrairement à ce qu'on nous raconte, les enseignants sont d'invraisemblables masochistes qui n'ont cessé de se battre pour que soient toujours plus dégradées leurs conditions de travail. Dans mes lointaines années de lycée, sous la IVème République, je voyais des professeurs qui avaient dépassé la soixantaine et qui s'accrochaient à leur poste en essayant de prendre leur retraite le plus tard possible. Malheureusement depuis la Vème République une sorte de Yalta intérieur (comme me l'a dit un enseignant politiquement incorrect) semble avoir laissé à la gauche notre malheureuse Éducation nationale et l'on a créé ces absurdes classes hétérogènes où il suffit de deux ou trois cancres pour empêcher tout le monde de travailler. En privé les enseignants s'en plaignent et soupirent : « Vivement la retraite ! », mais cela ne les empêche pas de voter à gauche et d'adhérer à des syndicats marxistes. Qu'on revienne aux filières, qu'on donne à chaque enfant l'enseignement qu'il est capable de recevoir et il sera possible de faire de grosses économies dans le domaine de l'Éducation.

  • Par JYP - 02/02/2013 - 09:37 - Signaler un abus OCDE et Banque Mondiale ne sont vraiment pas des références !!!

    "il repose sur l’idée implicite que toute dépense publique est une charge improductive pour la collectivité. Or même l’OCDE ou la Banque Mondiale s’accordent pour soutenir le contraire." Voilà deux exemples d'institutions dont le seul objectif est de se protéger elles-mêmes !!! La Banque Mondiale n'a jamais voulu pratiquer une EVALUATION des impacts de ses actions sur le territoire et un Président africain disait "Là où il y avait de la pauvreté, vous avez créé de la misère" Votre texte est manichéen. Vous dites .. que TOUTES les dépenses publiques soient improductives - Non, mais il suffit que "BEAUCOUP" le soient. "BEAUCOUP TROP". Tout est une question de seuil. Comme l'équilibre (le fameux break even) du résultat d'une entreprise.

  • Par baruch00 - 02/02/2013 - 09:53 - Signaler un abus le serviteur devenu maître !

    le meilleur moyen d'aller au paradis, est de ne pas aller en enfer ! Les hommes ont des raisons de vivre ensemble en contribuant en commun à des dépenses publiques. Ces dépenses publiques constituent des recettes pour l'électoralisme. La prétention "au bien" de l'état est devenu en France, le moteur électoral majeur, au détriment des fonctions régaliennes, déplaisantes ( les radars sur la route ). Le comportement étatique génère de plus un mal insidieux ; la société droit-devoir des uns contre les autres, au détriment du caractère de réciprocité "marchande". le vice constitutif des sociétés étatiques est de fabriquer des créanciers sur toute prospérité au nom du droit. La vie a sa radicalité (celle de la bêtise humaine) qu'il faut cacher en solidarité. Biologiquement une société étatisé à un gros corps, peu de muscles, un verbiage prétentieux, des arcs réflexes lents, une hargne existentielle, un pourrissement de l'honneur (et de la radicalité) au profit d'une mutualisation de toutes choses.

  • Par Satan - 02/02/2013 - 17:56 - Signaler un abus C'est clair que l'école public est loin d'être top...

    mais quand on voit que l'école privée est encore pire (et qu'en plus elle est financée avec l'argent public)... Le vrai problème de La France ce sont les Français, ces générations qui ont actuellement entre 40 et 70 ans, des bras cassés qui ont vécus les belles années sur la dette du pays sans jamais réellement travailler et qui demande actuellement aux jeunes de trimer, ce sont à ces gens là que l'on doit demander des comptes!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€