Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le travail post-retraite est indispensable à l'économie française

Le Projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel pose la question du travail post-retraite, la question de la longévité au travail et du rôle du retraité est de plus en plus importante.

De l'expérience

Publié le
Pourquoi le travail post-retraite est indispensable à l'économie française

 Crédit Reuters

Alors que le 11 juin commence l’examen à l’Assemblée nationale du Projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », que le 18 le projet de loi " pacte " sera à l’ordre du jour du Conseil des ministres, et qu’une nouvelle réforme des retraites s’amorce, interrogeant chacun sur les conséquences de la longévité au travail et de sa place dans nos vies, de nouvelles pratiques éclairantes émergent en entreprises. 

Encore méconnus ou incompris en France, ces modes de management sont une chance pour nos entreprises, une aubaine pour la société et une source de jouvence pour les principaux intéressés.

De quoi s’agit-il ?

Rien de moins que de proposer à de jeunes retraités de revenir le temps d’une mission apporter leurs compétences à l'entreprise, qui s’avoue souvent démunie après le départ de ses forces vives. 

Aujourd’hui, les effets du choc démographique lié au départ à la retraite des baby-boomers se font sentir. Les pertes de compétences pointues dans l’industrie sont réelles. Les entreprises ont besoin de garder les activités à forte valeur ajoutée en France malgré la pénurie d’ingénieurs, et les jeunes entrants dans le marché du travail de bénéficier des transferts de compétences de leurs aînés. 

Quand on sait que l’un des défis majeurs des entreprises pour la prochaine décennie est l’accès à la compétence, on comprend qu’il y a urgence. Les retraités compétents et désireux de poursuivre une activité professionnelle doivent être considérés pour ce qu’ils sont : une ressource stratégique. 

Il faut 10 ans pour concevoir un train, une centrale nucléaire, un avion, qui seront exploités durant 30 ou 40 ans. Or, les jeunes ne connaissent pas les technologies du temps de l'analogique et les ingénieurs n'ont pas été formés en nombre suffisant pour que le transfert des savoirs ait lieu entre les générations.

En dégraissant son industrie, l'Europe a calmé la finance. Mais le départ des compétences chevronnées l'a fragilisée face à la concurrence. Les mesures d'âge ont diminué ses capacités à reprendre des parts de marché. Des marques françaises ont délocalisé leur fabrication. Elles se replient sur des fonctions d'assembleur, de concepteur, produisant dans les pays à bas coût. La posture est délicate. La Chine et l'Inde forment des millions d'ingénieurs. Les transferts occidentaux de technologie leur donnent un sérieux coup de pouce pour gagner la capacité totale à concevoir, produire, entretenir et... conquérir les marchés. Ces pays investissent massivement en R&D, contrairement à la France et au Royaume-Uni par exemple, qui ne nourrissent pas d'intérêt véritable pour une industrie structurée liée à la formation, notamment par l'apprentissage. 

Or, on l'a dit, on ne forme pas assez d'ingénieurs et de techniciens en Europe. Qui plus est, Ils ne restent pas dans la technique mais s'orientent vers le commercial ou le conseil.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/06/2018 - 09:44 - Signaler un abus Faut relativiser car si je

    Faut relativiser car si je suis d´accord avec cette analyse pour ce qui concerne le secteur privé, je suis contre son application dans le public ou on a tout intéret à ne pas conserver trop longtemps cette génération de soixanthuitards syndiqués .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Caroline Young

Caroline Young est diplômée HEC de l’université de Lausanne, possède un DEA en démographie économique de l’IEP Paris et un MBA de l’IESE Business School à Barcelone. Elle a commencé sa carrière en tant qu’Analyste en fusions acquisitions chez Schroders, puis comme Manager en fusions acquisitions chez Crédit Agricole Indosuez. En 2002, elle rejoint IP France, régie publicitaire du groupe RTL, en tant que Secrétaire générale où elle est chargée de la stratégie et du développement. Elle est actuellement Présidente d’Experconnect. Elle est co-auteur avec Gilles Effront et Jean-Yves Ruaux de « 60+Actifs Pourquoi le travail post-retraite est indispensable » (2014).

Voir la bio en entier

Gilles Effront

Gilles Effront est diplômé de l’École Polytechnique Fédérale de Zurich. Il possède une longue expérience de conseil en organisation : 5 ans chez Andersen Consulting, 3 ans au sein du groupe Richemont, 3 ans chez KPMG Peat Marwick. En 1999, il fonde ALCOM Consulting, cabinet de conseil en management où hormis de nombreuses missions qu’il mène lui-même, il se consacre plus particulièrement au développement. Il est actuellement Directeur général d’Experconnect. Il est co-auteur avec  Caroline Young et Jean-Yves Ruaux de « 60+Actifs Pourquoi le travail post-retraite est indispensable » (2014).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€