Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi l’Ile de France et Paris gagneraient beaucoup à une suppression des départements de la Petite Couronne

Emmanuel Macron envisage de supprimer la Petite Couronne. Une bonne nouvelle, en particulier pour la Seine-Saint-Denis à qui cette suppression pourrait permettre la disparition de la réputation qui lui colle à la peau.

Bonne idée ?

Publié le
Pourquoi l’Ile de France et Paris gagneraient beaucoup à une suppression des départements de la Petite Couronne

Atlantico : Alors qu'Emmanuel Macron souhaite développer la métropole du Grand Paris, et ce, sans exclure la suppression des départements franciliens, 700 élus et entrepreneurs se réunissaient hier à Versailles pour "manifester leur attachement aux départements franciliens". Historiquement parlant, quel a a été le processus de construction des départements de la région ? Quelle est la rationalité de l'ensemble actuel ?

Laurent Chalard : Contrairement à certains autres départements français, dont les périmètres géographiques, fixés à la Révolution, répondent à des logiques historiques, les départements de Petite Couronne parisienne sont des créations artificielles récentes, qui remontent à une cinquantaine d’années, issus d’une décision purement technocratique. En effet, lors de leur mise en place, il ne s’agissait nullement de faire émerger des territoires administratifs répondant à des logiques géographique, économique ou encore historique, mais d’instaurer une nouvelle organisation politique de la région parisienne.

Dans ce cadre, l’Etat central, tout puissant à l’époque, avait deux principaux objectifs en tête. Le premier était de fragmenter politiquement la région parisienne, pour éviter l’émergence d’une entité administrative du Grand Paris, puissante politiquement, potentiel concurrent de l’Etat central, dans un contexte de macrocéphalie. Cela explique le choix de la balkanisation qui a été fait, puisque nous sommes alors passés de trois départements, la Seine, la Seine-et-Oise et la Seine-et-Marne à huit départements, dont trois en Petite Couronne (les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne) et quatre en Grande Couronne. Le second objectif concernant les territoires de ce qui allait devenir les départements de Petite Couronne, associés à l’époque à la « ceinture rouge », était d’isoler sur le plan administratif les territoires communistes du reste de la région, d’où le périmètre de la Seine-Saint-Denis. Il s’agissait de briser politiquement la « ceinture rouge », tout en regroupant dans le même ensemble les communes « bourgeoises » de l’ouest pour préserver leur caractère.

En 2017, la rationalité des périmètres départementaux de Petite Couronne est totalement inexistante. Comme nous l’avons vu, ils ne répondent à aucune logique historique, économique ou géographique, et la situation n’a pas évolué au fur-et-à-mesure du temps, malgré les tentatives des dirigeants politiques des différents départements d’unifier leur territoire. Les communes constitutives de ces départements ont plus de lien avec Paris intra-muros et les communes limitrophes qu’avec le reste de leur département (par exemple, dans les Hauts-de-Seine, aucun lien n’unit Gennevilliers à Antony). La seule logique, qui peut éventuellement ressortir aujourd’hui, est une logique sociale, dans le sens que la Seine-Saint-Denis s’est fortement paupérisée, le phénomène ayant touché la quasi-totalité du département, du fait d’une mauvaise réputation qui a rejailli sur l’ensemble des communes du département, y compris celles qui étaient plus aisées à l’origine. Par exemple, le secteur du Raincy/Villemomble, au caractère « bourgeois » affirmé dans les années 1960, a vu son profil social se dégrader sensiblement depuis.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 19/10/2017 - 12:13 - Signaler un abus De quoi parle-t-ons,

    de l'Ile-de-France ou de l'Ile-d'Afrique? Car les problèmes d'administration ou de positionnement politique ont été largement dépassés par les questions sociologiques et culturelles. Même les politicards de gauche, grands initiateurs er défenseurs du multi-culturalisme ont fait les frais de cette évolution. Viva Barcel.... euh pardon, je voulais dire viva Al...

  • Par MIMINE 95 - 19/10/2017 - 12:57 - Signaler un abus UBU ROI

    "la Seine-Saint-Denis à qui cette suppression pourrait permettre la disparition de la réputation qui lui colle à la peau.".....MDR, mettre la poussière sous le tapis n'a jamais permis de faire disparaitre la réalité

  • Par Marie-E - 19/10/2017 - 13:51 - Signaler un abus le 93

    c'est l'indépendance qu'elle va finir par demander et les quelques "souchiens" qui sont encore là seront poussés dehors. Le seul problème est de savoir quand cela se produira. Une certaine civilisation n'accepte pas le multiculturalisme. Elle finit toujours par rejeter ceux qui l'ont accueilli les bras ouverts et imposer sa culture, ses règles, ses lois et sa façon de vivre.

  • Par Deneziere - 19/10/2017 - 16:49 - Signaler un abus Article peu précis sur le fond

    Il y de nombreux exemples de fonctionnement en mode métropole dans les régions. Il aurait fallu partir de ces exemples concrets et voir ce qui se transpose à Paris, ou pas. Une constante demeurera à coup sur : cela ne fera faire aucune économie, car les postes redondants ne sont jamais supprimés.

  • Par morsang - 20/10/2017 - 14:15 - Signaler un abus TROP TARD

    Effectivement les "nouveaux "départements de la région parisienne sont des créations artificielles par le tandem De Gaulle-Delouvrier qui ont ainsi figé la région dans une configuration absurde qui montre de plus en plus ses défauts; :accumulation de strates électives et administratives région,départements,cantons,communes,communautés de communes et Paris en majesté dans son boulevard péfriphérique qui ignore superbement qu'il ne constitue que le centre d'un ensemble connecté et non une commune à part entière alors qu'il a le statut d'un village isolé sur un pic.Pourautant ne nous faisons pas d'illusions cette organisation généré tellement de "fromages" électoraux qu'il ne sera aucunement possible d'y toucher.C'est ainsi que des centaines de petits potentats vont continuer à gouverner leur petit précarré avec cerise sur le gateau madame le maire de Paris qui veut tranformer sa ville en un disneyland sans voitures et se fout pas mal de ce qu'il ya autour du "périphérique" sinon poury éjecter ses clandestins.

  • Par JeanBart - 20/10/2017 - 14:41 - Signaler un abus D'accord

    Si l'on supprime aussi la Mairie de Paris : on fait comme à Londres, des mairies par commune ou par arrondissement (borough) et un seul grand ensemble : le Grand Paris. A ce jeu là, le bon sens devient gagnant, et les quais sont réouverts.

  • Par Deudeuche - 21/10/2017 - 23:58 - Signaler un abus La Seine département 75

    Pas compliqué comme jadis

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€