Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la France est incapable de développer une entreprise comme Facebook

Mais pourquoi la France a-t-elle été incapable de développer une entreprise comme Google, Amazon ou Facebook, les parfaits modèles de cette économie d’offre désormais si chère au président de la République ?

L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Publié le
Pourquoi la France est incapable de développer une entreprise comme Facebook

Facebook fête ses 10 ans. Crédit Reuters

Demain, mardi 4 février, Facebook aura donc dix ans. Dix ans, pas plus. Les dirigeants fondateurs de Facebook vont fêter cet anniversaire en grande pompe. Dix ans pendant lesquels Facebook  a créé, avec Google et Amazon, les bases d’une nouvelle économie mondiale. Ces trois entreprises ont tout inventé. L’évolution dépasse tout ce qu’on a appris dans les écoles de management ou d’économie. Facebook est passé par toutes les étapes du développement  d’une entreprise, mais a fait en dix ans le chemin que l’automobile a parcouru en plus d’un siècle.

C’est dire l’accélération vertigineuse. Sinon, les étapes sont les mêmes, soit la création, l’innovation et l’expansion mondiale. 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

Au départ, un processus d’offre d’un entrepreneur de génie dont l’intuition va créer un marché mondial et des revenus qui permettent de se diversifier pour aller plus vite et plus loin. Facebook touche aujourd’hui plus d’un milliard de personnes, ses clients. Facebook est devenu incontournable, indispensable. Comme l’automobile.

Marck Zuckerberg va fêter ses 30 ans cette année. Quand il a démarré, il était encore potache à Harvard et son projet était de créer un logiciel qui permette d’échanger via internet  des  photos de copains, des souvenirs, etc. Son projet, c’était aussi de draguer les filles… Son coup de génie est peut-être d’avoir piraté la base de données de son université. Ce qui lui a permis d’étendre sa toile très rapidement. Mais quand on raconte une légende on en oublie les points les plus sombres. Passons.

Cela n’enlève rien à la pertinence de l’intuition de départ. A savoir que dans ce monde éclaté, chacun a besoin de se retrouver dans une communauté d’amis. De chercher son identité. Le concept de réseau social allait donner naissance à une formidable entreprise commerciale. Une formidable vitrines pour tous ceux qui ont quelque chose à dire ou à vendre. La blague de potaches vaut aujourd’hui 150 milliards de dollars. Dix années pendant lesquelles les records se sont multipliés et les chiffres se sont superposés.

Avec des bugs parfois. Évidemment. Le plus gros, le plus dangereux s’est produit au moment de l’introduction en bourse. En mai 2012, la  plus grosse introduction a failli tourner à la catastrophe. Trop ambitieux, trop arrogants. Mal conseillés, enivrés par le succès, les dirigeants de Facebook se sont fait rappeler à l’ordre par les investisseurs. L’entreprise a mis un an à s’en remettre et à retrouver une ligne de croissance cohérente.

Premier point, la monétisation du succès. Faire comprendre au marché de la publicité que Facebook pouvait offrir des cibles d’amis homogènes autour d’un centre d’intérêt, une passion, une activité.

Deuxième point, s’adapter à l’évolution technologique et particulièrement à la mobilité. Le succès du smartphone a obligé les dirigeants à changer complètement et leur approche et leur technologie.

Troisième point, s’attaquer  aux marchés émergents.

Quatrième point, diversifier le produit en gamme. Brancher autour du réseau, d’autres réseaux plus spécialisés, et plus créateurs de richesse.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Patriiick - 03/02/2014 - 12:04 - Signaler un abus Un site web

    Sans enlever tout le mérite de Mark Zuckerberg, il fait quand même partie des gens qui étaient là au bon moment, c'est sa principale qualité. Quand à Facebook, c'est un site assez simple sans valeur ajoutée. Il peut être programmé en moins d'un mois par une petite équipe. Remettons les choses à leur place.

  • Par The Jester - 03/02/2014 - 12:47 - Signaler un abus @Patriiick

    A priori vous ne savez pas de quoi vous parlez. En terme de développement, au vu des paramètres de sécurité, toutes la partie publicité et multilingue je peux vous assurer qu'il vous faudra plus d'un mois, et une équipe pas si réduite que cela. En terme de plus value, là encore vous n'etes pas apte a juger je pense. Vous faites partie des gens qui me font doucement rire, de ceux qui trouvent que ceux qui réussi ne le font que par opportunisme ... mais au final vous faites quoi vous si tout ceci est si simple ?

  • Par Patriiick - 03/02/2014 - 13:04 - Signaler un abus Un site web très ordinaire

    Je suis analyste-programmeur. Le concept d'un site mettant en relation des personnes était original à l'époque; il ne l'est plus. Facebook n'a inventé ni le web, ni le HTML, ni la publicité en ligne. Son créateur a piqué l'idée à d'autres, mais cette idée n'est pas protégeable. C'est pourquoi Facebook tombera du jour au lendemain, il suffit pour cela d'implanter un module 'importer mes contacts facebook" sur n'importe quel autre système de mise en relation inter-personnelles. Les gens ne sont pas attachés à Facebook, mais à son concept, qui n'est pas sa propriété.

  • Par gile - 03/02/2014 - 14:54 - Signaler un abus Pour comprendre pourquoi......

    ........on y arrivera pas, il suffit de lire les commentaires de ceux, très nombreux, qui disent que le succès de Mark Zuckerberg est surfait et qu'il suffirait d'un rien, de qq clics de souris pour en faire autant. C'est toute la bêtise dont ce pays est capable qui l'empêche de progresser en apprenant avec humilité et constance. C'est toute sa bêtise mais aussi toute son indolence. C'est tellement plus facile d'utiliser ce que d'autres ont créé et, en plus, de les mépriser parce qu'ils ont fait ce que nous n'avons pas su faire. Les ricains n'ont aucune crainte à avoir, ce n'est pas demain la veille que nous leur ferons concurrence.

  • Par Terence - 03/02/2014 - 15:19 - Signaler un abus Ah bon ?

    Je me permets de souligner que Google a 6 ans de plus que Facebook, sous réserve que les informations Wikipedia soient exactes. De plus, à mon sens, le titre de l'article n'a aucun rapport avec son contenu. Mais merci quand même.

  • Par jurgio - 03/02/2014 - 15:42 - Signaler un abus Évidemment, les US ne sont pas la France

    Toutes les idées d'internet ont traîné par ci par là et ne sont pas venues par magie d'une seule personne. On aime bien aujourd'hui se trouver des idoles, des génies qui ont, de préférence, travaillé dans le garage... Facebook est parti d'une tricherie, puis les premiers adhérents se sont fait piégés aussi... Mais c'est un peu le phénomène du phonographe. Celui de Charles Cros est resté dans les placards de l'Administration tandis qu'Edison tout se suite brevetait le sien ! On pourrait ainsi parler du premier ordinateur (français) , du minitel qui s'est fait doubler sans avoir pu progresser ou même du premier système de réseau étendu (français, dit-on) Il y a surtout deux avantages américains : l'argent vient vite pour investir, avec un marché immense et réceptif qui rentabilise rapidement la bonne idée et la langue utilisée qui est devenue universelle avec l'informatique et les langages y afférant (comment inventer et lancer d'abord un Google en français ? Non, Facebook n'est pas un logiciel transcendant mais il a marché au bon moment, au bon endroit (sans parler de Windows : 30 ans pour un système qui a retenu captif et tout juste stable aujourd'hui ! )

  • Par ignace - 03/02/2014 - 16:00 - Signaler un abus The Jester .......vous avez des action fesses de bouc ?

    votre manière de répondre a patriiick, me semble disproportionnée par rapport a ses propos Et vous , quelles sont vos connaissances ? facebook peut disparaitre car facilement remplaçable (selon l'humeur du public jeune), il en est autrement pour Google

  • Par Vinas Veritas - 03/02/2014 - 16:58 - Signaler un abus Facebook, google Amazon et les autres

    Pour réussir, il faut une bonne idée, un bon emplacement et... de la chance. Google n'est pas le premier moteur de recherche ni le plus performant en terme de programmation mais son modèle marketing reste remarquable pour en faire le premier mondial. Facebook n'est qu'une vulgaire 'remake' de logiciels de communication universitaires qui se cantonnaient aux campus, la particularité" du piratage initial pour un concurrent interne du logiciel de l'université fut de sortir du campus. Quant à Amazon, le poids lourd a grossi par son système d'offres et son recours à des mises à disposition rapides sans l'entrave d'observateurs charognards prompts à se nourrir de la chasse des autres. Microsoft ne se serait jamais développé comme cela sans le génie marketing d'acheter un système d'exploitation (comme un autre) et de le proposer en pré-installé moyennant redevance par les constructeurs. D'autres avaient tenté l'expérience pourtant tel Apricot le Britannique ou Victor le Français mais le succès n'a pas souri ou bien le marché trop étroit ou bien La Chance reste de l'autre coté de l'Atlantique et les dollars d'investisseurs et les acheteurs.

  • Par totor101 - 03/02/2014 - 16:59 - Signaler un abus en France ?

    Aucune banque n'aurait voulu suivre et-ou financer un tel projet ! CQFD....

  • Par Baskerville - 03/02/2014 - 17:10 - Signaler un abus Ni fait ni à faire

    Exemplaire du journalisme à la française : la désinvolture avec les faits. Amazon est né en 1994, Google a été lancé en 1997. Les dix ans sont largement dépassés. Et comme le relève un autre commentateur, le titre n'a pas grand chose à voir avec l'article. Mais on peut répondre quand même : ce qui empêche la création de tels succès, c'est la frilosité des banquiers et la paperasse administrative qui décourage le capital-risque, sans parler de la fiscalité. Il y a des succès en France (l'animation par exemple, sans parler de Daft Punk), mais ils sont trop rares.

  • Par Intrus06 - 03/02/2014 - 17:45 - Signaler un abus Pour savoir essayer donc de monter une startup !

    J'aurais aimé que M Sylvestre aille plus au fond du pourquoi les startups ne se créent pas en France ? J'essaie depuis 4 ans de monter une startup et je pense tout simplement que l'espace francais est stérile. Il faut essayer pour s'en rendre compte. - Oseo c'est 1 an de papier pour quelques milliers d'euros donc ce ne sert a rien. - De fait la loi européenne interdit les subventions : il faut deja avoir du CA, ou bien du capital des investisseurs (donc une technologie donnée par un d'institut public), sinon on ne peut apporter les 50% de fonds propres. - Si un investisseur entre dans le capital, c'est pour revendre la société à des fonds de pensions Américains, et dans ce cas les aides francaises servent à faire grossir les boites américaines. - Il faut respecter les normes, et elles sont écrites de manière à être redevable des brevets des multinationales qui les écrivent. - déposer un brevet coute 30000Euros, sinon c'est du domaine public (hors de France). - les porteurs et créateurs de projets de sont pas représentés au niveau du pouvoir... Merci d'évoquer le sujet

  • Par Lennart - 03/02/2014 - 19:27 - Signaler un abus Tout est dans le titre "Pourquoi la France est incapable ....."

    Dans notre pays on est habitué à voir les quémandeurs de subventions fréquenter les couloirs du pouvoir et se battre pour obtenir la plus grosse part de financement (voir le "cloud" Français). Par contre une société comme Free est victime d'un harcèlement politique téléguidé par ceux qui pleurent pour leurs dividendes perdus. Ca n'incite pas vraiment les jeunes à créer en France, et si ils veulent le faire ils vont sous des cieux plus cléments et les politiques ne se mêlent pas de tout.

  • Par ignace - 03/02/2014 - 21:00 - Signaler un abus Vinas Veritas, je partage votre point de vue

    cependant la rance a un premier probléme elle n'est qu'une nation dont le marché est de 5O millions de consommateurs, les USA 350 millions..........le niveau européen comme pour Airbus est un niveau qui possède une force de frappe non négligeable en capacité d'investissement

  • Par The Jester - 03/02/2014 - 21:02 - Signaler un abus @ Patriiick

    Si vous etes capable de créer un equivalent de Facebook en un mois je vous embauche ... Je rigole. Je mène des projets informatiques depuis 20 ans. La définition de l'ensemble des fonctions, la sécurité, la plateforme ... vous ne vous rendez vraiment pas compte de la somme de travail. @Ignace ma compétence elle est dans carrière et dans ma société de service

  • Par ignace - 03/02/2014 - 21:23 - Signaler un abus The Jester .............OK pour votre connaissance....patriick

    et moi avons peut être exagéré.... il n'en reste pas moins que facebook...........c'est beaucoup d'intelligence au service de la spéculation (rappelez vous l'introduction en bourse).. et le PER 2014 supérieur a 100 ('admissible pour une start up et encore)

  • Par Drumont - 05/02/2014 - 03:33 - Signaler un abus simple

    parce qu'il faut travailler plus de 35h, pour moins que le smic, et ne pas passer la moitié de l'année a faire gréve

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaine BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€