Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 21 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi il est impossible d'avoir un débat dépassionné sur la question du mariage homosexuel

La ministre de la Justice Christiane Taubira, interrogée mercredi à la sortie du conseil des ministres, a expliqué qu'il y a encore "beaucoup de travail à faire" sur le projet de loi sur le mariage et l'adoption homosexuels. Le débat agite en effet la classe politique et la population.

Débat pour tous

Publié le
Pourquoi il est impossible d'avoir un débat dépassionné sur la question du mariage homosexuel

Les homosexuels pourront se marier et adopter "dans les mêmes conditions que les hétérosexuels", selon un projet de loi dévoilé par la ministre de la Justice. Crédit Reuters

Lors de la dernière campagne présidentielle, François Bayrou avait proposé de reconnaître aux couples homosexuels le droit à l'adoption conjointe sans leur ouvrir pour autant le droit au mariage stricto sensu. Cette suggestion partait d'une considération de simple bon sens : il n'y a pas à être pour ou contre la famille homosexuelle, celle-ci existe déjà ; le seul enjeu vraiment concret que recouvre le débat sur le mariage homosexuel est celui de l'intérêt bien compris des enfants qui, vivant dans ce contexte, ont besoin que le lien avec le « second parent » soit reconnu par la loi pour pouvoir disposer de la même protection que les autres enfants en cas de décès du parent biologique ou de séparation du couple parental. Le mariage, bien évidemment, offrirait automatiquement cette garantie (à moins qu'on ne le conçoive comme un « PACS bis », un mariage canada dry) puisqu'il devrait logiquement comprendre la présomption de parenté et la possibilité de recourir à l'adoption plénière.

En prenant toutefois l'exact contre-pied de la conception du PACS (une formule « universelle » destinée à reconnaître le couple homosexuel tout en lui interdisant de fonder une famille), on pourrait concevoir une union civile spécifique qui soit pour le coup un véritable « mariage bis », réglant les problèmes de parenté et de filiation. L'intérêt serait d'établir ainsi l'égalité des droits en évitant l'incongruité d'une redéfinition du mariage.

La proposition, jugée bizarre et hors sujet, n'a pas été débattue. Trop raisonnable pour être compris, Bayrou avait le tort de vouloir mettre à distance le choc des convictions morales pour aborder la question de l'homoparentalité de manière juste, responsable et pragmatique. Or, ce qui passionne, c'est l'image du couple d'hommes ou du couple de femmes devant Monsieur le Maire, symbole pour les uns les uns d'une émancipation par rapport à une discrimination archaïque et pour les autres d'un renversement délirant de l'ordre des choses. Chacun est sommé de choisir son camp : celui de la Révolution ou celui de la Réaction, celui du réalisme conservateur ou celui de l'utopie dévastatrice.

Les passions idéologiques que suscite le débat sur le mariage gay sont en fait compréhensibles. Dans le domaine des mœurs, nous vivons depuis les années 70 une période révolutionnaire qui est un prolongement tardif de la Révolution française. Sous la pression de la société civile, l'humanisme abstrait s'applique enfin à la sphère familiale, que le Code civil avait préservée comme une enclave de tradition dans le nouveau monde démocratique. Les droits de l'Homme –  cet homme nu et abstrait, sans déterminations, que le réactionnaire Joseph de Maistre prétendait ne pas voir, puisqu'il n'y avait à ses yeux que des Français, des Italiens, des Allemands, etc. - s'appliquait aux citoyens, non aux membres de la communauté familiale. Il a fallu attendre les dernières décennies du XXe siècle pour que soit démantelée la puissance paternelle : l'autorité parentale est désormais reconnue aux hommes et aux femmes à égalité, abstraction faite de la fameuse « différence complémentaire », laquelle n'est plus qu'un jouet spéculatif pour théologiens et psychanalystes. La reconnaissance du couple homosexuel, puis de l'homofamille s'inscrit dans la même logique : on est conduit à faire abstraction de l'orientation sexuelle pour ne voir que des personnes qui s'aiment (ou ne s'aiment plus), s'unissent ou se séparent, aiment et éduquent leurs enfants.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par CN13 - 13/09/2012 - 09:03 - Signaler un abus Priorité aux 100.000 homos, et les autres ?

    Je ne comprends pas cette priorité pour une loi acceptant le mariage "gay" prise par Hollande pour satisfaire cent mille homos sur les 66 millions d'habitants. En sachant que Hollande, lui-même, est contre le mariage puisqu'il ne s'est jamais marié avec Ségolène Royal mais lui a fait 4 gosses. Encore mieux, Hollande a trompé Ségolène avec une journaliste et qui vit avec sans être marié. Hollande, c'est : "un éléphant socialiste, çà trompe énormément" !

  • Par Benvoyons - 13/09/2012 - 09:05 - Signaler un abus Si l'Etat donne le droit au mariage Gay il n'y a pas de raison

    d'imposer le mariage monogame, le mariage polygame doit être aussi accordé et le mariage polyandrie. Tous les types de mariage doivent être possible car nous sommes en France avec une immigration de tous les continents. Si l'immigration est " une chance pour la France" toutes les versions de mariage sont une chance aussi.

  • Par CN13 - 13/09/2012 - 09:06 - Signaler un abus Priorité ?

    Hollande aurait été plus crédible s'il avait donné la priorité aux futurs chômeurs de PSA que les syndicats avaient appelé à voter pour lui. Comme quoi, il ne suffit pas de voter pour un type qui se fout de leur gueule. Voilà, le résultat est bien là.

  • Par carredas - 13/09/2012 - 09:22 - Signaler un abus Parents...

    "...le seul enjeu vraiment concret (...)est celui de l'intérêt bien compris des enfants qui (...)ont besoin que le lien avec le « second parent » soit reconnu par la loi..." Où est l'intérêt bien compris des enfants... ? Ce sont toujours des adultes, parents en puissance ou législateurs, qui parlent pour eux. Un enfant a nécessairement et exclusivement deux parents. Il peut en avoir plus, mais qui a le droit de décider qu'il en aura moins ou qu'il ne les aura pas au profit d'adoptants ? A partir du moment où les progrès de la médecine ont permis l'insémination artificielle puis la PMA, l'enfant conçu de cette manière s'est retrouvé privé de son père biologique donneur anonyme de sperme, voire de ses deux parents biologiques quand il y a aussi don d'ovocyte. Le désir d'enfant d'une femme seule ou d'un couple, homosexuel ou non, a trouvé une réponse chez les scientifiques qui, qu'on le veuille ou non, ont ici le pouvoir exorbitant de priver un enfant de sa filiation. Le problème n'est pas le couple adoptant homosexuel ou non, c'est le couple parental biologique qui est escamoté en partie ou totalement sans que l'intéressé, l'enfant, ait son mot à dire.

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 09:24 - Signaler un abus Un coup des féministes

    Qui peut vraiment croire que les gays et lesbiennes seront égaux ??? Qu'une femme puisse se faire un bébé toute seule, ce n'est pas une nouveauté. Maintenant faudrait ouvrir la banque du sperme aux lesbiennes ? On en est à se poser ce genre de question. Les gays devront s'inscrire sur des listes d'attente interminables pour adopter, d'autant plus qu'il à aura aussi des lesbiennes et hétéros, que les droits internationaux seront remis en question. On dit que pour procréer il faut une femme et un homme. C'est faux ! Il faut une femme et du sperme. C'est effectivement très choquant... Les femmes ont réussi à se débarrasser des hommes pour procréer, voilà tout. L'homme ne connait pas la gestation. D'ici là qu'il se retrouve à payer des impôts pour entretenir toute une petite société de mères pondeuses "indépendantes", il n'y a qu'un pas. Mais dans une société ou le rapport homme femme est de 50/50, cette petite guéguerre entre les sexes ne fait qu'une chose : Donner le pouvoir aux enfants. Tout ce que réussissent à faire les féministes, c'est casser les familles encore un minimum structurées. Ce n'est pas d'adoption qu'il est question, c'est de procréation. Les hommes sont évincés.

  • Par carredas - 13/09/2012 - 09:42 - Signaler un abus Le mariage

    Par ailleurs, ramener le mariage gay à l'intérêt des enfants, c'est oublier que la grande majorité des homosexuels ne souhaitent pas d'enfants, ils ne souhaitent d'ailleurs pas non plus se marier... Il y a surtout un lobby actif qui pousse à l'égalitarisme à tout prix. Le mariage avait une fonction sociale essentielle, il donnait une place aux femmes, il donnait une place aux enfants légitimes, il permettait les alliances, il déterminait les héritages etc... Aujourd'hui cette fonction sociale n'existe plus. Les femmes ont une place propre, les enfants ont les mêmes droits légitimes ou pas, le mariage reste un sacrement pour les catholiques mais il n'a plus de fonction pour la société civile et il se termine une fois sur deux par un divorce. Une réflexion plus profonde aurait du conduite à supprimer le mariage tel qu'il existe aujourd'hui et non à l'ouvrir à des couples du même sexe.

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 09:48 - Signaler un abus La démographie

    Pourquoi il y a de plus en plus d'homosexuels en France ? Parce qu'il y a de moins en moins d'hétéros. Dans un pays qui ne veut plus faire d'enfant, parce que les femmes sont trop fatiguées après le travail, comment peut-on occuper ses longues soirées d'hiver ? Ce sont manifestement les enfants des immigrés qui payeront nos impôts, comme on dit (c'est un mensonge, on a déjà cotisé toute sa vie)... Maintenant, on voudrait ne plus faire d'enfants mais adopter, ne plus vivre en famille mais en couple, en se partageant les enfants la moitié du temps. D'ici peu, les homosexuels français auront le droit d'adopter les enfants des immigrés quand on reconduira ces derniers à la frontière, ou qu'on leur sucrera les allocations (nourrir 10 marmots, c'est pas donner) par humanisme bien sûr... Note société n'a plus aucune valeur morale. A force de tout se permettre et de s'indigner à propos de n'importe quoi, nous en sommes là. Le droit des homosexuels... Pourquoi ne pourraient-ils pas avoir d'enfants ? Le droit des immigrés... Pourquoi ne pourraient-ils pas venir en France ? Le droit des enfants... Pourquoi ne pourraient ils pas être heureux loin de chez eux, avec des enculés de parents ?

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 10:11 - Signaler un abus Amusant

    Le Point me censure cette phrase là : "Si l'homosexualité est une maladie qui empêche d'avoir des enfants mais pas de les élever, et qu'il faut donc y palier, alors il faut aussi la soigner !" Si chacun peut faire de son cul ce qu'il veut mais aussi s'approprier les enfants de ces abrutis d'hétéros de base, les reproducteurs, c'est un droit, dans ce cas, pourquoi ma femme et moi n'aurions nous pas le droit d'adopter également ? On peut faire des enfants mais si on peut les avoir sans les faire, c'est toujours ça de gagné ! Nous aussi on est libre de faire ce qu'on veut, neuf mois, c'est long !

  • Par De France et de plus loin - 13/09/2012 - 10:16 - Signaler un abus urbon

    je vous ai peut être mal compris mais vous semblez penser que l'homosexualité peut être un "choix". Si c'est le cas, cela signifie que l'hétérosexualité aussi est un choix. Autrement dit, vous auriez très bien pu décider de faire l'amour avec des hommes...mais vous avez choisit les femmes...mais demain, vous pourriez changer d'avis.. Peu crédible. Mieux vaut admettre que l'homosexualité est un phénomène naturel (qu'on retrouve aussi chez certains animaux d'ailleurs) . Dieu a créé les homos à son image aussi!

  • Par golvan - 13/09/2012 - 10:48 - Signaler un abus @de france etc...

    Votre argument concernant l'hétérosexualité qui est un choix n'est pas très brillante et typique du relativisme ordinaire. L'hérérosexualité est la situation naturelle qui permet à l'espèce humaine de se reproduire, ce n'est pas un choix, c'est la manifestation de la nature. Les homos hommes ou femmes dans leur refus de l'altérité sont le produit de troubles psychiques liés en général à leur milieu familial, fils-maman, fille-papa, et malgré la recherche forcenée et l'argent foutu en l'air pour une réelle recherche médicale, les homos américains n'ont jamais réussi à trouver le fameux gène censé expliquer leur orientation sexuelle. Mais comme ils refusent l'idée de troubles psychiques puisqu'ils se considèrent comme parfaitement "normaux", il faut triturer la notion de sexualité naturelle. Mais contrairement à ce que dit Urbon il n'y a pas de plus en plus d'homos en France, c'est seulement que pour des raisons de politique de bas étage on leur met plus souvent que par le passé un micro sous le nez. Cette minorité, même agissante reste une infime minorité, et les conséquences concrètes du mariage homo seront équivalentes à une tempête dans un verre d'eau.

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 10:52 - Signaler un abus @ De France et de plus loin

    C'est plus subtil que ça : L'homosexualité est une possibilité avant d'être un choix. Vous, vous dites que c'est naturel ! Mais nous ne sommes pas des animaux, justement, parce que nous savons ce qu'il n'est pas possible de faire. Moi, j'ai surtout dit que si c'était un problème d'identité sexuelle, ça devait concerner les psychiatres et les médecins.

  • Par Ravidelacreche - 13/09/2012 - 10:54 - Signaler un abus Adhérez à:

    Spermatozoïde sans Frontière, car la clé du "problème" est là!

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 11:20 - Signaler un abus Précision avant que je me fasse lyncher

    Quand je dis que souvent les homos sont pervers, c'est non seulement une généralité mais surtout une comparaison, avec les hétéros. Il y a des hétéros pédophiles, je suis au courant. N'empêche qu'il y en a beaucoup moins chez les hétéros que chez les homos, idem zoophilie, nécrophilie, etc. Suffit d'avoir bossé dans l'industrie du sexe pour le savoir.

  • Par carredas - 13/09/2012 - 11:21 - Signaler un abus Egalité des sexualités

    La question est-elle vraiment de savoir si l'homosexualité est naturelle ou le résultat de l'éducation ? le fait est qu'elle existe depuis que l'Homme a été en mesure d'en laisser la trace. De déviance susceptible de punition, l'homosexualité est passée au stade de fierté et il semble maintenant que l'urgence soit d'acter l'égalité des sexualités après l'égalité des sexes. La sexualité comme la religion relève du domaine privé. Modifier le mariage relève du domaine public et il est pour le moins normal que cela provoque des réactions.

  • Par carredas - 13/09/2012 - 11:49 - Signaler un abus @Urbon

    J'ai bien compris que pour vous, il n'y avait pas "égalité" entre hétéros et homos mais est-ce le sujet ? Après tout, le mariage est un convention humaine qui peut être modifiée par eux. Vos propos tournent plus autour de l'homosexualité qui vous dérange et dont vous faites une maladie, que autour du mariage entre personnes du même sexe. Votre comparaison avec les chiens est délibérément insultante et n'appelle pas de discussion. Et c'est dommage car l'article qui tend à présenter le mariage gay comme une réponse à "l'intérêt supérieur des enfants" me semble très contestable.

  • Par ghislfa - 13/09/2012 - 11:50 - Signaler un abus Apprendre qu'il y a de plus en plus d'homosexuels

    parce qu’il y a de moins en moins d'hétérosexuels est la nouvelle la plus importante de la journée. Je me coucherai ce soir avec la fierté de me sentir moins bête. Reste à les compter, bien sûr. Je constate aussi que les conquêtes de notre président passionne encore la foule. Il plaît, notre président, c'est comme çà. Il ne saute pas sur les soubrettes dans les chambres d’hôtel, que je sache. J'ai beaucoup aimé les "impuissants handicapés". Décidément, çà fait beaucoup fantasmer. Il n'empêche, l'institution civile du mariage n'a de raison d'être que dans la mise en ordre de la succession et le partage de la propriété des biens. On dira ce que l'on veut, mais se pacser fait toujours de vous des unis de seconde zone. Seul, le mariage donne de la souplesse à la gestion du patrimoine commun. Alors, pourquoi faire de telles histoires? Il est vrais que, jusqu'au début des années 70, on montrait du doigt les concubins.

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 11:52 - Signaler un abus @ carredas

    Non, ce n'est pas ma comparaison avec les chiens qui est insultante, c'est votre argumentation comme quoi si c'est naturel c'est humain ! Et c'est bien pour ça que j'en fais une maladie, de l'âme...

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 11:59 - Signaler un abus @ ghislfa

    Vous êtes de mauvaise foi : Quand je disais qu'il y a de moins en moins d'hétérosexuels, c'était une façon humoristique de dire que les hétéros ne font plus beaucoup d'enfants. Faire des enfants n'est plus le but d'une vie pour une femme. Et donc rien ne retient plus l'homme et la femme ensemble. Quand je pose la question de savoir si les homosexuels sont des impuissant, c'est parce qu'ils réclament le droit d'adopter au même titre que les hétéros qui le sont. Si vous ne trouvez pas ça choquant, moi si ! Je suis très conservateur mais je pense avoir de bonnes raisons de l'être. Et c'est moi qui me sens insulté quand un homo se prétend mon égal !

  • Par carredas - 13/09/2012 - 12:01 - Signaler un abus @Urbon

    " Non, ce n'est pas ma comparaison avec les chiens qui est insultante, c'est votre argumentation comme quoi si c'est naturel c'est humain ! " Je crois avoir écrit que l'homosexualité existe depuis toujours. Est-cela que vous trouvez insultant ? Je ne défends pas les homosexuels qui n'en ont pas besoin, je défends les enfants qui se retrouvent sans filiation par le pouvoir des médecins, ce qui n'a rien à voir... J'ai lu vos commentaires, certains de vos propos me paraissent pertinents d'autres pas du tout, mais vous, lisez vous ce qu'écrivent les autres avant de les agresser ? je n'en suis pas certaine...

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 12:09 - Signaler un abus @ carredas

    Je vous ai agressé ? La dernière fois je vous avait fait la morale... Milles excuses encore une fois. C'est l'hétérophobie de base que je ne supporte pas, mais ça n'a rien à voir avec vous ! La famille, c'est sacré. Pas toucher...

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 12:19 - Signaler un abus @ carredas

    Pour en revenir à la question de savoir si c'est naturel : Oui, ça l'est. Vous, vous préférez éviter d'y répondre. Moi, ça ne me dérange pas. Oui, c'est naturel, et alors ? Tomber malade aussi c'est naturel, se suicider c'est naturel, etc. Ça n'empêche pas qu'on évite l'un comme l'autre. Vous et moi pensons dans des directions complètement opposées. Sans doute parce que je ne crois pas au prétendu bonheur homosexuel...

  • Par De France et de plus loin - 13/09/2012 - 12:21 - Signaler un abus golvan

    Vous écrivez: "L'hétérosexualité est la situation naturelle qui permet à l'espèce humaine de se reproduire, ce n'est pas un choix, c'est la manifestation de la nature." L'homosexualité aussi est une situation naturelle qui permet à une partie de l'espèce humaine de ne pas se reproduire. C'est aussi une manifestation de la nature. Ce que je veux dire , c'est que l'homosexualité a un sens et une utilité, c'est pour cela qu'elle a toujours accompagnée l'humanité. Lutter contre revient à se battre contre des moulins à vent.

  • Par eheime - 13/09/2012 - 12:39 - Signaler un abus et si on supprimait le mariage ?

    Que vient faire l'Etat la dedans ?? Les gens (hommes, femmes, peut importe le nombre) doivent être libres de contrracter entre eux et de s'engager à ce qu'ils veulent (fidélité, assistance, ...) au besoin en laissant l'Etat rédiger des contrat-types préremplis. Ensuite chacun se débrouille avec sa religion ou ses traditions. Pourquoi empecher des gens de se jurer fidelité et assistance ?? Et pourquoi faudrait-il que l'Etat sacralise cela ?? J'ai du mal à comprendre.

  • Par De France et de plus loin - 13/09/2012 - 13:10 - Signaler un abus eheime

    2000 ans de judéo-christianisme devraient vous aider à y voir plus clair. Le poids de l'histoire..

  • Par eheime - 13/09/2012 - 13:17 - Signaler un abus face à 100 000 ans d'histoire de l'homme

    2000 ans c'est que dalle. Et si j'adhere aux valeurs chrétiennes (10 commandements, enseignements de Jesus, etc ..) , si je fais le bilan je ne suis pas convaincu qu'il soit forcément positif. Beaucoup de sang versé, peut-etre il est vrai en se servant de la religion comme prétexte, beaucoup de privations, de pensées idiotes, encore aujourd'hui avec le poids de la tradition, pour pas grand chose au final. Même si je peux m'en inspirer pour réflechir ce n'est en tout cas pas la religion qui dictera mes choix. Par ailleurs je n'ai lu nul part que Jesus a dit : "emmerdez les homos, Dieu le veut !"

  • Par eheime - 13/09/2012 - 13:22 - Signaler un abus De France

    tres franchement, si Jesus était ici, je ne suis vraiment pas convaincu qu'il préconiserait de s'en prendre aux homos, de les emmerder. Pour les plus mal dans leur peau (les "malades", dont certains parlaient plus bas) il préconiserait probablement de discuter avec eux, de les aider. Et c'est peut-être ça la vraie solution d'ailleurs.

  • Par golvan - 13/09/2012 - 14:18 - Signaler un abus @de france etc...

    L'homosexualité est effectivement un phénomène commun, comme une sorte de raté de la nature. Vous avez raison. Par ailleurs il n'y a pas que dans notre civilisation chrétienne que l'homosexualité a été marginalisée. Le faire croire est une posture habituelle de la gauche libertaire qui cherche aussitôt de part le monde des civilisations qui magnifieraient l'homosexualité. L'intervention sur ce forum d'un intervenant homosexuel il y a quelque temps pour nous rappeler que les samouraïs ne crachaient pas sur une bonne sodomie en est un bon exemple. Mais globalement (c'est-à-dire à la surface du globe), l'homosexualité n'est pas un modèle sexuel spécialement valorisant et circonscrire sa marginalisation au monde chrétien est clairement une imposture intellectuelle.

  • Par golvan - 13/09/2012 - 14:24 - Signaler un abus @de france etc...

    J'ajoute une remarque puisque, pour tenter de démontrer l'exactitude de votre point de vue, vous écrivez que l'homosexualité est un phénomène naturel qui permet à une partie des humains de ne pas se reproduire. Mais alors, puisque vous faites référence à cet argument que vous voulez imparable, pourquoi veulent-ils adopter des enfants ?

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 16:33 - Signaler un abus @ De France

    Si Jesus était ici ? Pas difficile à deviner. A un gay par exemple, il dirait : Aime ta femme et fais lui des gosses. Et le gay s'en irait hétéro. Avec de l'amour, tout est possible. Est ce que je mets ma sexualité au service de l'épanouissement de mon couple ou bien est ce que je mets mon couple au service de l'épanouissement de ma sexualité ? Si je suis dans le premier cas, je suis en mesure d'apprendre la sexualité que je veux. Si je suis dans le second, c'est parce que j'ai des idées quelque peu préconçue sur la sexualité. Le réflexe d'une petite fille devant une bite ou d'un petit garçon devant un minou, peu importe leur sexualité quand ils seront grands, c'est d'abord une réaction de rejet. On pense d'abord à son plaisir, c'est à dire son sexe. Et puis on découvre la vie et quand on est "open", on apprend a aimer ça... De nos jours, comme se fut parfois le cas par le passé, la bible témoigne de Sodome et Gomorrhe par exemple, il est bien plus important d'avoir une vie sexuelle remplie qu'un mariage heureux. Et Jésus ne risque pas d’apparaître dans un endroit comme ça, sinon peut être a une âme perdue en repentir !

  • Par De France et de plus loin - 13/09/2012 - 16:42 - Signaler un abus golvan

    Un aveugle de naissance (ça arrive, c'est la nature) peut souhaiter voir comme les autres. Une personne souffrant d'une incapacité quelconque peut souhaiter contourner cette incapacité. Un homo peut souhaiter avoir des enfants. D'autre part, l'adoption par des homos peut avoir un sens : mieux vaut 2 papas ou 2 mamans plutôt qu'une enfance dans un orphelinat roumain.

  • Par De France et de plus loin - 13/09/2012 - 16:47 - Signaler un abus urbon

    Si Jésus était là.. oui mais il n'est pas là, pas plus qu'Abraham, Mahomet, le Père Noel ou la petite souris. Si tout est possible avec de l'amour, alors aimons nous les uns les autres y compris les homos et passons à d'autres débats. Vous écrivez: "il est bien plus important d'avoir une vie sexuelle remplie qu'un mariage heureux." Les homos sont rarement heureux au sein d'un couple hétéro .. c'est tout le principe du truc

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 16:52 - Signaler un abus Si vraiment il faut relativiser...

    Les problèmes de couple et de sexualité sont plus que fréquents. On les estime à quelque chose comme au moins 30%, entre les éjaculations précoces, le vaginisme, le priapisme, la frigidité, les perversions... Alors l'homosexualité, ce n'est qu'un cas parmi d'autres de relation sexuelle non harmonieuse, il n'y a pas de quoi fouetter un chat ! Et certainement pas de quoi révolutionner la norme. L'harmonie sexuelle, c'est entre un homme et une femme et si les jeux sexuels sont admis (préliminaires, postliminaires), ils n'ont pas vocation à remplacer l'acte lui même. Si certains peuvent s'en satisfaire, grand bien leur fasse. Mais ce n'est pas un modèle éducatif non plus !

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 16:57 - Signaler un abus @ De France et de plus loin

    Je vous ai confondu avec eheime, pardon. Comme il s'adressai à vous, enfin bon, je me suis emmêlé les pinceaux.

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 17:00 - Signaler un abus "Un homo peut souhaiter avoir des enfants."

    Il connait le mode d'emploi, non ?

  • Par Casa123 - 13/09/2012 - 17:01 - Signaler un abus Délicieux arguments....

    Vous dites " il n'y a pas à être pour ou contre la famille homosexuelle, celle-ci existe déjà " Magnifique, argument ! Doivent donc être autorisées voir légalisées toutes les pratiques, y compris celles qui seraient pour le coup réellement déviantes, au motif qu’elles existent déjà… c’est un peu court. Le don de soi, le vrai, trouve sa valeur dans les épreuves qui nous sont imposées plutôt que dans celles qu’on s’est choisies. Dans le cas présent, le désir d’enfant vient il d’un désir profond ou plutôt du besoin d’être pareil que les autres. En d’autres termes, est-il une compensation ou un besoin réel ? Sur la légitimité de rejeter le recours à la PMA vous devriez développer. En quoi le recours à l’éthique justifierait elle le refus d’une telle demande ? Il semble que quand cela vous intéresse, vous faites appel à l'éthique. Sur le fond, il n’est pas venu à l’idée de ces ingénieurs en sciences sociales que si le mariage concerne un homme et une femme depuis longtemps, c’est moins pour plaire à l’église que parce qu’à la manière des espèces, cette institution telle qu’elle est s’est avérée la mieux adaptée et ainsi la plus à même de perpétrer les sociétés humaines ?

  • Par Casa123 - 13/09/2012 - 17:09 - Signaler un abus L'arroseur arrosé

    Dernier point, il est vrai que le jour où les militants homos arrêteront d'insulter comme ils le font ceux qui ne sont pas d'accord avec eux, le débat pourra effectivement être plus serein. Car ce qu'ils appellent insultes, je l'appelle différence de point de vue. Ce que j'appelle insulte est un recours systématique à des mots tels que réactionnaires ordre morale, intolérance etc.....

  • Par Greenday - 13/09/2012 - 17:14 - Signaler un abus @ Urbon

    Le problème, c'est que vous vous laissez abuser par la terminologie même du mot, "homoSEXUALITE" (ou hétéroSEXUALITE). Malgré le mot, tout n'est pas affaire de sexe. Quand on est homo, on est certes attiré par une personne du même sexe, mais on en tombe également amoureux. Quel intérêt dans ce cas de se mettre en couple avec une personne du sexe opposé si l'on doit faire semblant sur tous les plans ?

  • Par Greenday - 13/09/2012 - 17:23 - Signaler un abus @ Casa123

    Vous dîtes "Dans le cas présent, le désir d’enfant vient il d’un désir profond ou plutôt du besoin d’être pareil que les autres." Si je comprends qu'il y ait débat sur l'intérêt de l'enfant à être élevé par des homos, par contre, à vous lire, on dirait que le désir d'avoir un enfant n'est que fictif, dans l'imitation... Pour votre bonne information, l'homosexualité, c'est juste aimer et désirer des personnes du même sexe. Pour le reste, nous sommes pareils que vous. Le désir de descendance et de transmission n'est pas une "exclusivité" de l'hétérosexualité. Ce n'est pas un caprice des homos (en tout cas pas plus que chez les hétéros). Avec des sous-entendus pareils (ha mais oui, formulé sous forme de question), vous étonnez pas qu'il y ait des réactions agressives quand le sujet ets abordé.

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 17:35 - Signaler un abus @ Greenday

    Tomber amoureux, c'est sexuel, c'est aimer qui ne l'est pas forcement.

  • Par clairvaux1706 - 13/09/2012 - 17:39 - Signaler un abus Transformation de la société et intérêt de l'enfant

    On nous met devant le fait accompli pour une minorité. Soit. Les arguments avancés sont tellement divers qu'on ne peut plus être contre, n'est-ce pas. Pour autant, la société se transformera imperceptiblement puisque les fondamentaux sont rayés. Enfin, quel parenté avec le conjoint ou les conjoints? Y aura-t-il adoption du conjoint non vrai parent? Cela va-t-il faciliter l'adoption pour les hétéros ou les couples recomposés? Les FIV seront-elles entièrement à la charge des couples puisque ceux-ci sont en parfaite santé mais refusent le contact avec le sexe opposé? Bref, beaucoup de chamboulement en vue et une fois de plus, l'intérêt des enfants ignoré au profit des attentes d'une minorité. Quels seront les prochaines revendications une fois celles-ci réglées? Peut-on adopter un enfant comme on adopte un animal pour combler un vide?

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 17:41 - Signaler un abus @ De France

    "De nos jours, comme se fut parfois le cas par le passé, la bible témoigne de Sodome et Gomorrhe par exemple, il est bien plus important d'avoir une vie sexuelle remplie qu'un mariage heureux." Voila ce que j'ai dit, ce n'est pas la même chose que ce que vous avez retenu...

  • Par NRV95 - 13/09/2012 - 17:45 - Signaler un abus Si je ne m'abuse

    Le PACS a été fait en direction des homos, et ils n'en ont pas voulu car la majorité actuelle des pacsés est hétéro. Maintenant ils veulent le mariage, j'ai plutôt l'impression que cette revendication est plus pour occuper de l'espace dans les médias, que l'on parle d'eux que pour autre chose. A moins que la société se fasse entuber une fois de plus, le mariage gay sans adoption, puis avec adoption, puis avec procréation in vitro, puis... Je ne sais pas si l'homosexualité est une maladie, mais tout au moins c'est une déviation, voulue ou pas. Une exception qui ne confirme pas la règle. Mais si l'on s'en revendique il faut en accepter les règles et ne pas vouloir à tout prix changer le concept de la famille qui commence obligatoirement par deux personnes de sexe différent. C'est mon opinion et je m'y tiens!

  • Par Greenday - 13/09/2012 - 17:47 - Signaler un abus @ Urbon

    Vous jouez avec les mots... Je ne vois pas comment on peut tomber amoureux sans aimer. Mais bref, c'est bien ce que je voulais dire, l'homosexualité, c'est aimer et désirer des personnes du même sexe.

  • Par Greenday - 13/09/2012 - 17:49 - Signaler un abus @ Clairvaux1706

    Vous dîtes "Peut-on adopter un enfant comme on adopte un animal pour combler un vide?" Donc en gros, vous dîtes: Un hétéro qui veut un enfant: légitime Un homo qui veut un enfant: il comble un vide

  • Par Greenday - 13/09/2012 - 17:52 - Signaler un abus @ NRV95

    Vous dîtes "Le PACS a été fait en direction des homos, et ils n'en ont pas voulu car la majorité actuelle des pacsés est hétéro." La majorité des pacsés est hétéro PEUT-ÊTRE parce que la majorité de la population est hétéro, non ?

  • Par carredas - 13/09/2012 - 17:55 - Signaler un abus @Greenday

    Vous évoquez le droit à l'envie d'enfant, mais selon vous, où se situe l'enfant lui-même au milieu de toutes ces envies et de tous ces enjeux ? Un couple homosexuel homme et un couple homosexuel femme peuvent déjà concevoir ensemble un enfant qui aura ses deux parents biologiques plus deux parents de coeur. L'enfant ne perd rien au contraire et il sait d'où il vient. Aujourd'hui ce qui est en jeu, c'est le DROIT d'adopter ou de bénéficier de PMA pour un couple homosexuel seul, l'enfant se trouvant alors privé d'un ou ses deux parents biologiques. Qu'il s'agisse d'une femme seule ou d'un couple homosexuel, ne trouvez vous pas que les adultes, tout à leur désir d'enfant, décident un peu vite de priver un enfant de sa filiation ? Je ne cherche pas la polémique; il y a suffisamment de parents hétéros incompétents et toxiques pour comprendre qu'il ne suffit pas de pouvoir faire un enfant pour être un bon parent. Mais on sait aujourd'hui qu'un enfant abandonné sera plus équilibré si il reste dans son pays d'origine. On sait aussi combien des enfants adoptés peuvent souffrir de ne pas connaitre leurs origines. Aimer ne suffit pas toujours. Qu'en pensez-vous ?

  • Par Montalte - 13/09/2012 - 18:05 - Signaler un abus Les homofamilles n'existent pas

    Des couples recomposés ayant eu des enfants dans une précédente relation hétérosexuelle, oui, cela existe. Mais ces enfants ont un père ou une mère ailleurs. Qui était peut être marié avec le parent homosexuel, a peu être reconnu l'enfant. Il ne viendrait à personne l'idée de faire passer le nouveau conjoint d'une personne divorcée pour le vrai père ou mère, alors que le premier conjoint a un droit de garde etc. on ne voit pas pourquoi cela devrait être différent pour des couples homosexuels. Quant à ceux qui pratiquent l'insémination artificielle ou le recours à une mère porteuse, ces pratiques sont illégales en France. Et, elles ne justifient en aucune manière de priver l'enfant de sa vraie filiation, d'effacer le vrai père ou la vraie mère. tant qu'à parler philo, l'auteur de l'article devrait lire Hannah Arendt: quand on efface la vérité de fait pour créer une réalité fantasmagorique, on est dans un totalitarisme. A de France et de plus loin: si on en croit la théorie du gender, l'homosexualité est bien un choix...

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 18:06 - Signaler un abus @ greenday

    Non je ne joue pas sur les mots, on peut être amoureux et ne jamais aimer.

  • Par Urbon - 13/09/2012 - 18:10 - Signaler un abus @ greenday

    Personne n'empêche les homos de faire des enfants, sinon eux même.

  • Par kettle - 13/09/2012 - 18:17 - Signaler un abus 1/3000

    "j'ai plutôt l'impression que cette revendication est plus pour occuper de l'espace dans les médias" - Oui, la proportion d'homo est a peine 3%. Dans cette part à peine 1% voudrait adopter. Pendant ce temps, chomage, immigation, dette, sont oubliés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Deschavanne

Eric Deschavanne est professeur de philosophie.

A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxième
humanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry
(Germina, 2010). Il est également l’auteur, avec Pierre-Henri Tavoillot, de Philosophie des âges de la vie (Grasset, 2007).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€