Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le défi des migrations n’est pas une crise conjoncturelle mais un problème durable… et exponentiel

Les migrations actuelles risquent de se révéler insignifiantes comparées à ce qui pourrait arriver entre 2050 et 2100, selon les projections des Nations unies. Pour éviter des flux massifs de populations, il faudra remporter de nombreux défis : démographiques, économiques et culturels.

Flux tendus

Publié le - Mis à jour le 4 Septembre 2015
Pourquoi le défi des migrations n’est pas une crise conjoncturelle mais un problème durable… et exponentiel

Des migrants arrivant en Macédoine après avoir traversé la frontière grecque. Crédit Reuters

Atlantico : Les migrations actuelles en direction de l'Europe inquiètent les gouvernants et les citoyens européens. Selon les projections démographiques des Nations Unies, la population de l’Afrique subsaharienne pourrait passer de 960 millions actuellement à 2,1 milliards en 2050 et à près de 4 milliards en 2100. Dans l'avenir, l’Union européenne risque donc d'être confrontée à des flux migratoires si massifs que les débats actuels sur l’accueil de quelques centaines de milliers de migrants sembleront insignifiants.

Confirmez-vous cette tendance démographique ? L'Afrique est-elle la seule région concernée par ce boom ? 

Laurent Chalard : Les projections démographiques sont toujours à prendre avec prudence car elles reposent sur la prolongation dans le futur des tendances passées, en l’occurrence une très lente diminution de la fécondité dans les pays africains par rapport au reste du monde, ce dont rien n’est moins sûr, une éventuelle accélération de la baisse de la fécondité étant possible si l’insertion du continent dans la mondialisation venait elle aussi à s’accélérer. En outre, la qualité des données est loin d’être satisfaisante dans de nombreux pays africains, où les recensements sont rares et/ou biaisés du fait de la question sensible de la représentation des ethnies. Néanmoins, étant donné le phénomène d’inertie démographique, l’Afrique a une vitesse acquise qui lui assure une croissance de la population très forte, au moins jusqu’à 2050. Au-delà de cette date, la projection relève de la conjecture.

L’Afrique étant le dernier continent de la planète où la fécondité (4,7 enfants par femme en 2014 selon le Population Reference Bureau) reste sensiblement supérieure à la moyenne mondiale (2,5 enfants par femme à la même date) et au seuil de remplacement des générations, elle est effectivement le seul continent qui va continuer à connaître un boom démographique dans les prochaines décennies, la décélération de la croissance de la population étant très forte dans le reste de l’ancien Tiers-Monde, que ce soit en Amérique Latine, en Asie du sud ou en Asie orientale. En conséquence, il est fort probable que la pression migratoire africaine sur l’Europe devrait perdurer dans les prochaines décennies si l’instabilité politique du continent et le maintien d’un développement économique insuffisant perdurent. A chaque crise géopolitique importante, l’Europe pourrait connaître des vagues de réfugiés très importantes. Cependant, il faut garder en tête que la vague actuelle est le produit de la déstabilisation en même temps d’une grand part de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient, or, sans basculer dans un optimisme béat, on peut penser que la situation ne peut-être guère pire que celle actuelle dans cette région du monde, ce qui sous-entendrait que la pression migratoire, sans disparaître, devrait se ralentir quand la stabilité et la paix reviendront dans la région. 

Adair Turner : En effet, les projections dépendent des hypothèses que nous faisons. Mais elles sont fiables dans la mesure où les projections des Nations Unies sont des projections "médianes", qui n'impliquent pas que les taux de natalité resteront dans le futur au niveau actuel, mais qu'ils vont converger partout autour de 2.0 à la fin de ce siècle. En effet si les taux de natalité de l'Afrique et du Moyen-Orient se maintenaient au niveau actuel, la croissance de la population serait plus dramatique encore. 

Il est vrai que les migrations aujourd'hui sont particulièrement liées à la déstabilisation politique. Mais la déstabilisation politique est fortement favorisée voire intensifiée par une croissance rapide de la population. Je doute fort que l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient auraient connu la même instabilité qu'aujourd'hui s'il n'y avait pas eu un triplement des populations durant les cinquante dernières années. Et si la déstabilisation politique est une cause des migrations actuelles, la recherche de meilleures opportunités économiques est aussi un moteur majeur, particulièrement dans la mesure où une croissance trop rapide de la population en Afrique rendra beaucoup plus difficile d'enclencher une phase de prospérité dans les pays africains. Si l'on considère la proportion de Mexicains qui ont migré illégalement aux Etats-Unis ces trente dernières années, et que l'on fait l'hypothèse que les populations d'Afrique feront le même mouvement dans les mêmes proportions, les chiffres risquent d'être massifs dans la seconde moitié du XXIème siècle.

Quant à ce que nous pouvons y faire, nous avons un intérêt personnel évident (et impératif) à aider les pays d'Afrique et du Moyen-Orient à être aussi politiquement stables et économiquement performants que possible, sachant que si nous réussissons dans ce domaine, des chutes rapides des taux de natalité sont à prévoir, nourrissant à leur tour une plus grande réussite économique. Le défi est plutôt dans le fait que nous ne savons pas précisément quels soutiens politiques et économiques sont les plus efficaces. 

Entre 1950 et 2050, la population de l’Ouganda sera peut-être multipliée par 20, et celle du Niger, par 30. Ni les pays industrialisés du XIXe siècle, ni les économies asiatiques émergentes en phase de rattrapage de la fin du XXe siècle n’ont connu, de près ou de loin, de tels taux de croissance démographique. Comment expliquer cette évolution ? Etait-elle attendue ? Les modèles démographiques connus jusqu'ici sont-ils dépassés ? 

Laurent Chalard : Cette évolution n’a rien de surprenant et ne déroge pas au modèle de la transition démographique, qui est le passage d’une situation de départ de fortes natalité et mortalité à une situation finale de faibles natalité et mortalité, avec une phase intermédiaire de croît naturel très élevé, la natalité baissant plus tardivement que la mortalité.

Dans le cadre de ce modèle, la différence de croîissance naturelle constaté sur la longue durée en Afrique par rapport aux autres régions du monde s’explique par le fait que les pays d’Afrique ayant connu une transition démographique tardive, ils ont bénéficié des avancées médicales des pays occidentaux, qui leur ont permis d’avoir une baisse de la mortalité dès le début de leur transition démographique beaucoup plus importante que cela n’était le cas en Europe au XIX° siècle, où la mortalité baissait lentement en fonction des découvertes médicales. Parallèlement, le maintien d’une fécondité plus élevée s’explique par l’absence de décollage économique, facteur déclencheur de la baisse de la natalité, et l’absence de politiques restrictives de limitation des naissances comme en Chine. En effet, à l’origine les pays africains étant sous-peuplés, leurs dirigeants ne voyaient pas d’intérêt pressant à agir sur la question, contrairement à la Chine, où les densités de population très élevées menaçaient d’asphyxie le pays. La combinaison de ces deux phénomènes explique que l’Afrique ait connu un croît naturel beaucoup plus important que cela a pu l’être ailleurs dans le monde. 

Adair Turner : L'histoire de la démographie au cours des deux derniers siècles résulte d'un équilibre entre les tendances des taux de mortalité et de natalité (notamment celle des enfants et des nourrissons). La bonne nouvelle pour l'humanité est que ces taux décroissent spectaculairement lorsque la réussite économique et le progrès technologique sont au rendez-vous. Mais le rythme de cette décroissance peut produire des transitions démographiques extrêmement différentes.

Au 19ème et au 20ème siècle en Europe et en Amérique, les taux de mortalité infantile ont graduellement diminué, chutant particulièrement vite une fois que la vaccination a pu supprimer les maladies infectieuses mettant les enfants en danger. En même temps que ces taux de mortalité baissaient, les taux de natalité s'étaient également réduits jusqu'à atteindre le simple niveau de remplacement des générations. Une vaste stabilisation était alors acquise.

Aujourd'hui, dans les économies émergentes, les taux de mortalité infantiles ont décliné spectaculairement au milieu du 20ème siècle, et plus rapidement que ce qu'avaient connu les économies des pays avancés au 19ème siècle, notamment grâce au transfert des connaissances (en particulier la vaccination). Dans certaines parties du monde, la chute des taux de mortalité a précédé une chute remarquable des taux de natalité, générant une stabilisation de la population comme on l'a vu en Corée du Sud. En Afrique et au Moyen-Orient, la transition vers des taux de natalité faibles a été plus lente. Depuis plusieurs dizaines d'années, on a constaté cette différence de schéma évolutif, mais ce qui est plus préoccupant est que durant ces cinq dernières années, les Nations Unies ont enregistré un déclin de la fécondité encore plus lent que ce qui avait été précédemment envisagé. C'est pour cette raison que les projections concernant la population globale en 2050 et 2100 ont été significativement revues à la hausse.

Une croissance aussi débridée peut constituer une réelle menace pour le développement économique (impossibilité de créer suffisamment d'emplois) et pour le bien-être humain (densité de population, éducation, écologie), aussi bien dans les pays du boom démographique (en Afrique) que dans les pays cible des futures migrations (Europe). N'est-ce pas un sujet dont il faut s'inquiéter? 

Laurent Chalard : La question de la surpopulation de la planète ne date pas d’aujourd’hui, mais se présentait déjà comme un sujet d’inquiétude dans les années 1950-60, à une époque où c’était l’ensemble du Tiers-Monde qui connaissait une croissance démographique explosive et où les prophètes d’apocalypse annonçait un futur catastrophique avec des famines généralisées, ce qui ne s’est jamais produit. Aujourd’hui, le problème, tout en restant d’actualité, apparaît moins vif que par le passé du fait de la décélération démographique généralisée constatée sur l’ensemble de la planète. Concernant l’Afrique, dernier continent à connaître une forte croissance démographique, le problème n’est donc pas tant la surpopulation puisque c’est un continent jusqu’ici sous-peuplé, aux densités de population relativement faibles, qui a largement les moyens de nourrir une population importante, mais le rythme de croissance démographique trop rapide par rapport aux capacités économiques du continent.

En effet, dans un contexte de faible niveau de développement économique, le boom démographique constitue un frein important au futur développement du pays, car les familles n’ont pas les moyens d’investir dans l’éducation de leurs enfants, en ayant beaucoup trop, contrairement à ce que l’on a pu constater en Chine, où la politique de l’enfant unique a permis de grandement favoriser l’éducation (mais aussi la santé) des enfants chinois et donc leur réussite dans la vie.

Adair Turner : La croissance rapide de la population en Afrique et au Moyen-Orient est de loin une menace beaucoup plus grande pour le bien-être des pays où cette croissance a lieu qu'elle ne l'est, via des migrations incontrôlées, pour le bien-être des pays d'Europe. En conséquence, même si l'Europe doit réfléchir aux conséquences de cette croissance en terme de futurs défis migratoires, notre devoir moral et politique devrait d'abord se concentrer sur le fait qu'une croissance trop rapide de la population continuera de rendre difficile pour ces pays d'Afrique et du Moyen-Orient d'atteindre de hauts niveaux de revenus pour leur population, et condamnera une grande partie de la jeunesse au chômage et à la pauvreté. Dans certains pays également, des taux de croissance très hauts reflètent des contraintes morales conservatrices qui empêchent les femmes de faire leur propre choix de procréation. 

Est-il possible d'intervenir afin de corriger ces perspectives démographiques ? Comment et qui doit intervenir? Les états concernés, à condition qu'ils en aient les moyens, ou la communauté internationale ?

Laurent Chalard : Bien évidemment qu’il est possible d’intervenir pour limiter la croissance démographique des pays où elle apparaît trop vive pour être durable. Le meilleur moyen pour que la fécondité baisse plus rapidement en Afrique est d’assurer une stabilité et un développement économique aux pays concernés, la fécondité baissant mécaniquement dès que le niveau de vie progresse sensiblement. C’est donc avant tout un problème économique. Si l’Afrique avait connu le même rythme de croissance du PIB que la Chine, la fécondité serait aujourd’hui beaucoup plus basse. Parallèlement, pour faciliter ce développement, il apparaît nécessaire que les dirigeants des états concernés comprennent le problème que peut poser un accroissement trop rapide de la population, adoptant des politiques permettant de limiter la fécondité de leur population. C’est tout à fait faisable, comme nous le montre l’exemple du Rwanda, qui mène depuis les années 2000 une politique active de réduction de la fécondité, dans un contexte de très forte densité de population pour le continent et d’héritage d’un génocide qui avait aussi des causes démographiques (trop de monde sur un territoire restreint). En effet, la fécondité y est passé de 6,1 enfants par femme en 2006 à 4,2 enfants par femme en 2014 selon les données des enquêtes démographiques soit une baisse très rapide, l’objectif des dirigeants rwandais étant d’arriver à 3 enfants par femme. 

Adair Turner : Atteindre un rapide déclin des taux de natalité dans les pays où ils restent trop élevés nécessite une combinaison de différents facteurs : un haut niveau d'éducation des femmes, un accès non restreint à la contraception, l'absence de conservatismes religieux ou politiques interdisant aux femmes d'utiliser la contraception, et un niveau raisonnable de progrès économique. Le dernier de ces facteurs, le progrès économique, rend le problème circulaire : le progrès économique est nécessaire pour générer des chutes des taux de natalité, mais il est aussi plus difficile à atteindre tant que les taux de fécondité restent trop hauts. La responsabilité appartient prioritairement aux Etats concernés, mais il est aussi primordial pour la communauté internationale, et en particulier pour les économies des pays avancés, de faire tout leur possible pour apporter leur soutien à la réalisation de ces conditions.

Les pays riches et notamment l'Europe sont davantage concernés par le déclin démographique. Est-ce également un facteur susceptible de déstabiliser les économies de ces pays et notamment les systèmes de retraite? Comment les deux tendances démographiques inverses, boom de la natalité en Afrique et déclin dans les pays aisés, vont-elles interagir ? Peuvent-elles se corriger l'une l'autre et s'équilibrer ?

Laurent Chalard : Au niveau international, l’Europe souffre de sa faible fécondité, constamment inférieure au seuil de remplacement des générations depuis plusieurs décennies, ce qui signifie que sans immigration, le nombre de jeunes, qui a sensiblement diminué, se serait réduit de manière encore plus importante. Pour donner un exemple marquant, il y avait 1,35 million de naissances en Allemagne en 1964 et il n’y en avait plus que 662 000 en 2011, soit une réduction de moitié ! Ce déséquilibre entre jeunes et vieux est donc à l’origine du problème de financement des retraites puisque les jeunes générations sont beaucoup moins nombreuses que les générations qui arrivent à l’âge de la retraite.

Cependant, l’immigration peut-elle régler le problème ? En effet, d’un point de vue mathématique, on pourrait penser qu’il suffirait de remplacer les jeunes manquants en Europe par des immigrés provenant de pays où il y a un excès de jeunes par rapport à leur capacité d’absorption économique. Outre le problème sensible du changement culturel que cela pourrait entraîner, si l’on s’en tient uniquement à un raisonnement économique, l’apport des immigrés ne permettrait que de résoudre de manière partielle le problème car il faudrait en théorie que tous les nouveaux arrivants aient le niveau de compétences des autochtones qui partent à la retraite, ce qui n’est bien évidemment pas le cas. L’Europe est donc condamnée à faire des gains de productivité important pour résoudre le problème de financement des retraites, tout en essayant de relancer la fécondité de ses habitants suivant le modèle de la Russie, dont la très généreuse politique nataliste semble porter ses fruits avec une fécondité qui est passée de 1,17 enfant par femme en 1999 à 1,75 enfant par femme en 2014.

Adair Turner : Le problème de la viabilité du système de retraite peut être largement résolu, en prenant des décisions sensées afin d'augmenter l'âge de la retraite et l'aligner sur la longévité croissante, et ainsi maintenir stable la proportion de la vie adulte passée au travail et passée en retraite. Dans un monde où les enfants nés aujourd'hui peuvent espérer, grâce aux système médicaux performants, vivre 100 ans et plus, l'idée que nous devrions maintenir l'âge de la retraite à 60 ou 65 ans est absurde, et peu séduisante pour des individus devant envisager de passer 35 ou 40 ans sans travailler. Il ne s'agit pas tant de réduire le temps de la retraite, que de l'aligner sur la longévité. Vieillir, ou plutôt vivre des vies plus longues, est un merveilleux accomplissement des progrès économiques et technologiques actuels, et cela ne devient un problème que si nous poursuivons des politiques absurdes. 

Malheureusement, le boom de la population africaine et le déclin démographique européen ne vont pas s'équilibrer comme par magie. De manière générale, je pense que le modèle optimal pour les sociétés est d'avoir une population stable. Les prévisions des Nations Unies concernant la population européenne suggère une baisse de 80 millions au cours du siècle : elles prévoient également une augmentation de 3 milliards pour les populations d'Afrique et du Moyen-Orient. Le problème de la croissance rapide de la population dans ces parties du monde reste un problème bien plus massif pour le bien-être humain que les problèmes de vieillissement des pays avancés, qui sont eux des problèmes beaucoup plus gérables. 

Propos recueillis par Catherine Laurent

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mike Desmots - 30/08/2015 - 09:45 - Signaler un abus Au fond la réponse est simple......

    car voilà , ce qui arrive lorsque l'on décolonise trop tôt et trop vite des peuples ....nous devrions présenté nos excuses , pour ce manquement et /ou erreur historique....

  • Par zouk - 30/08/2015 - 10:42 - Signaler un abus Démographie menaçante?

    Peut être pas, mais nous devons absolument sortir de cette idée imbécile, et criminelle, de la retraite généralisée à 60 ans et proposer une retraite à la carte avec un pivot actuellement à 65 ans, puis croissant progressivement à mesure la croissance de l'espérance de vie à l'âge pivot. Une retraite prise avant l'âge pivot entrainant une décote, une retraite prise au delà de l'âge pivot entrainant une surcote, dans l"un et l'autre cas décote/surcote proportionnelles à la différence entre l'âge choisi et l'âge pivot, en tenant évidemment compte de l'état de santé. Ceci toutefois ne vaut que pour les pays développés, mais permettrait probablement d'assurer au moins en partie le financement de la formation des immigrants.

  • Par Mike Desmots - 30/08/2015 - 10:56 - Signaler un abus @zouk , nous vivons avec l'héritage de la 2ème guerre mondiale

    La retraite par répartition ...était le symbole du renouvellement des générations...les jeunes générations payent pour les vieux... ..Hélas , aucune réforme sérieuse ne fut effectuée ..pour infléchir cette notion post guerre .....a par la diminution de l'âge de la retraite ...puis démographie oblige... de son ajustement dans le temps vers le haut ... Désormais, une réforme fondamentale s'impose ..Vu que .la France de l'après guerre ...n'a rien a voir, avec la sociologie et l'économie du 21ème siècle...

  • Par Celan1971 - 30/08/2015 - 11:01 - Signaler un abus Ca existe un homme politique

    Ca existe un homme politique responsable en Afrique ?

  • Par Anouman - 30/08/2015 - 12:21 - Signaler un abus Vieillissement

    Adair Turner a raison de dire que la baisse de la natalité en Europe n'est pas un problème. Il suffit de trouver un équilibre adapté. Et bien entendu faire entrer des immigrés non qualifiés quand on a déjà un taux de chômage important chez les moins qualifiés ne résoudra pas le problème. D'autant que l'on nous promet que les tâches non qualifiées seront confiées de plus en plus à des machines.

  • Par joke ka - 30/08/2015 - 13:20 - Signaler un abus fécondité de l'Afrique

    Laurent Chalard parle d'une diminution de la natalité en Afrique ,j en doute sérieusement ,au vu de la fécondité des populations originaires de ce continent sur notre sol , c est nier la polygamie et la baisse de la mortalité en raison des aides que nous procurons à ces pays pour le moment cette immigration de masse nous coûte bien plus qu'elle ne nous rapporte contrairement à ce que nous assènent les bien pensants et nos zélites qui en bénéficient

  • Par toupoilu - 30/08/2015 - 14:56 - Signaler un abus Il va devenir imperatif de pouvoir reconduire ces millions

    de migrants vers leur continent d'origine. Sous peine d’être submergé.

  • Par emem - 30/08/2015 - 15:26 - Signaler un abus Plus grave que la démographie

    Il ne faut pas oublier que le SIDA, la Tuberculose et l'Hépatite B sont surreprésentés au sein des migrants...

  • Par vangog - 30/08/2015 - 15:44 - Signaler un abus Politique nataliste et arrêt des pompes aspirantes à immigrés...

    sont les seules solutions viables pour la France! Tous ces pauvres gauchistes inversés, qui ne comprennent plus rien à rien, se trompent en voulant augmenter l'immigration légale et illégale de l'Occident!...provoquer l'hémorragie de leurs forces vives par les pays du tiers-monde ne fera que les plonger un peu plus profondément dans la corruption et la misère. Ceux qui ont les moyens de payer les mafieux et les faux-caritatifs 5000 euros sont parmi les plus éduqués: il faut les inciter à rester dans leurs pays où à proximité des zones de guerre déclenchées par les socio-démagogues! Ceux qui viennent apprendre un métier en Occident, comme il est souhaitable que cela arrive, doivent impérativement retourner enrichir leur pays d'origine. Ceux qui sont venus en Occident, attirés par le laxisme et les mânes de la social-démagogie, doivent être incités à retourner dans leurs pays, afin de l'enrichir...c'est à ce prix, plus celui d'une vraie politique nataliste, que l'Occident pourra survivre! Sinon, il périra très rapidement, submergé par des envahisseurs musulmans non voulus et cupides!

  • Par Deudeuche - 30/08/2015 - 18:51 - Signaler un abus Faible fécondité, post-modernisme mortifère

    et frontières ouvertes. Alors on remplace tout! @valencia77 les noirs ne font pas dans le Pour tous et le gender, eux! La civilisation Bobo est une ode à la décadence. Le blanc occidental a creusé sa propre tombe dans la confusion, l'auto dénigrement, l'égoïsme et la lâcheté.

  • Par Liberte5 - 30/08/2015 - 19:58 - Signaler un abus Nos gouvernements font la politique de l'autruche.......

    et refusent par lâcheté de prendre les décisions fortes qui s'imposent. Ils subissent ces flux, résignés sans prendre la mesure et les décisions nécessaires pour traiter ce vaste problème. Accepter tous ces migrants et ceux à venir, c'est la porte ouverte à de graves désordres en France et en Europe. Les Français et les Européens ne vont pa se laisser envahir sans broncher. L'Afrique est le problème. Sa surpopulation ne peut pas ainsi se répandre sur l'Europe. Il s'agit pour l'essentiel de populations non formées qui ont des difficultés à s'intégrer. La France et l'Europe doivent impérativement bloquer les frontières. Mener des actions militaires pour éviter que les clandestins ne puissent arriver sur les côtes italiennes, grecques. Parallèlement, intervenir auprès des gouvernement africains pour leur demander fermement de garder leurs citoyens chez eux et de reprendre ceux qui en sont partis.Les inciter fermement à mener des politiques visant à réduire la démographie. Pour les migrants venant de Syrie et de Libye, de confession musulmane, il faut demander aux États du Golfe , qui en ont les moyens de les accueillir.

  • Par Nicolas V - 30/08/2015 - 21:32 - Signaler un abus Mais qui décide ?

    Lorsque les gouvernants européens corrompus pillent et massacrent pour piller les ressources de ces pays, or, uranium, autres minerais, diamants, pétrole, en se servant de Boko Haram ? Lorsqu'ils ils décident que le grand remplacement prévu et orchestré par la City et Wall Street, c'est maintenant ? Lorsque les états nations sont démantelés selon le plan, au profit de grandes mégalopoles ? Qui décide ? Lorsqu'ils nous mettent en situation de guerre civile, qui décide ? Si nous, peuples vivant dans cette UE, ne balayons pas les corrompus à la tête de nos états , le problème migratoire , non seulement, n'aura pas de solution, mais sera entretenu et amplifié sous une dictature de fer.

  • Par Pierre 74 - 30/08/2015 - 22:00 - Signaler un abus Vision arithmétique

    M. Turner voudrait rééquilibrer la durée du travail et la durée de la retraite au motif de l'allongement de la durée de vie, ceci sans s'interroger sur la qualité de vie de la personne vieillissante et son aptitude à poursuivre une activité professionnelle, ce calcul froid et purement productiviste fait fi de la réalité humaine.

  • Par Ganesha - 31/08/2015 - 16:39 - Signaler un abus Racistes

    Atlantico est un site très libéral, qui laisse tout le monde s'exprimer ! Même tenir des propos carrément raciste, s'ils écrivent en anglais...

  • Par mado83@free.fr - 01/09/2015 - 13:28 - Signaler un abus tous bronzés.

    il est certain que les "Noirs" vont être majoritaires en Europe, impossible pour eux de s'adapter aux habitudes européennes..Ils vivent en famille, tribus et font des enfants parce que c'est normal une fille à partir de 15 ans doit être enceinte.. j'ai vécu longtemps dans le 18ème et j'ai vu leurs habitudes. C'est super en Afrique mais dans un 40m2 avec des "mâles qui ont deux femmes et plus.. On va "bronzer, plus besoin d'aller cramer au soleil méditerranéen!!

  • Par Outre-Vosges - 08/09/2015 - 17:47 - Signaler un abus Chut ! Les électeurs pourraient vous entendre

    Voyant bien qu’il n’a pas d’arguments, @Ganesha lance l’accusation habituelle de racisme et s’indigne qu’Atlantico laisse tout le monde s’exprimer au lieu de réserver la parole aux imbéciles politiquement corrects, qui ressasseraient les mêmes sottises et endormiraient l’opinion au lieu de la réveiller.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Adair Turner

Adair Turner est l'ancien Président de l'Autorité des services financiers du Royaume-Uni, ancien membre du Comité de la Bank of England en charge de la stabilité globale du système financier, ancien membre de la Commission des retraites, aujourd'hui Président du think tank "Institute for New Economic Thinking", créé à la suite de la crise financière mondiale de 2008. Son livre "Between Debt and the Devil" paraîtra aux éditions Princeton University Press à l'automne 2015.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€