Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais pourquoi ce déferlement de faits divers cannibales ?

Des attaques cannibales font actuellement la une des faits divers en France, mais aussi au Canada et aux États-Unis. Véritable fait de société ou coïncidences fortement médiatisées ?

28 jours plus tard

Publié le

Atlantico : De nombreux faits divers ces dernières semaines touchent au cannibalisme, à Miami, au Canada, et même à Montauban. S’agit-il d’un phénomène nouveau ?

Jean-François Dortier : Cela a toujours existé.  Il y a des cas de  cannibalisme rituel dans certaines sociétés. En Amazonie, on mange les cendres des ancêtres avec du manioc pour ingérer leurs âmes. Il y a aussi le cannibalisme de survivance. On l’a vu dans quelques cas extrêmes, notamment ce crash d’avion en 1973 en Uruguay, où les survivants ont dû manger leurs camarades pour survivre.  Le dernier cas, celui qui apparait au grand jour ces derniers temps, est un cannibalisme pathologique lié si j’ose dire à Hannibal Lecter.  On a affaire à des schizophrènes.

Ce sont des cas rares où l’individu est en crise de démence, de délire. Enfin, il y a aussi les affaires où tout est mis en scène, où l’acte est ritualisé dans la lucidité. C’est souvent l’acte d’un psychopathe, comme dans le cas du tueur canadien.

Michel Lejoyeux : Il faut noter qu’il s’agit d’un trouble du comportement avant d'être un problème de « cannibalisme ». Cela a toujours existé. Ce qu’il y a de nouveau, c’est qu’aujourd’hui Internet donne une audience particulière à ces comportements. Ils se réalisent la plupart du temps dans une ambiance toxique.

Est-ce révélateur de l'évolution de notre société ?

Michel Lejoyeux : Non. Notre société ne produit pas de cannibales. La surmédiatisation de ces cas joue un rôle important. Avec la façon dont est diffusée l’information, aucun cas n’est passé sous silence. On a donc l’impression d’une accumulation.  Or, la réalité est tout autre. La raison de ce « cannibalisme », c’est la perturbation du comportement à cause des drogues de synthèse. On n’en parle pas assez mais elles créent de vrais états délirants toxiques. Il y a la MDMA (acide), mais on remarque surtout une recrudescence  de drogues artisanales fabriquées par les sujets eux-mêmes. Ces drogues sont très puissantes. C’est la première raison.

Après, il y a aussi des gens frappés de démence qui entendent des voix et qui ne voient plus l’homme qu’ils dévorent comme un être humain. Sans oublier,  une troisième cause assez importante hélas : la perversion. Certaines personnes éprouvent un réel plaisir à faire souffrir les autres et ce, en toute conscience.

Comment expliquer la fascination que suscitent ces faits divers ?

Michel Lejoyeux : Pour les médias, c’est une bonne façon de faire de l’audience. Ce type d'événement attire notre curiosité. Cela vient de notre fascination pour le mal : il nous révulse mais nous séduit malgré nous. Et puis ces histoires provoquent un plaisir de contraste, un peu comme les histoires d’ogres que l’on nous racontait plus jeunes.  Elles font peur et à la fois, on en jouit car on prend conscience de notre position sécurisante.  Il y a un plaisir malsain que cela ne nous arrive pas. C’est l’anxiété qui nous fait regarder ou lire ces histoires sordides de cannibalisme.  C’est une façon de se maintenir et c’est aussi le défi à la raison : il a une manière de dire que des choses imprévues peuvent arriver.

Propos recueillis par Valérie Meret

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par clbm - 02/06/2012 - 10:26 - Signaler un abus Même si ce genre de faits

    Même si ce genre de faits peuvent alerter sur la toxicité des drogues ,je préfèrerais ne pas avoir cela sous les yeux ,chaque fois que je suis devant mon écran .Merci pour le dégout et le pessimisme que cela induit. A titre préventif ,d'accord mais pas tout le temps s'il vous plait!

  • Par Mani - 02/06/2012 - 11:15 - Signaler un abus Zombi time!

    Zombi time!

  • Par BraveSirRobin - 02/06/2012 - 11:41 - Signaler un abus La réponse...

    ...est déjà dans le titre racoleur de l'article. La presse se nourrit d'histoires sanglantes, scabreuses, et si possible les deux.

  • Par Aiolizator - 02/06/2012 - 13:35 - Signaler un abus On se documente un minimum avant d'écrire sur un sujet

    Il faudrait un peu potasser le sujet des drogues de synthèse, cela vous éviterait d'écrire des énormités. Je cite : MDMA (acide) Je vous renvoie à wikipedia pour parfaire vos connaissances sur la question.: http://fr.wikipedia.org/wiki/MDMA http://fr.wikipedia.org/wiki/LSD

  • Par ntzsch - 02/06/2012 - 14:13 - Signaler un abus Anthropophagie dans les Andes.

    L'accident d'avion dont parle l'auteur ne s'est pas produit en 1973 mais bien fin 1972. L'appareil s'est écrasé en montagne, à plus de 3000 mètres d'altitude et il n'y a pas de montagnes en Uruguay. L'avion et ses passagers étaient bien uruguayens mais le drame s'est déroulé bien loin de chez eux, à la frontière du Chili et de l'Argentine.

  • Par François78 - 02/06/2012 - 14:28 - Signaler un abus Rubrique des chiens écrasés

    Quand quelque chose d'important se passe, il faut bien détourner l'attention : du pain et des jeux ...

  • Par ciceron - 02/06/2012 - 15:12 - Signaler un abus Amis cannibales

    Faites attention à la maladie de la vache folle qui se trouve tapis dans les abats mêmes humains... On est jamais trop prudent... Serait-ce la faim des temps ? les actes de cannibalismes les plus nombreux ont lieu en ce moment même en Corée du nord, paradis du socialisme et en 1936 en Ukraine par la famine orchestrée par le pouvoir socialo-coco itou ! Du reste cela devient le seul moyen de respirer un peu quand tout est surpeuplé, et gardons le moral en visionnant "Soleil vert" tout en machouillant son prochain...

  • Par Karamba - 02/06/2012 - 21:43 - Signaler un abus Tant que ça se passe aux USA

    Là bas ils tirent à vue quand ils tombent sur un monstre. Chez nous il faut d'abord faire remplir le récépissé...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Lejoyeux et Jean-François Dortier

Michel Lejoyeux est psychiatre, professeur en médecine psychanalyste à l'Université Paris 7 et chef du service psychiatrie à l'hôpital Bichat (Paris 18). Il a également publié Changer en mieux (Plon, octobre 2011).

Jean-François Dortier est sociologue. Il est fondateur et directeur de publication du magazine Sciences Humaines. Il est également éditeur des éditions Sciences Humaines et du magazine Le Cercle Psy.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€