Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi nous nous aveuglons sur les causes réelles de la faiblesse de l’industrie française

Edouard Philippe devrait tenir ce lundi un discours devant le Conseil national de l'industrie à Bobigny où il devrait expliquer l'ambition du gouvernement en matière de politique industrielle.

Conseil national de l’industrie

Publié le
Pourquoi nous nous aveuglons sur les causes réelles de la faiblesse de l’industrie française

Atlantico : Edouard Philippe préside ce lundi le Conseil national de l’industrie et devrait présenter les ambitions du Gouvernement en matière de politique industrielle. Les dernières années ont été celles de la dislocation de l'industrie française. Quelles sont les urgences aujourd'hui que connait cette dernière ? Quel rôle doit tenir l'Etat ?

Jean-Yves Archer : Depuis la fin des Trente Glorieuses en 1975, l'industrie française ne cesse de péricliter. On peut le déplorer mais c'est bien la réalité et notre échec national.

L'industrie s'est effondrée tant au niveau de ses effectifs qu'au niveau de sa part dans le PIB de notre pays. A ce jour, le secteur industriel ne pèse plus que 12% du PIB contre 23% en Allemagne.

Lors des Assises de l'industrie tenues le 16 novembre 1982, le ministre Chevènement avait fait remarquer que plus de 500.000 emplois industriels avaient été détruits pendant le septennat de Valéry Giscard d'Estaing.

Depuis la tendance récessive s'est inexorablement maintenue.

Les nationalisations de 1982 ont présenté un bilan fort contrasté, elles ont à la fois permis d'épauler en fonds propres certains groupes ( via l'impôt… ) mais dans d'autres cas, elles ont accéléré leur déclin voire leur disparition.

Pressés par des analystes financiers au front bas, on a ouvert la chasse aux conglomérats et ainsi anéanti des groupes comme la Compagnie Générale d'Electricité qui regroupait Alstom, Alcatel, l'actuel Vinci et les Chantiers de Saint-Nazaire.

On a surdimensionné la quête des " pure players " qui peuvent se retrouver en tigres de papier si la conjoncturelle sectorielle s'inverse durablement.

A l'orée de 2020, l'industrie française est face au défi de sa modernisation, c'est-à-dire qu'elle doit accepter la révolution digitale et les fameux déploiements de robots. Une récente étude de BPI France " Créativité déroutée ou augmentée " a montré que la plupart des chefs d'entreprise abordaient cette question à reculons . Des prises d'opinion au sein de La Fabrique de l'Industrie militent pour une politique industrielle à l'échelle européenne sans passer assez de temps à identifier nos pertes de spécialisation internationale.

Il ne faudrait pas que notre pays rate la digitalisation comme il a raté le cap de la machine-outil dans les années 1970 habitué qu'était un certain patronat à importer de la main d'œuvre bon marché au détriment de la modernisation de l'appareil productif.

La question est donc bien d'intensifier la proportion du capital dans la fonction de production tout en formant aux techniques sophistiquées un facteur travail qui est pour l'instant en déroute face à l'avenir.

A quoi faut-il s'attendre de la part du Gouvernement ?

L'idéal serait qu'un ministère de l'Industrie digne du Miti japonais soit créé et qu'un homme de la trempe de feu André Giraud  en soit l'animateur respecté.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 20/11/2017 - 11:10 - Signaler un abus HUM

    je crois malheureusement et tout simplement, que notre désindustrialisation est le résultat dé notre modèle Français..ubuesque avec ses seuils , se privilèges syndicaux , son coüt de fonctionnement pharamineux , sont assistanat pléthorique , son socialisme enseigné et infiltré partout , ses dépenses en expansion; les 35H et maintenant voila les emplois francs.. sans doute pour organiser la destruction de ceux qui ne sont pas dans la bonne zone( pour le futur les emplois verts vont nous achever) les frontières UE étant ouvertes,la comparaison fait disparaitre nos industries ,sauf celles qui étant suffisamment grandes se sont éparpillées dans le monde et trouvent les moyens de payer encore leurs sièges en France Certains voudraient fermer les frontières pour revenir aux joies dévalutionnistes de la 4 ème République ,comme si les dévaluations et le droits de douane faisaient grimper le niveau de vie le socialisme , la misère ,l'absence de liberté individuelles sont consanguins

  • Par kelenborn - 20/11/2017 - 16:57 - Signaler un abus ehhh

    Il n'y a pas de secteurs condamnés, il n'y a que des technologies dépassées " Il est arrivé à Rocard de dire des choses intelligentes , il lui est bien plus rarement arrivé de les appliquer! Mais...il y a deux sortes de technologies dépassées: - celles qui consistent à vouloir faire fonctionner un processus productif dans un pays dit développé quand les pays dits émergents ou sous-développés peuvent en faire autant! Sauf à mettre en oeuvre des mesures protectionnistes,ce qui veut dire augmenter les prix et diminuer le pouvoir d'achat dès lors que nos industries ont disparu! 2 Mettre en oeuvre des technologies moins productives: essaimer des éoliennes ou fabriquer des voitures électriques très chères et sans autonomie, faire de l'agriculture sans pesticides et diviser les rendements par trois! Bon constat! C'est Hulot qui va le faire?

  • Par kelenborn - 20/11/2017 - 17:06 - Signaler un abus Moneo

    Vous ne devriez pas lire les bouquins d'économie que vous trouvez dans les vide-greniers organisés par Penelope Fillon pour les oeuvres paroissiales de Solesmes ! La part de la valeur ajoutée de l'industrie dans le PIB est la même en France, au RU et aux USA! Et je ne suis pas certain que ces deux pays aient connu les horreurs que vous mentionnez! en revanche , Theresa May n'a pas de Nicolas Hulot dans son ministère ! L'Allemagne est à 23% mais c'est un trompe-l'oeil car une grande partie de la production est réalisée dans les ex pays communistes, réimportée et exportée!La FDP a eu raison de rejeter un accord avec les Verts! Mais.... comme vous écrivez une chose, son contraire et le contraire de son contraire...comme aurait dit Simon de Montfort, Vangode va bien finir par y trouver un gauchiste!

  • Par ajm - 20/11/2017 - 22:42 - Signaler un abus Ce n'est pas seulement l

    Ce n'est pas seulement l'Allemagne qui est en pourcentage de l'industrie dans le PIB largement au-dessus de la France ou de la GB, c'est aussi ( en dehors des pays de l'est, arrière cour industrielle de l'Allemagne) l'Italie, la Suède, le Danemark, l'Autriche , l'Espagne qui ne sont pas très loin de 20% . Sans doute il y a aussi des questions méthodologiques. D'une part , certaines activités liées à l'industrie peuvent être externalisées et comptées dans les services , donc le degré d'externalisation plus fort dans certains pays peut biaiser les comparaisons D'autre part , la valeur ajoutée (on compare des agrégats de VA) inclue les salaires et charges sociales : une entreprise qui sous-traite toute sa production en Roumanie avec 1000 ouvriers à 400 euros par mois plus 25% de charges sociales, soit 6 millions annuels, contre un état-major en France de 50 cadres, dont tous les dirigeants , à 100k euros annuels plus 50% de charges sociales, soit 7.5M annuels, présentera facialement un bilan en valeur ajoutée de 55% sur le site France contre 45% sur le site Roumanie alors que toute la production est dans ce dernier pays. C'est sur une échelle bien plus grande, la situation d'Apple

  • Par ajm - 20/11/2017 - 23:08 - Signaler un abus Le cas Allemand

    L'industrie Allemande arrive, malgré une sous-traitance très forte en Thekie, en Slovaquie, en Pologne notamment, à garder sur le territoire Allemand un niveau très élevé de valeur ajoutée qui ne se résume pas aux hautes rémunérations de cadres dirigeants des fonctions centrales de managemenr, RD etc..il y a aussi de la production bien dure avec des usines, des ouvriers etc..Il suffit de parcourir en voiture le Bade-Wurtemberg, la Baviere...dans toutes les villes moyennes dans ces régions, en pleine campagne, il y a des usines propres et modernes qui contrastent avec les friches industrielles de l'est Français ou des zones d'activité de la province de notre pays où on voit presque uniquement des grandes surfaces commerciales et des entrepôts . Cela se reflète evidemment dans la balance commerciale des deux pays. Les raisons de ce contraste sont nombreuses : importance des grosses PME familiales très ancrées dans leurs régions (franchise tres importante de droit de succession pour les entrepreneurs en Allemagne), rôle de l'apprentissage, liens très forts avec les centres de recherche universitaires , charges sur la production plus faibles que chez nous.....

  • Par vangog - 21/11/2017 - 02:13 - Signaler un abus Quarante années de politique...(hum!) anti-industrielle..

    ont décimé l’industrie française (Je n’écris pas « politique gauchiste » pour ne pas réveiller l’urticaire de kelleburne...). Après avoir nationalisé, puis de-nationalisé, ils ont détruit les conglomérats , démantibulé les grandes entreprises, bradé le secteur public aux syndicats néo-trotskystes et aux capitalistes de connivence type Drahi, harcelé les PME, par idéologie passéiste, anti-productiviste et loisirpourtoussiste. Ah ben! Ils y sont arrivés les bougres! La grande entreprise de deconstruction-démolition gauchiste (sens large) a réussi. C’est, au fond (du trou), la seule chose qu’elle ait réussi...la Gooooche!

  • Par Olivier62 - 21/11/2017 - 12:20 - Signaler un abus Les fossoyeurs

    Les énarques brillantissimes qui nous gouvernent (si on peut appeler ça gouverner) non seulement sont d'une incompétence totale en matière industrielle, mais en plus ils s'en foutent royalement. Pour eux seule compte leur petite carrière, alors le sort des PME de province c'est le cadet de leur soucis ! Ajoutons que ces gens ont pour beaucoup une pensée socialisante ou alors orientée finance internationale (comme Macron) : soit l'industrie soit mauvaise c'est la patron exploiteur, soit dépassée (le trading financier est beaucoup plus profitable !). En attendant la Chine s'est emparé d'à peu prés tous les marchés industriels, généralement avec des savoir-faire qu'on lui a apporté sur un plateau.

  • Par ajm - 21/11/2017 - 18:15 - Signaler un abus Chiffres OCDE industrie.

    Au sujet des comparaisons France et Allemagne, voici les chiffres OCDE de repartition de population effectivement active , 2015 pour l'Allemagne et 2014 pour la France en millions d'emplois : Allemagne: Population active: 40 M . Industrie y compris construction:11.1M dont industrie "fabrication" : 7.7M France: Population active:26.5M Industrie, y compris construction:4.5M dont industrie "fabrication": 2.8M. L'écart d'emplois entre industries manufacturières des deux pays est donc de 2.75 en faveur de l'Allemagne , ce qui correspond d'ailleurs à peu près à l'écart de valeurs ajoutées (environ 2.6).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€