Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi Al-Qaïda l’emportera inéluctablement sur l’Etat islamique dans sa course pour être l’ennemi numéro 1 de l’Occident

En comparaison avec l'Etat islamique, Al-Qaïda semble se faire beaucoup plus discret ces derniers temps. Il n'en demeure pas moins que l'organisation reste particulièrement active dans de nombreuses régions du monde, envisageant le djihad globalisé sur le long terme à la différence de l'Etat islamique.

Terroriste, métier d’avenir

Publié le
Pourquoi Al-Qaïda l’emportera inéluctablement sur l’Etat islamique dans sa course pour être l’ennemi numéro 1 de l’Occident

Atlantico : Ces dernières années, l'Etat islamique a quelques peu éclipsé dans les esprits Al-Qaïda, qui, jusqu'à la montée en puissance de l'EI, passait pour le mouvement djihadiste le plus puissant à travers le monde. Pourtant la situation au Yémen et les multiples attentats en Afrique nous montrent que l'organisation à l'origine du 11 septembre est loin d'appartenir au passé. Comment se porte Al-Qaïda actuellement ?

Alain Rodier :  La "nébuleuse" Al-Qaida " canal historique " comme j’ai l’habitude de l’appeler pour bien resituer ce mouvement à ses origines, a muté avec le temps sachant s’adapter à l’évolution de la situation et aux revers qu’elle a successivement rencontrés, particulièrement en 2001/2002 avec l’invasion de l’Afghanistan par les forces américaines.

C’est cette remarquable faculté d’adaptation qui a permis à l’hydre de survivre. Certes, nombre de ses cadres ont disparu, soit tués, soit tentant de profiter d'une " retraite méritée " car lassés par cette guerre sans fin. Mais ils ont été remplacés par au moins deux nouvelles générations de combattants qui n’ont pas connu le conflit contre les Russes en Afghanistan.

Selon les consignes données par Ben Laden, les activistes ont progressivement étendu leur influence en dehors du berceau natal lové dans la zone AfPak (Afghanistan-Pakistan). Les agents recruteurs (aussi appelés " coordinateurs " dans mon livre Al Qaeda, les connexions mondiales du terrorisme, 2006 aux éditions ellipses) ont créé des mouvements locaux en se basant sur des mouvements islamistes radicaux déjà existants. Pour ce faire, les " coordinateurs " leur apportaient aide, conseils et financements, la nébuleuse étant encore très riche en particulier grâce au trafic d’opium développé en Afghanistan sans compter l’apport de nombreuses ONG islamiques " charitables ". Le meilleur exemple a pu être observé en Algérie où le Groupe islamique armé (GIA) est devenu Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) avant de faire ouvertement allégeance à Ben Laden en prenant le nom d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI).

Mais le même phénomène a pu être observé au Yémen avec Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) (les activistes d’Al-Qaida ont trouvé refuge au Yémen après avoir été chassés d’Arabie-Saoudite), en Somalie avec les Shebabs, en Extrême-Orient avec le Jemaah Islamiyah (JI), dans le Caucase avec l’ "émirat du Caucase " (qui, malgré l’appellation, ne dépend pas de Daech), et plus récemment avec Al-Qaïda dans le sous-continent indien.

Si Al-Qaïda se fait plus discret que le groupe Etat islamique (Daech), c’est volontairement de manière à ne pas constituer une cible trop évidente pour ses adversaires. Ainsi, lors de toutes les réunions internationales consacrées au terrorisme comme la dernière qui vient de se terminer aux Etats-Unis, seul Daech est cité. Il est d’ailleurs curieux de voir comment Paris, à travers les discours martiaux de ses dirigeants politiques, ne parle que de Daech tandis qu'Al-Qaïda n'est jamais évoqué alors que, sur le terrain, l’armée française est en guerre directe contre AQMI au Sahel. En outre, la police recherche toujours d’éventuels complices des frères Kouachi qui ont menés les assassinats commis en janvier 2015 contre Charlie Hebdo sur ordre d’AQPA, branche d’Al-Qaïda centrale chargée des " opérations extérieures " ! Les tueries antisémites et antimilitaristes de Mohammed Merah ne sont pas à attribuer à Daech qui n’existait pas en tant que tel à l’époque, mais plutôt aux taliban pakistanais très proches d’Al-Qaïda. C’est par un de leurs camps installés au Waziristân (zones tribales pakistanaises) que Merah est passé. Il y aurait reçu un entraînement sommaire de maniement des armes à feu. C’est vraisemblablement à ce moment qu’il lui aurait été " suggéré " de conduire des actions violentes là où il le pouvait et comme il l’entendait. C’est aussi le cas des frères Kouachi dont l’un au moins s’était rendu au Yémen où il avait été pris en charge par AQPA. Cette manière de procéder qui laisse une totale liberté d’action aux exécutants et qui évite d’avoir à communiquer avec eux quand ils sont de retour à domicile apporte une grande sécurité aux commanditaires et aux activistes. Leurs communications ne peuvent être interceptées par les services de renseignement puisqu’il n’y en n’a pas ! Quoique dans le cas des attentats de janvier 2015, les trois responsables d’AQPA qui s’en étaient publiquement félicités ont été neutralisés peu après par des drones américains… La rumeur court que les services de renseignement français ne seraient pas étrangers à cette affaire !

La relative discrétion adoptée apporte un désagrément à Al-Qaïda : Daech tenant le haut du pavé de la scène médiatique, de nombreux volontaires ont plutôt tendance à rejoindre ce mouvement. Pire encore, des activistes d’Al-Qaïda font souvent défection vers le  groupe EI le trouvant plus en " odeur de victoire ". Pour les dirigeants d’Al-Qaïda qui inscrivent le djihad dans la durée sur plusieurs générations, ce phénomène finira bien par s’inverser quand Daech sera sur le recul. C’est d’ailleurs déjà un peu le cas en Syrie où le Front Al-Nosra, le bras armé d’Al-Qaïda dans ce pays, commence à récupérer quelques membres du  groupe EI déçus par les derniers revers rencontrés sur le terrain, par exemple à Palmyre.

Fondé à la fin des années 1990, Al-Qaïda est donc toujours en activité malgré l'élimination de son leader historique, Oussama Ben Laden, en 2011. Le fonctionnement et la stratégie propres à Al-Qaïda rendent-ils ce mouvement plus difficile à éradiquer que l'auto-proclamé Etat islamique ?

La mort d’Oussama Ben Laden a été considérée comme une grande victoire par les Occidentaux en général et les Américains en particulier. Il est vrai que la mise hors d’état de nuire de cet individu a été un succès. Il a d’autant été plus important que l’étude des dossiers trouvés dans sa cache d’Abbottabad a montré qu’il était loin d’être retiré des affaires même s’il ne les dirigeait plus aussi directement. La question que l’on peut se poser est : l’avait-il vraiment fait avant ? A savoir qu’il était plus une autorité morale bénéficiant de moyens financiers importants qu’un chef opérationnel.

En plus du pouvoir de nuisance qui a été éliminé, la mort de Ben Laden a été considérée comme l’exécution du responsable des attentats du 11 septembre : le bras de la justice avait parlé via les commandos des Navy Seals.

Mais la mort du père fondateur d’Al-Qaïda " canal historique " ne signifiait en rien la disparition de sa progéniture. Après quelques temps d’incertitude, son successeur naturel a été désigné en la personne du docteur Ayman al-Zawahiri, son " fidèle second ". En fait, c’est cet Egyptien qui avait toujours eu la charge opérationnelle du mouvement, Ben Laden n’étant effectivement que l’inspirateur suprême. A noter que ni Ben Laden, ni Al-Zawahiri ne sont les dirigeants religieux d’Al-Qaïda. Ils ont reconnu tous deux comme autorité religieuse le chef des taliban afghans, le mollah Omar, puis son successeur, le mollah Mansour. Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de Daech, lui, s’est auto-désigné autorité religieuse supérieure de l’ensemble du monde musulman !

Al-Qaïda est plus difficile à éradiquer car il n’apparaît souvent pas directement. Des affiliations restent secrètes. Un exemple connu est celui des shebabs somaliens qui ont attendu quatre année pour en faire état. C’est certainement le cas en Syrie avec certains mouvements de l’opposition " modérée ". La différence entre un taleb " présentable " (avec lequel Kaboul et Islamabad tentent de négocier) et un activiste d’Al-Qaïda est parfois difficile à faire…

L’Etat islamique est une entité bien identifiable, la bannière noire flottant ostensiblement sur ses principaux édifices (pour l’anecdote, il y a plus de drapeaux que d’objectif réels, histoire de servir de leurres aux frappes adverses). Même dans les wilayats (provinces) extérieures comme en Libye ou en Afghanistan, les adeptes du groupe EI se font très visibles de manière à bien " communiquer ". Cela constitue une aubaine pour tous les services de renseignement. D’ailleurs, une certaine psychose commence à gagner différents responsables de Daech. Ils croient voir des espions partout et ils en exécutent à grand renfort de publicité. C’est généralement mauvais signe pour un mouvement qui livre une guerre qui devrait être clandestine quand la paranoïa s’installe dans ses rangs. Cela veut dire qu’à terme, la bête va se dévorer de l’intérieur. Une tendance actuelle consisterait à adopter la même stratégie du secret en infiltrant d’autres mouvements djihadistes comme dans le Sud-Ouest de la Syrie. Affaire à suivre…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gordion - 03/04/2016 - 11:04 - Signaler un abus Les Frères ennemis ?...

    ... Bons rappels de la genèse de ces 2 mouvances. Et de souligner que L'EI est encore loin d'être vaincu. Grandes manœuvres des puissances mondiales et régionales obligent. Croyez-vous que Al Qaida et L'EI pourraient s'affronter sur certaines zones de combat et/ou d'influence ? Les mécènes et soutiens politiques derrière eux vont ils se déclarer la guerre ? Question complexe j'en conviens. Merci

  • Par RODIER - 03/04/2016 - 11:47 - Signaler un abus Réponse à Gordion

    J'ai encore perdu ma boule de cristal. Autant il est relativement aisé de dépeindre le passé et de comprendre le présent, prévoir l'avenir relève de la gageure. Depuis le début des printemps arabes, Il y a eu affrontement feutré entre le Qatar qui soutient les Frères musulmans et l'Arabie saoudite. C'est Riyad qui a gagné et Doha se range généralement derrière l'Arabie saoudite. Sur le terrain, les groupes dépendant d'Al-Qaida s'affrontent déjà avec ceux ayant fait allégeance à Al-Baghdadi, mais cela ne serait pas vrai partout, particulièrement en Syrie où il faut examiner la situation région par région et au coup par coup. Je pense qu'à terme Daech s'effondrera -surtout quand son calife sera "neutralisé", il n'a pas de successeur désigné comme c'était le cas pour Ben Laden-, MAIS ses fidèles ne prendront pas une retraite méritée. Ils rejoindront les branches d'Al-Qaida présentes dans leur lieu d'implantation. Nous assisterons alors à une remontée en puissance de la "nébuleuse" qui sera ravie d'accueillir les brebis un temps égarées. Merci de me lire avec autant de constance (je vous invite à visiter le site du CF2R : cf2r.org où vous me retrouverez dans les Notes d'Actualité).

  • Par Gordion - 03/04/2016 - 13:04 - Signaler un abus Merci, et au plaisir de vous retrouver...

    ..sur CF2R.

  • Par Lafayette 68 - 03/04/2016 - 13:40 - Signaler un abus Très intéressant à lire

    La dernière phrase me laisse songeur : "Pas encore menacé dans son existence même "... Je n'en suis pas si sûr ! ( notion "de guerre civile de basse intensité "de Rioufol)

  • Par Nicolas V - 03/04/2016 - 23:20 - Signaler un abus Qui va gagner ? Pentagone ou CIA ?

    http://insolentiae.com/2016/03/31/scoop-en-syrie-des-milices-armees-par-le-pentagone-combattent-celles-armees-par-la-cia-ledito-de-charles-sannat-2/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2017 de Proche-Orient : coup de projecteur pour comprendre chez Balland, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr ; en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€