Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pour ne pas tous mourir, suicidons-nous (mais que les premiers de cordée nous montrent l’exemple d’abord)

Je suppose que, parfois, lorsqu’une cause s’essouffle, rien ne vaut le rappel des troupes, le son du clairon et les hurlements (parfois gutturaux) pour remettre les idées en place. Ce genre de pratique ancestrale puise sans doute dans un passé tribal lointain pour resserrer la troupe autour du chef. En tout cas, il est difficile de voir autre chose que cette pratique dans la récente tribune écol-catastrophiste parue sur Le Monde.

Avenir de la planète

Publié le
Pour ne pas tous mourir, suicidons-nous (mais que les premiers de cordée nous montrent l’exemple d’abord)

Je suppose que, parfois, lorsqu’une cause s’essouffle, rien ne vaut le rappel des troupes, le son du clairon et les hurlements (parfois gutturaux) pour remettre les idées en place. Ce genre de pratique ancestrale puise sans doute dans un passé tribal lointain pour resserrer la troupe autour du chef. En tout cas, il est difficile de voir autre chose que cette pratique dans la récente tribune écol-catastrophiste parue sur Le Monde.

Et pour que cette tribune, fort sobrement titrée « Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète », porte ses fruits mobilisateurs, rien de tel que d’user d’un bon gros argumentum ad populum bien dodu dès les premiers mots.

Pensez donc ! 15.000 scientifiques, pas moins ! À deux douzaines par brouettée, cela nous fait plus de 600 brouettées de scientifiques en vrac, bien évidemment cueillis et récoltés à la main et garantis bios, sans pesticides, sans intrants ni modification génétique ou presque.

Et que dit notre troupeau de scientifiques dans ce papier lacrymal ? Que la Terre va – je vous le donne en quinze mille – très mal et que si, ♫ tous ensemble, ♬ tous ensemble, ♩♪ tous ensemble nous ne faisons pas vite, vite, vite quelque chose, on va tous mourir dans d’atroces souffrances ou quasiment.

Pourtant, tout avait bien commencé puisque nos scientifiques, dans leur tribune, commencent par revenir sur le premier appel, tout aussi lacrymal et alarmé, qu’ils firent il y a vingt cinq ans de cela, en 1992. Partant de là, on aurait pu s’attendre à un bilan objectif (après tout, ce sont des scientifiques, non ?) des progrès réalisés. Malheureux, n’y pensez pas ! S’ils concèdent, à demi-mots, qu’on ne peut pas réellement écarter que la couche d’ozone va mieux (on lit presque la tristesse qu’il en soit ainsi), pour le reste, aucun doute : non seulement l’Humanité s’est bananée dans ses tentatives à atteindre les buts écolo-environementalo-bio-syntonisés fixés arbitrairement par la précédente cargaison de scientifiques, mais en plus constate-t-on (avec alarme) que la plupart de ces objectifs « se sont considérablement aggravés » (« considérablement » étant 12.57% plus fort que « notamment » mais 3.44% plus faible que « énormément », comme vous le saviez sans doute).

Et le paragraphe qui suit ce constat atroce nous permet de mesurer l’ampleur de la déception : notre trajectoire actuelle nous place évidemment sur celle d’un « changement climatique potentiellement catastrophique » ainsi que sur le chemin caillouteux d’un phénomène d’extinction de masse de milliards millions milliers centaines dizaines ou plus d’espèces inconnues « au terme duquel de nombreuses formes de vie pourraient disparaître totalement » d’ici là maintenant tout de suite à plus ou moins 80 ans près. Cette tempête de conditionnels, de potentialités catastrophiques et de bouleversements certains mais à venir au-delà de la durée moyenne d’espérance de vie des auteurs du papier nous plonge dans un effroi assez profond.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 17/11/2017 - 09:59 - Signaler un abus bien sur....

    ce sont les laeders, à eux de montrer l'exemple ????

  • Par 2bout - 17/11/2017 - 10:35 - Signaler un abus Dans un monde fini, rien ne se créée, tout se transforme.

    Appliqué à la gestion des ressources, d'évidence il suffit que l'organisme humain assimile les minéraux pour mettre un terme aux délires génocidaires des néo-malthusiens. Et ça, malheureusement, pas un seul de nos 15000 scientifiques n'y avait pensé. C'est d'autant plus regrettable que la plupart sont des chercheurs payés pour trouver, et que du sucé de caillou, dans sa forme expérimentale, à l'homme redevenu poussière, dans sa forme terminale, il y a certainement matière à s'occuper. … Et le tout écrit, vous le remarquerez H16, sobrement et sans un seul conditionnel.

  • Par Deudeuche - 17/11/2017 - 11:33 - Signaler un abus H16 a tout dit

    Les ayatollahs du conditionnel écologique nous enmerdent de leurs bureaux parisiens où la surpopulation de la petite couronne déforme la vision, et feraient mieux de s’occuper de leur pauvre vie déstructurée, au lieu de se venger sur les autres de leur échec personnel. En gros, putain mais sortez de la francilienne !

  • Par J'accuse - 17/11/2017 - 12:21 - Signaler un abus L'écologisme est une maladie mortelle pour l'humanité

    On aurait pu penser que la chute de l'URSS allait provoquer la fin de la gauche et de ses délires: que nenni ! C'est pire maintenant: pour elle, le capitalisme prépare toujours la fin du monde avec la bombe H, mais désormais aussi avec le CO2. Le communisme, marxiste ou anarchiste, tient plus que jamais le haut du pavé, y compris dans les milieux dits scientifiques. Il faudrait changer la société et l'homme pour ne pas disparaître, selon des théories abracadabrantes et des prévisions toutes plus fumeuses les unes que les autres. La gauche a tué plus d'hommes que toutes le guerres et toutes les pollutions, mais elle refuse de le voir.

  • Par 2bout - 17/11/2017 - 12:23 - Signaler un abus Oui sans doute et tout ça est bien beau H16,

    mais en attendant de pouvoir digérer le silex, on fait quoi ? On ligature, on stérilise ou on subventionne pour féconder et pour financer nos retraites ?

  • Par Atlante13 - 17/11/2017 - 16:07 - Signaler un abus Merci H16,

    toujours aussi agréable à lire. Mais une question, si vous le permettez, comment faites-vous pour lire encore cette nullité de torchon?

  • Par kelenborn - 17/11/2017 - 19:40 - Signaler un abus Il est tjs extra H16

    Et on a du mal à en rajouter...ah ces connards qui expliquaient au début des années 80 que l'on allait vers un refroidissement, qui ont crié à la couche d'ozone laquelle a été ramenée par Goldorak en personne! Ce serait amusant s'il n'y avait pas des poubelles comme l'ImMonde pour leur donner du crédit!

  • Par kelenborn - 17/11/2017 - 19:44 - Signaler un abus remarque 2 boue

    "il suffit que l'organisme humain assimile les minéraux " Tu sais que la mort-aux-rats se présente sous forme minérale.... Tu t'en fais une bonne tartine pour ton quatre-heures et....pour une fois, le gaspillage alimentaire aura servi à quelque chose d'utile!

  • Par Ex abrupto - 17/11/2017 - 20:12 - Signaler un abus VOIR INFERNO

    de Dan Brown: il a la solution! Un virus qui stérilise une partie de l'humanité.....

  • Par vangog - 17/11/2017 - 23:24 - Signaler un abus La Chine socialiste applique des solutions constructivistes

    et collectivistes...elle est le plus gros pollueur de la planète! Sacrée réussite...

  • Par Borgowrio - 18/11/2017 - 09:06 - Signaler un abus Apocalypse selon saint GIEC

    Il ne se passe pas un jour sans qu'on nous annonce la montée des eaux et les millions de réfugiés climatiques . Or les millions de réfugiés économiques , ceux là , nous les avons et pas dans cinquante ans , tout de suite . L'homme à toujours été fasciné par l'apocalypse .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€