Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Police : les raisons de la colère

Le MPC, l'UPNI et les FFOC (Femmes des Forces de l'Ordre en Colère) manifestent samedi 16 septembre partout en France pour dénoncer la surdité du gouvernement. Après l'absence de 80 CRS à la manifestation contre la loi travail du mardi 12 septembre, la grogne des policiers semble atteindre un nouveau pic.

Point de rupture

Publié le
Police : les raisons de la colère

Atlantico : Qu'est-ce qui fait que les signes de mécontentement de la police se multiplient depuis quelques mois, avec par exemple la non-participation de 80 CRS à la manifestation de mardi dernier (révélation Canard Enchaîné) ou l'organisation de la manifestation de samedi 16 septembre ?

Gérald Corese : C'est bien ce que nous nous demandons, pourquoi ferme-t-il les yeux ? C'est regrettable. Depuis un an et les événements de Vitry-Châtillon, quand des collègues se sont fait attaquer à coup de cocktail Molotov – ce qui n'est pas anodin, c'est une tentative de meurtre – il y a un large mouvement de grogne. Nous avons commencé à signaler la dégradation forte de nos conditions de travail, à la dénoncer. Nous avons rassemblé des preuves sur l'ensemble du territoire, principalement des photographies qui décrivent très bien le délabrement de notre quotidien.

Nous allons mettre en ligne ces photos pour que l'opinion soit sensibilisée, puisqu'au gouvernement on semble ne pas en prendre compte.

Nous avons alerté nos supérieurs de toutes les avanies que connait la police depuis un an maintenant. L'année dernière, on nous a parlé que de terrorisme, et le contexte bien entendu le justifiait, mais rien d'autre ne semble avoir été entendu.

L'absence des 80 CRS est liée à l'indemnité journalière d'absence temporaire que touche chaque CRS en cas de déplacement. Celle-ci s'élève à 39 euros par 24 heures d'absence. Cette indemnité est depuis son origine nette d'impôt et donc une niche fiscale faite pour compenser l'absence de plus en plus prolongée depuis quelques années d'un CRS.

Depuis cet été, le gouvernement veut la faire apparaitre sur une fiche de paie et donc la soumettre à la CSG/RDS, et ce ne sont pas les 3 euros de plus qu'ils comptent octroyer qui nous inquiètent mais bien le fait que ce nouveau statut permet à l'administration de payer avec deux mois de retard quand l'indemnité était jusque-là immédiate. L'état a plaidé une harmonisation fiscale comme prétexte, ce qui nous a remonté.

Mais ce qui a fait vraiment monter la colère, c'est que deux jours après, les députés ont fait le chemin inverse pour les indemnités parlementaires, qui ont été retirées de leur fiche de paie. On se moque de nous. On estime que par rapport à la disponibilité dont nous faisons preuve depuis 2015 (et cela va crescendo), multipliant les absences au détriment d'une vie de famille et de conditions de vie normales (même si être CRS est un choix), il n'est pas normal d'être traité de la sorte.

Et nous savons très bien qu'à partir on ouvre une porte, tout peut arriver, et cette situation est particulièrement mal vécue et inconfortable pour nous. C'est une boîte de Pandore. Nous estimons que c'est la moindre des choses de nous accorder ces petits avantages. Comme je l'ai dit : 39 euros par journée. On ne vous vole pas. Les forces mobiles souhaitent aussi que la directive européenne sur les 11 heures d'inter-services soit appliquée (hors maintien de l'ordre qui reste un emploi spécifique), ce que, pour l'instant, la hiérarchie ne veut pas mettre en place.

 

Quelles sont ces conditions de travail qui font qu'aujourd'hui la police n'en peut plus ?

Le parc immobilier, le parc de véhicules est dans un état déplorable. Il y a certains de nos bâtiments dans lesquels on ne se permettrait même pas de mettre des prisonniers. Nous avons des conditions de vie inacceptable. Nos véhicules ont des kilométrages record, avec en champion un véhicule avec plus de 500.000 km au compteur ! Et beaucoup qui affichent 200 ou 300.000. Les sièges laissent voir leurs armatures, les portes sont bricolées avec une ceinture de sécurité, les climatisations sont irrémédiablement H.S.. L'armement est aussi détérioré, le matériel est difficile à récupérer, à commencer parfois par l'équipement de bureautique ou de sécurité le plus élémentaire que de nombreux policiers s'achètent avec leur salaire (stylos, gilets etc.) ; il est difficile de travailler de manière efficiente sans prendre sur ses deniers personnels devant le manque de qualité ou de quantité en termes de matériel nécessaires pour être opérationnel et efficace.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberte5 - 16/09/2017 - 16:26 - Signaler un abus Cela fait déjà longtemps que les policiers se plaignent...

    cela fait longtemps que les syndicats ne les défendent plus, cela fait longtemps que la hiérarchie les a lâché, attachée à défendre ses intérêts. Et pourtant les policiers continuent à faire tant bien que mal leur travail. Il y a beaucoup de candidats pour devenir policier, CRS ou gendarme.C'est ,en partie, pourquoi les pouvoirs politiques ne bougent pas. D'autant que ces derniers préfèrent défendre la racaille et les clandestins face aux forces de l'ordre.

  • Par assougoudrel - 16/09/2017 - 19:26 - Signaler un abus Ces hommes et ces femmes ont

    une vie, une famille à nourrir, aiment leur pays et sont obligés d'aller travailler avec "la bite et le couteau". Leurs chefs, bien gras comme des verrats, leur dit (de l'Intérieur) "causes toujours, tu m'intéresses; je ne peut pas vous aimer et en même temps mes petits chenapans".

  • Par vangog - 16/09/2017 - 22:13 - Signaler un abus La France mérite sa Police!

    Lorsque les résistants auront rendu son pouvoir au peuple, nous rendrons leur fierté, leurs moyens et leur joie de vivre aux policiers.75% des policiers doivent protéger Paris et RP, soit 15% du territoire français! Ce déséquilibre criant est dû à une immigration de masse plus delictogêne et moins respectueuse de l'autorité, notamment par les deuxièmes et troisièmes générations d'immigration qui sont passés par le crible déresponsabilisant et anti-identitaire de l'éducation nationale socialiste. Nos Policiers méritent mieux, et notamment le respect qui est dû à des serviteurs zélés et irréprochables de la Nation française.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Corese

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€