Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le poison des nouvelles religions alimentaires

Le Dr Jean-Michel Cohen signe un ouvrage sur "Les nouvelles religions alimentaires" aux éditions Flammarion. Il y analyse les atouts et les dangers de ces nouvelles pratiques aux rituels quasi religieux.

L’esprit sain a encore frappé

Publié le
Le poison des nouvelles religions alimentaires

Le Dr. Jean-Michel Cohen signe un ouvrage sur "Les nouvelles religions alimentaires". Crédit Reuters

Atlantico : Pourquoi ce livre ? Quelles sont les nouvelles "religions alimentaires" abordées ?

Jean-Michel Cohen : Je m'interrogeais sur ce phénomène que je constatais, pas seulement en France, mais également à l'étranger. J'ai été marqué par ces magasins où l'on trouve des produits sans gluten, sans lactose, on peut trouver des burgers végétariens, etc.

J'ai de plus en plus de patients qui vont voir des pratiquants de médecines parallèles. Je me suis intéressé à cette pratique de l'exclusion alimentaire. Je me suis rendu compte qu'il y avait un aspect religieux dans ces comportements. Déjà parce que les gens se réunissent : les végétariens se regroupent entre eux, les gens qui mangent sans lait sont animés par un esprit d'épanouissement ensemble, c'est une pratique qui a lieu trois fois par jour à la manière d'une prière. Ils se regroupent autour d'un interdit et arrivent à former une communauté.

Des pratiques qui occupent particulièrement la vie de ces gens parce que c'est quand même assez difficile à faire. On s'est également aperçu que ce sont des gens qui vont faire en sorte de convaincre leur entourage proche des bienfaits de leur alimentation. Qu'on le veuille ou non c'est une forme d'exclusion de la société : quand on mange vénérien, sans gluten ou sans lait, on ne peut pas manger avec tout le monde et n'importe où. 

Qu'en avez-vous déduit quant à l'évolution de nos comportements ? Quelles sont vos conclusions ?

Je voulais d'abord savoir d'où venait ces pratiques. Parfois de très loin car cela consistait à ressusciter de vieilles idées ou de vieilles théories. Par exemple, les pratiques bio viennent d'un médecin allemand, le Dr Steiner, qui dans les années 1900 expliquait qu'il fallait manger bio et se méfier de tout ce qu'on utilise. Il faut quand même rappeler que les engrais et les pesticides étaient utilisées au démarrage pour éviter les pollutions naturelles. Après cela a dérapé, on les a utilisé pour en faire un système de productivité accéléré. De la même façon, en 1760, le Dr Ducret déclare qu'il faut inventer une police médicale pour surveiller la qualité des aliments et la qualité de l'air. Donc je me suis rendu compte que ces communautés sont des héritages de phénomènes anciens, mais marginaux à ce leur époque.

Mon deuxième objectif était de comprendre comment cela se pratique, et de l'évaluer sur le plan nutritionnel. La plupart des médecins sont assez négatifs vis-à-vis de ces comportements, mais les végétariens avaient réellement des arguments scientifiques qui montraient qu"ils avaient une espérance de vie prolongée. Mais lorsqu'ils observent une spécificité alimentaire, ils deviennent observants de tout :  il est rare de trouver un végétarien fumeur ou buveur. Ils n'ont pas forcément une meilleure de vie seulement grâce à leur alimentation. Mais, ils éliminent une grande partie des acides gras saturés, ce qui leur permet vraiment cette meilleure longévité. En ce qui concerne les "sans gluten", ils ne risquent pas de carences alimentaires, contrairement aux végétariens, donc c'est leur problème de manger du pain fait avec de la farine de maïs. Pour le lait, c'est un phénomène tout nouveau, qui lui repose sur des faux arguments scientifiques. C'est une mode qui présente réellement un danger, particulièrement chez les femmes et les enfants.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gliocyte - 24/03/2014 - 09:38 - Signaler un abus Comment?

    "Mais, ils éliminent une grande partie des acides gras saturés, ce qui leur permet vraiment cette meilleure longévité" Assertion fausse, voir les études scientifiques sérieuses en rapport.

  • Par gliocyte - 24/03/2014 - 09:42 - Signaler un abus PS

    mais compréhensible puisque Dr Cohen prône la suppression des acides gras saturés dans son régime. On ne tue pas la poule aux oeufs d'or, non mais en agissant ainsi on se décrédibilise ...

  • Par coucou.cmoi35 - 24/03/2014 - 10:16 - Signaler un abus J'ai racheté la baraque d'un nutritioniste.

    Une maison, c'est là qu'on voit les failles des hommes. Les maquillages, les erreurs de jugement, les imbécilités architecturales, les non-sens. Et dire que ce type donnait des conseils à prix d'or.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Michel Cohen

Jean-Michel Cohen est nutritionniste. il intervient régulièrement sur la question des régime et de l'obésité. Il a publié notamment Savoir Maigrir (2002), Bien Manger en famille (2005). Son dernier ouvrage en date est Le savoir manger - la vérité sur nos aliments publié en 2011 aux éditions Flammarion en collaboration avec Patrick Serog.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€