Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La planche à billets provoque une bulle sur les marchés financiers" : et si le CSA se piquait aussi d’intervenir quand les médias accumulent les contresens économiques ?

Ce mardi matin sur France Info, un chroniqueur expliquait que la Banque centrale européenne alimentait la bulle des marchés financiers... mais où sont les chiffres ?

Ah bah oui ma bonne dame

Publié le
"La planche à billets provoque une bulle sur les marchés financiers" : et si le CSA se piquait aussi d’intervenir quand les médias accumulent les contresens économiques ?

Quand un journaliste ou un gérant d’actifs ou un officiel de la BCE s’exprime sur les "bulles crées par les liquidités injectées dans le système avec tous ces quantitative easing (QE) et tous ces taux d’intérêt négatifs, ma bonne dame", il faudrait lui retirer sa carte de presse, ou sa licence, ou son job. Au passage, quelques sévices physiques se justifieraient, ainsi qu’un stage de requalification dans une cellule de déradicalisation ; stage dont les premières étapes pourraient être les suivantes :

1/ Bienvenue dans le monde réel 

Il ne sert à rien de dire à un bu-bulliste que le CAC40 est à 4300 points et pas à 6500 : il n’a pas d’actions (ou alors, en cachette ou il n’a pas regardé son PEA depuis 15 ans).

Il ne sert à rien non plus de lui rappeler que les grandes matières premières sont TOUTES en chute libre depuis l’été 2014, et en fait depuis fin 2011, et en fait depuis l’été 2008 : il croit que c’est un coup des Saoudiens (grands producteurs de fer, de soja, de cuivre, de viande et de charbon, comme chacun sait), et puis il n’a pas bien relié les trois dates en question à quoi que ce soit. Il ne sert strictement à rien de lui raconter la déflation : il n’y croit pas, parce que l’indice des prix à la consommation (CPI : la plus mauvaise mesure de l’inflation de toute la galaxie, celle qui a poussé à monter les taux à l’été 2008 et au printemps 2011) reste positif.

Ne lui demandez surtout pas de préciser sa pensée quand il manipule à tout bout de champs le concept de "liquidités" excessives (qui débordent, comme chacun sait, sur les marchés, à tel point que les crises de liquidité prolifèrent, mais passons) : vous pourriez l’embarrasser, d’autant qu’il ne sait pas bien s’il parle de base monétaire, de crédit, ou d’injections non identifiées (mais certainement bullaires). Il faut aussi éviter de lui parler de toutes ces choses risquées qui chutent les unes après les autres (le High Yield en 2015, par exemple) puisqu’il est persuadé que l’on encourage une prise de risque excessive. Il est à peine plus utile de lui parler d’immobilier : il sait que les prix stagnent ou baissent sur le segment résidentiel en zone euro depuis 2008, il sait aussi vaguement que les bureaux peinent à trouver des locataires même dans les lieux cotés et même après de larges rabais, mais il trouvera toujours un contre-exemple dans sa famille ou chez un collège parti à Londres ou à Hong-Kong. De toute façon, il croit qu’il existe une bulle obligataire, car les taux nominaux ont baissé (et il ne verra pas là une contradiction avec son refus de croire dans la déflation ou une contradiction avec sa croyance dans un lien unitaire entre les taux et les finances publiques).

Alors, quelle méthode éducative adopter avec un bu-bulliste mal comprenant et multi-récidiviste (du genre de ceux que l’on peut lire dans "Taux d’intérêt négatifs, douze regards", Institut Messine, janvier 2016, téléchargeable gratuitement) ?? Je propose de lui parler d’abord doucement des instruments financiers disparus, puisqu’il croit depuis le début que cette crise n’est pas monétaire mais financière, et qu’il a peut-être vu "The Big Short" au cinéma :

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 02/03/2016 - 07:39 - Signaler un abus Très long article

    Très long article, à ressortir quand le Krach sera là... Quelques chiffres fournis, si ma mémoire est bonne, par mr. JM Sylvestre : montant mondial de la spéculation boursière : 700.000 milliards de dollars (sept cent mille milliards). Actifs toxiques actuellement détenus par la banque française BNP-Paribas : équivalent de 24 années du PIB de la France : lorsqu'elle aura fait faillite, les contribuables vont connaitre quelques siècles d'austérité !

  • Par Ganesha - 02/03/2016 - 07:56 - Signaler un abus Décision saine

    La vraie réaction, la décision saine face à des individus complètement délirants comme ce mr. Mucherie, ce sera de fermer définitivement les bourses et de mettre sur pied la seconde société marxiste, après le Communisme au 20ème siècle, qui sera le Revenu de Base. Avec, comme l'ont proposé Platon et Henry Ford, un éventail maximum des revenus et patrimoines.

  • Par zouk - 02/03/2016 - 11:29 - Signaler un abus Opinions de Mucherie

    Article trop long, solutions trop simplistes. Il tombe dans les travers de ce qu"il dénonce.

  • Par zouk - 02/03/2016 - 11:29 - Signaler un abus Opinions de Mucherie

    Article trop long, solutions trop simplistes. Il tombe dans les travers de ce qu"il dénonce.

  • Par Texas - 02/03/2016 - 12:03 - Signaler un abus Mr Mucherie....

    ...s' adresse à des connaisseurs ( Pas Ganesha ) , et ils en existent certainement qui trouveront ses analyses , pertinentes . Les emprunts toxiques , même la Municipalité de Trifouillies-les-Oies en possède , souvent rachetés par l' Etat ou la B.C.E . Je ne retiendrai pour ma part , qu' une chose : Les Perspicaces sont souvent écartés des instances au profit des Mauvais . C' est aussi ce qui se passe lorsque l' on parle de " Changement Climatique ".

  • Par vangog - 03/03/2016 - 00:01 - Signaler un abus Il manque un paragraphe...

    Quel intérêt les banquiers centraux ont-ils d'alimenter la bull-paranoïa ambiante? serait-ce pour justifier, à contrario, et hypothétiquement, la lutte farouche et univoque qu'ils ont mené contre l'inflation, aboutissant à ce navire europeiste encalminé dans la mer des sargasses de la consommation et du chômage? Les USA ont de la chance, eux, de n'avoir ni problème de consommation, ni de chômage, et de pouvoir déjà envisager sereinement la prochaine injection monétaire de la FED, sachant pertinemment que la BCE restera collée dans ses startings-blocs, attendant que ses technocrates endormis trouvent l'amorce du pétard...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€