Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Piratage massif de données : les géants du web prennent-ils notre sécurité au sérieux ?

Depuis quelques années se succèdent les diverses attaques informatiques à l'échelle mondiale. Il y a eu Yahoo et ses 3 milliards de comptes piratés (l'ancienne PDG, Marissa Mayer a comparu devant le Congrès mercredi 8 novembre) ou l'alerte estonienne autour de leurs carte d'identité numérique et la possibilité de leur piratage vendredi dernier.

Informatique

Publié le
Piratage massif de données : les géants du web prennent-ils notre sécurité au sérieux ?

Atlantico : Aujourd'hui aux Etats-Unis, Marissa Mayer, ancienne directrice de Yahoo, doit être entendue par le Congrès suite à l'attaque mondiale qu' subie le géant du net en 2013. En août 2013, les 3 milliards de comptes Yahoo ont été piratés, une attaque numérique sans précédent. De son côté, l'Estonie utilise une carte d'identité numérique et vendredi dernier, plus de 700 000 d'entre elles ont été suspendues par crainte de piratage. Doit-on, de manière urgente, investir dans la sécurité numérique pour éviter de nouveaux piratages comme celui de Yahoo?

Michel Nesterenko : Compte tenu de l’extrême taille (lignes de codes) et complexité des logiciels ainsi que des composantes des equipments numériques, Il n’y aura jamais de sécurité numérique parfaite. À cela il faut ajouter les attaques constantes des services officiels tels que la NSA et autres qui dépensent des milliards tous les mois pour créer des failles et qui se font eux aussi voler leur logiciels espions. Les Banques elles même ont investis des milliards dans la sécurité informatique comme Yahoo Google et autres ainsi que le Pentagone, sans résultats valables. Rien n’a empêché aux voleurs de s’approprier toutes les données personnelles y compris médicales de tous les soldats américains y compris celles de leur familles.

Si des investissements sont à prévoir, quels devraient être les axes prioritaires selon vous ? 

Le niveau de sécurité ne sera jamais plus élevé qu’au niveau du maillon le plus faible c’est à dire l’utilisateur humain de base. Nous dépensons des milliards chaque année à apprendre à tout un chacun à lire, écrire et compter mais rien sur la sécurité informatique. Pourtant pratiquement tout le monde ados et petits enfants y compris dispose d’un téléphone portable qui est un véritable ordinateur dont la puissance de calcul dépasse celle des ordinateurs d’entreprises IBM de l’époque 1960 - 1970. Nos écoles primaires et nos lycées ne disent rien sur l’utilisation et les risques des téléphones, réseaux sociaux ainsi que des implications dommageables dues aux risques risques informatiques à proprement parler.

Pourquoi blinder à grands frais les murs et fenêtres des entreprises et foyers si nous laissons les portes grandes ouvertes ?

Concrètement, quels sont les risques pour les citoyens en matière de sécurité numérique ?

Il y a toutes sortes de risques de réputation, financiers, pénal, médicales. Bref toute la vie peut vite devenir un enfer face à un vol d’identité. Que vas t il se passer si quelqu’un se fait opérer à votre place ? Comment prouver aux policiers que vous n’êtes pas le criminel dont ils ont toutes les informations détaillées, surtout dans une grande ville on nous ne sommes pas bien connus ? Comment expliquer à la Banque que vous n’avez pas vidé votre compte et que vous n’êtes pas en faillite ? Comment empêcher le voleur d’utiliser votre identité et crédit à l’autre bout de la France où à l’étranger, en Angleterre, en Espagne, en Allemagne… Bref ce délire qui est arrivé à de nombreuses personnes est vite un enfer. Il ne reste plus qu’à changer de nom officiellement

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Nesterenko

Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et expert dans le domaine des infrastructures et de la sécurité.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€